Le Miroir de cassandre

Je suis vivante ! Je suis vivante et tellement consciente ! Et j’apprécie ce monde dans tout ce qu’il a de fabuleux et d’inquiétant.
C’est pour cela que je peux le comprendre et peut-être le changer. Oui, pour le changer, il faut commencer par l’aimer dans tous ses détails et tous ses paradoxes. (page 627)

L’histoire.

Cassandre Katzenberg est une adolescente de 17 ans pas comme les autres. Elle peut en effet voir l’avenir mais le problème, c’est que personne ne la croit.
Elle s’enfuit alors de son école pour finir dans le dépotoir de la ville de Paris, où elle rencontre 4 clochards qui vont devenir ses meilleurs amis. À eux 5, aidé de Charles de Vézeley, un ami de ses parents, ils vont tenter l’impossible : tenter de sauver l’humanité.

Mon avis.

J’attendais Bernard Werber au tournant avec ce dernier titre. Déçue par la trilogie des Dieux, à moitié convaincue par le dernier recueil de nouvelles, Paradis sur mesure, j’espérais qu’avec son dernier bébé, mon auteur fétiche allait à nouveau me surprendre. Et alors ? Hum… je dirais que le pari est réussi ! J’ai tourné la dernière page avec un grand sourire aux lèvres !

Encore une fois, Werber reprend les éléments qui font son succès : historique, philosphique, scientifique, tous les genres se mêlent pour donner une histoire passionnante d’un bout à l’autre.

Ainsi, dans ce livre, la trame repose, en arrière fond, sur les épaules de la Grecque, Cassandre, fille du Roi Priam, à qui Apollon a offert le don de voir le futur contre sa promesse de faire l’amour avec lui, à son retour. Cependant, lorsqu’Apollon est venu chercher son dû, Cassandre s’est refusée à lui.
Dès lors, vexé, au lieu de lui ôter son don de vision, il ajoute à ce dernier une malédiction : Quand Cassandre affirmera avoir eu une vision de l’avenir, personne ne la croira.
C’est donc autour de cette légende que l’histoire de la Cassandre d’aujourd’hui se profile : elle aussi voit le futur, plus particulièrement les attentats terroristes qui vont se réaliser, mais personne ne la croit !

Mais le Miroir de Cassandre s’est bien plus qu’un simple roman sur une ado qui voit les attentats terroristes futurs, c’est aussi une réflexion sur le devenir de la planète, une prise de conscience du fait que nous sommes au Carrefour de l’humanité : on a le choix entre poursuivre sur la voie actuelle (satisfaction des besoins/plaisirs à court/moyen terme sans se soucier de la planète) ou alors prendre conscience que nous sommes en train de souiller la Terre pour les générations futures et changer les choses !
Dans ce livre, les protagonistes – des clochards rejetés de la société – essaient d’imaginer des futurs probables pour l’Humanité.
À défaut d’une prise de conscience rapide de notre part, ce que nous laisserons à nos enfants et petits-enfants serait bien le décor, le cadre même de l’intrigue du roman… Un vaste dépotoir à l’échelle planétaire.

Par ailleurs, Werber aborde également de nombreux thèmes dans le livre comme celui de l’autisme à travers Cassandre, l’étymologie des noms,… Quant à ce dernier sujet, il apporte une certaine touche humoristique au roman quand on en vient à aborder l’étymologie des insultes que se jettent à la figure nos « anti-héros » !

Encore une fois, je reste impressionnée par l’accumulation de savoir qu’il intégre avec autant de facilité dans son roman et de manière naturelle… On a pas l’impression qu’il s’agit d’un simple étalage de sa culture générale (très très large) car le tout s’imprègne magnifiquement à l’histoire ! Et puis, si j’aime Werber, c’est avant-tout pour ça, aussi !
Et puis, tous ces proverbes qu’il arrive à retourner pour en faire des « anti-proverbes« , j’ai simplement adoré !

Concernant les personnages, je dois dire que j’ai apprécié ce cocktail de personnages bizarres, exclus mais tellement drôles et hauts en couleur !
Les Rédemptionnais (le village au milieu du dépotoir a été baptisé « Rédemption« ) sont à la fois repoussants, grossiers, vulgaires, sales… mais une fois qu’on apprend à les connaître, on ne peut que les aimer. De même que Cassandre dont on attend de savoir avec impatience le dénouement de son histoire, ce passé dont elle ne se souvient pas.
J’ai trouvé qu’il existait une alchimie vraiment forte entre les personnages quand je les ai créés dans mon propre imaginaire. Les dialogues entre eux s’inscrivaient tellement bien dans leur personnalité propre que je n’ai eu aucun mal à les représenter seul… et ensemble !

Le roman est facile à lire, l’écriture est fluide, parsemée de beaucoup de dialogues et de juste ce qu’il faut de descriptions !
Moi qui aime bien citer des passages de l’auteur, je pense qu’avec Werber, on pourrait recopier plus du quart du livre, tellement sa prose est juste. Il pique juste là où il faut pour que ça fasse mouche !

Bref, j’ai adoré lire le Miroir de Cassandre. Le roman ne vaut pas la trilogie des fourmis ou encore les Thanatonautes, mais avec ce dernier né, je retrouve enfin mon auteur fétiche pour ce que j’aime en lui !
Je note cependant qu’il n’a pas pu s’empêcher de faire encore des allusions à ses précédents romans (2 d’entre eux, l’arbre des possibles et le papillon des étoiles). Pour le premier, j’ai évidemment trouvé que le livre s’y prêtait à merveille (et en plus, il en attribue l’écriture à l’oncle de Cassandre ^^), pour le second, je ne l’ai pas encore lu (le seul Werber non lu qu’il me reste !) mais j’ai été un peu énervée par l’évocation de l’écrivain naïf qui a écrit le roman… encore une fois, on a pas besoin de cette pub gratuite pour apprécier l’auteur !

De plus, si j’ai encore une petite remarque à formuler… Je ne suis pas spécialisée en culture maya ni en prédictions futurologistes et je ne m’en plains pas ! Comme le dit Werber dans son livre, la plupart des gens ont peur de savoir de quoi demain est fait et j’en fais partie (Bon, je l’avoue déjà, c pas si mal) ! Bien entendu, j’essaie de faire attention à l’environnement en triant bien mes déchets et de réduire mes consommations d’énergie au maximum quand je le peux mais à côté de ça, je n’aime pas les prévisions à la « Nostradamus« …. Dès lors, apprendre que les Mayas prédisaient la fin de l’Humanité à la date du 21 décembre 2012 m’a quelque peu chamboulée… car c’est quand même dans pas longtemps !
Le pire je pense, c’est qu’avant de lire Werber, cette date ne représentait rien pour moi et que depuis quelques jours, je la vois partout (avec, entre autre, la sortie ciné du film 2012, le mois prochain et le pire, c’est que mon chéri veut aller le voir !) Ironie du sort ou funeste signe ? Je vous laisse décider…

En conclusion, un très bon roman dans lequel on se laisse vite captiver par l’histoire de Cassandre. Allez, je donne un 9.2/10 ! (Personnages : 9/10 ; Écriture : 10/10 et Trame/intrigue : 8.5/10). Certains trouveront peut-être que je ne suis pas objective… Je leur répondrais que certainement mais j’ai vraiment aimé retrouvé Werber comme dans ses premiers livres qui m’ont tant captivée plus jeune… Donc, ça vaut bien un petit bonus, non ? 😉

« À la question « Peut-on voir le futur ? la réponse est : « Probablement pas. »
Mais en revanche, rien ne nous empêche de l’inventer dès maintenant.« 

Le Miroir de Cassandre de Bernard Werber
Aux Éditions Albin Michel, 01 octobre 2009
628 pages.

POUR DISCUTER DE L’OEUVRE DE WERBER, LE SEUL RENDEZ-VOUS, C’EST LIVRADDICT 😉 !

Commentaires

  1. Tu me donnes envie, j'avais aussi été un peu déçue par sa trilogie précédente, et attendait moins impatiemment de lire à nouveau du Werber, mais grâce à ta critique, je craquerai dès qu'il sortira en poche! 11 octobre 2009 18:49

  2. Tu n'as pas à être objective, tu écris ta critique, c'est ton avis donc par définition totalement subjectif ! Contente que tu aies passé un bon moment de lecture, en tous cas :) 11 octobre 2009 18:53

  3. Bon c'est clair qu'avec ta critique enthousiaste, on a envie de le lire !!
    J'avais du lire quelques pages des thanataunotes, mais j'avais pas accroché.
    Peut être que celui ci je le tenterai (quand il sera en poche :) ). 11 octobre 2009 20:18

  4. J' ai achete ce livre ce week end, mais je n'ai pas encore pris le temps de le lire> Et je dois dire, que moi aussi j'attends le Werber au tournant! hihihihi! J'ai ete tellement decue par la fin de la trilogie des Dieux, qu'acheter le miroir de Cassandre ne m'enthousiasmait guere... Surtout que de l'aure cote de la Manche, le livre m'a coute un peu plus cher qu'en France. 12 octobre 2009 09:46

  5. Bon... d'aaaccoorrddd... peut être que je lirai du Werber dans ma vie^^ 15 octobre 2009 14:01

  6. Je suis de ton avis, et moi aussi j'ai retrouvé le Werber tel que je l'ai apprécié dans ses premiers romans. Le miroir est un très bon livre de science fiction très actuel.
    Tu as raison d'avoir peur de 2012 :) car quand on a posé la question à Bernard Werber : que ferait-il s'il pouvait voir l'avenir. Il a répondu qu'il l'écrirait probablement puisqu'il est écrivain de façon à prévenir ses contemporains... 19 octobre 2009 13:51

  7. Pour ma part, bien que faciné par l'écriture et l'imagination de Werner, je suis déçu par ce livre, on dirais une pub géante pour son site Internet. De plus, c'est vulgaire, sales, morbide, anti social. Je suis plus que déçu , j'ai l'impression d'avoir été trahi. Ce livre est a l'antipode de tout ce qu'il a pu écrire. Mais cela n'engage que moi et je déconseille pas sa lecture, mais mieux vaux l'emprunter que l'acheter et ainsi obliger Werber a se remettre en question 20 novembre 2009 00:03

  8. Ouah, une très bonne note! :)
    J'attendais d'avoir quelques avis avant de me lancer, mais je crois que je vais me laisser tenter! :) 16 décembre 2009 01:38

  9. OUhaaa!!!! ce livre est passionant. Ce n'est certe, pas de la grande litérature, mais il y a tellement de vérités. De plus, il a osé le sal, le vulgaire, le morbide afin de faire passer des messages qui ne peuvent, en tout cas pour ma part, me laisser indifferente. Ce livre est tout simplement un éveil des sens!!!! Merci à lui... (je ne l'ai pas encore fini, j'attends la fin avec impatience) 18 septembre 2011 07:40

  10. Super..je suis a la page 617, je lis un peu tous les soirs avant de m'endormir, je m'en lasse pas. Ce livre me stimule et réveille mes sens, ça me correspond très bien. J'ai découvert l'auteur en lisant "Nous les dieux" que j'ai aimé. 30 mai 2012 21:29

  11. Alors pour tout te dire, je suis à ma deuxième lecture du Miroir de Cassandre et j'adore toujours autant. C'est un livre juste FORMIDABLE et je suis super contente que d'autre personnes l'ai lu avant moi!Le seul hic, c'est que je RElis ce fabuleux livre (dont j'avais oublié certain passages) à la période de l'attentat de Paris du vendredi 13 novembre 2015. Et le passage qui m'a fait de la peine est celui ou l'inspecteur Jean-Marie Pélissier parle du terrorisme comme une chose minime. Hormis cela, je trouve qu'il devrait être lu par tout les jeunes de 18 et moins pour former leurs esprit :) ! 19 novembre 2015 01:53

Laissez un commentaire

20 juin 2016 04:21