Chroniques de la fin du monde, tome 1 : Au commencement

Titre VF : Chroniques de la fin du monde, tome 1 : Au commencement

Titre VO : Life as we knew it

Auteur :  Susan Beth Pfeffer (USA)

Traduction de Laure Mistral

Publié aux Editions Pocket Jeunesse

Date de publication : 03 mars 2001
Sites Web à consulter : Site des Editions Pocket Jeunesse, Site de l’auteur


Genre
: Jeunesse, Science-fiction

Pages :  391

Prix : 17,50 €
Commander sur amazon :Chroniques de la fin du monde, Tome 1 : Au commencement


Note
:  


Quatrième de couverture.


Enfin c’est le grand soir : l’astéroïde dont tout le monde parle va percuter la Lune ! Familles, voisins, amis, tous se rassemblent pour observer le phénomène. Mais les choses ne se passent pas comme prévu.

L’impact a été si violent que la Lune a dévié de son orbite et s’est rapprochée de la Terre. Peu à peu tout se dérègle… L’électricité puis l’eau sont coupées et les vivres commencent à manquer. Miranda et sa famille vont devoir accepter que la vie telle qu’ils la connaissaient a disparu à jamais.


Mon avis. 

Voilà un livre que j’avais très envie de découvrir mais qui en même temps, me faisait une trouille bleue ! Tous ceux qui me connaissent savent que je suis un peu inquiète par la prédiction des Mayas concernant l’année 2012 et que je ne peux m’empêcher de penser à ce qui se passera à la date fatidique du 21 décembre. Donc, forcément, lire un livre qui traite de la fin du monde, c’est pour moi comme lire un livre sur les zombies, c’est le cauchemar assuré !

Malgré ma peur irrationnelle, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre et à m’attacher aux personnages. Tout de suite, je vous en dis plus ;)

Miranda a 16  ans quand une astéroïde percute la lune. Cet évènement que tout le monde attendait avec impatience tourne finalement au drame au moment où l’impact a lieu. En effet, l’astéroïde qui était plus lourd que prévu a changé l’orbite de la lune, la rapprochant de la Terre avec des conséquences désastreuses pour notre vie de tous les jours : le cycle des marées est perturbé et des tsunamis ravagent les villes côtières, des tremblements de terre apparaissent ci et là et l’attraction de la lune a pour effet de réveiller des volcans endormis dégageant ainsi d’épais nuages de cendres. Partout, c’est le chaos. Pourtant, Miranda et sa famille vont tenter de survivre dans cette nouvelle ère désolée qui commence pour l’Humanité entière.


J’ai eu un peu de mal à entrer dans le récit
, gênée par le style très simple de la narration. Miranda est notre narratrice et le récit est construit comme un journal intime d’ado, c’est-à-dire qu’elle y raconte jour par jour le résumé des évènements qui se sont produits dans la journée. Autant dire, qu’à 16 ans, à l’âge où on est plus préoccupé par les garçons et ce que les autres pensent de nous que par l’école et l’avenir, les premières entrées dans ce journal intime peuvent paraître bien futiles à tout qui a quitté cette période de la vie depuis longtemps.
Mais voilà, malgré cette gêne des premières pages (le temps de s’adapter, tout simplement), j’ai commencé à véritablement entrer dans l’histoire et a mesuré les conséquences d’une telle catastrophe si elle venait à se produire. Dès que la lune est touchée, le récit commence véritablement et il est alors très difficile de lâcher le livre tellement on est pris dedans, tellement on vit à fond cette catastrophe avec les personnages principaux, à savoir la famille de Miranda.


Avec un scénario digne des grands films catastrophes mais tellement revisités
(en effet, ce n’est pas la première fois qu’une scénario type fin du monde met en scène la lune), l’auteur a su prendre en contre pied tous les films du genre (je parle de films, car je n’ai jamais lu de livre catastrophe avant) en montrant exclusivement le quotidien d’une famille touchée comme le reste de la planète et non en montrant les scientifiques et dirigeants essayant de trouver une solution pour sauver l’Hunanité. Dès lors, le roman devient plus intimiste, plus touchant au fur et à mesure que les drames se produisent et que l’on apprend à connaître cette famille déterminée à survivre dans ce monde qui du jour au lendemain change complètement de visage.


Si comme Miranda, le lecteur ne comprend la portée des évènements qu’au fur et à mesure qu’ils arrivent
(je n’avais jusqu’à alors pas imaginé toutes les implications pour la Terre d’un changement d’orbite de la lune et comme l’a dit, dans sa chronique, mon chou Ardanuel, je ne la regarderai sans doute plus de la même façon dès maintenant !), le récit devient de plus en plus sombre, de plus en plus difficile à gérer créant un sentiment de malaise persistant à la lecture car on ne peut s’empêcher de penser qu’un tel scénario ne relève finalement en rien de l’imagination de l’auteur et que les conséquences d’un tel impact sur la lune pourraient effectivement toucher notre bonne vieille Terre de cette façon.

Pour l’anecdote, on relèvera que le mauvais temps (très froid) du mois de juillet n’a fait que renforcer cette impression de malaise vu que j’étais calfeutrée sous  ma couette, tremblotant de froid durant ma lecture, rendant le scénario du coup encore plus vivant !


Côté personnages
, ce roman m’a séduit parce qu’ils présentent des personnages communs, des personnes lambda comme vous et moi, confrontés à une situation apocalyptique et qui tentent de survivre par tous les moyens.

Tous les personnages finissent par se révéler petit à petit, à mesure que l’atrocité de la situation augmente. J’ai beaucoup aimé voir Miranda changer d’opinion, surtout par rapport à sa mère qui comprend plus vite les conséquences de l’impact à long terme, ce que Miranda n’est pas en mesure de voir au début du roman en raison de son jeune âge. Dès lors, c’est plutôt cocasse de la voir prendre sa mère pour une folle quand celle-ci dévalise les magasins pour empiler des réserves de nourriture, de papier toilettes, de serviettes hygiéniques ou encore de vêtements chauds et très laids qui ne ressemblent à rien en prévision de l’hiver à venir (alors qu’on est encore en mai !) et puis de la bénir au moment voulu parce qu’elle avait pensé à tout cela…

Je ne vais pas détailler chaque personnage un à un car sinon, ce serait trop long. ce qu’il convient de retenir  de ce roman, c’est qu’il met en avant des gens simples qui dans l’adversité vont se révéler sur deux points, deux comportements humains et je pense que tout le monde ferait de même confrontés à la même situation : 1) La famille d’abord, on se soutient, on se dispute peut-être par moments mais on laisse jamais tomber les siens, en « oubliant » parfois de manger pour permettre aux autres de mieux de sustenter et 2) en dehors du cercle familial (et des proches), c’est chacun pour soi et Dieu pour tous !

Les personnages se découvrent des ressources insoupçonnées que ce soit dans leur propre survie que dans le don de soi. Chacun avec ses moments de doute, de découragement mais sans jamais vouloir laisser tomber, avec cette volonté forte de survivre si pas pour eux-mêmes pour les autres membres de leur famille. Les jeunes perdent leur insouciante au profit d’une maturité incroyable, les aînés se sacrifient petit à petit pour laisser vivre les plus jeunes. La famille prend une place centrale puisque le quotidien se résume à elle, à quatre personnes cloîtrées dans une seule pièce (puisqu’il est impossible de chauffer une maison entière, on se réunit tous dans une seule et même pièce). Les disputes du début font place à un soutien inconditionnel, chacun mettant de l’eau dans son vin pour rendre la situation supportable. 

De fait, cette intimité forcée rapproche le lecteur des personnages principaux. Grâce à Miranda et à son journal, c’est comme si nous faisions partie intégrante de cette famille, comme si nous vivions ce drame avec elle, sans savoir de quoi demain sera fait.


Niveau style
, comme je l’ai dit au début de ma chronique, j’ai été déstabilisé au début du roman par la simplicité du style de l’écriture, vraiment écrit comme un journal intime d’adolescence, avec un phrasé court et des écrits peu intéressants, comme toute jeune fille de 16 ans le ferait. Mais, au fur et à mesure que je suis entrée dans le récit, cette impression de superficialité, de légèreté a complètement disparu pour finalement donner un récit rempli d’émotions, de profondeur, d’Humanité

J’ai été particulièrement touchée par le compte-rendu journalier de Miranda que j’ai vu grandir, mûrir sur quelques mois de temps pour devenir une vraie femme, portant la responsabilité de sa famille sur le dos et étant prête à tous les sacrifices pour la survie des siens. Ce récit simple à la base s’est chargé en profondeur pour devenir un témoignage poignant et bouleversant de vérité.

 
En conclusion
, ce premier tome des Chroniques de la fin du monde ont été pour moi une véritable découverte, un témoignage vibrant qui trouve toujours écho à l’heure actuelle – soit plus d’une semaine après l’avoir terminé – à l’intérieur de moi.
De la peur de voir une telle chose se produire à n’importe quel moment, à l’angoisse de ne pas savoir de quoi demain sera fait, à la panique de perdre les êtres qui me sont chers, s’est substituée l’espoir…. Car si tout le roman nous plonge dans une vision apocalyptique et horrible de ce que demain pourrait être fait, il se termine sur une belle note d’espoir, une note qui me fait penser que peu importe les drames qui se joueront de nous, si nous avons la volonté et la force de survivre, au moment où on s’y attendra le moins, peut-être même au moment où nous penserons que tout est perdu, une petite note d’espoir – aussi mince soit-elle –  nous sourira et nous donnera le courage de continuer à nous battre pour ce qu’il y a de plus important : la Vie.


Ce que je retiens de ma lecture :


EN +
: Un roman catastrophe qui se révèle être une formidable leçon de vie, un récit dont on ressort transformé.

EN - : Un style très simple, façon « journal intime » qui peut déstabiliser dans les premières pages (mais ça ne dure pas !)


Le saviez-vous ?

 
Le tome 2, intitulé L’exil, sortira aux Editions Pocket Jeunesse le 01 septembre prochain. Les personnages ne seront pas les mêmes que dans ce premier tome (ce qui m’a aussi déstabilisée quand je l’ai appris) mais à ce que j’ai pu lire sur le net, on retrouvera Miranda dans le troisième tome qui clôturera la trilogie. Autant vous dire, j’ai hâte de lire la suite ;)

D’autres livraddictiens l’ont lu et ont donné leur avis : Elizabeth-Bennet, de.w, Liliebook, Ardanuel, valunivers et d’autres sur la page bibliomania du livre :


Logo Livraddict

Commentaires

  1. J'ai bien envie de le lire ce livre, pour voir. Ce n'est pas un thème vers lequel je me serais tourné je crois parce que je suis un peut de ton avis mais pourquoi pas. 30 juillet 2011 19:57

  2. J'ai les tomes 1 et 2 dans ma PAL, va falloir que je commence cette série assez vite :D Merci de donner envie !! 30 juillet 2011 20:02

  3. @My : Je pensais que tu avais déjà lu le tome 1, tiens ! Sinon, j'ai hâte de lire le tome 2, il rejoindra ma PAL dans quelques semaines ;) 30 juillet 2011 20:19

  4. Si ça peut te rassurer on en est à la 183e prédiction de fin du monde depuis la chute de l'Empire romain et que si celle de 2012 rate, il y en encore quelques-unes de prévues d'ici 2040 ! :) Sinon, je note ce livre dont les différents avis me font bien envie. 31 juillet 2011 20:26

  5. Voilà un livre qui me fait bien envie, même si je suis aussi un peut réticente pour les mêmes raisons que toi, en général je n'aime pas trop les livres qui parlent de trucs comme la fin du monde. Mais je vais essayer pour voir, tu m'as donné envie. 31 juillet 2011 23:19

  6. Coucou Jess, Même si je n'y crois pas je pense que tout le monde redoute cette date fatidique qui changera peut-être les vies de tout le monde ... Après avoir regardé ta vidéo (qui m'a beaucoup émue et donnée envie de lire le livre) plus ton avis, c'est sur je m'achèterai ce bouquin ! A très vite. 3 août 2011 02:18

  7. Tu m'as également donné envie de le lire. Merci beaucoup pour cette belle chronique ;-) 3 août 2011 13:04

  8. Il est dans ma petite pile de livres que je vais lire dans les prochains jours... A bientôt, Amicalement, Aurélie 3 août 2011 18:35

  9. Je lirais ce roman à coup sûr ! Merci Jess pour cet avis si positif ! 6 août 2011 16:12

  10. Je suis en train de le lire, et comme toi, j'ai été dérouté par la simplicité de l'écriture en début de roman. Quand on lit un livre sur la fin du monde, on s'attend plus à un style assez grave. Je n'en suis qu'au chapitre 5, mais depuis que le Lune a déviée, la récit est plus captivant! Vraiment très bonne critique ! Bravo. 6 août 2011 16:37

  11. J'aimerai beaucoup le lire ! 8 août 2011 15:01

  12. je viens de le terminer et je ne m'attendais pas vraiment à cela mais j'ai passé comme toi un très bon moment , cela tombe bien le tome 2 sort demain !!!! 31 août 2011 16:59

  13. Il m'intéresse mais j'ai peur qu'il ressemble trop a la fin du monde de Fabrice Colin, car son livre était tout simplement génial, j'ai peur que "les chroniques de la fin du monde " soit moins bien que celui de Colin, et que je sois déçue 10 décembre 2011 14:17

  14. I ressemble un peu a la fin du monde de Fabrice Colin,non? 10 décembre 2011 14:18

  15. Je n'en sais rien, je n'ai pas lu le livre de Fabrice Colin. 10 décembre 2011 14:43

  16. Comptes-tu lire le second tome ? 8 janvier 2012 16:32

  17. Bien sûr ! 8 janvier 2012 16:35

Laissez un commentaire

7 décembre 2014 12:53