Starters (Tome 1)

Titre VF : Starters (tome 1)

Titre VO : Starters


Auteur
: Lissa Price (USA)
Traduction de Aude Lemoine

Publié aux Editions Robert Laffont (Collection Jeunes Adultes « R »)
Date de publication : 15 mars 2012


Genre
: Dystopie, Jeunesse

Pages : 449


Prix
: 16,90 € (TVA 5.5 %) – 17,15 € (TVA 7 %)
Commander sur amazon : Starters

Note


Quatrième de couverture

Vous rêvez d’une nouvelle jeunesse ?
Devenez quelqu’un d’autre.

Règles s’appliquant à la clientèle  de PRIME DESTINATIONS :

1) N’oubliez pas que le corps dont vous êtes locataire est celui d’une jeune personne.
2) Il est strictement interdit de le modifier ou de le blesser.
3) Toute activité illicite entraînera l’annulation de votre contrat.

Le corps que vous avez loué nous appartient.

Mon avis

 Voilà un roman que j’attendais. Une sortie quasi simultanée aux USA et en Europe, c’est assez rare que pour faire l’évènement ! Et évidemment comme tout roman très attendu, j’en ressors contente mais je reste finalement sur ma faim. Néanmoins, au vu du final proposé, j’attends le second tome de cette duologie avec impatience ! 

Callie Woodland est une Starter, soit une jeune fille ayant moins de 20 ans. Elle vit dans la rue avec son frère Tyler, comme beaucoup d’adolescents devenus orphelins suite au décès de leurs parents dans la Guerre des Spores. En effet, dans son monde, il ne reste plus que les jeunes (Les Starters – du verbe to start = commencer en anglais) et les plus âgés qui peuvent vivre bien au-delà de 100 ans (Les Enders – du verbe to end = terminer), seules personnes ayant été vaccinés contre les spores meurtriers.
Pour subvenir aux besoins de son petit frère malade, Callie va accepter de « louer » son corps à des Enders, envieux de revivre une seconde jeunesse via la société Prime Destinations qui promet aux jeunes grosse rémunération contre trois locations de leur corps. 
Evidemment, la réalité est tout autre et Callie va l’apprendre à ses dépens.

A. L’intrigue.

Avec Starters, vous entrez de suite dans une dystopie forte mais dérangeante qui fait réfléchir une nouvelle fois sur les limites de l’Homme à vouloir contrer la Nature, sa propre mort et le vieillissement. 

L’univers de Lissa Price tourne vraiment autour de la recherche de la beauté parfaite et de l’éternelle jeunesse. Suite à une guerre qui a décimé une grosse partie de la population (en gros, les adultes entre 25 et 60 ans), une société qui officie dans l’ombre recrute des Starters en leur promettant une importante somme d’argent contre trois locations de leur corps à des Enders riches à la recherche d’une nouvelle jeunesse.
Il faut avouer que le sujet est dérangeant, choquant et totalement inimaginable dans la société actuelle… En êtes-vous sûr ? Dans une société de plus en plus consumériste où tout s’achète pour qui a de l’argent, ne pensez-vous qu’on puisse en venir, technologie et avancée scientifique aidant – à pouvoir vendre notre corps en toute légalité ?

Dès lors, au vu de la gravité du sujet évoqué, il est clair que cette nouvelle dystopie ne pouvait que me plaire puisqu’elle suit la même logique de réflexion sur les limites de la science et la folie des scientifiques que la saga  Le dernier jardin de Lauren DeStefano.
Cependant, malgré la force du message véhiculé par l’une et l’autre saga, je constate que l’une est un coup de coeur et l’autre ne l’est pas. Pourquoi ? Essayons de voir cela de suite !

Déjà, j’ai trouvé que la dystopie de Lissa Price était un peu brouillonne par moments (je reviendrai sur ce point lorsque je parlerai du style de l’écriture) et qu’il manquait des explications pour que le lecteur soit à 200 % dans l’univers de l’auteur.
Si je n’ai eu aucun mal à comprendre l’univers, je constate cependant que beaucoup de choses sont avancées par l’auteur mais pas expliquées.

Voyons cela avec  2 exemples :

Premièrement, l’auteur parle d’une guerre qui a touché d’abord l’océan Pacifique pour ensuite se diriger vers les Etats-Unis exclusivement. Une guerre appelée Guerre des Spores à cause de ces spores meurtriers qui ont tué une partie de la population. Alors, OK, les Etats-Unis ont beaucoup d’ennemis mais qui a commandité cette guerre ? Pourquoi ? Que s’est-il passé avant pour justifier d’une réaction violente vis-à-vis des USA uniquement vu que les autres pays ne semblent pas touchés ? Cette dualité Starters/Enders existent-elles ailleurs ?
Vous voyez les questions posées restent nombreuses.

Deuxièmement, l’auteur parle des Starters qui sont orphelins et qui n’ont plus de parents et doivent survivre dans la rue et se loger comme ils peuvent. Elle oppose les Alliés aux Perdus. Quelle est la différence entre un Starter qui vit dans la rue et qui s’allie à d’autres pour survivre et un Perdu ?  Je n’ai pas bien compris cette distinction faite par l’auteur.

On pourrait encore citer le fait que les Enders vivent de plus en plus longtemps, jusqu’à 200 ans parfois. Quelles sont les avancées scientifiques qui font qu’on en soit arrivé là ? Là encore, l’auteur n’en dit rien…

Vous allez me dire, « Jess, tu chipotes un peu, là ! ». Peut-être, mais toujours est-il que quand je commence un univers, j’aime bien qu’on m’explique tout : Comment on en est arrivé là, quelle était la situation avant et si on utilise des termes pour désigner des individus en particulier, qu’on m’explique ce que ce terme signifie…

Par contre, il convient d’admettre que ce sont des points de détail et que globalement, le fait de ne pas savoir n’entache pas la compréhension du roman.

D’ailleurs, c’est simple, une fois bien lancé dans l’intrigue, il est difficile de lâcher le roman.
Si le premier tiers met les choses en place doucement (d’ailleurs passé l’étape découverte de l’univers, j’ai trouvé ça un peu lent), le second tiers est vraiment palpitant, haletant et j’avoue m’être dit hier soir que j’irai bien au finish tellement j’étais à fond dans l’intrigue (cependant, j’ai été raisonnable et terminé le livre ce matin :D)
Par contre, le dernier tiers (sauf la toute fin, les toutes dernières pages qui sont vraiment à part) m’a quelque peu déçue. Quand on voit toute la richesse de l’univers, toute l’émotion, tout le suspense porté par la seconde partie, on s’attend vraiment à ce que les choses soient encore plus fortes quand l’action va atteindre son paroxysme. Mais malheureusement, ce n’est pas le cas.
Quand les choses bougent vraiment, j’ai eu l’impression que c’était trop rapide, trop facile que les choses se passent sans accro au vu que l’importance de la cause que Callie défend. Du coup, le soufflet est un peu retombé pour ma part et sans les dernières révélations à la toute fin, je pense que je serai vraiment restée sur ma faim par rapport à ce que l’auteur m’avait proposé jusqu’alors.

Et parlons-en de cette fin et de ses révélations plus incroyables les unes et que les autres. Même si la plus importante, je l’ai vu venir assez rapidement, je dois dire que la fin réserve son lot de grosses surprises et que vous devriez vraiment tomber le cul sur votre chaise !

En tout cas, au vu des dernières pages, je peux vous dire que je n’ai qu’une envie, LIRE LA SUITE !!!

B. Les personnages.

Globalement, les personnages sont bien fouillés, même si on ne voit pas assez certains pour pouvoir les analyser plus en profondeur (comme Michael par exemple).

Attachons-nous à notre héroïne, Callie. Callie m’est de suite apparue comme une jeune fille sympathique. Le fait qu’elle se démène autant au point de vouloir se sacrifier pour son petit frère m’a vraiment ému et de suite, je l’ai trouvé très attachante.  Au fil de l’histoire, j’ai trouvé qu’elle se comportait comme quelqu’un de très mature et qu’elle prenait les bonnes décisions au vu de la situation. Elle ne panique pas, réfléchit et agit en conséquence. Cependant, on sent néanmoins que plus elle en apprend sur  Prime Destinations, plus elle s’affirme et sa position se radicalise. Callie va au bout des choses quand il s’agit de se battre pour son frère ou pour une noble cause.
C’est une héroïne qui allie à la perfection la fois la fraîcheur de la jeunesse  et les responsabilités plus adultes

Les autres personnages jouent également importants à l’histoire. Sans entrer dans les détails, je peux vous dire que j’ai apprécié la dernière locataire de Callie, Helena, une femme loyale et juste, très gentille et reconnaissante envers sa « donneuse ». Le seul reproche que j’aurais à lui faire est de vouloir  solutionner un problème en le prenant par le mauvais bout. De même, le personnage de Sara m’a immédiatement séduit par sa naïveté, sa gentillesse et son abnégation totale. 

Un autre personnage important dans le roman est Blake. Mais comme c’est trop compliqué de vous en parler sans vous spoiler, volontairement je ne vous dirai rien à son sujet et il faudra attendre ma chronique du tome 2 pour en savoir plus !

Evidemment, vous vous en doutez, il y a un début de romance également dans ce roman. Malheureusement, encore une fois, je ne peux rien dire vu que ce tome pose vraiment les bases d’un triangle amoureux dont on en sait encore si peu qu’il serait précipité d’en parler. 

C. Le style d’écriture.

J’ai beaucoup aimé le style assez fluide et très rythmé de la narration. Retrouver une narration en « je » dans un roman dystopique après l’expérience de Sentiment 26 de Gemma Malley (ou la narration est à la troisième personne) – chronique à venir – me fait penser que c’est vraiment ce type de narration qui convient au genre. Cependant, comme le font certains auteurs, il est possible d’avoir dans une narration en « je », des chapitres écrits à la troisième personne qui permettent d’avoir une vision globale de la situation, plus objectifs que les pensées de notre narratrice. L’idéal est donc un bon mix des deux, équilibré et maîtrisé par l’auteur !

Il n’y a pas de longueurs dans les descriptions et les dialogues rendent le texte vraiment vivant ! Surtout qu’au niveau dialogue, vous n’êtes pas au bout de vos surprises, mais je ne vous dirai rien, à vous de découvrir !

Cependant, je dois relever qu’il y a quelques incohérences dans le texte mais j’ignore totalement si c’est des erreurs de l’auteur ou alors de la traduction.
La plus grosse erreur (je pense être restée sur la page au moins un bon quart d’heure, à revenir en arrière pour voir si je n’avais pas loupé quelque chose) se trouve page 143. Callie parle avec Blake qui lui demande de parler d’elle, en l’appelant Callie Woodland alors que lorsque sa locataire utilise son corps, elle s’appelle Callie Winterhill…

J’ai également ressenti un problème de chronologie au niveau des évènements.  Vu que l’auteur n’indique pas clairement l’année dans laquelle on est, on a toujours des références à « il y a 3 ans » ou « il y a un an et demi » et du coup, j’ai eu beaucoup de mal à placer le début des évènements car j’avais l’impression que ça changeait tout le temps en fonction de mon avancée dans le récit. J’ai donc eu beaucoup de mal à visionner clairement une timeline dans mon esprit, rendant le tout très brouillon quant à ce qu’il s’est passé avec cette fameuse guerre.

D. Conclusion.

Globalement, je dois bien vous avouer que j’ai été bluffée par l’univers, par la force du message exprimé dans cette dystopie. Personne ne peut rester indifférent face à une telle atrocité et forcément, ça dérange, ça choque et ça nous fait réfléchir sur nous et sur ce que nous pourrions inventer à l’avenir comme « progrès », si l’on peut appeler ça un « progrès » et non pas une régression au niveau de notre moralité et de notre civilité.
Cependant, comme toute grande sortie annoncée, il convient de constater que mes attentes étaient énormes pour ce roman et que j’en ressors, certes satisfaite, mais que le roman n’est pas non plus un coup de coeur. Les idées sont bonnes, l’intrigue est prenante malgré un début un peu longuet mais le dernier tiers n’est clairement pas à la hauteur de mes attentes mais également du reste du roman
Reste à vous dire que la fin rattrape néanmoins l’affaire en proposant un cliffhanger vraiment incroyable auquel je ne m’attendais absolument pas ! Il faudra donc attendre fin de l’année 2012 pour savoir si ce second tome tiendra toutes ses promesses !

En attendant, je vous conseille néanmoins ce premier tome, qui malgré ses défauts, reste une excellente dystopie qui ne pourra vous laisser indifférent !

Attention, tome 2, je t’attends au tournant !

Les points forts :

  • Une dystopie forte qui traite d’un sujet qui sera toujours d’actualité, la quête de l’immortalité et d’une éternelle jeunesse.
  • Une héroïne  attachante, prête à tout pour arriver à ses fins et pour sauver son frère.
  • Une intrigue qui tient le lecteur en haleine tout au long du récit, une fois que l’on a dépassé la phase mise en place qui peut paraître un peu longuette sur le départ.
  • Des rebondissements auxquels on ne s’attend pas à la toute fin, laissant le lecteur sur une révélation forte qui donne envie de lire la suite !
  • Un style d’écriture simple, efficace et sans fioriture.

Les points faibles :

  • Le dernier tiers du récit m’a déçue car l’action va trop vite, le dénouement est trop simple et ne colle pas du tout avec la gravité de la situation exposée.
  • Si je n’ai pas vu venir certains rebondissements, le plus important de ceux-ci fut assez prévisible pour ma part. Je l’avais deviné bien avant sa révélation et je n’ai donc pas été surprise.
  • Est-ce une erreur lors de la traduction ou de l’auteur (?) mais j’ai trouvé qu’il y avait des erreurs assez grossières (notamment utilisation d’un nom à la place d’un autre (p.143)) qui brouillent un peu la dystopie.
     

Les avis des amis : Archessia, Vozrozhdenyie, Serega, Lanyla, Acsylé et d’autres à venir sur la fiche BBM sur Livraddict :  

Logo Livraddict

Commentaires

  1. Wahou ! Je viens à l'instant de le finir et je vois, sur la bibliomania de LA une chronique de Starters ! J'ai pensé presque la même chose que toi au niveau des quelques éléments qui nous manquent au niveau de l'histoire du monde de Callie. Très jolie chronique, vraiment complète en tout cas ! Il faut que je prenne exemple et aille commencer la mienne... Bonne continuation ! 18 mars 2012 18:43

  2. Voilà qui me donne envie même si tu as été un peu déçue. Je vais peut-être me laisser tenter pour un prochain WE... Bises 18 mars 2012 19:53

  3. Je suis justement en train de le lire. Je n'ai lu qu'environ 70 pages et je suis déjà sous le charme !! Sans doute un prochain coup de cœur (je l'espère car vu que tu as été déçue dans le dernier tiers du livre, je suis maintenant moins sûre de moi ) 19 mars 2012 08:14

  4. Merci Jess pour ce retour concernant ce livre. Je me le note sur ma liste afin de le découvrir à mon tour. Très bonne journée à toi et bravo pour ta chronique. 19 mars 2012 11:06

  5. Le résumé me tentait déjà pas mal, mais avec ton avis, je me suis décidée ! 19 mars 2012 18:11

  6. Très belle chronique, qui donne envie de découvrir ce roman sans plus tarder :) 19 mars 2012 20:48

  7. L'utilisation du nom de Woodland à la place de Winterhill par Blake à la page 143 n'est pas une erreur pour moi. Cela s'explique très bien avec un des rebondissement de la fin. Ce serait plutôt un indice. 21 mars 2012 17:14

  8. Pas bête, je n'avais pas vu ça comme ça. Ceci dit, pourquoi Callie n'a pas tilté sur son nom dans la mesure où elle est étonnée qu'il connaisse son prénom lors de la soirée où ils se rencontrent ? 21 mars 2012 18:08

  9. Avec tout ce qui lui arrive je dirais qu'elle est assez déboussolée. D'autant qu'elle jongle elle-même avec les deux noms donc... 21 mars 2012 18:47

  10. Je viens de finir ce livre et personnellement le seul truc que je regrette c'est qu'il soit trop court. x) La trame de l'histoire m'a bien plu et l'idée sur laquelle est basé le livre également. Je suis d'accord avec toi sur le fait que ça va un peu vite à la fin mais on peut dire que c'est un peu mérité après tout ce par quoi l'héroïne passe. Je suis également d'accord avec Choukette, pour moi l'erreur de prénom est un indice sur le dénouement final car c'est ce qui m'a mis la puce à l'oreille personnellement avec d'autres détails et qui a fait que j'ai vu venir le dénouement avant de le lire. Concernant le fait qu'elle ne tilte pas, je dirais aussi que ça serait dû à tout ce qu'elle vit à ce moment, ça parait sûrement secondaire dans une telle situation. Enfin bref, j'aime beaucoup ta chronique et hâte de lire la suite de ce livre :) 11 mai 2012 15:29

Laissez un commentaire

23 décembre 2016 01:54