Le Mage de la Montagne d’Or

Titre VF : Le Mage de la Montagne d’Or

Auteur : Alexandre Lévine

Publié aux Editions Artalys

Date de publication : 01 février 2011

Sites Web à consulter : Site des Editions Artalys, Facebook

Genre : Fantasy

Pages : 342

Prix : 18,90 €

Commander sur amazon : Vous pouvez commander le livre sur le site des Editions Artalys : LIEN

Note :  

Quatrième de couverture

 Un étrange mage du nom de Wärsani se rend à la cour d’Yssourak, le souverain du vaste royaume du Tourpana, où, usant de ses pouvoirs magiques, il enlève la favorite du roi. Quelques jours plus tard, une jeune fille à la sublime beauté se présente. Elle dit s’appeler Astarya et être la fille du mage. D’après elle, Wärsani a acquis l’immortalité, et tant de pouvoirs que les dieux eux-mêmes ne sauraient le vaincre. Il est devenu le Seigneur des Ténèbres. Astarya propose néanmoins de protéger Yssourak contre celui qu’elle assure être son père. L’offre est tentante, mais qui est vraiment Astarya ? Le roi s’apprête-t-il à introduire dans son palais une alliée ou bien une vipère au service de Wärsani ? Astarya ne le cache pas : c’est la vie du roi qui est en jeu. Et insensiblement, les forces des Ténèbres commencent déjà à étendre leur emprise sur le royaume.

Mon avis.

Parler de ce livre va m’être extrêmement difficile. Personnellement – et contrairement à d’autres blogueurs qui ont plus de mal de parler des livres qu’ils ont vraiment aimés, il m’est difficile de vous parler des livres que je n’ai pas vraiment aimés. Je vais donc tenter de vous expliquer pourquoi je n’ai pas adhéré à cette lecture et en quoi cet avis très très subjectif de ma part et lié au fait que je n’ai ni accroché au style ni aux personnages.

Nous sommes dans le Tourpana au début de l’histoire, au palais du Roi Yssourak qui reçoit la visite du Mage Wärsani. Celui-ci lui propose de lui céder sa concubine favorite, Kanashka, contre la promesse de ne pas s’en prendre à son royaume. Le Roi refuse.

Dans la soirée, Kanashka disparaît et se retrouve dans la Montagne de Wärsani où il lui apprend que dorénavant, elle est sa concubine.
Quelques jours plus tard, une splendide femme se présente devant Yssourak, Astarya, prétendant être la fille de Wärsani et vouloir aider le Roi à contrecarrer les plans diaboliques du mage.

 Dès le début, j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire et en grande partie à cause du style. Le style est assez lourd, plombant et manquant de fluidité, contenant beaucoup de moments descriptifs assez longs. Vous savez que je préfère les récits vivants qui équilibrent descriptif et « parlé » et ici, le déséquilibre était trop marqué pour me plaire. Ceci dit, je reconnais que l’auteur, Alexandre Lévine, est un remarquable conteur et qu’il fixe bien le cadre de l’histoire. Je parvenais à bien visualiser les lieux décrits, en particulier la Montagne d’Or de Wärsani. Cependant, pour apprécier pleinement une histoire, entrer dans une intrigue, j’ai besoin de fluidité dans la narration, de sentir vivre les personnages à travers le récit et vu que le style était très descriptif, je me suis sentie étrangère à l’intrigue, aux personnages et je n’ai pas été transportée par le récit.

De plus, pour ne pas aider, j’ai trouvé que certains dialogues ne rendaient pas crédibles les personnages et étaient assez plats.

Par exemple, page 9, quand Wärsani fait sa proposition à Yssourak, celui-ci – au lieu de demander aux gardes de s’emparer de cet individu – lui demande simplement s’il n’est pas fou et s’il ne veut pas qu’on l’accompagne dans un asile où il sera bien traité… Réponse assez bizarre pour un Roi à qui on vient de poser un sacré ultimatum, vous ne pensez pas ? 

 Quant à l’histoire en tant que telle,  malgré mon blocage par rapport au style qui ne me permettait pas de profiter pleinement de cette lecture, je ne cessais de me demander ce qui allait se passer, comment aller évoluer l’intrigue et le conflit père / fille entre Wärsani et Astarya. L’auteur a donc réussi le pari de m’intéresser suffisamment à son histoire pour poursuivre ma lecture jusqu’à la dernière page et non de l’abandonner en cours de route (c’est vrai que je n’abandonne aucune lecture mais que parfois, l’idée me traverse l’esprit – et ce fut le cas pour celle-ci -, MAIS  un jour peut-être que…).

Cependant, je ne peux me défaire d’un sentiment d’étrangeté qui m’a accompagné plus on avançait dans le récit. J’imaginais un conflit entre un Mage et un Royaume mais celui-ci a tourné court pour laisser place à une sorte de conflit familial. Ce n’est pas forcément quelque chose de négatif mais voilà, par rapport au début de l’histoire, j’ai trouvé que finalement la quatrième de couverture laissait présager un gros conflit, des ténèbres… bref, des éléments qui ne s’y retrouvent pas forcément et où les personnages deviennent très ambigus dans leur relation les uns avec les autres. Astarya en est l’exemple type en prônant d’une part le fait qu’elle est avec le Roi pour faire tomber son père et de l’autre qu’elle est sa fille et qu’elle ne s’opposera pas à lui.

De plus, chose assez spéciale : je n’ai jamais vu un livre où on insistait aussi régulièrement sur le fait que les gens (enfin, les femmes) se mettent nues ou se promènent à moitié couvertes. Dès qu’elles traversent une rivière, qu’il fait un peu chaud, l’auteur ne peut s’empêcher de décrire brièvement ou plus longuement – dépendant de l’instant – le fait qu’elles se mettent nues ou se baladent la poitrine à l’air… Une fois ça passe, deux fois mouais mais à la troisième, ça commence à devenir répétitif et un peu lourd… Après tout, ce n’est pas le plus important, il me semble ?

Si j’ai apprécié l’histoire malgré les points soulevés ci-dessous, je n’ai pas du tout adhéré aux personnages. Comme je l’ai déjà précisé ci-dessus, déjà le style y est pour quelque chose ; certains dialogues étant un peu hors propos, déphasés et niais, en tout cas pas du tout adaptés pour des personnages de romans auxquels les lecteurs ont envie de s’identifier.

Le Roi Yssourak est faible. Il se laisse aisément manipuler par les femmes qui l’entourent et n’hésite pas à retourner sa veste en fonction de ce que lui dit un tel ou un tel. Une fois qu’Astarya entre en scène, il se laisse complètement manipuler par elle au point de lui laisser le pouvoir de gouverner à sa place. Je n’ai pas spécialement apprécié ce personnage qui reste trop en retrait, ne prend le pouvoir à aucun moment, laissant prendre toutes les décisions à sa place, même les plus importantes.

Astarya/ Kaouniya est le type même de personnage qui m’insupporte. Froide, distante, elle se laisse aucunement le lecteur s’approcher d’elle et l’apprécier mais vu que c’est elle le personnage central du roman, c’est un choix plutôt risqué, voire complètement suicidaire ! De fait, je l’ai détesté à la minute même où elle est apparue.

De plus, pour ne rien arranger, j’ai trouvé qu’elle était assez contradictoire dans ses propos, dans sa façon d’agir. Elle vient voir le Roi sous l’ordre de son père pour se faire épouser par ce dernier et prendre ainsi le pouvoir au Tourpana. Elle révèle le plan de son père au Roi en lui disant qu’elle veut arrêter ce dernier car celui-ci est trop puissant et qu’il doit être stoppé dans ses projets de domination mais à côté de cela, elle suit le plan de son père à la lettre et envoie Yssourak le combattre… Logique, n’est-ce pas pour quelqu’un qui dit vouloir arrêter son père que d’envoyer l’homme qu’elle prétend aimer dans la gueule du loup ?  Même si elle va faire un choix à un moment contre son père, je l’ai trouvée très bizarre dans sa façon de se comporter avec les uns et les autres, voulant jouer la carte de l’honnêteté tout en manipulant son petit monde et surtout en tombant amoureuse d’un ou de l’autre en 2 temps 3 mouvements… Genre, elle va même jusqu’à tomber amoureuse d’un mec qui lui pique ses vêtements et donc la « kidnappe » vu qu’elle est incapable de partir sans ses vêtements (qui lui permettent de se transformer en oiseau) et le soir même, elle est toute émoustillée de le laisser la prendre… normal, non ? O_0

D’autres personnages restent par contre fidèles à leur présentation et attirent la sympathie du lecteur comme kanashka qui restera elle-même, droite par rapport à ses principes, à son amour pour le roi Yssourak du début à la fin, comme Wärsani qui est aussi mauvais et maléfique que sa fille prétend qu’il est, comme Somakati, le premier « conseiller » du Roi ou encore Narantewé, le frère d’Astarya qui restera fidèle à l’amour éternel qu’il voue à sa soeur et à sa première concubine.

En conclusion, vous l’aurez compris, Le Mage de la Montagne d’Or n’est pas une lecture inoubliable pour moi.  Cependant, il convient de ne pas perdre de vue que mon avis est très subjectif dans la mesure où j’ai eu un gros souci avec le style de l’auteur que j’ai trouvé trop descriptif et donc assez lourd. Par contre, si vous regardez la fiche du livre sur le site de l’éditeur, vous verrez que cet avis est loin d’être partagé par les blogueurs qui ont lu le livre.
A côté de ce style assez descriptif, les personnages principaux présentés dans le livre n’ont malheureusement pas relevé le tout pour que je puisse m’évader complètement dans cette lecture. Trop d’ambiguïtés dans les caractères, des personnages assez girouettes qui retournent leur veste assez facilement ou encore une invitation à se mettre nu(e) beaucoup trop prononcée auront eu raison de moi.  

Cette lecture n’était sans doute pas pour moi tout simplement, cela ne signifie pas qu’elle ne sera pas la vôtre ! Pour le savoir, le mieux c’est de le lire et de vous faire votre propre idée ! Je serai ravie d’échanger avec vous à ce sujet. N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour me donner votre sentiment 😉

Ce que je retiens de ma lecture :

EN + : Un univers fantasy présenté différemment que les classiques du genre.

EN – : Un style qui n’était pas pour moi et des personnages avec lesquels je n’ai créé aucune « affinité » particulière.

Love-of-books a aimé, retrouvez son avis ICI. D’autres bientôt sur la page bibliomania du livre :

Logo Livraddict 

Commentaires

  1. Ouille, et moi qui vais justement le lire pour me forger ma propre opinion... J'ai une petite appréhension maintenant. 13 août 2011 14:05

  2. Ni la couverture, ni le titre, ni le synopsis ne m'aurait attiré de prime abord, mais ton avis achève de me convaincre de ne pas l'ajouter à ma wish list ! 13 août 2011 15:31

  3. Je viens de finir cette lecture et je suis du même avis que toi. Ce livre est plein de potentiel mais je le trouve mal exploité. Dommage. A bientôt! 24 août 2011 00:24

  4. J'ai bcp aimé ce roman, car c'est complexe et assez exotique....Il y a bcp de descriptions ce qui est important ds un roman...Puis tu reproches à l'auteur de décrire que les filles s'habillent légérement voir seins nus mais il décrit juste les moeurs du Tourpana...Sinon au fait si t'aimes pas les longues descriptions ne lis surtout pas Proust....Moi au contraire je trouve ça original vu que les personnages ne sont pas mannichéens...Astarya est certes ambigue mais elle a prévenu pas mal de fois qu'il ne valait mieux pas attaquer son père le seigneur des ténèbres qui immortel...Yssourak a préfèré ecouter sa concubine qui avait réussi à s'évader de la montagne d'or et qui en fait n'était qu'un pion...Je n'aime pas Kanashka vu qu'elle est orgeuilleuse...puis l'histoire est pleines de rebondissements...Sinon à ce propos je trouve la couverture du mage de la montagne d'or très belle...Enfin si vous aimez les trucs nunuches à la twilight passez votre chemin...Moi j'encourage au contre à des gens plus curieux à lire le mage de la montagne d'or... 12 novembre 2012 01:10

  5. @indochina : chacun son avis sur ce livre, je n'ai pas aimé, c'est mon droit. Et sache que je préfère 100 fois mieux lire qqch de nunuche comme Twilight qui me divertit qu'un roman tel que celui-ci qui m'ennuie. Je ne critique pas ton avis, tes lectures, ne critique pas les miennes en les qualifiant de nunuche. Sur ce, bonne soirée. Et juste au cas où, on peut parler des moeurs du tourpana sans pour autant insister dessus à chaque fois. On a compris qu'elles aimaient bien se trimballer les seins à l'air, c'est pas non plus la peine de le rappeler dès que possible. Les répétitions à gogo, ça ne sert à rien, sinon à écrire du vent... 12 novembre 2012 22:32

  6. ouep ça doit voler très haut tes lectures ! tu dois lire des romances du style arlequin sauf qu'à la place d'un milliardaire ils mettent un vampire !Au fait t'as rien compris au roman mdr...Les descriptions sont essentielles dans un roman vois tu mais bon t'as jamais dut lire des romans de Proust car là y a au moins 4 pages de descriptions...Non tu fais bien de pas lire Proust car ça serait trop compliqué pour toi ça te donnerai la migraine! il faut une histoire simpliste pour toi ac des bons et des méchant...Même tolkien , ou stephen king je crois que c'est trop complexes pour toi pourtant ce sont des maitres de la fantasy et du fantastique...Continue à dormir ac twilight and co et surtout n'oublie pas de lire harry potter...Je lisais ça quand j'avais 12 ans je crois ptdr....Ah oui j'oubliais ne lis surtout pas edgar poe ou encore lovecraft car là c bourrer de descriptions, de trucs atroces et surtout de nudité..Sur ce tu pourris bien ce qu'écris ce que fait Alexandre Lévine, ça te fait plaisir n'est ce pas ? mais serait tu capable d'écrire un roman...Non alors sois un peu plus modeste... 13 novembre 2012 18:29

  7. @indochina : Oh lol, l'autre qui me sort que c'est moi qui doit faire preuve de modestie ! Mais fais-moi rire, miss condescendante qui vient faire la leçon aux autres sur leur blog en pensant qu'elle est la seule à avoir tout compris d'un livre. Je répète que MON blog est un espace PERSONNEL où je donne MON AVIS sur les livres que je lis. Que mon avis ne te plaise pas, que mes lectures ne soient pas au niveau des tiennes, je m'en contrefiche. Toi et ta vérité pouvez bien aller vous faire voir ailleurs. D'ailleurs, sache que tu peux continuer à cracher ta haine en commentaire, ils finiront la prochaine fois à la poubelle, parce que pour moi les personnes dans ton genre qui se permettent de juger les autres et ce qu'ils lisent de cette façon, c'est bien là qu'est la place de leurs médisances. Alors, ne prends plus la peine de passer par ici, visiblement toi et moi, on ne partage pas les mêmes valeurs, heureusement pour moi ! Alors non, je n'ai jamais écrit un livre mais je suis une lectrice qui a le droit d'aimer ou ne pas aimer ce qu'elle lit. En passant, je n'ai peut-être pas écrit de livre mais au moins MOI j'écris sans fautes d'orthographe, ce qui - laisse-moi te dire - est loin d'être ton cas. Sur ce bonne soirée, voire même adieu ! 13 novembre 2012 19:25

  8. Indochina, je ne suis pas une adepte de la "fantasy" et encore moi des romans "Arlequin". Je lis plutôt de la littérature classique. Cependant, je dois dire que critiquer ceux qui lisent ce genre de littérature démontre une certaine étroitesse (pour ne pas dire petitesse) d'esprit. Certes, ça ne relève pas de la Culture empreinte d'un certain snobisme et d'élitisme et dans une copie de concours d'entrée dans une grande école, je doute qu'on aime ce genre de référence. MAIS, ça reste de la culture. Il faudrait faire montre d'ouverture d'esprit et comprendre que la culture actuelle est différente de celle d'il y a 20 ans... Et (là, je vais faire ma vieille bien que je ne le suis pas), si ça peut faire lire les jeunes, je dis bravo ! Et pour ta gouverne, Proust n'est pas le seul à avoir l'apanage des phrases longues et des descriptions interminables... 13 novembre 2012 21:32

  9. Moi je dis chapeau pour la chronique fournie sur un désamour de lecture ! Comme tu le dis c'est toujours plus dur d'écrire (même si les arguments sont là) lorsque l'on a pas aimé un livre, tu t'es donné de la peine c'est honorable. Après que ça ne plaise pas à certains et qu'ils ne soient pas capable de voir le travail effectué, qu'ils passent leur chemin... 13 novembre 2012 22:06

  10. Juste en passant, il y a certains Harlequin qui sont plutôt pas mal :) 13 novembre 2012 23:29

  11. Oh là là! Moi je dirais bien à @indochina que si elle n'aime pas la critique littéraire de Jess, qu'elle passe son chemin et qu'elle aille lire d'autres blogs! J'admire le travail que fait Jess, qu'elle ait aimé ou pas le livre, les critiques sont toujours très fournies et très argumentées... Et puis, quand les références s'arrêtent à Proust... Il y a d'autres lectures dans la vie! Je suis fan de Twilight, de littérature de jeunesse, mais aussi de Proust, des soeurs Brontë, de Jane Austen, de Zola ou d'Agatha Christie! Ce n'est pas parce qu'on lit ce qu'on appelait des "romans de gare" qu'on n'aime pas la littérature classique, ou plein de styles différents! J'aime autant la littérature classique que la fantasy, la science-fiction, les policiers ou la bit-lit! Ce qui importe, c'est de passer un bon moment de lecture. En tout cas, merci à toi Jess pour tes critiques, je laisse rarement de commentaires, mais j'aime beaucoup te lire, ça me donne plein d'idées pour les soirées au coin du feu! Bizzz 14 novembre 2012 11:07

  12. mais bien sur on va étudier stéphanie meyers en fac de lettres, twilight est un chef d'oeuvre de la littérature...Elle restera ds les annales... Blague à part c toi qui me fait rire Jessica, t soit disant avocat, pour un maitre du barreau t'as bcp de tps libre pour pourrir les bouquins des autres alors que t incapable d'en écrire un ! Sur ce bon vent grosse conasse 15 novembre 2012 02:02

  13. @carrie : Chère impolie, Je ne sais pas si vous êtes une amie de Monsieur Lévine, mais sachez que votre vulgarité n'a pas lieu d'être sur mon blog. Je donne mon avis sur les livres que j'ai lus, que vous n'appréciez pas mon avis m'importe peu en fait. Je vous serai cependant gré de garder votre grossièreté pour vous. Si vous manquez d'éducation, moi pas. Peu importe Carrie ou indochina de signer avec un pseudo différent, votre IP est la même. Vos commentaires vous être portés à la connaissance des Editions Artalys. Je ne pense pas que la publicité que vous leur faites en étant grossière et vindicative à l'égard des gens n'ayant pas aimé le roman de M. Lévine va être appréciée. Sur ce bon vent, bonne route et au plaisir de ne jamais vous relire. 15 novembre 2012 13:27

  14. J'ai personnellement rencontré monsieur Lévine dans un salon. Sa discrétion, sa gentillesse et son amabilité font qu'il serait sans doute très désappointé de voir à quel point certains de ses lecteurs peuvent être agressifs. Ceci fait un buzz dans le mauvais sens, c'est injuste pour lui. J'ajouterais, Carrie et Indochina, que je suis moi-même écrivain et que je serais morte de honte si un de mes lecteurs agissait comme vous. Vraiment... 15 novembre 2012 13:42

  15. Chaque personne donne son "propre" avis. Ce dernier n'est pas une parole d'évangile et donc, si Jessica n'aime pas tel ou tel roman, c'est "son" avis. Heureusement qu'elle n'a pas toujours raison pour tout le monde ;-) Si elle n'aime pas les romans descriptifs, c'est son droit, non ? Personnellement, j'aime les descriptions... mais j'aime aussi certains romans plus légers. Etre éclectique, c'est pas mal non plus. Ouvert d'esprit, quoi. Le plus important : accepter que chaque livre ne peut pas être aimé par tous les lecteurs. Il y a tellement de romans, il y en a vraiment pour tous les goûts. Et se prendre la tête juste pour une chronique négative, c'est triste quand même :-( 15 novembre 2012 13:58

  16. Je viens de voir les commentaires d'Indochina/Carrie et franchement c'est impressionnant de faire état de tant de bonnes lectures mais qui ne lui sont pas profitables. Vive les fautes et franchement quel manque de savoir vivre, de politesse et de respect de l'autre. Désolée Jess de me permettre d'intervenir mais bon... 15 novembre 2012 14:33

  17. @carrie, @indochina, Mais je crois rêver, là ! De quel droit vous érigez-vous en arbitre qui dicte quels romans nous devons apprécier ? Depuis quand juge-t-on une personne à ses lectures ? Qui êtes-vous pour dire quels romans font partie de la "culture" et quels ouvrages doivent être bannis? Et pourquoi est-ce que donner un avis correctement construit sur un roman qu'on n'a pas aimé serait "le pourrir" ? Sans parler de votre manque de politesse. Il faut croire que votre définition de la "culture" est en contradiction avec ma définition du "savoir vivre". Vous avez peut-être lu de "grands romans" mais de toute évidence, vous êtes imperméable à cette grandeur. Quel dommage ! Surtout, restez dans votre petit monde... 15 novembre 2012 14:41

  18. Je découvre ce blog un peu par hasard et je tombe sur des commentaires - comment dirais-je... - bas, petits, irréspectueux... j'hallucine ! de quel droit peut-on insulter les gens sans les connaitre et qui plus est pour un avis sur un livre ?!? Force est de constater que lorsque ces médisants n'ont plus d'arguments (valables à leurs seuls yeux) ils s'en prennent à la personne ! Et je m'interroge sur l'utilité répétitif d' Indochina à parler des romans de Proust^^ est-il le seul bouquin qu'elle ait sur lire pour en donner du "en voici, en voilà" et dénigrer ceux qui ne l'ont pas lu ou pas trouvé "interressant" ? Un peu de douceur dans ce monde de brut ne serait pas du luxe^^ bonne journée à tous :) 15 novembre 2012 17:52

  19. @Carrie et @Indochina. Je suis diplomée d'un BAC +5 en design, je suis enseignante, j'ai rédigé un mémoire qui a été validé où bien sûr j'ai du lire des livres " reconnus" pour leur intellect,.. Je vais pas mettre tout mon CV. Vous parlez de culture mais je ne la vois pas. Vous avez aucune ouverture d'esprit. L'avis et les opinions sont propres à chacun. Vous parlez de Proust mais l'avez-vous seulement lu? j'ai des sérieux doutes. Il est connus de l'opinion "populaire" que Proust faisait des longues descriptions comme Zola! ( J'ai lu le premier pour mon mémoire). « La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert. » de André Malraux 15 novembre 2012 18:59

  20. J'adore lire tes avis et venir sur ton blog car j'ai les mêmes goûts livresques que toi (et apparemment vu que je suis fan de twilight à 30ans j'en conclu que je ne suis qu'une gamine qui lis de la "merde" pour reprendre les propos de "indochina"). La lecture ce n'est pas fait pour "s'emmerder" mais pour s'évader et passer un agréable moment... Donc chacun ses goûts et ça tombe bien vu la quantité de livres qui existent... Je suis très choquée que certaines personnes osent t'insulter de la sorte (et insultent par la même occasion d'autres lectrices qui lisent du harlequin , bit lit...), je trouve cela vraiment cruel et gratuit. Si j'aime pas un blog je ne vais pas le consulter... Quoi qu'il en soit on a le droit d'être déçu par un livre et tu as très bien argumenté le "pourquoi" tu n'as pas aimé ce livre contrairement à certains qui parfois ne lisent même pas le livre pour le descendre... Jess je sais qu'en ce moment la lecture est mise un peu de côté mais sache que tu as un public qui te suit et qui aime beaucoup ce que tu fais (car c'est du boulot d'animer et faire vivre un blog et cela demande beaucoup de temps)ne te laisse pas pourrir par des gens jaloux! ;-) 15 novembre 2012 19:12

  21. Etre cultivé ne veut pas dire écraser les autres par ses connaissances (littéraires ou autres). Et c'est bien ce qui ressort des commentaires de @indochina et @carrie, qui se permettent d'écraser les autres en étalant leurs connaissances. Jess précise en long en large et en travers dans sa chronique que c'est SON avis personnel, qu'elle n'envisage donc pas de l'ériger en règle générale. On vit encore, j'ose espérer, dans un monde ou chacun peut donner son avis, pour peu qu'il soit argumenté. 15 novembre 2012 23:03

Laissez un commentaire

18 June 2019 17:12