Wake, tome 1

Titre VF : Wake, tome 1

Titre VO : Wake

Auteur : Lisa McMann (USA)
Traduction de Raphaële Eschenbrenner

Publié aux Editions La Martinière Jeunesse
Date de publication : 13 septembre 2012

Genre : Jeunesse

Pages : 210

Prix : 13,90 €
Commander sur amazon : Wake

Note


Quatrième de couverture


Quand les autres s’endorment et plongent dans leurs rêves, le cauchemar de Janie commence.

De quoi sont faits nos rêves ? Que se passerait-il si quelqu’un pouvait entrer dans ces histoires folles qui agitent nos nuits ?
Depuis qu’elle a 5 ans, Janie Hannagan porte un lourd secret : quand les autres s’endorment près d’elle, elle perd connaissance pour être entraînée dans leurs songes. Témoin de leurs terreurs nocturnes, elle voudrait les aider, mais comment faire ?
En se confiant à Cabel, Janie croit trouver l’âme soeur et espère sortir de sa solitude. Mais ses rêves à lui se révèlent si troubles et inquiétants qu’elle prend peur…
A-t-elle fait le bon choix en choisissant ce garçon-là ?

Mon avis 

 J’aimais beaucoup le concept de départ du roman, l’idée de « voyager » d’une certaine façon dans les rêves des autres… Mais malheureusement ce roman ne m’a pas séduit comme il a pu séduire d’autres blogueurs. Trop jeunesse, des personnages sans charisme, des scènes peu crédibles, bref ce premier tome de Wake ne fut pas, pour moi, la balade onirique que j’en attendais…

Janie est une jeune fille pas tout à fait comme les autres… Elle a cette étrange capacité de s’endormir dès que quelqu’un rêve à sa proximité et de pénétrer dans le rêve de cette personne. Janie commence seulement à appréhender son pouvoir, mais le poids devient tellement lourd à porter qu’elle décide de se confier à Cabel, un jeune homme de sa classe qui semble la comprendre. Mais Cabel ne lui dit pas tout…
Janie aura-t-elle le courage de percer son mystère ?

*****

Autant vous annoncer la couleur tout de suite, je n’ai pas vraiment aimé ce roman. Peut-être est-il trop jeunesse pour moi, mais voilà la sauce n’a pas pris : je n’ai pas été séduite par les personnages, ni par l’héroïne ni par Cabel, l’histoire est traitée en superficialité et certaines scènes m’ont paru tellement peu crédibles qu’elles ont, d’une certaine façon, discréditer le tout.

Pour commencer, parlons de l’histoire.
Comme je vous le disons en introduction, l’idée des « voyages » dans les rêves des autres m’avait énormément séduit à la lecture de la quatrième de couverture.  L’univers de l’auteur se dévoile facilement, on comprend vite que le pouvoir de Janie dépasse la simple « visite » dans les rêves des autres, elle peut y jouer un rôle, voire les aider à « comprendre » leurs rêves pour mieux les appréhender.
De plus, on sent que l’auteur a travaillé cette trame sur les rêves, en distillant des éléments qui donnent envie d’en savoir plus… 

Cependant, malgré cela, j’ai trouvé que finalement on  restait en surface et que l’auteur n’allait pas assez loin dans le développement de ses idées. J’ai vraiment eu l’impression qu’on était dans un livre jeunesse (genre 10-12 ans) : on dit les choses mais on ne les explique pas. On les pose comme acquises sans aller plus loin dans la réflexion et force est de constater que je déteste ça.
Évitez de lire l’exemple repris en plus petit caractère si vous voulez que le mystère reste entier. Par exemple, Janie va rencontrer quelqu’un qui est peut-être comme elle et plus tard, dans une conversation avec une autre personne à propos de son « don », cette personne va lui dire « ah oui, comme Madame Machin ». J’aurais aimé en savoir plus sur cette Madame Machin, savoir quel rôle elle jouait auprès de la personne en question, bref tout détail qui aurait aussi permis à Janie de mieux comprendre ce don qu’elle avait et comment s’en servir aux fins d’aider les gens. 

De plus, certaines situations m’ont parues complètement surréalistes. Malgré le don de Janie, on se trouve bien dans un monde « normal ». Janie est consciente que si elle parlait de son don aux gens, ces derniers la prendraient pour une folle. Donc, on peut supposer que ce monde pourrait être le nôtre.
On s’attend donc à ce que les réactions des personnages, en particulier celles d’adultes ayant de grosses responsabilités, soient celles qu’un adulte normalement constitué ayant des grosses responsabilités auraient. Or, ce n’est pas du tout le cas. En lisant certaines pages, j’ai vraiment pensé (pour reprendre une expression bien du moment avec Secret Story (courage, plus que 10 jours et je ne vous en parle plus ^^)) : Mais à quelle heure ça se passerait comme ça dans la vraie vie ?
Expliquons les choses concrètement (surligne le passage entre crochets si tu acceptes d’être spoilé. Sinon, reviens lire la suite quand tu auras fini le livre !) : [Quand Cabel comprend qu’il risque de perdre Janie par ses cachotteries, il décide de stopper sa mission qui consiste à aider la police à piéger un important trafiquant de drogue auprès des mineurs. La commissaire de police convoque alors Janie au commissariat pour mettre cette dernière au parfum de cette importante opération sous couverture pour ne pas perdre son poulain. Mais à quelle heure tu vois une commissaire de police s’occuper des petites amourettes d’un ado dans le cadre d’une opération sous couverture ? Elle l’aurait vite renvoyé à ses responsabilités en lui disant plutôt : « hé gamin, reprends-toi, une de perdue, dix de retrouvée !« .

De plus, en relisant la quatrième de couverture pour rédiger cette chronique, je constate qu’elle exagère vraiment le rôle de Cabel dans l’histoire. Une fois qu’on est au courant du pourquoi du comment du comportement de Cabel et compagnie, on est forcément déçu. A trop en attendre, avec les exagérations de la quatrième qui donnent vraiment envie d’en savoir plus, comment peut-il en être autrement ?

Bref, au niveau de l’histoire, je n’ai pas forcément été séduite. L’idée de départ est bonne, mais pas assez exploitée à mon goût. On reste trop en survol, on énonce des vérités importantes sans détailler plus que cela.
Je sais ce que certains peuvent dire : »Jess, c’est un tome d’introduction, attends de voir la suite« . Et je suis d’accord avec eux.  Mais voilà, même dans un tome d’introduction, il faut savoir réussir à accrocher le lecteur pour lui donner envie de poursuivre l’aventure. Malheureusement, en refermant le livre, je n’avais pas spécialement envie de continuer la saga. Je ne sais pas encore si je me procurerai le tome 2. Je n’aime pas arrêter une saga en cours de route mais là franchement, je ne suis pas vraiment très emballée.


Voyons maintenant les personnages.
Ici encore, le bilan reste négatif. Je n’ai absolument pas accroché aux personnages que ce soit l’héroïne, Janie, ou Cabel.

Janie est une jeune fille ordinaire qui porte la responsabilité non seulement de ce don qui lui est tombé dessus alors qu’elle n’était encore qu’une gamine mais également de sa famille, dans la mesure où sa mère, alcoolique, ne gère absolument rien, à part sa bouteille d’alcool et son lit toute la journée. Dès lors, pour pouvoir vivre et continuer plus tard ses études à l’université, Janie n’a pas d’autre choix que de travailler en plus de ses cours.
Pour ça, je dois dire que Janie est un exemple de maturité. Peu d’adolescents de son âge feraient ce qu’elle fait à son âge. Les rôles sont intervertis entre sa mère et elle. Sa mère est l’ado irresponsable et Janie est la maman responsable qui paie les factures et fait le ménage.

Alors, qu’est-ce qui ne va pas chez Janie pour que j’en vienne à dire qu’elle manque de charisme ?

Je n’ai pas de réponse précise à vous donner. Il y a des personnages à qui on s’attache bien vite parce qu’ils ont une aura puissante qui fait qu’ils arrivent à nous « capter » assez facilement (comme un soleil qui brille si fort mais sans faire mal aux yeux ! On a envie de ne regarder que lui !) et d’autres qui, même s’ils sont le personnage principal de l’histoire, restent transparents
Et malheureusement, c’est ce qui s’est passé avec Janie, j’avais l’impression de suivre une héroïne invisible, transparente.

On peut résumer en deux points les raisons de ce ressenti :
1) Le manque d’approfondissement des personnages. L’auteur ne nous dévoile quasi rien des personnages et dans le cas de Janie, le personnage sur lequel elle donne le plus de détails, ce n’est pas assez. Les premières pages du roman racontent la découverte de son « don » quand elle était gamine et on évolue au fil des premières pages dans le temps pour arriver à aujourd’hui. Tout cela est balayé avec bien trop de rapidité pour que le personnage puisse acquérir une vraie « âme », une vraie « identité » qui va séduire le lecteur.
2) La narration à la troisième personne n’aide en rien : le lecteur reste distant de l’héroïne puisque ce n’est pas elle qui se raconte. Aucune intimité n’est créée, vu que la narration reste très sommaire, très jeunesse. L’auteur n’a pas réussi, comme d’autres auteurs, à conserver cette intimité, même avec ce type de narration.

Ceci dit, il faut reconnaître à l’auteur un certain talent pour faire passer le mal être de Janie par rapport à ce don qu’elle n’arrive pas à apprivoiser et qui l’oblige à se retrouver à toute heure, du jour ou de la nuit, dans la tête d’autres personnages, parfois d’inconnus. On sent bien que Janie se retrouve « piégée » avec ce don dont elle aimerait bien se débarrasser jusqu’au moment, où elle comprend qu’elle peut s’en servir pour aider les autres… Oui, mais comment ?


Concernant Cabel, c’est le même constat. Le personnage est survolé, pourtant il a un passé lourd et poignant. Il y avait matière à développer avec lui un personnage de grande envergure mais voilà, il manque plein de détails pour qu’il en soit ainsi. Je l’ai trouvé assez insignifiant.

La relation qui se noue petit à petit entre Janie et Cabel ne m’a pas plus intéressée. Je ne vous surprendrai pour dire que l’auteur ne l’a pas assez développée et qu’elle manque donc de crédibilité à mes yeux. 

Par contre, là où je suis clairement dégoûtée, c’est la relation mère/fille qui nécessitait selon moi une place plus importante dans l’histoire et surtout un traitement beaucoup plus profond. Ce sont des détails vous allez me dire mais voilà, j’ai senti que cette relation était importante pour Janie… mais malheureusement la manière dont l’auteur aborde cette question m’a vraiment gênée.
Au début de l’histoire, on nous fait bien comprendre que la maman n’est pas vraiment responsable, qu’elle préfère noyer son chagrin dans une bouteille d’alcool plutôt que de s’occuper de sa fille, la laissant rapidement gérer tout dans le ménage à sa place. 
Et petit à petit, l’auteur va aborder un revirement dans le comportement de sa mère que le lecteur – et Janie par la même occasion – ne comprend pas. Encore une fois, peut-être que ce volet sera mieux abordé dans le prochain tome mais pour le coup, j’ai trouvé que c’était tombé comme un cheveu au milieu de la soupe


Parlons enfin du style de l’écriture.
Là, encore je dirai que ce n’est pas du tout mon genre ! Encore une fois – on va dire que je me répète à force, je trouve que le style est beaucoup trop jeunesse à mon goût. Les phrases sont construites avec simplicité, on est à la limite du sujet – verbe – COD.
Le seul avantage, c’est que ça se lit vite ! 


La narration est racontée à la troisième personne. Personnellement, je ne trouve pas ce choix judicieux dans la mesure où une narration en je avec Janie pour narratrice m’aurait peut-être permis de me sentir plus proche d’elle, de mieux cerner son personnage. 
Surtout que l’auteur reste focalisée sur son héroïne, la suit en permanence. 

Par contre, j’ai bien aimé le changement de police quand on passe dans un rêve, ça permet de bien faire la différence entre le réel et ce qui ne l’est pas.

Conclusion

En bref, je n’ai pas adhéré à ce premier tome de Wake. Visiblement, le roman est trop jeunesse pour moi, on reste trop en surface sur beaucoup de choses et le manque de crédibilité de certains passages ont eu raison de moi !
Ceci dit, vu les nombreux avis positifs que j’ai vu sur la toile, je ne doute pas qu’il devrait plaire à beaucoup de lecteurs, c’est juste qu’avec moi, ça ne l’a pas fait !


Les points + :

  • Une idée de départ très sympa et assez originale ;
  • Le changement de police au niveau de l’écriture pour bien différencier la réalité des rêves ;

Les points – :

  • Une intrigue survolée, pas approfondie alors que les idées sont là et sont géniales, quel dommage ! Si l’auteur ne faut qu’introduire son monde, malheureusement elle ne le fait pas assez pour me captiver à poursuivre cette aventure.
  • Des personnages assez peu charismatiques, qui manquent de mordant : je n’ai pas réussi à m’y attacher
  • Des passages peu crédibles qui discréditent le tout.
  • J’aurais préféré une narration en je plutôt qu’à la troisième personne.
  • Une quatrième couverture qui laisse présager des mystère qui une fois découverts, déçoivent le lecteur qui en attendait trop vu les exagérations qui sont faites.


Les avis des copinautes : Ch0u:), Archessia, fangtasia, alittlematterwhatever, Mycoton32, Acsylé et d’autres encore sur la page BBM du livre sur Livraddict :

Logo Livraddict

 

Commentaires

  1. Tout au long de la lecture, j'avais l'impression de m'entendre parler de Forgotten ^^ Ca me semble être exactement le même genre de livres, avec un concept de base extra, mais qui finalement se révèle peu approfondi et beaucoup trop jeunesse ! Du coup, je pense que je vais passer mon chemin, de peur de revivre la mauvaise aventure de Forgotten :/ Superbe chronique, comme d'habitude, en tous cas ;) Bisous bisous ^^ 30 août 2012 00:58

  2. Tu n'es pas la seule à être déçue par ce bouquin. Si au départ, le sujet m'intéressait, je crois que je vais finalement passer. 30 août 2012 12:23

  3. Bon, voilà au moins un livre qui n'ira pas dans ma PAL ^^ 1 septembre 2012 19:38

  4. Je n'ai pas du tout apprécié ce livre. Je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire. 24 septembre 2013 13:09

Laissez un commentaire

17 October 2018 18:47