Cruelles

cruellesTitre VF : Cruelles
Titre VO : Torn

Auteur : Cat Clarke (UK)
Traduction par Alexandra Maillard

Publié aux Editions Robert Laffont – Collection R
Date de publication : 06 juin 2013

Genre : YA

Pages : 417

Prix : 17,90 €
Commander sur amazon : Cruelles

Notestar-2-5


Quatrième de couverture

Alice King, 16 ans, part avec sa classe pour un séjour en Ecosse. Elle ne s’attendait pas à des vacances de rêve, mais jamais elle n’aurait pu imaginer la tournure cauchemardesque que vont prendre les évènements.
La jeune fille et sa meilleure amie, Cass, se retrouvent à devoir partager un chalet avec Polly, l’asociale de service, Rae, la gothique bipolaire, et Tara, la reine des pestes. Populaire, belle et cruelle, cette dernière prend un malin plaisir à humilier les autres à longueur de journée.
Mais Cass compte bien profiter de cette semaine au vert pour donner à Tara une leçon qu’elle n’est pas prête d’oublier. Avec l’aide de ses camarades de chambre.
Le vent a tourné pour la reine de lycée. L’heure de la revanche a sonné…

Mon avis

On m’avait dit que les romans de Cat Clarke s’amélioraient de livre en livre. Du coup, vu que j’ai aimé Confusion, le premier roman de l’auteur, je m’attendais forcément à encore plus aimer celui-ci. Malheureusement, force est de constater que la sauce n’a pas pris cette fois et que je ressors de la lecture de Cruelles assez mitigée…

Alice King, 16 ans, aimerait bien faire partie des filles populaires. Or, leur reine, Tara Chambers lui fait vivre un enfer ainsi qu’aux autres jeunes filles de son lycée. Lors d’un voyage scolaire,  Cass, sa meilleure amie, Polly et Rae, avec qui elle partage une chambre, lui proposent de donner la monnaie de sa pièce à Tara en lui jouant un mauvais tour.
Sauf que le jour J, tout ne va pas se passer comme prévu et qu’à la place d’une petite blague, c’est un cauchemar qu’Alice et ses amies vont vivre et qu’elles ne sont pas prêtes de se réveiller…

*****

De ce que j’avais pu remarquer dans Confusion, Cat Clarke est le genre d’auteurs à aimer jouer avec les nerfs de ses lecteurs en leur proposant des récits très stressants aux allures de thriller psychologique.  Et effectivement aussi bien pour Confusion que pour Cruelles, force est de constater que je n’ai pas réussi à lâcher le roman jusqu’à la fin,  le stress montant crescendo au fil des pages avec cette envie insoutenable de savoir comment le récit allait se terminer…

Avant de commencer cette chronique, je tiens à vous dire que directement en commençant ce roman, j’ai pensé à Pretty Little Liars de Sara Shepard. Je n’ai jamais lu un seul roman des Menteuses mais je regarde la série TV depuis peu. Après tout, il y est aussi question de secrets gardés par des ados de 16 ans qui vont se retrouver au centre d’un truc qui les dépasse complètement. J’ai trouvé qu’il y avait d’étranges similitudes entres les deux  au début de l’histoire et  force est de constater que j’ai eu du mal à m’enlever de la tête que ce récit se rapprochait trop de PLL, même si je voyais bien que l’histoire était traitée différemment.

Pour ce nouveau roman de Cat Clarke, j’ai vite été mal à l’aise avec le sujet du roman. J’ai vraiment eu du mal à me mettre à la place des personnages car pour moi, il était impensable que je me sois retrouvée dans leur situation, à leur âge (et même après) et quand bien même cela aurait été le cas, jamais je n’aurais fait les choix qu’elles ont fait. 
L’histoire, c’est en fait celle d’un secret lourd à porter pour 4 adolescentes de 16 ans et la manière dont elles vont gérer ce secret au quotidien, sachant que leur vie ne sera jamais plus la même…
Du coup, il y avait une énorme distance entre les personnages et moi-même et j’ai vécu l’histoire complètement de l’extérieur. Je n’ai pas cherché à les comprendre ou à avoir de la peine pour elles, mon jugement sur la situation faisait que je désapprouvais tout ce qui se passait dans la majorité du récit.

Ceci dit, on ne peut pas retirer à l’auteur le fait qu’elle mène rondement sa barque du début à la fin, nous poussant toujours à avancer dans le récit pour savoir comment cette histoire assez sordide allait se terminer. Cat Clarke maîtrise bien ce genre de roman à forte tension psychologique, il n’y a aucun doute là-dessus.
Même si je désapprouvais les choix des personnages, je dois dire que l’auteur arrive bien à retranscrire ce que les personnages ressentaient, comment ils géraient la situation, leurs émotions, lesquelles me semblaient parfaitement crédibles au vu des circonstances.

Le seul bémol que je note à ce sujet est l’absence des autres points de vue que celui d’Alice. Perso, j’aurais préféré avoir un roman à quatre voix où l’on passe d’une narratrice à l’autre pour que le lecteur puisse encore mieux ressentir les choses selon le point de vue et le ressenti de chaque personnage. Vu que l’on est coincé avec Alice en quelque sorte, on ne voit finalement les autres filles que de son regard à elle.
Ainsi, même si le ressenti des autres demoiselles passent à travers Alice, j’aurais quand même aimé découvrir directement via la narration de chacune d’entre elles comment elles vivent la situation

Mais le choix de l’auteur a été de se consacrer à Alice, sur ses émotions à elle, et sur ses choix qui m’ont énormément surpris et que j’ai trouvé très malsains. Alice est partagée entre sa culpabilité et le fait d’aller de l’avant dans sa vie comme s’il ne s’était jamais rien passé. Du coup, elle se rapproche de certaines personnes alors que tout le monde lui dit que c’est une mauvaise idée. Je vous avoue que je n’ai pas du tout compris pourquoi elle faisait cela. Déjà que la première partie du récit m’a mis énormément mal à l’aise, je ne vous parle même pas de ma seconde qui est encore plus glauque que la première.

Par rapport à la fin du récit, c’est assez prévisible, l’histoire ne pouvait se terminer autrement en un sens. Mais pour moi, ça n’a pas suffit. J’aurais aimé voir ce qui allait se passer après pour Alice et ses amies. Bref, c’est comme si on avait coupé le récit au milieu et qu’il me manquait un bout. L’auteur joue avec la curiosité du lecteur qui monte au fur et à mesure des pages et puis hop, elle nous coupe dans notre élan sans nous donner les réponses finales que l’on attend. Que va-t-il arriver aux personnages ensuite ?
J’avoue que ça m’énerve assez de ne pas le savoir. Ma tête bouillonne de questions auxquelles je n’aurai jamais de réponses…

Côté personnages, je n’ai pas réussi à m’attacher à aucun d’entre eux vu que je n’ai pas compris le choix qu’elles ont fait au début du récit. Vous allez me dire que sans ce choix, il n’y aurait pas eu d’histoire, c’est vrai  (!) mais voilà, je ne pense pas qu’à leur place, je l’aurais fait et de fait, j’ai eu du mal à m’identifier à elles (à leur âge) ni à m’apitoyer sur leur sort en me disant « oh, les pauvres petites, que ça doit être dur à vivre ! ».
Même si je peux comprendre la motivation du choix (qui n’aimerait pas se dégager de ses responsabilités d’un claquement de doigt ?), je ne l’approuve pas. Même si j’avoue que c’est tentant quand on fait une bêtise de se dire « ok, on va faire comme si rien ne s’était passé », d’une part, ma culpabilité finit toujours par me rappeler au galop et d’autre part, je finis toujours par vendre la mouche au bout de quelques heures. 

Concernant Alice, notre narratrice, comme je vous l’ai dit, je l’ai trouvé très bizarre dans sa manière de gérer les choses. Elle culpabilise énormément par rapport à ce qui s’est passé et avec Rae, c’est une des seules dont le premier réflexe est de se dire « on ne peut pas gérer ça à nous seules, il faut qu’on prévienne quelqu’un ». Mais Alice est aussi influençable et va réussir à se faire entraîner par sa meilleure amie, Cass, dans une spirale bien pire que la situation de départ. 
Résultat, Alice vit très mal la situation par la suite mais elle essaie néanmoins de reprendre le cours normal de sa vie, même si c’est impossible. Alice le dit elle-même, il y avait maintenant « avant » et « après ». Là où je la comprends moins, c’est qu’elle va critiquer en quelque sorte Polly de faire certaines choses qui pour elle sont malsaines alors qu’elle ne fait pas mieux de son côté. 

Grâce à certains flash-back, on en apprend aussi plus sur le passé d’Alice, une jeune ado qui n’a pas eu la vie facile jusque là puisque sa maman est décédée quand elle était un peu plus jeune des suites d’un cancer. Ceci dit, bien qu’elle ne soit pas méchante non plus, Alice a toujours eu un désir de popularité dans son école et elle ne va pas hésiter à lâcher certaines de ses amies simplement parce qu’elle a l’impression que celles-ci la tirent vers le bas plutôt que vers le haut, une attitude qui montre bien son côté superficiel. 

Mais ce secret va néanmoins lui permettre de grandir et de voir les choses avec un regard plus adulte. Il faut aussi noter qu’à la fin du récit, on remarque une forte évolution du personnage qui va réagir finalement de manière plus mature et adulte que les adultes eux-mêmes !

Pour les autres personnages, je ne peux pas en dire grand chose que ce que le personnage d’Alice nous en dit.

Concernant Rae, je trouve qu’il aurait vraiment été intéressant de la suivre étant donné que des autres, c’est elle qui vivait le plus difficilement le fait de garder ce secret. De l’extérieur, on ne voyait pas grand chose vu qu’elle ne parlait pas et qu’Alice n’avait pas de contact avec elle avant cette fameuse nuit où tout a basculé.  Rae est une jeune fille aux allures gothiques qui ne parle pas et vit avec sa musique. Elle n’a pas d’ami et est très solitaire mais cela lui va bien comme cela. D’ailleurs, elle ne souhaitait à la base pas être mêlée à cette histoire et y a été intégrée bien malgré elle.

Quant à Cass, au départ, je ne l’aimais pas des masses. Autoritaire, c’est elle qui va entraîner toutes les autres. Et c’est elle qui prend les choses en main par la suite. De l’extérieur, elle donne l’image de cette qui s’en fiche mais le lecteur se rend compte que finalement, elle culpabilise énormément et qu’elle a très peur, car elle se sent responsable de ce qui s’est passé… 

Polly est finalement celle que j’aime le moins. Au départ, si on a de l’affection pour elle vu qu’elle est un peu la bête noire de Tara, elle cache finalement bien son jeu. Pour moi, Polly n’est qu’une grosse hypocrite.

Et comment ne pas parler de Tara, la fille que j’aurais sans doute détesté autant qu’Alice et ses amies. Tara est LA fille populaire par excellence, celle qui réunit une petite cour autour d’elle et qui fait la pluie et le beau temps à l’école. Elle est méchante et vraiment cruelle avec les autres, n’hésitant pas à leur faire les pires vacheries.
Pourtant, à travers les flash-back d’Alice, on comprend que Tara n’a pas toujours été comme cela et qu’elle était une jeune fille assez timide auparavant… du coup, alors qu’on la jugeait comme la petite peste de service au départ, ces éclaircissements nous permettent de la voir sous un nouveau jour.

Quant au style de l’écriture, encore une fois il convient de constater qu’il est simple mais très efficace. Les chapitres sont assez courts, ce qui nous donne envie d’en lire encore un de plus, même quand on sait qu’il est temps de refermer le livre car notre vie nous rappelle à nous. 

J’ai aussi une petite remarque à faire à niveau de la traduction VF, ce n’est pas la première fois que je constate ce genre d’erreur dans les romans traduits que ce soit dans la Collection R ou ailleurs, mais j’aimerais attirer l’attention sur le fait qu’avec une bonne relecture, on ne devrait plus voir des erreurs dans les noms des personnages au point qu’on finisse par en mettre un à la place d’un autre car alors l’histoire finit par n’avoir aucun sens. Et si le lecteur voit ce genre d’erreurs au premier coup d’oeil, le correcteur aussi
 

***** Conclusion *****


EN BREF, même si je reconnais le talent de l’auteur qui arrive à faire monter crescendo la tension dans son récit, pour mettre ses personnages dans des situations psychologiquement insoutenables, je reste très mitigée quant à cette lecture, étant donné que le sujet m’a mis énormément mal à l’aise. De plus, j’ai trouvé que le fil de l’histoire ressemblait beaucoup à Pretty Little Liars, la série de Sara Shepard, et je n’ai pas pu me sortir cette idée de la tête durant toute ma lecture.
J’ai également eu du mal à comprendre les héroïnes et leurs choix et je reste persuadée que même à leur âge, je n’aurais jamais pris les mêmes décisions qu’elles. Je suis donc restée extérieure au récit d’un bout à l’autre. L’étrange dans tout cela, et c’est là la vrai force de l’auteur pour moi, c’est que malgré ses défauts, je n’ai pas pu m’empêcher de tourner les pages à une vitesse folle pour savoir comment tout cela allait se terminer.
je reste également déçue par la fin qui me semble incomplète, j’aurais bien aimé poussé ma curiosité au-delà…

unhappy
Les points + :

  • Encore un roman de Cat Clarke où les pages se tournent toute seule !
  • Un style d’écriture simple, mais très efficace, avec des chapitres très courts ;
  • Pour le reste, je dois dire que mon ressenti est assez personnel : le sujet du roman m’a mis assez mal à l’aise dès le début (si c’était le but recherché, c’est bingo, alors !) et la sensation n’a fait que s’accentuer au vu des choix des héroïnes que je désapprouvais ;


Les points – :

  • Un sujet qui m’a mis mal à l’aise d’emblée et des choix qui sont faits que je désapprouve : je n’ai jamais réussi à me projeter dans l’histoire parce que je reste persuadée qu’une telle chose n’aurait jamais pu m’arriver et que même si cela avait été le cas, je n’aurais jamais pris les mêmes décisions que les héroïnes. 
  • Du coup, un récit où je suis restée simple spectatrice extérieure au récit ;
  • Un début de roman calqué sur Pretty Little Liars : cette impression ne m’a jamais quitté pendant la lecture, même si l’histoire est sensiblement différente ;
  • L’absence de point de vue des autres filles, on reste sur une seule narration avec Alice. Pourtant, le point de vue des autres aurait été tout aussi intéressant à suivre ;
  • Pour moi, le roman reste incomplet et pour tout vous dire, il s’arrête juste là où j’aurais aimé qu’il commence ;
  • Pour la traduction, je donne un mauvais point pour la relecture du texte où on laisse des erreurs comme mettre le nom d’une fille à la place d’une autre. Autant je peux passer outre des mots qui manquent ou des petites fautes d’orthographe, autant ce genre de faute déconcentre le lecteur et lui fait perdre l’intensité d’histoire.


Les avis des copinautes : Mélo, Nessa, fangtasia, Mycoton, Margaud et bien d’autres encore sur la page BBM du livre sur Livraddict :

 Logo Livraddict

Commentaires

  1. J'entends de plus en plus d'avis sur ce livre et il commence à m'intriguer. Il faut que je me l’achète ;) 21 août 2013 12:05

  2. Ouais, ben je crois que j'étais presque trop gentille lors de ma chronique, car en effet, plus j'y repense, et plus je me dis qu'il était pas terrible. Hahaha, comme toi, je voyais PLL rien qu'en lisant la 4ème. Après j'ai hâte de découvrir le prochain de l'auteur, qui devrait pas tarder à sortir me semble. Histoire de me faire un autre avis sur son style, n'ayant pas lu Confusion. Bisous Jess 21 août 2013 18:07

  3. Ah ça fait plaisir ! Je me sens moins seule à ne pas avoir accroché à Cruelles ^^ Comme toi je me suis sentie extérieure au récit et je n'ai pas su m'attacher à Alice qui pour moi était trop naïve et n'avait pas de caractère. J'ai trouvé aussi que les sentiments n'étaient pas assez exacerbés pour moi. Et le coup du prénom à la place d'un autre m'a aussi déstabilisée. J'ai relu deux fois la phrase pour être sûre. mais là, ça faisait la 3ème faute en deux pages, ce que je trouve relativement beaucoup. Très bonne chronique, en tout cas ! 24 août 2013 19:13

  4. Woa ! Quelle belle (et un peu longue) chronique ! J'ai vraiment l'impression que tout le monde sauf moi a déjà lu ce livre !! au passage j'en profite pour dire que ce blog est vraiment très beau !! Félicitations !! ^^ 31 août 2013 20:15

  5. @Delaplume : merci pour ton passage, le petit comment sur mon blog me touche bcp ! ça me fait plaisir de savoir qu'il plaît ^^ Mais pour les chroniques (un peu) longue, désolée, c'est ma spécialité... je ne me vois pas faire autrement ^^ 1 septembre 2013 10:52

  6. Je suis d'accord avec toi sur certains points ! Je n'aurai pas pris les décisions qui ont été prises, la fin m'a aussi un peu déçue, elle n'étais pas assez complète pour moi, j'aurai voulu en savoir plus. Sinon, j'ai quand même bien aimé le reste. 20 février 2014 11:56

Laissez un commentaire

27 avril 2016 20:08