Legend, tome 1

legend #1Titre VO/VF : Legend #1

Auteur : Marie Lu (née en Chine mais vit aux USA)
Traduction de Olivier Debernard

Publié aux Editions Castelmore
Date de publication : 14 septembre 2012

Genre : Dystopie YA

Pages : 285

Prix : 15,20 €
Commander sur amazon : Legend, Tome 1

Notestar-4-5


Quatrième de couverture

Seule la vérité triomphera.

June est un prodige. A quinze ans, elle fait partie de l’élite de son pays. Brillante et patriote, son avenir est assuré dans les hauts rangs de l’armée.
Day est le criminel le plus recherché du territoire. Originaire des quartiers pauvres, il sévit depuis des années sans que les autorités parviennent à l’arrêter.
Issus de deux mondes différents, June et Day n’ont aucune raison de se rencontrer… jusqu’au jour où le frère de June est assassiné. 
Persuadée que Day est responsable de ce crime, June va le traquer… Mais est-elle prête à découvrir la vérité ?

Mon avis

J’ai Legend dans ma PAL depuis sa sortie mais jusqu’ici, je ne sais pas trop pourquoi, il ne me tentait pas plus que cela. Alors que le tome 2 sortira d’ici quinze jours chez Castelmore,  je me suis dit qu’il était temps de lui donner sa chance. Après lecture, la première chose que je me suis dit est que j’avais vraiment été bête de le laisser aussi longtemps dans ma PAL mais d’un autre côté, que j’étais aussi maligne car ainsi je n’aurais pas une année entière à attendre avant de lire la suite ! Vous l’aurez compris, j’ai passé un excellent moment avec Legend et j’espère par cette chronique vous donnez aussi envie de le découvrir !

June est une jeune fille très intelligente promise à un brillant avenir dans l’armée à servir son pays. En réalisant le plus haut score à l’examen, elle s’assure une place dans les meilleures universités de la République en attendant de commencer la carrière militaire qui s’ouvre devant elle.
Day, au contraire, est issu des quartiers pauvres et a échoué à l’Examen. Depuis lors, dans la rue, il est connu comme le plus grand criminel de la République. Dès qu’il peut mettre des bâtons dans la rue de la République, il ne se gêne pas pour le faire.
June et Day ne sont pas amenés à se rencontrer et pourtant la mort du frère de June, Méthias, va changer la donne. En effet, tous les indices indiquent que Day a tué Méthias. Pour June, c’est évident : il lui revient d’attraper June pour que justice soit faite.

*****

Encore une dystopie que j’ai beaucoup aimé ! Décidément, ce genre revient en force cet été sur mon blog avec de bons crus comme Glitch ou encore Legend.

Pourtant si j’ai aimé les deux, on ne peut pas dire qu’elles se ressemblent ou que je les ai appréciées pour les mêmes raisons. Pas du tout même. Là où Glitch se dévoilait totalement au début du roman en expliquant en long et en large l’univers dans lequel le lecteur mettait les pieds, autant dans Legend, l’auteur reste bien mystérieuse sur son univers.

Autant commencer directement par ce qui fâche avant de vous dire ce que j’ai aimé puisqu’en fait, ce qui m’a posé souci, c’est le début du roman. Pour être honnête avec vous, je n’ai pas vraiment aimé les premières pages que cette nouvelle saga, c’est d’ailleurs pour cela que ce n’est pas un coup de coeur.
J’ai trouvé que le début était assez brouillon. Là où je m’étais habituée avec Glitch à avoir des renseignements assez rapidement sur la dystopie, savoir comment est régi le monde et surtout en apprendre davantage sur les évènement qui ont fait qu’on en est là aujourd’hui, autant dans Legend, l’auteur nous confronte directement à la réalité de son univers sans pour autant l’expliquer dès le départ. Et vous savez que je n’aime pas trop cela, j’aime bien prendre mes marques dans un roman, ce qui n’a pas été le cas ici.

(ALERTE SPOILERS, si vous ne voulez pas savoir, ne lisez pas le passage repris en alerte) Alors, certes, nous avons quelques indications sur ce qu’est la République et comment elle est régie. En gros, il s’agit d’une sorte de dictature où prévaut l’excellence, physique et intellectuelle. Vers l’âge de 10 ans, les enfants sont contraints de passer un examen et leur résultat à cet examen conditionnera le reste de leur vie. Les classes sociales sont bien délimitées, les riches d’un côté à qui rien n’est refusé et de l’autre, les pauvres qui doivent faire tous les sacrifices alors qu’ils n’ont déjà rien. De plus, on nous précise qu’il y a une guerre entre la République et les Colonies qui sévit depuis un moment déjà, qu’il y a eu de grosses inondations qui ont considérablement réduit les terres habitables et que plusieurs épidémies refont surface de temps à autre au sein des classes les plus pauvres.
En gros, voilà les indications que l’auteur vous donne sur son univers. (Fin de l’alerte spoilers)

Si certaines choses s’éclaircissent au fur et à mesure de la lecture rendant la république plus cruelle que jamais, il me reste un tas de questions auxquelles je n’ai toujours pas de réponse à la fin de ce tome 1, notamment par rapport à cette fameuse guerre (Qui l’a déclenchée ? Pourquoi ? Qui sont les Colonies ? Parle-t-on des USA, un pays qui seraient démantibulé ou alors les Colonies représentent-elles les autres pays ?) et ces inondations (Qu’est-ce qui les a provoquées ?).

Même si je me dis que ces informations me seront données ultérieurement, je trouve néanmoins dommage que quitter un tome 1 en ayant pas une vision globale de l’univers dans lequel les personnages gravitent

Second petit bémol en commençant ce premier tome de Legend, j’ai trouvé que c’était assez long au début, qu’il n’y avait pas assez de rythme. Si au moins l’auteur avait mis à profit le début du roman pour planter le décor, je ne me serai pas ennuyée vu que c’est exactement ce qu’Heather Anastasiu a fait dans Glitch et m’a donc captivée dans les premières lignes.
Pour Legend, j’ai eu du mal à entrer dedans, pas uniquement parce que l’univers restait flou mais aussi parce que c’était lent et qu’il ne se passait pas grand chose. Pour tout vous avouer, j’ai eu envie de le reposer pour plus tard parce que le début du roman ne me bottait vraiment pas.

Ceci dit, force est de constater que j’ai bien fait de persévérer car une fois passé la première centaine de pages, on entre vraiment dans le vif du sujet et je n’ai plus réussi à lâcher le roman par la suite.

La seconde partie du récit est beaucoup plus rythmée, le lecteur stresse vraiment avec les personnages au vu du déroulement de l’action. On en apprend aussi plus sur l’univers, ou en tout cas, sur la cruauté du gouvernement en place. Plus on avance, plus la tension monte crescendo.
J’ai trouvé certaines scènes assez dures, soit parce qu’elles se passent sous nos yeux sans qu’on s’attende à une telle brutalité, soit elles sont sous-entendues mais elles n’en demeurent pas moins difficiles. Les personnages souffrent, l’auteur n’a pas peur d’ébranler les bases de leur vie pour faire avancer l’histoire.
J’ai d’ailleurs été particulièrement touchée par un souvenir de Day, le jour où son frère John a trouvé un travail. La famille fête cela comme un vrai jour de fête. Mais suite à un bête incident, les forces de police vont s’en mêler et j’ai particulièrement été choquée par le comportement cruel (cruel est un mot qui revient souvent quand je pense à la République) du policier qui se montre vraiment sans coeur. Il ne fait preuve d’aucune indulgence, d’aucune humanité. Malgré toutes les atrocités de la République qui sont énumérées dans ce 1er tome, c’est celle-ci qui m’a le plus marquée.

Je ne vais pas vous en dire plus sur l’histoire car je n’ai pas envie de vous spoiler. Il n’y a pas de cliffhanger difficile à la fin, l’attente pour le second tome n’est donc pas pressante. Eh bon quand il faut attendre une année entière pour avoir la suite, c’est peut-être mieux ainsi. En le lisant un mois avant la sortie du tome 2, je m’épargne cette attente mais aussi je garde bien au frais les bases de l’univers, ne craignant pas des oublis d’ici là !

 

*****


Côté personnages, on suit deux personnages que tout oppose, elle a fait le score parfait à l’Examen et est promue à la richesse et les honneurs dans l’armée, lui a échoué, vit dans la rue et passe la plupart de son temps à déjouer les plans de la République.

J’ai préféré Day à June dès les premières pages. Cette impression s’estompe au fil des pages, car le personnage de June évolue beaucoup plus que celui de Day. 

Au départ, mon avis sur June n’était vraiment pas bon. Alors certes c’est un petit génie de 15 ans qui aime bien faire les quatre cents coups à l’université. C’est aussi une jeune fille qui éprouve un amour inconditionnel pour son grand frère qui l’a quasiment élevée suite à la mort accidentelle de leurs parents.
Mais June a trop de préjugés au début du roman, traitant les pauvres comme des moins que rien et je dois dire que cette facette de sa personnalité m’a vraiment beaucoup agacée. Alors certes, elles est conditionnée par son milieu, ses études et ce qu’on attend d’elle des les années à venir. Mais quand même, ce n’est pas pour autant qu’il faut regarder les gens qui n’ont pas sa chance avec une telle condescendance et un tel dégoût. 

Après la mort de son frère, c’est surtout sa personnalité vengeresse qui va prendre le dessus et elle va traquer Day en pensant faire justice au meurtre de son frère.

Mais heureusement eu fil de l’intrigue et de ce qu’elle va découvrir sur sa chère et bonne République, les préjugés de June vont s’effacer. Elle se rend compte des mensonges qu’on lui a servi toute sa vie et va vouloir se battre pour ce qu’elle estime juste.

Quant à Day, il a déjà compris que la République est loin d’être ce qu’elle dit qu’elle est mais il est encore loin de découvrir toute l’ampleur de la situation. J’ai vu Day comme une sorte de « Robin des bois ». Un hors-la-loi traqué par les autorités parce qu’il fait ce qu’il estime juste en toute illégalité. Il vole pour nourrir sa famille mais il sabote également les postes de stratégie de la République dans sa guerre contre les Colonies. 
Même s’il ne peut plus voir sa famille qui le croit mort, Day reste néanmoins très proche d’eux pour vérifier qu’ils se portent bien et n’hésitent pas à prendre des risques inconsidérés pour leur apporter tout ce qu’il leur est nécessaire.
Il a également pris Tess sous son aile, une orpheline de 13 ans et se soucie d’elle comme si elle était sa soeur.

Day est un personnage auquel il est très facile de s’attacher puisqu’il représente le « Gentil » dans toute sa splendeur prêt à se battre pour les siens mais aussi pour le bien de toute une communauté. 

La relation entre Day et June est également très agréable à suivre : un petit air de romance dans un monde très dur, la petite note de légèreté que le récit avait besoin pour atténuer la dureté du monde dystopique. J’ai particulièrement aimé la manière dont l’auteur amène cette romance dans le récit : d’une attirance physique, on pense petit à petit à quelque chose de plus profond, alors que les deux personnages sont pourtant voués à se détester cordialement.

 

*****


Au niveau du style de l’écriture, j’ai particulièrement apprécié la narration à deux voix et que l’on alterne les points de vue entre Day et June. Un chapitre pour Day et un chapitre pour June, et ainsi de suite. Cela permet vraiment de découvrir la manière de penser de chacun et voir son regard sur une même situation.

Les chapitres sont assez courts, l’écriture est rythmée et dynamique et correspond assez à l’ambiance du roman. Bien que le texte soit assez dense et hormis la mise en route assez lente, j’ai trouvé que l’écriture était assez vivante et que même les passages descriptifs étaient loin d’être pesants.

 

***** CONCLUSION ******


EN BREF, un premier tome assez agréable dans l’ensemble où tout s’enchaîne assez rapidement à partir du 2ème tiers du récit. Bien que le début soit assez lent, bien que l’auteur ne donne pas beaucoup d’informations sur l’univers, le lecteur se prend vite pris au piège du récit et enchaîne frénétiquement les pages jusqu’à la fin. Révélations, tensions, trahisons sont au rendez-vous de Legend !
Ceci dit, j’en attends beaucoup plus de la suite et j’espère que l’auteur répondra enfin à mes questions. Si je peux encore passer l’éponge en me disant que tout vient à point à qui sait attendre, je risquerai vraiment d’être déçue si les informations que j’attends ne sont pas développées dans le prochain tome…

Un premier tome assez rythmé, deux personnages que tout oppose, un cocktail addictif qui fonctionne malgré ses petits défauts !

victory

Les points + :

  • Un récit assez rythmé dans lequel le lecteur se retrouve piégé une fois passé le premier tiers du roman ;
  • Des révélations chocs et un univers qui se montre assez dur, voire cruel ;
  • Des personnages forts, que tout oppose au début du roman mais qui finalement ne sont pas si différents que cela ;
  • De l’action, du suspense : j’avoue que j’ai vibré très fort au vu du déroulement de l’intrigue ;
  • La petite romance bien sympathique qui amène un peu de légèreté dans ce monde brutal ^^


Les points – :

  • Un début assez lent : j’ai failli mettre en pause le roman par manque d’intérêt dès les premières pages ;
  • L’univers dystopique en retrait. Même si l’auteur nous fait des révélations sur la République, il manque néanmoins beaucoup de renseignements sur la situation qui fait qu’on en est là. Pour moi,  une histoire sans passé, ce n’est qu’un château de cartes qui risquent de s’écrouler… 

 

Les avis des copinautes : Mycoton, Cajou, ChoOkette, TheChouille, ilnyak1pas et d’autres encore sur la page BBM du livre sur Livraddict :

 Logo Livraddict

Commentaires

  1. Je ne suis pas une grande fan des dystopies mais ici j'ai bien aimé et je vais lire la suite. 1 septembre 2013 17:50

  2. J'adore les dystopies mais je n'ai pas encore eu l'occasion de lire celle-ci, même si le résumé me tente beaucoup ! Il est dans ma wishlist depuis un petit moment déjà ^^ 20 février 2014 11:54

  3. J'ai lu beaucoup de dystopies et celle-ci m'a l'air originale. Ta chronique m'a intrigué ! 29 mai 2014 19:28

Laissez un commentaire

19 octobre 2015 15:13