We were Liars

we were liarsTitre VO : We were Liars
Pas de publication en VF pour le moment

Auteur : E. Lockhart (USA)

Publié aux Editions Delacorte Press
Date de publication : 13 mai 2014

Lecture en VO
Lecture en ebook

Genre : Contemporain YA

Pages : 227

Prix : +/- 12,50 € pour le Hardback et 8,50 € pour le Paperback
Commander sur The Book Depository en cliquant ICI pour le Hardback et ICI pour le Paperback

Notestar-3


Quatrième de couverture

A beautiful and distinguished family.
A private island.
A brilliant, damaged girl ; a passionate, political boy.
A group of four friends — the Liars — whose friendship turns destructive.
A revolution. An accident. A secret.
Lies upon lies.
True love.
The truth.

Mon avis

Autant planter le décor tout de suite, cette chronique va être une horreur à écrire parce que vous parler de ce livre sans vous spoiler sur le contenu du livre m’apparaît a priori impossible. Et si vous êtes spoilé sur ce livre, autant ne pas le lire car la lecture sera forcément gâchée par ce que vous aurez appris.

Commencer ce livre sans rien savoir du tout sur son contenu, c’est vraiment ce que je vous recommande !

Dès lors, pour ne pas vous spoiler mais pour ne pas être frustrée non plus (je déteste vraiment être frustrée quand je dois faire une chronique lol), j’ai décidé de diviser ma chronique en 2 : une partie générale et non spoilante et une partie spoilante à gogo que je vous invite à venir lire une fois que vous aurez lu le roman.

La partie où je ne vous spoile pas et où je vous donne un avis général

Globalement, j’ai vraiment du mal à vous préciser si j’ai aimé ce livre ou pas.

Par certains aspects (notamment l’écriture, toute la réflexion amenée par l’auteur,…), je lui mets 5 étoiles sur 5.

Le style d’écriture est assez poétique et métaphorique, bien qu’au début, j’ai eu du mal, le trouvant assez simple, gamin. Cette impression a totalement disparu plus j’avançais dans le roman, comme si l’héroïne prenait en maturité en cours d’écriture.

De même, j’ai énormément apprécié la réflexion dans laquelle nous embarque l’auteur à travers l’histoire. Le lecteur n’arrête pas de se questionner, non seulement sur ce qui est à venir mais également sur la famille Sinclair, ses valeurs, son comportement,… Et une fois qu’arrive la fin, difficile de simplement refermer le livre et de passer à autre chose. Je pense que peu importe qu’on l’ait aimé ou pas, ce livre laisse une trace dans notre esprit, une marque et qu’il est difficile de s’en détacher.

Par d’autres aspects, je lui mets à peine 2 étoiles sur 5 étant donné que j’ai trouvé que certaines choses manquaient de profondeur et que les questions étaient bien trop nombreuses au moment où on refermait le livre. J’ai aussi trouvé que certaines choses manquaient de cohérence mais cela, je ne peux pas l’expliquer dans cette partie sans spoiler.

Donc, en faisant la moyenne du positif et du négatif, j’ai donc décidé de mettre 3 étoiles sur 5 à ce roman. Une note pas mauvaise mais pas non plus exceptionnelle.
Je reconnais que le livre est prenant et assez addictif. Une fois commencé, on a envie d’aller au bout de l’histoire et de connaître le mot de la fin. En attendant, on spécule, on cherche, on imagine des théories complètement farfelues sur ce qui a bien pu se passer (et lire le livre en lecture commune avec les copinautes n’a rien arrangé niveau élaboration des théories !) mais une fois qu’on arrive à la fin, pour ma part, il me reste un étrange sentiment de frustration, comme si l’auteur n’était pas allé au bout des choses…
Ou peut-être l’a-t-il été justement si on suit la logique de l’histoire mais cela ne me convient simplement pas.

Bref, même si ce ne fut pas la lecture intense que j’attendais, je vous recommande quand même de le lire !

C’est un bouquin qui mérite d’être lu et qu’on en parle.
Il ne s’agit pas d’un simple roman Young Adult, l’auteur va plus loin et pousse vraiment le lecteur à la réflexion tout au long de l’histoire sur des sujets divers et variés.

A lire donc et hâte de connaître votre avis, savoir si vous devinerez avant la fin de quoi il en retourne exactement, découvrir si vous vous posez les mêmes questions que moi,…

Bref, un roman très addictif, surprenant et qui vous retourne complètement le cerveau !

emo content bien

SPOILERS INSIDE

La partie où je spoile à mort et que vous feriez mieux de ne pas lire si vous n’avez pas lu le roman et que vous avez envie le lire (si vous vous en foutez, allez-y, faites-vous plaisir :D)

Je suppose que si vous commencez à lire cette partie, c’est que vous avez lu le roman. Ou que vous vous foutez d’être spoilé parce que vous ne comptez pas le lire ou que vous êtes trop curieux. En tout cas, vous êtes pleinement conscient que ce qui suit est extrêmement spoilant et vous ne me reprocherez pas après de vous avez gâché la lecture du livre. Vous agissez en toute connaissance de cause !

Commençons tout de suite par poser l’histoire.

On suit donc 4 jeunes qui se retrouvent chaque été sur l’île appartenant à la famille Sinclair. Il y a Cadence ou Cady, la fille de Penny, Johnny, l’aîné de Carrie, Mirren, l’aînée de Beth et Gat, le neveu de Ed, le nouveau compagnon de Carrie. Chaque été, la bande se retrouve sur l’île de Harris Sinclair, le « patriarche » et de son épouse où ils accueillent chaque été leurs filles et petits-enfants dans chacune des maisons construites sur l’île. Les maisons sont au nombre de 4, une pour chaque fille (Red Gate pour Carrie, Windemere pour Penny et Cuddledown pour Beth) et la maison familiale (nommée Clairmont).
La famille Sinclair est une famille privilégiée, très riche et où les apparences comptent plus que tout. Ne jamais montrer ses faiblesses aux autres. Ne jamais parler de ce qui fait souffrir.
Les 4 jeunes forment un petit groupe appelé « the Liars » (en français, les Menteurs). Dans ce groupe, plus les années passent, plus l’attirance entre Cadence et Gat se précisent, ce qui ne plaît pas du tout au grand-père Sinclair.
Lors de l’été de leurs 15 ans et suite au décès de la grand-mère, les 3 filles Sinclair vont commencer à se disputer à propos de l’héritage et de ce que chacune devrait avoir sur le patrimoine appartenant à leurs parents : objets de valeur, biens immobiliers,… Cette ambiance est attisée par leur père qui les menace toujours de les déshériter si elles n’abondent pas dans son sens.
Le climat familial est tel que les filles décident de quitter l’île. Le groupe des Liars comprend donc que c’est le dernier été qu’ils passent ensemble sur l’île. Ivres et en colère, ils décident de prendre les choses en main et de donner une leçon aux adultes… une leçon qui va leur coûter cher cependant…
Suite à cela, Cadence est retrouvée près du rivage et elle ne se souvient de rien. Elle souffre d’amnésie et l’accident lui a laissé des séquelles : des migraines qui n’en finissent pas et qui l’obligent à se gaver de médicaments pour rendre la douleur supportable.
Lors de l’été de ses 17 ans, elle retourne sur l’île familiale en espérant que cette visite lui permettra de remettre les pièces du puzzle en ordre dans sa tête et comprendre ce qui s’est vraiment passé lors de l’été de ses 15 ans.

* * * * * 

Entrons maintenant dans le vif du sujet

En commençant ce livre, le lecteur se retrouve dans la même position de Cadence, complètement ignorant des évènements qui se sont passés lors de cet été de leurs 15 ans (pour que ça fasse plus joli comme en VO, je vais donc appeler Eté 15, celui où ils avaient 15 ans, l’été 17,… enfin, vous avez compris le principe !). On suit donc le rythme de Cadence jusqu’à ce qu’elle recouvre la mémoire et découvrir ainsi l’histoire sous son véritable jour !

A travers la narration de Cadence, l’auteur va d’abord planter le décor : le lieu de vacances, les personnages que l’on va suivre, en particulier les 4 membres des Liars, la famille des Sinclair,…
Des révélations de départ, le lecteur comprend déjà quelques petites choses directement :

1. La famille Sinclair est une famille riche et bien lotie pour qui les apparences comptent et où on ne parle jamais de ce qui va mal. On ne montre pas ses faiblesses chez les Sinclair.
2. Les 4 membres des Liars sont très soudés entre eux, même s’ils ne se voient que durant 2 mois de l’année, ne se donnant quasi pas de nouvelles le restant de l’année.
3. Cadence et Gat sont amoureux l’un de l’autre.
4. Le vieux Sinclair est un raciste qui fait genre qu’il ne l’est pas mais qui a du mal à accepter que sa fille, Carrie, se soit mise en couple avec Ed, un homme black, et qui « tolère » la présence de Gat chaque été sur son domaine.

Ensuite, survint l’accident et le fait que Cadence ne se souvient de rien. Elle est malade au point de devoir arrêter les cours, les sports qu’elle pratique. Elle a des migraines qui la font vomir tellement elles sont douloureuses, elle prend des tonnes de médicaments pour atténuer la douleur mais ses médecins ne savent pas d’où proviennent ses migraines vu qu’elle n’a pas de blessure qui en serait responsable. Elle est en colère contre Gat et ses cousins qui n’ont pas pris de ses nouvelles, n’ont pas répondu à ses mails. Sa colère est surtout dirigée vers Gat qu’elle avait embrassé lors de cet été 15, pensant que cela voulait dire quelque chose…

Lors de l’été 16, son père l’emmène en Europe. Elle ne retrouve donc pas ses cousins et Gat sur Beechwood, étant donné les réaménagements qui sont effectués par son grand-père sur le domaine.

Lors de l’été 17, elle retourne enfin sur l’île pour 4 semaines, là elle retrouve ses cousins et Gat et met à profit les 4 semaines qu’elle a devant elle pour comprendre ce qui s’est passé lors de son accident ce fameux été 15.

Tout au long de la lecture, la même question revient sans cesse : Qu’est-il arrivé ce fameux Eté 15 ?
Je dois dire que lire ce roman en lecture commune avec les copinautes (Cess, Simi, Caro, Julia, Emi et Berengère) était plutôt comique dans le sens où on a élaboré les théories les plus folles pour essayer d’approcher le mystère qui entoure l’été 15.
Et on y est arrivées puisqu’on avait trouvé la bonne théorie bien que celle-ci ait constamment été remise en question par ce qu’on apprenait dans le roman.

J’aimerais donc vous dire que j’ai été surprise par le twist de l’histoire mais ce ne fut pas le cas. Sachant dès le départ qu’il y avait un twist et que les copinautes et moi-même avons tenté de découvrir ce qu’il en était, eh bien j’admets que je n’ai pas été surprise, que je n’ai pas poussé des grands « what the fuck ?! » quand on apprend qu’en fait, suite à l’incendie qu’ils ont déclenché à Clairmont, Mirren, Johnny et Gat sont morts.

Pourtant, je pense que l’histoire est construite de manière où on ne s’en rende pas compte. J’espère d’ailleurs que vous vous êtes laissé piéger par le twist final et que vous n’avez pas deviné ce qu’il en était !

Difficile en effet d’imaginer que Mirren, Johnny et Gat puissent être morts quand ils sont bien présents sur l’île avec Cady lors de l’été 17 où elle essaie de se souvenir de ce qu’il s’est passé. Mais alors, qu’en est-il ? Fantômes ? Hallucinations de Cady ?
Et c’est là que la cartésienne en moi entre en piste et refuse de lâcher le morceau. Là où si certains arrivent à juste accepter qu’ils soient des fantômes ou des hallucinations mais moi, je n’y arrive pas.

D’abord, que sont – ils ? Fantômes ? Hallucinations de Cady ?

Voilà la première question qui me turlupine depuis que j’ai terminé le roman…

Admettons qu’ils soient des hallucinations de Cady. Dans ce cas, cela n’explique pas le fait que Taft, le petit frère de Mirren, dise à Cady que sa soeur lui a lu une histoire le premier soir de leur arrivée sur l’île, ni le fait que tout le monde accepte sans broncher que Cady demande où se trouve Johnny ou Mirren ni encore le fait que sa tante, Carrie, lui dise qu’elle a déjà croisé Johnny lors de ses nuits d’insomnie. Cela n’explique pas non plus que Gat ait offert une enveloppe pleine de roses à Cady, enveloppe qu’elle a gardé par ailleurs ou que la maison de Cuddledown soit sans dessus dessous…
Quoi qu’on pourrait encore l’expliquer en imaginant que sa famille essaie de ménager Cady et abonde dans son sens en ce qui concerne qu’ils soient toujours en vie et que c’est elle-même, lors d’épisodes dont elle ne se souviendrait pas qui a cueilli les fleurs ou encore a mis le bordel dans la maison.
Ceci dit, reste la fin quand les 3 « hallucinations » souffrent d’être présents et disent à Cady qu’ils doivent s’en aller. S’il s’agissait vraiment d’hallucinations de Cady, je pense que c’est à elle à prendre l’initiative de les laisser partir et pas l’inverse.

Admettons qu’ils soient des fantômes revenus pour aider Cady à se se souvenir. Cela explique que les plus jeunes enfants de Beth ne veuillent pas dormir à Cuddledown étant donné qu’ils pensent que la maison est hantée. Cela pourrait expliquer que Taft ou Carrie aient vu Mirren et Johnny. Ces fantômes pouvant avoir une certaine « consistance », cela explique que Cady puisse les toucher, les prendre dans ses bras. S’ils peuvent interagir avec le monde, cela explique l’enveloppe de fleurs et la maison en bordel.

Bien que cette seconde hypothèse soit plausible, j’ai du mal à la concevoir. Le roman est un roman contemporain. Pour moi, si tel est le cas, il ne doit pas y avoir de fantastique qui s’y retrouve car alors, le roman n’est plus contemporain. S’il est contemporain, il se passe dans notre monde, dans la vie telle que nous la vivons aujourd’hui, sans magie, sans soucoupes volantes, sans vampires ni loups-garous et donc sans fantômes qui décident de venir aider leur cousine à recouvrer la mémoire et à soulager sa conscience en disant qu’elle ne doit pas porter seule le fardeau de ce qui leur est arrivé.

Le roman a beau être bien construit et logique quand on suit cette piste, pour moi si on reste cartésien et qu’on s’en tient au fait qu’il s’agit d’un roman contemporain, il ne peut pas exister des fantômes qui reviennent pour aider leur cousine à surmonter son chagrin, sa douleur, sa culpabilité. Dès lors, les choix de l’auteur ont beau être cohérents, cela ne me convient pas car pour moi, il s’agit d’une réalité qui n’existe pas. Des mondes (le nôtre et celui du fantastique) se côtoient alors que dans ce livre, ils ne devraient pas. Il en résulte que j’éprouve un véritable blocage qui m’empêche vraiment d’apprécier le roman pour ce qu’il est et ce qu’il apporte, quand bien même je reconnais ses qualités.

Comme je vous l’ai déjà dit, parfois je réfléchis trop et voilà ce qui arrive !

* * * * *

Voilà donc le plus gros « reproche » que je fais au roman. Mais ce n’est pas le seul, il y a également des questions qui pour moi restent non résolues à la fin du récit et je suis assez frustrée de ne pas avoir de réponses.
Comme cela, je peux citer :

Pourquoi le groupe s’appelait « the Liars » alors qu’on ne peut pas dire qu’ils mentent ?
Cady évoque sans cesse ce nom sans jamais expliquer d’où il provient. En général, il y a toujours une histoire derrière un nom, j’aurais aimé la connaître !

Pourquoi n’y a-t-il pas eu une enquête plus approfondie après la mort des 3 adolescents ?
Je me doute bien que papy Sinclair a le bras long et a essayé d’étouffer l’affaire mais il y a quand même 3 ados qui sont morts et j’ai du mal à concevoir – là, c’est l’avocate qui parle – qu’il n’y ait pas eu une enquête plus suivie et qu’on se soit contentée du fait que Cady soit amnésique sans chercher à en savoir plus…

Cela ne choque personne de voir que papy Sinclair reconstruit la maison de Clairmont sur le lieu précis où l’ancienne a totalement brûlé (bon, ça encore, j’admets) et surtout sur le lieu où 2 de ses petits-enfants sont morts ?
A leur place, perso, j’aurais revendu l’île illico presto ou en tout cas, je n’en ferai plus mon lieu de vacances annuel !

* * * * * *

Parlons aussi de la famille Sinclair.
Sincèrement plus j’avançais dans ma lecture, plus j’étais choquée de voir le fonctionnement de cette famille, sa manière d’interagir les uns avec les autres, de faire face aux coups durs et surtout la considération qu’ils avaient les uns pour les autres.

– Ne trouvez-vous pas choquant qu’une mère qui voit sa fille souffrir lui dit de ne rien montrer de ce qu’elle ressent, de faire comme si tout allait bien, de ravaler ses larmes ?
– Trouvez-vous normal que dans une famille, quand quelqu’un meurt ou si un papa quitte l’une des 3 soeurs, on n’en parle jamais ? On fait comme si cette personne n’avait jamais existé ?
– Trouvez-vous normal que des enfants soient en train de se quereller quant à l’héritage de leur mère, décédée quelques mois avant, devant leur père ?
– Trouvez-vous normal qu’un père soit manipulateur avec ses filles en leur menaçant de leur couper les vivres si jamais elles n’abondent pas dans son sens ?
– Et n’est-ce pas contradictoire que le même père reproche à ses filles de ne rien faire de leur vie tout en continuant à les manipuler avec son fric ?
– Trouvez-vous normal que les mères se servent de leurs enfants pour attendrir leur père et obtenir des avantages par rapport aux autres soeurs ?

Bref, vous l’aurez compris, le climat familial de la famille Sinclair est assez spécial, si pas nauséabond. Franchement, je ne voudrais faire partie de cette famille pour rien au monde.

Je ne conçois pas une famille dans laquelle il y a si peu de communication entre ses membres, une famille dans laquelle on ne parle pas de ce qui nous chagrine, des êtres qu’on a aimés et qui sont aujourd’hui disparus, qu’on ne s’entraide pas à surmonter les épreuves. Une famille où finalement tout est question d’apparence.

J’ai également un énorme regret par rapport à la fin quand Cady se souvient de tout ce qui s’est passé  – son rôle dans l’incendie qui a ravagé Clairmont et qui a tué ses cousins, Gat et les deux chiens (il ne faut pas les oublier, ça m’a fait bcp de peine d’imaginer ces 2 chiens prisonniers des flammes) -, j’avoue que j’aurais aimé un changement visible dans la famille et qu’elle ne s’en tienne pas à ses principes de pacotille. Une bonne discussion autour de ce qui est arrivé était nécessaire, afin de permettre à chacun de s’exprimer sur ce qu’il ressent, sur sa colère peut-être. Bref, de mettre tout à plat pour mieux repartir après.

Il y a une leçon à tirer du drame qui s’est produit et j’ai l’impression qu’ils ne se remettaient pas en cause, en continuait à faire ce qu’ils font de mieux, c’est-à-dire faire comme s’il ne s’était rien passé. Pour moi, c’est comme si tout cela avait été vain et qu’un nouveau drame pourrait survenir dans le futur vu qu’ils n’ont pas su tirer les leçons du premier.

L’auteur a suivi la logique de la famille Sinclair, on ne peut pas lui reprocher cela mais j’aurais juste aimé voir du changement et qu’ils comprennent que si tout cela est arrivé, c’est aussi de leur faute. Il ne s’agit pas que d’une connerie faite pas des ados ivres en colère qui s’y prennent comme des andouilles sans réfléchir au plan avant de mettre le feu. Non mais sérieux, on aurait pu s’attendre à un peu plus de préparation quand même ?! Se dire, on n’attend que tout le monde soit sorti avant de bouter le feu, par exemple, non ? Ce n’est pas que j’ai de l’expérience en matière de lancer des incendies mais voilà, ça me paraît juste logique d’attendre que tout le monde soit à l’abri avant de lancer la machine.

Bref, au niveau familial et globalement au niveau des personnages, je dois dire que je n’ai pas vraiment accroché.
J’ai détesté tous les adultes de cette famille sans exception et les 4 personnages principaux m’ont laissé de marbre, à part Gat que j’ai trouvé très touchant dans sa manière de penser mais aussi d’approcher Cady. En même temps, je ne pense pas que l’auteur ait vraiment cherché à attirer la sympathie du lecteur sur les personnages. Le livre étant quand même assez court, l’important était de poser l’intrigue et de surprendre le lecteur à la fin et pour ça, il faut le reconnaître, le pari est réussi !

book ornement
En bref, je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé « We were Liars », j’ai aimé la tension palpable, le page-turner que devient très vite ce roman plus on avance dans l’histoire. J’ai aimé la manière dont le roman est construit et surtout le style de l’écriture qui est assez métaphorique. L’auteur arrive en près de 220 pages à évoquer des sujets amenant inévitablement le lecteur à réfléchir (racisme, relations familiales, conséquences de nos actes,…). Le livre reste dans la tête, même une fois terminé, les questions se bousculent (« et si… ? ») et le lecteur a une subite envie de le relire afin de voir ce qu’il avait manqué la première fois et qui était pourtant devant ses yeux. L’effet de surprise n’a pas fonctionné avec moi, étant donné qu’avec les copines, on avait mis le doigt sur la bonne théorie, voyant dans le récit quelques éléments qui nous confortaient dans notre position, alors que d’autres éléments venaient la contredire la seconde après.
L’auteur mène son histoire tambour battant et si la logique de l’auteur est tout à fait cohérente et que l’histoire se tient d’un bout à l’autre, pour moi les choix qu’il a faits ne me conviennent pas tout simplement. J’attendais autre chose, pour ne pas dire plus de la fin et je suis un peu déçue, je l’avoue.

Ceci n’enlève rien cependant à la manière magistrale dont l’auteur vous retourne le cerveau à la fin du récit et à la beauté de l’écriture, certes un peu simpliste au début mais qui devient de plus en plus mature au fur et à mesure de la lecture.

Sincèrement, même si je n’ai pas été convaincue à 100 % par les choix de l’auteur, cela ne m’empêche nullement de le recommander chaudement !

Les avis des copinautes de la lecture commune : Simi, CessEmi et Caro. Merci les filles pour cette LC, j’ai adoré cette première expérience avec vous ! Merci aussi à Julia et Berengère qui ont partagé cette LC avec nous mais que je n’ai pas listé avant car elles n’ont pas de blog (faudrait y penser les filles ! :D)

D’autres avis encore : Juliah, Orlane70, Prilla, les lectures d’Ana, Karine:) et d’autres encore à venir sur la page BBM du livre sur Livraddict et sur GoodReads :

Logo Livraddict

 

Commentaires

  1. Ah oui tu ne plaisantais pas quand tu as dis que tu avais été inspirée pour cette chronique :-) C'est vrai qu'une de nos théories de départ était la bonne et que du coup le twist final était peut-être moins surprenant mais l'auteur nous manipule tellement qu'en fait on est jamais sûres de quoi que ce soit et qu'on change d'avis à chaque chapitre : jusqu'à 80 % du récit on n'a aucune certitude, et c'est ça que j'ai trouvé vraiment très fort ! La famille Sinclair est tordue de chez tordue, et moi non plus je n'aimerais pas en faire partie (mais je veux bien l'île privée par contre ^^). Pour les trois questions que tu te poses, effectivement on n'a pas d'explication pour la première. Pour les deux autres, je trouve ça cohérent avec ce que sont les Sinclair. Enfin, tu le sais, j'ai adoré la fin. Mais je trouve ça intéressant de voir que selon nos personnalités on a des interprétations différentes et qu'on adhère ou pas à ces interprétations :-) 17 septembre 2014 16:55

  2. Mazette!!! (oui j'aime ce mot!) Tu ne fais pas semblant quand tu dis que ta chronique va être longue!! :) C'est vrai qu'on est parti dans tous les sens et que le fait d'avoir la bonne théorie a fait que nous n'avons pas vécu l'explication finale comme d'autres mais ça ne m'a finalement pas plus dérangé que ça! Moi j'étais mitigée car j'aurai aimé une autre fin (je tente de ne pas spoiler dans les commentaires!!! lol) mais finalement la fin telle qu'elle a été écrite me convient car est logique quand on recoupe tout. Et je n'ai pas aimé la famille Sinclair. Mais je pense que c'était le but recherché par l'auteur. Comme dit Caro, c'est intéressant de voir à quel point des avis peuvent différer. Et comment on peut apprécier et aimer un livre même si c'est à différents degrés d'enthousiasme. Super LC en tout cas! :) Bisou! 17 septembre 2014 17:35

  3. Bon forcément je ne l'ai pas lu donc je n'ai pas lu la 2ème partie de ta chronique mais entre la première et le résumé, cela me tente bien et si l'anglais est simple ça mérite de m'y arrête. Donc, je note :) 17 septembre 2014 18:21

  4. Tout comme Caro, le fait qu'on ait trouvé le twist dès le départ ne m'a pas dérangée car on était jamais sûr, déjà, et aussi car on ne savait pas comment, pourquoi etc... ce qui a amené d'autres théories :-) Je comprends tes réserves même si je ne les ai pas ressenties. Et on est d'accord cette famille... no comment !!!! Très chouette LC en tous cas :) 17 septembre 2014 20:49

  5. Oh, cette chronique ! Le moins que l'on puisse dire c'est que ce livre te donne matière à argumenter :) Clairement, même si je n'ai pas le même ressenti que toi, je peux totalement comprendre tes arguments et le fait que tu sois partagé. C'est ça, le plus hallucinant avec ce livre, c'est qu'on a presque toutes un avis différent. Je pense aussi qu'on est pas dans le même "mood" que l'on lise le livre en solo ou à plusieurs, avec échanges de théories, maintenant, ça ne m'a pas dérangé de mon côté, c'est presque une fierté d'avoir trouvé LE gros secret, la BIG révélation (mais c'est aussi l'ambiance LC qui fait ça). Je pense que, qu'on adhère ou non, que l'on soit satisfait de la fin ou pas du tout, le livre est tellement à part, qu'on ne peut que le recommander pour l'expérience :) Je finirai sur une note qui vient du cœur : cette famille est complètement tarée et Papy Sinclair détient la palme (bien que les vautours ne soient pas loin derrière) ;) 17 septembre 2014 22:59

  6. Complètement d'accord avec toi Simi : ce livre est à lire, quoi qu'il arrive, par rapport à ce qu'il nous a fait vivre :) Papy Sinclair n'a pas dévoilé tous ses secrets je pense... 19 septembre 2014 15:36

  7. Merciii Tu as tout dit ce que je pensais des qu ej'ai fini le livre... Perso je n'ai pas aimé mais je lui laisse quand meme la note de 2/5.. s'il y avait pas eu autant de bons critiques pour ce livre, c'est sur que je n'aurai jamais lu We were liars... Et dommage.. J'ai trouvé tout cela très sureealiste, heureusement que ce n'est qu'un livre décidement car c'est du grand n'importe quoi.... Grosse déception 17 mars 2015 01:04

  8. ATTENTION SPOILERS viens à l'instant de refermer le livre et j'avoue que je n'avais jamais autant pleurer en lisant. N'étant pas du tout une personne à l'esprit logique je me contente très bien de la théorie fantômes même si je balance un peu entre les deux théories. Je ne sais pas laquelle je préfère et j'aime mieux ne pas m'y attarder. J'ai aimé alors bon. Tant mieux. :) Moi aussi j'ai été choqué par la famille Sinclair et leurs valeurs et comportement. Malheureusement, une partie de famille est un peu comme ça aussi. (En moins pire quand même, mais par moment j'avais l'impression de revivre des situations de mon enfances). Alors je peux t'assurer que ça existe. :/ 22 mai 2015 21:34

  9. Moi j'ai adorée ce livre ! J'ai trouvé l'intrigue extraordinaire, j'ai fait une chronique sur mon blog si tu veux venir voir... :) 22 août 2015 14:20

  10. jE NE COMPREND RIEN DE CE LIVRE PUISQU'IL FAUT QUE JE LE LIS POUR MON ÉCOLE MAIS EN ANGLAIS TBK! 29 octobre 2015 04:16

  11. @Simon : et en quoi ton commentaire écrit en capitales va t'aider à le lire et à le comprendre ? Je l'ai lu en anglais et je ne l'ai pas trouvé compliqué ! 5 novembre 2015 20:39

Laissez un commentaire

5 décembre 2016 02:19