Fièvre Faë

Fièvre faëTitre VF : Les chroniques de MacKayla Lane #3 : Fièvre Faë
Titre VO : FaeFever

Auteur : Karen Marie Moning (USA)
Traduction de Cécile Desthuilliers

Publié aux Editions J’ai Lu
Date de publication : 29 mai 2010

Chroniques des tomes précédents : Fièvre Noire (#1) et Fièvre Rouge (#2)

Genre : Urban Fantasy

Pages : 447

Prix : 12,50 €
Commander sur amazon : Les chroniques de MacKayla Lane, Tome 3 : Fièvre fae  

Notestar-5

Quatrième de couverture

« En venant à Dublin, j’avais deux buts. Découvrir qui a tué ma soeur et venger celle-ci. Vous voyez avec quelle facilité je le dis, à présent ? 
Je veux la vengeance. Une vengeance avec un grand V. Une vengeance avec des os brisés et des flots de sang.
Je serais sans doute morte peu de temps après avoir posé mes jolis petits petons aux ongles vernis sur le sol irlandais, si je n’avais pas poussé la porte de la librairie de Jéricho Barrons. J’ignore qui il est, ou plutôt ce qu’il est. Ce que je sais, c’est qu’il détient des connaissances dont j’ai besoin et que je possède quelque chose qu’il désire, ce qui fait de nous des alliés.
Et le dernier espoir de l’humanité… »

Mon avis

Un troisième tome qui a été vite lu, en moins de 48h malgré ses 447 pages (un livre de ce volume, je le lis en 3 voire 4 jours en temps normal). Et qu’en dire ? Eh bien, j’aime toujours autant si pas plus mais j’ai été vraiment CHOQUEE par la fin qui me donne du coup envie (enfin comme si, on s’y attendait pas) de lire le tome 4 dans la foulée !

book ornement

Tout d’abord, j’ai trouvé que le début de ce tome 3 était beaucoup plus entraînant que le tome 2. L’auteur rappelle certes tout ce qu’on a besoin de savoir sur ce qui s’est passé avant  (utile quand on ne lit pas les tomes l’un à la suite de l’autre comme moi ^^) et on reprend l’histoire juste là où on l’avait laissée dans tome 2.

Si j’avais trouvé les 100 premières pages du tome 2 ennuyeuses et assez répétitives, ce n’est vraiment pas le cas ici. Mac en apprend de suite plus sur le Sinsar Dubh et sur Barrons qu’elle surprend dans une situation compromettante. Décidant de garder cette info pour elle, elle se méfie encore plus de lui et décide de « se diversifier », de « ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier » comme elle le dit !

Du coup, elle se rapproche d’autres personnes et en apprend beaucoup plus sur les faës et les murs qui séparent notre monde du monde faë et qui menacent de céder. Mac prend toute l’ampleur de sa « mission ». Même si elle savait depuis le début que ce qui se passait dépassait sa simple vengeance personnelle, elle se sent de plus en plus impliquée à protéger l’Humanité toute entière.

Si le tome 2 était déjà plus sombre, on peut dire que ce tome 3 est vraiment plus « darker ». Pour tout vous dire, je me suis sentie plusieurs fois mal à l’aise face à la brutalité de l’univers de KKM : que ce soit avec la découverte de comment se déplaçait le Sinsar Dubh ou encore dans les 40 dernières pages quand Mac comprend l’ampleur du « plan » des Unseelies.
Les révélations qui jalonnent le récit ne font également renforcer l’impression que cette fois, on rentre dans le nerf de l’histoire et que cela ne risque pas d’être une traversée tranquille dans le monde des Bisounours.

Bref, la tension ne fait que monter dans ce tome 3 et même de plusieurs crans à mesure que le lecture avance dans l’histoire. Vers les pages 420, j’ai du faire une pause tellement j’étais en stress de savoir ce qui allait se passer ensuite, j’avais une envie irrésistible de courir pour évacuer toute cette tension que me procurait la lecture du roman (oui, oui, quand je suis stressée, j’ai envie de courir, faut pas chercher à me comprendre, je ne comprends pas déjà moi-même vu que je ne suis pas une grande sportive dans l’âme !).

Et que dire de la fin ? Si je vous dis que je m’attendais tout, sauf à cela , vous me croyez ? J’ai été profondément choquée par la tournure des événements, que ce soit d’un niveau général sur ce qui se passe à Dublin, mais encore plus en ce qui concerne Mac. Non, mais ce n’est pas possible de faire une fin pareille et de faire subir un truc aussi glauque à son personnage principal !!! Je m’insurge vraiment !

Quand j’ai eu refermé le livre, j’ai eu un grand moment de solitude dans lequel je me suis demandée si j’étais la seule lectrice à avoir aussi mal vécu cette fin de tome 3 ? Une vraie douche froide, glacée je dirais même.
Visiblement après en avoir parlé avec quelques copinautes sur Facebook, j’ai pu constater que j’étais loin d’être la seule à avoir été choquée et que plusieurs d’entre elles avaient du faire une pause après la lecture du tome 3 pour « digérer » cette fin.
Pour ma part, je ne pense pas que je vais m’arrêter maintenant car suite à cette douche froide qui m’a frigorifiée  j’ai un besoin urgent de connaître la suite pour m’enlever cette sensation désagréable qui me colle à la peau. KKM m’a un peu rassurée dans la note qui suit la toute fin mais quand même, je veux savoir !

Quant à l’univers, il se développe beaucoup plus dans ce tome 3 : on en apprend plus par exemple sur le rôle du clan MacKeltar ou encore sur les circonstances qui ont amené le Roi Noir a créé le Sinsar Dubh.
Ce tome 3 est vraiment très riche au niveau de la mythologie faë, ce qui compense peut-être un manque d’action durant une grande partie du récit (sauf la fin).

book ornement

Côté personnages, là aussi les personnages s’étoffent, de même qu’on apprend à en connaître d’autres.

Comme toujours, Mac est mon personnage chouchou, la petite dose de soleil dans un Dublin souvent humide, grisâtre et froid. Dans ce tome 3, Mac réfléchit énormément au Sinsar Dubh et ce qu’elle va en faire quand elle va le retrouver. Vu ce qu’elle apprend sur Barrons qui refuse toujours de lui dire quoi que ce soit le concernant, elle va de plus en plus se méfier de lui et va chercher des alliances ailleurs, tout en ne sachant finalement pas à qui faire confiance.
Elle mûrit encore, prend de plus en plus la mesure de ses responsabilités à une échelle plus grande, celle de l’Humanité et non plus à la seule vengeance de la mort de sa soeur. Mais elle garde quand même une petite dose de folie que l’on aime tant (en écrivant cela, je ne peux m’empêcher de repenser au moment où elle a « créé » le MacHalo ^^)

Quant à Barrons, c’est toujours la même chose. Un mec pas très humain qui demeure très mystérieux et assez imprévisible dans sa manière de réagir. Je dois dire qu’il m’a surpris par la violence de sa réaction face au gâteau que Mac lui a acheté pour son anniversaire (alors que c’était tout gentil, tout touchant, tout rose, tellement barrons quoi ^^). J’ai été vraiment choquée par la violence de sa réaction. Il a également une façon assez brutale de parler à Mac en lui faisant comprendre qu’elle n’est rien pour lui sauf utile… Alors qu’à d’autres moments, je sens à travers les écrits de Mac qu’il vibre pour elle. Bref, Barrons me laisse perplexe et j’en ai marre de ne pas savoir ce qu’il est. J’en suis à faire des hypothèses aussi folle que celles de Mac en pensant qu’il serait peut-être le Roi Noir lui-même. Hum…
De plus, je trouve qu’il reste bien trop absent la plupart du temps. Pas que l’on s’ennuie quand il n’est pas là mais sa présence a tendance à pimenter un peu les choses et à les rendre plus intéressantes encore ! 

Quant à V’lane, c’est un personnage que j’aime décidément beaucoup et de plus en plus. Il a beau être Seelie, je sais qu’on ne peut pas lui faire confiance et qu’il ne recherche que son seul intérêt, j’aime assez les petites attentions qu’il déploie autour de Mac. Contrairement à Barrons, il lui montre qu’elle peut lui faire confiance en s’en remettant plusieurs fois à elle et en lui donnant la possibilité de le joindre dès qu’elle en a besoin (en plus, je dois dire que le moyen pour lui permettre de le contacter est plutôt… hum intéressant ^^). 

V’lane et Barrons ne s’aiment pas énormément, voire pas du tout et parfois, leur discussion peut en venir à cela (pages 213 – 214) :

« – Tu as couché avec elle ? demanda V’lane, m’ignorant superbement.
- Je n’essaie pas.
- Traduction : tous tes efforts ont échoué.
- Pas du tout, intervins-je. Il dit vrai. Pour votre information, messieurs, et j’emploie ce terme au sens large, j’offre d’autres intérêts que le sexe.
- Raison pour laquelle vous êtes toujours en vie, mademoiselle Lane. Continuez à cultiver ces atouts »

Entre Barrons et Mac, la relation est vraiment compliquée. Comme je le dis plus haut, concernant Barrons, on fait deux pas en avant quand il montre un peu d’intérêt pour elle pour en faire trois en arrière ensuite quand il lui lâche une de ses petites piques que je trouve par moments vraiment vexantes. De plus, j’ai pas franchement aimé ses manières de lui apprendre de résister à la Voix en lui soutirant des informations contre sa volonté alors qu’au même moment, elle était prête à lui donner quelques informations spontanément.

Concernant Rowena, ma première impression se renforce dans ce troisième tome, je ne l’aime pas et j’aime encore moins ses manières. Elle s’auto-proclame un peu la Chef des Sidhe-Seers qui ont rejoint son organisation et ne leur laisse pas énormément de marge de manoeuvre. De plus, ses méthodes pour arriver à ses fins sont assez drastiques, voire carrément limites. 

Quant à Dani, la jeune ado sidhe-seer de 14 ans, je l’apprécie aussi de plus en plus. Malgré son jeune âge, elle a une grande force de caractère et un avis bien tranché. Elle n’hésite pas à désobéir à Rowena quand elle l’estime nécessaire, de même que malgré ce qui s’est passé entre Mac et un petit groupe de sidhe-seer, elle lui fait toujours confiance.

Je pourrais aussi évoquer l’inspecteur Jayne qui devient moins agaçant que dans le tome  précédent où il pistait Mac partout pensant qu’elle était liée, d’une façon ou d’une autre, au meurtre de l’inspecteur Duffy, chargé de l’enquête sur la mort d’Alina. C’est aussi un personnage qui évolue dans ce roman et que j’apprends petit à petit à apprécier.

book ornement

Concernant le style de l’écriture, je n’ai rien à ajouter par rapport à ce que j’ai dit dans le tome 2. J’avais juste envie de citer encore un petit extrait que j’ai bien aimé (pages 369-370) – discussion entre Mac et V’lane :

« – Désolée d’avoir mis à mal votre suprématie raciale, dis-je d’un ton distant, mais je vous rappelle que nous étions ici les premiers.
Des flocons de neige voletèrent sur mes épaules.
- Tu répètes souvent cela. Dis-moi, mortelle, que crois-tu que cela vous donne comme privilèges, précisément ? Le simple fait que, par un caprice du destin, vous soyez venus à la vie sur cette planète suffit-il à vous en rendre propriétaires ? Entre nos mains, votre monde prospérait. Nous l’avions rendu luxuriant. Pour nous, Gaïa se couvrait de fleurs. Vous l’avez polluée, éventrée, bétonnée, et maintenant, vous la surpleuplez. La planète pleure. Vous ne connaissez pas les limites ; nous les respectons. Vous voulez tout, tout de suite ; nous sommes les êtres les plus patients que vous rencontrerez jamais. »

De plus, lire les tomes l’un à la suite de l’autre m’a fait me rendre compte d’une petite incohérence dans ce qu’avance Barrons à propos de la Voix, ce pouvoir qui permet à celui qui le maîtrise de plier n’importe qui à sa volonté par sa seule parole.

Dans ce tome 3, Mac a une petite conversation téléphonique avec le Haut Seigneur. Elle raccroche et téléphone à Barrons pour demander si le pouvoir de la Voix avait un effet à travers le téléphone. Il lui répond alors que non, que la Voix ne résistait pas à la technologie.

Or dans le tome 2, quand Mac se rend compte des particularités de ce pouvoir et qu’elle interroge Barrons à ce sujet, voilà ce qui en ressort (page 416) :

« – Vous en êtes-vous servi sur mon père ? Est-ce comme cela que vous l’avez persuadé de s’en aller le matin de son départ, alors que j’avais passé la nuit à essayer de le convaincre de rentrer chez nous, sans aucun résultat ?
- Vous auriez préféré qu’il reste ?
Je commençais à comprendre ses méthodes.
- Vous en êtes vous servi de nouveau quand il a téléphoné ici et que j’étais en Faery ?
- Qu’aurais-je dû faire, mademoiselle Lane ? Le laisser prendre le premier avion pour qu’il vienne se faire tuer ici ? »

De cette petite conversation, il en ressort donc que Barrons a usé de la Voix sur le papa de Mac par téléphone. Or, dans le tome 3, il lui affirme que c’est impossible, que le sort de la Voix est annulé par la technologie. Donc, pour moi, il y a bien une petite incohérence... à moins que Barrons soit encore l’exception qui confirme la règle, mais rien ne le suppose.


book ornement

EN BREF, encore un tome que j’ai apprécié, plus que le précédent (je me demande si cela va aller crescendo dans ce sens-là pour les deux tomes restants ^^) pour la richesse des informations qui nous sont apportées sur l’univers faë
Plus on avance, plus on en apprend sur les Seelies et les Unseelies et de fait, plus l’univers devient très très sombre au point où ce troisième tome a réussi à me mettre quelques fois mal à l’aise. 
Malgré le manque d’action sauf sur la toute fin, la tension reste palpable durant tout le tome et monte de plusieurs crans plus on avance dans le récit. La fin m’a complètement laissée sur les f…leurs (non, non, je ne m’en lasse pas ^^), j’ai été très choquée par la tournure des évènements que je n’avais pas du tout (mais alors pas du tout) anticipée.

Après cette douche froide qui m’a laissée avec des yeux ronds – et la bouche à terre -, je n’ai donc pas d’autre choix que de me jeter sur le tome 4. Moi addict ? Mais non voyons ! (Tiens, Christian Keltar me dit que ce ne serait pas vraiment la vérité… on se demande bien pourquoi ^^ !)

eyes_droped

Les points + :

  • Un univers très riche qui s’étoffe de nombreuses révélations sur les faës ;
  • La tension palpable maintenue durant tout le récit et qui monte tout au long du récit, devenant vraiment intense en dernière partie de roman, ainsi que l’intérêt du lecteur qui ne faiblit pas malgré qu’il n’y a pas beaucoup d’action, sauf à la toute fin ;
  • Les relations entre les personnages qui se complexifient ;

Les points - :

  • La petite incohérence relevée plus haut concernant le pouvoir de la Voix par téléphone ;

Par contre, je serai bien incapable de vous dire si j’ai aimé ou pas la fin de ce tome 3, je vous avoue que je suis dubitative. D’un côté, je me dis que l’auteur m’a vraiment surpris puisque je ne m’y attendais pas du tout, donc l’effet est réussi… MAIS je dois aussi admettre que je n’ai pas été surprise dans le bon sens vu que j’ai été très choquée par ce que se passait. J’ai pris une douche froide qui m’a vraiment glacée sur place et si j’ai envie de lire ardemment le tome 4, c’est certes par envie de continuer dans cette saga qui me plaît énormément mais surtout pour m’enlever cette désagréable sensation qui me colle à la peau depuis que j’ai refermé le livre.

Les avis des copinautes : Galleane, Simi, Mycoton, Candyshy, Chou:), Sara, Nane, Cho0kette, Voz, Frankie, Sabruhu, Cess et d’autres encore sur la page BBM du livre sur Livraddict :

Logo Livraddict 

Commentaires

  1. C'est avec ce tome que j'ai vraiment commencé à bien accrocher avec la saga, voire à l'aimer totalement mais c'est vrai que la fin est très perturbante et malsaine ! Sinon je n'aime pas Rowena non plus, berk ! Merci pour le lien en tout cas. 30 septembre 2013 10:04

  2. J'ai adoré cette saga du début à la fin. Barrons est trop trop !! C'est clair que la fin du trois est surprenante, j'ai dû enchaîner sur le 4 direct ! Je pouvais pas attendre ! 4 octobre 2013 21:06

Laissez un commentaire

7 décembre 2014 12:52