Tease

teaseTitre VO : Tease

Auteur : Amanda Maciel (USA)

Publié aux Editions Balzer + Bray
Date de publication : 29 octobre 2014

Pas de publication VF pour l’instant (espérons que ce soit prévu ultérieurement !)

Lu en VO
Lu en ebook

Genre : Yong Adult, contemporain

Pages : 328

Prix : 13,01 € (Hardback), 8,47 € (paperback) et 5,99 € en format ebook (amazon)
Commander le livre sur The Book Depository en Hardcover ICI et en paperback ICI
Commander l’ebook sur amazon : Tease (English Edition)

Notestar-5

Quatrième de couverture

Emma Putnam is dead, and it’s all Sara Wharton’s fault. At least, that’s what everyone seems to think.
Sara, along with her best friend and three other classmates, has been criminally charged for the bullying and harassment that led to Emma’s shocking suicide.
Now Sara is the one who’s ostracized, already guilty according to her peers, the community, and the media.
In the summer before her senior year, in between meetings with lawyers and a court-recommended therapist, Sara is forced to reflect on the events that brought her to this moment—and ultimately consider her own role in an undeniable tragedy. And she’ll have to find a way to move forward, even when it feels like her own life is over.

Mon avis

Un nouveau livre VO dans le cadre de mon grand projet « stop au Bullying » à l’école  et je ne regrette pas du tout de m’être intéressée à ce livre.
Je suis vraiment désolée que ce soit encore un livre VO non traduit en français mais j’espère de tout coeur qu’en parler sur le blog et bientôt sur la chaîne Booktube permettra de le faire connaître et donc que les éditeurs s’y intéressent parce qu’il mérite vraiment d’être publié, d’être lu car ce roman m’a fait réfléchir sur le bullying comme aucun autre auparavant.

* * * * *

Emma Putnam est une élève comme les autres. Fraîchement arrivée dans une nouvelle école, elle dérange la « Queen » de l’établissement, Brielle et son amie qui la suit partout, Sara. Brielle reproche à Emma de sortir avec trop de garçons et de piquer les petits-copains des copines et entraîne son amie Sara dans une campagne anti-Emma qui se soldera par le suicide de cette dernière.
Les parents de Emma, conscients du harcèlement dont faisait l’objet leur fille, décident de poursuivre en justice Brielle et Sara ainsi que 3 autres étudiants mêlés de près à cette histoire de harcèlement…

* * * * *

J’ai vraiment choisi le bon moment pour lire ce roman non seulement parce qu’il trouve écho dans des faits qui se sont passés récemment (cf. la fameuse vidéo qui a circulé où l’on voyait une fille harceler une jeune demoiselle parce que soi-disant elle l’avait regardé de travers et les conséquences de cette vidéo sur les réseaux sociaux pour la harceleuse en question) mais également parce que c’était le moment pour moi d’avoir cette réflexion, cette discussion avec moi-même par rapport aux personnes qui m’ont fait du tort dans mon adolescence.

On suit donc l’histoire sous le point de vue de Sara, l’une des deux filles accusées d’avoir mené Emma au suicide suite au fait de l’avoir harcelée continuellement durant plusieurs mois à l’école, avec son amie Brielle.

Ce lire est assez difficile à lire, surtout quand on a été victime de ce genre de harcèlement, et assez complexe dans la mesure où le lecteur est à la fois choqué de la réaction de Sara qui au début du roman refuse de voir son implication dans le suicide d’Emma, répétant sans cesse qu’avec Brielle, elle n’a rien fait et que tout était de la faute d’Emma, et attristé de voir la réaction de toute la communauté de cette petite ville envers elle.

L’auteur a choisi une manière très intéressante de raconter son histoire en alternant sans cesse présent (l’été où Sara doit préparer sa défense dans le cadre du procès qui s’annonce) et le passé (avant la mort d’Emma). Dès lors, plus on avance dans le récit, plus le lecteur apprend ce qui s’est réellement passé les mois qui ont précédé le suicide d’Emma mais également la manière dont Sara réagit à toute cette histoire.

Comme je l’ai dit plus haut, ce livre est vraiment assez difficile à lire parce qu’il est raconté du point de vue de la harceleuse et que forcément, ce n’est a priori pas une personne que l’on a envie de connaître ni de s’attacher. Et il est vrai que plus on avance dans le récit et qu’on découvre tout ce qu’ont fait Brielle et Sara, il est de + en + difficile de l’apprécier tellement les filles y sont allées fort avec Emma, et ce d’autant plus que le lecteur n’arrive finalement pas à comprendre pour quels motifs Brielle et Sara s’en prennent à elle sans cesse. Jalousie du succès d’Emma auprès des garçons ? Peur de perdre son statut de queen du lycée du Brielle ? Peur de perdre son petit copain pour Sara ? Peur de ne plus être amie avec Brielle si elle ne la suit pas dans ce délire ?

Je vous avoue avoir été tellement en colère contre Sara et Brielle que j’ai failli arrêter ma lecture à plusieurs moments tellement ce qu’elles ont fait me donnait envie de vomir, mais le déni total de Sara par rapport à son implication dans le suicide d’Emma et son indifférence totale par rapport à ce drame me tapaient vraiment sur les nerfs.

Ceci dit, j’ai continué car j’ai senti que ce livre était un livre fort comme j’aime en lire et qu’il allait laisser sa marque indélébile sur moi, peu importe l’issue du récit.

Et je dois dire que j’ai vraiment bien fait de continuer et de laisser ma colère contre Sara sur le côté, le temps de ma lecture. Je ne tiens pas non plus à vous en dévoiler de trop pour que vous gardiez toute l’intensité du récit intacte mais plus on avance dans le récit, plus il s’opère un changement chez Sara qui fait que même si on désapprouve ce qu’elle a fait à Emma, on ne la haït pas pour autant. Sara évolue énormément durant les quelques semaines dépeintes par le récit et prend énormément en maturité suite aux évènements qui s’enchaînent pour elle.

Il m’a vraiment fallu du temps pour arriver à m’attacher à Sara et à la comprendre. Pas uniquement par rapport au fait qu’elle harcelait Emma. Mais simplement de la comprendre tout simplement sans devoir lever les yeux au ciel tellement son comportement général m’agaçait.
Parce qu’elle couche avec son mec sans vraiment en avoir envie, mais juste pour que sa grande copine Brielle sache qu’elle l’avait fait aussi. Parce qu’elle ne sait même pas si elle est amoureuse de ce garçon mais qu’elle couche quand même avec lui parce qu’après 2 mois de relation, c’est ce que tout le monde fait et c’est juste normal de le faire. Parce qu’elle suit bêtement Brielle dans ce qu’elle dit et ce qu’elle fait parce que Brielle est la fille populaire et que sans elle, Sara serait invisible aux yeux de tous.

Sara m’a vraiment énervée par moments. Parce que pour certaines choses, je trouve son comportement totalement aberrant : depuis quand couche-t-on la première fois avec un mec juste parce que notre soi-disant meilleure amie nous pousse à le faire ?
Mais pour d’autres choses, même si je n’ai jamais agi comme elle, j’avoue que je me suis assez retrouvée dans les raisons qui l’ont poussée à agir de la sorte. Sara se sent finalement assez invisible aux yeux des autres et le fait d’être avec Brielle lui permet en quelque sorte d’ « exister », ce qui la pousse à suivre son amie dans ses délires, même si Sara n’est pas toujours d’accord avec elle. Brielle ayant une personne assez changeante dans ses amitiés, Sara fait tout pour garder sa place de meilleure amie et se sent souvent blessée quand elle se rend compte que Brielle ne lui rend pas toujours la pareille dans leur amitié.

Il y a quelque chose dans ce récit qui m’a vraiment choquée, la même chose en fait que le buzz autour de la vidéo dont je parle plus haut et dont j’ai déjà parlé dans un article ICI, c’est le comportement des gens vis-à-vis de Sara une fois qu’on apprend qu’Emma s’est suicidée.

Je peux comprendre la colère face au harcèlement. Je peux comprendre que des personnes en veuillent à Sara pour son comportement mais je ne comprends pas pourquoi les gens – la plupart du temps ceux qui sont totalement étrangers à ce qui s’est passé – se permettent de juger aussi durement Sara sans la connaître mais aussi de devenir à leur tour des harceleurs vis-à-vis de Sara.

Une fois que le drame a éclaté, Sara devient une vraie pestiférée dans sa ville. Que ce soit par ses camarades de classe ou bien par les adultes, elle se prend des insultes en veux-tu en voilà, des regards plein de sous-entendus dès qu’elle se rend quelque part. C’est bien simple, Sara a du totalement se déconnecter des réseaux sociaux pour ne plus voir la méchanceté gratuite des gens à son égard. Le harcèlement ne s’arrête pas là vu qu’il affecte la famille toute entière, et notamment ses deux petits frères qu’elle adore plus que tout.

De la part des camarades de classe, j’étais révoltée. Parce que c’est tellement facile de jeter la pierre sur Sara une fois qu’Emma s’est suicidée en la pointant du doigt et en lui disant que c’est sa faute, alors que quand Emma était en vie, personne n’est venu la soutenir (à part une ou deux amies) quand Brielle et Sara s’en prenaient à elle. Que du contraire, pour être amie avec Brielle, les autres filles parlaient sur le dos d’Emma constamment en sa présence et celle de Sara pour se moquer d’elle et l’insulter derrière son dos.
Quel comportement hypocrite alors que finalement, ceux qui sont restés sans rien faire et ceux qui ont critiqué derrière son dos ont aussi une responsabilité – mais dans une moindre mesure – dans ce qui est arrivé.

En ce qui concerne les adultes, là ça me sidère aussi parce qu’ils ont l’air de tous oublier que Sara n’est qu’une gamine. Une gamine qui s’est mal comportée – comme beaucoup d’ados de son âge – et qui, aujourd’hui, paie le prix fort pour sa bêtise vu que non seulement elle se retrouve seule, sans amis, mais elle se retrouve en plus assigner dans un tribunal dans le cadre d’une affaire criminelle en plus des marques indélébiles qu’une responsabilité dans le suicide de quelqu’un peut laisser sur une personne, surtout à cet âge.
N’est-ce pas déjà un poids assez lourd à porter pour une ado de 17 ans ? Toutes ces personnes qui se sont permis de la juger aussi durement n’ont-elles jamais commis de bêtises auparavant ?

Bref, si j’ai commencé le roman en étant moi aussi très en colère contre Sara et en me disant qu’elle méritait un peu tout ce qui lui arrivait, plus j’ai appris à la connaître, son passé, son histoire familiale mais aussi sa manière d’appréhender l’adolescence en étant finalement une jeune fille paumée, même si c’est clair que je ne peux pas cautionner son attitude envers Emma, je me refuse aussi à la juger très sévèrement et à dire que Sara est une mauvaise personne à cause de ce qu’elle a fait. Il est aussi simple de comprendre que Sara est aussi influencée par ses fréquentations et qu’avec d’autres fréquentations, elle n’aurait jamais agi de la sorte. Peu importe ce qui s’est passé, Sara n’est pas mauvaise, je dirai même que – cet épisode à part, c’est plutôt une chic fille, une fille gentille avec qui j’aurais pu être amie.
Sara est juste une ado qui a ses propres problèmes et qui les gère comme elle peut. Elle a mal agi, elle finit par le comprendre. Je trouve d’ailleurs qu’elle arrive à mesurer ce qu’elle a fait comme il faut et à faire ensuite ce qu’il faut pour non pas essayer d’arranger les choses vu que c’est impossible mais au moins à retirer quelque chose de positif de ce drame.

Lire ce livre m’a aussi permis de réfléchir à toute cette colère, cette rancoeur que je garde depuis des années en moi contre toutes les personnes qui m’ont blessée quand j’étais ado (que ce soient par des insultes ou des blagues.). Jusqu’ici, je les ai toujours vus comme des monstres sans coeur qui n’en avaient rien à faire des autres et de la souffrance que ressentaient leurs « victimes ».
Comme Aimee L. Slater le précisait habilement dans son livre Every Ugly Word (chronique ICI), ce n’est pas la personne qui est mauvaise en soi, ce sont juste les mots qui sortent de sa bouche. Nous avons tous une histoire, un passé, une manière différente d’appréhender les choses.
Quand je pense à mes propres bourreaux, je me demande souvent quels étaient leurs problèmes pour se comporter ainsi et finir par me dire que cela devait être de la pure méchanceté à mon égard. Peut-être que oui. Peut-être que non. Qu’est-ce que je peux en savoir vu que je ne les connaissais pas ?

En Bref, tout cela pour vous dire que ce livre m’a beaucoup fait réfléchir et m’a aidé en quelque sorte à voir les choses sous une nouvelle perspective. Je ne pardonne bien sûr pas ce qui s’est passé quand j’étais ado, j’en suis encore incapable, mais j’arrive à voir maintenant mes bourreaux de l’époque comme des ados qui évacuaient leur colère, leur mal être de la manière qu’ils l’ont fait. L’adolescence reste une période difficile pour tout le monde, sans exception. Cela ne justifie rien mais cela m’aide juste à me dire que j’étais peut-être juste là au mauvais moment, avec les mauvaises personnes pour moi, qui n’ont pas su s’adapter à la personne que j’étais. Je ne les vois plus comme des monstres sans coeur.
Tout ce que j’espère pour eux, c’est que comme Sara, ils arriveront un jour à se rendre compte du mal qu’ils ont fait et à s’en excuser… c’est peut-être rien mais moi, cela me permettrait aussi d’avancer.

Un livre très éprouvant à lire, qui va sans doute déranger beaucoup de personnes car il prend vraiment le problème du harcèlement scolaire à rebrousse-poils pour le traiter de manière magistrale !

coup de poing

Pour d’autres avis, je vous renvoie à la page du livre sur Goodreads en cliquant ICI.

Commentaires

  1. Tu me donnes trop envie de l'acheter et de le lire. C'est un sujet qui me touche beaucoup ayant moi aussi été emmerdée, harcelée quand j’étais ado. L'idée du point de vue de la harceleuse m'intrigue, et me donne encore plus envie de le lire. Le souci: je ne suis pas du tout bilingue, en espérant qu'il sorte en France :) 20 octobre 2014 14:15

  2. J'ai très envie de lire ce livre. A voir si je me lance sur la VO ou si j'attends la trad en français (si elle arrive un jour bien sûr). Je lis un peu en anglais, mais j'ai toujours un peu peur d'être paumée. D'ailleurs, j'aimerai bien qu'un jour tu fasses une vidéo sur tes conseils pour lire en anglais (si tu en as) et des lectures que tu pourrais nous conseiller. Je sais que certaines booktubeuse l'ont déjà fait mais c'est bien d'avoir différents avis. 1 novembre 2014 02:06

  3. Salut Comme tu aimes lire en VO et que le sujet de l'intimidation t'intéresse, je te suggère de lire Keep holding on de Susanne Colasanti qui traite du sujet et que j'ai bien aimé. Je ne crois pas que tu l'ais lu car je ne l'ai pas vu sur ton site. 29 janvier 2015 15:51

Laissez un commentaire

22 décembre 2016 22:22