Undertow

undestrowTitre VO : Undertow #1

Auteur : K.R. Conway (USA)
Pas de VF disponible pour le moment.

Auto-édition.

Genre : Young Adult, fantastique, romance

Pages : 259 pour la version papier

Lu en ebook
Lu en VO

Prix : 1,99 € en ebook Kindle
Le paperback avec la jolie couverture bleue n’est pas dispo sur The Book Depository ni sur amazon d’ailleurs. J’ignore si elle le sera de nouveau un jour.
En attendant, si vous souhaitez acheter le livre en papier, voici le lien ICI.

Notestar-4

Merci à NetGalley pour cette lecture.


Quatrième de couverture

Luckless Eila is unknowingly the last of her kind: Rare. Gifted. Breakable.
Stunning Raef is her kind’s historic enemy: Soulless. Lethal. Lost.
A legendary death 160 years before would set their lives to collide, forcing a beautiful killer to become a savior, a simple wallflower to become a warrior, and ruthless destiny to become a death sentence.

Seventeen-year-old Eila Walker’s new home has defied the brutal Atlantic for over 160 years. Abandoned since her 4th great grandmother Elizabeth vanished, the town legend declares that she drowned . . . or was struck by lightning.

Unbeknownst to the town and Eila, however, is that someone does know what really happened to Elizabeth, and he has returned, determined to protect the last surviving Walker from a history of violence.

But what starts out as a quest for redemption, evolves into something more and soon young guardian, Raef, is forced to reveal the truth to Eila. As hidden secrets about their warring
families come to light, Eila begins to realize that she may be their best shot at survival, even if it means following in her grandmother’s fearless footsteps to save her killer bodyguard.

Mon avis

** Quelques SPOILS légers dans cette chronique qui sont signalés comme ceci [SP] et [/SP]**

On ne va pas se mentir : j’ai craqué d’abord pour cette magnifique couverture avant même de lire le synopsis du roman !
ET heureusement d’ailleurs, parce qu’avec un synopsis aussi compliqué que celui repris sur GoodReads, je n’étais pas certaine du tout que je m’engage dans cette lecture. Mais le commentaire d’une lectrice précisant que la mythologie était beaucoup plus simple qu’il n’y paraissait et encore une fois, cette magnifique couverture (oui oui, je me répète ^^), m’ont vraiment donné envie de me plonger dans ce roman.
Ai-je bien fait ? Découvrons-le de suite !

* * * * * 

Eila Walker emménage dans la maison de son aïeule, Elizabeth Walker, après qu’un mystérieux inconnu ait racheté pour elle la maison qui était abandonnée depuis près de 160 ans, lorsque son arrière-arrière grand-mère est décédée mystérieusement, comme frappée par la foudre comme le dit la légende.
A Cape Cod, Eila (se prononce EYE-LA) se fait des nouveaux amis et fait la connaissance du très intriguant Raef duquel elle va fortement se rapprocher.
Cependant, des incidents se multiplient autour d’Eila et sa vie semble être en danger. Car la famille d’Eila cache un bien étrange secret et Eila serait la dernière de sa race : C’est une « Lunaterra », les seuls êtres capables de tuer les « Mortis », soit les voleurs d’âmes, qui se nourrissent du fluide vital des êtres vivants (animaux ou humains)  et donc les tuent.
Eila ignore tout de sa destinée mais devra vite apprendre car les Mortis sont à sa recherche pour la tuer et ainsi écarter définitivement la menace que représentent les Lunaterra. Que va être sa réaction quand elle va découvrir que Raef, le garçon de qui elle est en train de tomber amoureuse, est en fait son pire ennemi ?

* * * * * 

A première vue, c’est vrai que l’univers de l’auteur n’est pas le plus facile à comprendre. Mais une fois plongé dans le récit, les explications étant données à point nommé, je dois dire que je ne me suis jamais sentie perdue et que j’ai rapidement compris les fondamentaux de cette mythologie à propos des Lunaterra et des Mortis ou les voleurs d’âmes.

L’histoire démarre assez lentement et il est vrai qu’il faut attendre un bon moment avant que la mythologie soit réellement abordée. J’ai trouvé cette première partie du récit assez longue mais permettait d’un autre côté de bien mettre en place les personnages, et en particulier la relation entre Eila et Raef.

Une fois au coeur du sujet, je suis vite rentrée dans le récit et j’ai pris énormément de plaisir à découvrir l’intrigue et à apprendre à connaître les personnages principaux et secondaires.

Sans être vraiment très original (on suit toujours le même schéma dans ce genre de romance paranormale YA), le roman a néanmoins su me captiver et me séduire par son intrigue assez dynamique qui va, dans le dernier tiers, enchaîner action,  rebondissements et révélations, révélations qui ne m’ont parfois pas surprise du tout alors que d’autres, je ne les avais pas du tout vu venir.

Le dernier tiers est plein de suspense et j’avoue avoir eu du mal à lâcher le récit, complètement happée par le fil de l’histoire et par les événements qui s’enchaînaient tout en laissant planer un doute affreux jusqu’à la fin de savoir si nos héros allaient ou non s’en sortir indemnes.

J’ai aimé également le prologue du début du récit qui nous ramenait à l’époque d’Elizabeth et que l’histoire d’Eila y soit si intimement liée au point que même en étant physiquement absente du récit, la présence d’Elizabeth plane sur une majeure partie de l’histoire.

L’auteur mène parfaitement sa barque du début jusqu’à la fin que ce soit en ce qui concerne l’intrigue et les relations entre les personnages. Je n’ai pas eu l’impression que l’un prenait l’avantage par rapport à l’autre, le tout restant parfaitement équilibré.

Evidemment l’accent est mis sur le couple Eila / Raef mais j’ai trouvé que la romance se fondait parfaitement dans la mythologie et qu’à aucun moment, l’auteur en abusait de telle sorte que le récit devienne trop fleur bleue.
J’ai même trouvé que contrairement à d’autres romances du même genre, l’auteur prenait plus de temps pour planter la relation entre les 2 personnages, lesquels sont indubitablement attirés l’un vers l’autre dès le départ mais qu’ils se laissaient plus de temps pour avouer leurs sentiments et se dire je t’aime.

* * * * *

Les personnages m’ont également beaucoup plus dans ce premier tome. Que ce soit Raef, Eila ou leurs amis, ils ont tous su amener un petit quelque chose qui fait que j’ai apprécié chacun d’eux.

Tout d’abord, Eila.
Il faut dire que je suis déjà tombée amoureuse de ce prénom que je trouve très original !
Ce qui m’a plu dans le personnage d’Eila, c’est sa simplicité et sa sincérité. C’est une jeune adolescente sans problème qui a surmonté la mort de ses parents, alors qu’elle était encore une jeune enfant.
Quand elle va apprendre ce qu’elle est en réalité, la dernière Lunaterra, j’ai trouvé qu’elle prenait les choses assez calmement, sans paniquer. Elle se fait assez rapidement à la réalité et accepte toute nouvelle révélation qui lui est faite en s’en incommodant.
Ce que j’ai vraiment apprécié dans son personnage, c’est qu’elle est très altruiste dans le sens où elle pense d’abord à la sécurité de ses amis avant de penser à la sienne. Elle accepte mal l’idée que ses amis puissent mettre leur vie en danger pour elle et est prête à donner sa vie, à se sacrifier si cela permet à ses amis d’être hors de danger.
Elle est également déterminée à apprendre au plus vite à utiliser ses pouvoirs dont elle ignore tout et ne renonce pas, même quand ses premiers essais s’avèrent peu concluants.
Eila est une battante, une jeune femme courageuse, bref une héroïne comme je les aime dans ce genre de romans !

Ensuite, évidemment comment ne pas évoquer le beau Raef, le voleur d’âme prêt à tout pour sauver la dernière Lunaterra mais surtout pour protéger la descendante d’Elizabeth Walker envers qui il a un grand respect. Si au début, les intentions de Raef vis-à-vis d’Eïla sont tout à fait honorables et qu’il se rapproche d’elle juste dans le but de la protéger, il va néanmoins vite succomber au charme de cette dernière et tomber amoureux d’elle.
Raef est un jeune garçon dont toutes les filles pourraient tomber amoureuse : beau, athlétique et éternellement jeune mais avec la maturité d’un homme (un vrai) puisqu’il a quand même près de 150 ans.
Raef ne fait pas partie de la catégorie des voleurs d’âmes qui tuent les humains par plaisir ou même pour se nourrir, il se nourrit d’animaux autant se faire se peut étant donné que le sang (le sang étant un fluide vital de l’homme) lui permet aussi de subvenir à ses besoins, même si sa soif (ou faim ?) ne peut être entièrement assouvie que s’il « consomme » le fluide vital, l’essence même d’un être humain.

J’ai particulièrement aimé la manière dont la relation entre Eila et Raef est amenée : tout en douceur et surtout sans précipitation. Si on sent dès le départ l’attirance réciproque des deux personnages, l’auteur prend cependant son temps avant qu’ils ne s’embrassent pour la première fois ! Leur relation est très bien imbriquée dans l’intrigue sans prendre le dessus. Le tout passe comme une lettre à la poste et ce d’autant plus que les deux personnages nous évitent les éventuels dramas que l’on retrouve dans les romances paranormales (YA ou pas d’ailleurs) à faire 2 pas en avant et puis 3 en arrière.
[SP] Il est vrai qu’à la fin du récit, Raef semble vouloir mettre un peu de distance vis-à-vis d’Eila mais encore une fois, cela se justifie parfaitement au vu des événements qui se sont déroulés à la fin du récit.[/SP]

J’ai aussi aimé le personnage de Kian, le « frère » de Raef qui est également un voleur d’âme qui a connu Elizabeth Walker. Au début, je me méfiais du personnage car je pensais que Raef était l’exception parmi les voleurs d’âme. Puis, au fil des pages, je me suis attachée à lui, en fait surtout quand on apprend le passé qui le lie à Ana, l’amie (humaine) d’Eila. Je dois dire que les deux personnages fonctionnent bien ensemble et j’ai hâte de voir comment leur relation va évoluer dans le prochain tome.

Enfin, j’ai adoré le personnage de M.J. qui, le pauvre, fait un peu office de cinquième roue du carrosse mais qui est le personnage qui amène de l’humour et de la légèreté au récit. De plus, M.J. cache bien son jeu et pourrait également vous surprendre à la lecture du récit !

book ornement

En bref, Undertow a parfaitement réussi son objectif en tant que premier tome d’une saga : Non seulement l’auteur arrive à planter son univers paranormal et assez original en donnant les détails nécessaires au lecteur pour comprendre sa mythologie, mais elle pose également les bases des relations entre les personnages suffisamment pour les rendre crédibles tout au long de ce tome 1.
Après un début un peu lent, le lecteur rentre vite dans l’intrigue mouvementée, dans laquelle il se passe toujours quelque chose : action, suspense et rebondissements sont bien au rendez-vous !
Même si le roman ne diffère pas d’autres romances paranormales YA dans sa construction (amour interdit, bla bla bla), j’ai pris énormément de plaisir à découvrir ce roman, à apprécier ce qu’il avait à me proposer de neuf et de moins neuf sans que je ne fasse des comparaisons avec d’autres sagas déjà lues.

Bref, un premier tome qui m’a tenu en haleine du début à la fin, et surtout dans le dernier tiers et dont il me tarde de lire le tome 2 (d’ailleurs, il a déjà rejoint ma PAL depuis lors !)

N’hésitez pas à le découvrir en VO si le coeur vous en dit car malheureusement, je ne pense pas qu’il sortira en VF, l’auteur s’étant auto-éditée.

very good

On aime

L’univers, la mythologie des Lunaterra et des Mortis, très original !
– Les personnages du récit ;
– La relation entre Eila et Raef qui se construit petit à petit et s’intègre parfaitement dans l’intrigue, sans prendre le dessus ;
– L‘intrigue pleine d’action, de suspense et surtout de rebondissements ;
– La promesse d’un tome 2 riche en évènements !

On n’aime pas :

La lenteur du début du récit vu qu’il faut quand même attendre un moment avant d’entrer dans le vif du sujet ;

Retrouvez d’autres chroniques sur GoodReads et sur Livraddict sur la page BBM dédié au roman :

Logo Livraddict

Commentaires

  1. Ce YA a l'air génial ! 26 décembre 2014 22:54

Laissez un commentaire

13 octobre 2015 20:39