Contrecoups

contrecoupsTitre VF : Contrecoups
Titre VO : The Shock of the Fall

Auteur : Nathan Filer (UK)
Traduction de Philippe Mothe

Publié aux Editions Michel Lafon
Date de publication : 28 août 2014

Genre : Contemporain

Pages : 347

Prix : 19,95 €
Commander la VF sur amazon : Contrecoups
Commander la VO sur The Book Depository en cliquant ICI

Note : star-2-5


Quatrième de couverture

« Je vais vous raconter ce qui s’était passé, parce que ce sera l’occasion de vous présenter mon frère. Il s’appelle Simon. Je pense que vous allez l’aimer. Mais d’ici, quelques pages, il sera mort. Et, après ça, il n’a plus jamais été le même. »

Matthew a 19 ans et c’est un jeune homme hanté. Par la mort de son grand frère, dix ans auparavant. Par la culpabilité. Par la voix de Simon qu’il entend partout, tout le temps…
Matthew a 19 ans et il souffre de schizophrénie, une maladie qui « ressemble à un serpent ». Pour comprendre son passé et s’en libérer, Matthew dessine, écrit. Il raconte l’enfance étouffée par la perte, la douleur silencieuse de ses parents ; l’adolescence ingrate brouillée par les nuages de marijuana ; la lente descente dans la folie, l’internement…
Mais aussi, avec un humour mordant, le quotidien parfois absurde et toujours répétitif de l’hôpital psychiatrique, les soignants débordés, l’ennui abyssal,… Et le combat sans cesse renouvelé pour apprivoiser la maladie, et trouver enfin sa place dans le monde.

Mon avis

En ce début de rentrée littéraire, j’avais envie de lire un roman plus adulte et vu les bonnes chroniques des copinautes sur ce livre (notamment Cajou et Moody), c’est donc vers Contrecoups de Nathan Filer que je me suis tournée.  Au vu de la quatrième de couverture, je m’attendais vraiment à aimer beaucoup ce livre. Mais ce ne fut pas le cas. Et j’en suis vraiment désolée.

* * * * *

On suit donc Matthew qui nous raconte son histoire et surtout ce moment où sa vie a basculé, le moment où son grand frère, Simon, est décédé, alors qu’ils étaient tous les deux enfants.

Le lecteur ignore exactement ce qui est arrivé à Simon mais dès le départ, vu la culpabilité traînée par Matthew pendant tout le roman, on sent qu’il est en quelque sorte « responsable » de ce qui est arrivé à son frère et qu’il n’arrive pas à faire son deuil ni à se le pardonner.

Il est difficile pour moi de dire que je n’ai pas aimé ce roman.

L’écriture est vraiment parfaite, très poétique et parfaitement adaptée aux propos de l’auteur, à savoir raconter l’histoire du point de vue d’une personne atteinte de schizophrénie. A vrai dire, les mots de l’auteur m’ont touchée plus d’une fois.

La manière de narrer l’histoire est aussi très intelligente et très appropriée : on a vraiment l’impression d’être dans la tête de Matthew et de suivre avec lui ses pensées qui se bousculent et partent dans tous les sens.

J’ai aussi été entraînée par l’histoire, par le mystère qui plane autour de la mort de Simon, afin de comprendre ce qui est arrivé exactement et pourquoi Matthew se sent à ce point responsable dans sa mort.

J’avoue qu’objectivement je n’ai vraiment rien à reprocher à ce livre. Il est parfait aussi bien dans sa construction que dans l’écriture. Et je vous recommande même de le lire si le résumé vous séduit et que vous avez envie de vous retrouver confronter à la schizophrénie et de comprendre un peu ce qui se passe dans la tête d’une personne qui en est atteinte.

Mais alors, pourquoi est-ce que je n’ai pas vraiment aimé le roman ?

Je pense que c’est avant tout une question de sensibilité et d’empathie vis-à-vis de l’histoire. J’ai été touchée par Matthew et par son combat de tous les jours pour lutter contre la maladie mais je n’ai pas réussi à me sentir proche de lui, à vivre cette histoire à 200 % avec lui. Je suis restée une spectatrice distante de l’histoire tout le long.

J’en attendais sans doute de trop et j’étais déjà « préparée » en quelque sorte à aimer ce livre. Et ce ne fut pas le cas. Et j’ai l’impression d’être une fille insensible ou un monstre sans coeur pour ne pas avoir accroché, pour ne pas avoir ressenti toute l’émotion qui se dégage du récit, toute la détresse du personnage de Matthew et de ne pas avoir été plus en empathie avec lui.

De plus, depuis le début, j’attendais qu’il y ait plus d’action et j’ai trouvé qu’on restait sur le même rythme. Pour utiliser une expression de Raphaëlle Ricci dans la Star Academy (désolée pour la référence pourrie ^^), j’ai eu une « mono-expression du début à la fin » et j’ai honte de l’avouer mais je me suis pas mal ennuyée à la lecture du récit.

De plus, même si je comprends qu’on soit dans la tête de Matthew et que le choix de l’auteur était parfaitement logique et cohérent de raconter l’histoire de cette façon, je n’ai trouvé aucun sens à certains passages du livre et j’ai eu du mal à me faire au rythme de la narration où on oscillait entre passé et présent. J’ai énormément de mal à faire le lien entre les différentes parties de l’histoire étant donné que Matthew raconte son histoire en alternant sans cesse passé et présent mais sans en avertir le lecteur.

C’est sans doute la grande force du récit mais cela m’a tellement déstabilisée que je n’ai finalement pas apprécié ma lecture.

book ornement

EN BREF,  mon avis sur ce livre est totalement subjectif et ne lui rend vraiment, mais alors vraiment pas justice. Il fut un temps où j’aurais pu en dire beaucoup de bien et insister sur tout le positif en lui mettant une bonne note, malgré que mon avis personnel soit mitigé car j’avais l’impression que ma note ne reflétait pas la « réalité » du livre . Mais avec recul, si je devais donner mon avis maintenant sur ces romans (il y en a 2 – 3 qui m’ont posé ce problème depuis l’ouverture du blog). Maintenant, je vois les choses différemment et bien que je reconnaisse toutes les qualités du roman, je ne peux pas me résoudre à lui mettre une bonne note juste à cause de ses qualités, alors que mon avis est plus que mitigé. Ma note reflète donc mon avis personnel sur ce livre.
Cela ne m’empêche pas de vous le recommander s’il vous fait envie car je suis sûre qu’il peut vous plaire. C’est juste qu’entre le livre et moi, la magie n’a pas opéré et que je n’ai pas réussi à m’attacher au personnage de Matthew ni à me sentir concernée par son histoire, quand bien la construction du roman et l’écriture de l’auteur.

Parfois, il faut simplement reconnaître que malgré toutes ses qualités, ce roman n’était pas pour moi, tout simplement.

confus

Retrouvez les avis des copinautes : Moody, Cajou, Enjoybooks, Thalyssa, Paikanne, Dup, Justine de lire-une-passion et d’autres encore sur la page BBM du livre sur Livraddict :

Logo Livraddict

Commentaires

  1. Moi je trouve que ton billet rend très bien justice au roman. C'est très bien que les lecteurs sachent que c'est un roman duquel on peut rester totalement à l'extérieur. C'est vraiment quelque chose que je me suis dit en l'ayant terminé, que ce serait une lecture quitte ou double suivant qu'on soit tout de suite touché par Matthew ou pas ! 28 septembre 2014 20:42

  2. Je pense me procurer ce roman et espère ne pas rester à l'extérieur du livre. 29 septembre 2014 13:51

  3. Je viens de terminer mon billet (publié je ne sais trop quand... début novembre, probablement)... et je réalise qu'on a presque exactement les mêmes impressions! Weird. Je te mettrai en lien! 18 octobre 2014 22:19

  4. Mince c'est dommage qu'il ne t'ai pas plu davantage. Je viens de me l'acheter, il me faisait trop envie, j'espère accrocher :) 24 octobre 2014 08:26

  5. Je suis tout à fait d'accord avec Cajou. Tu as su souligner les qualités de l’œuvre. Pour le reste, c'est clairement quitte ou double avec ce genre d'ovni :) 25 octobre 2014 12:15

Laissez un commentaire

24 décembre 2016 05:36