Fièvre d’ombres

fièvre d'ombresTitre VF : Les chroniques de MacKayla Lane #5 : Fièvre d’ombres
Titre VO : Shadowfever

Auteur : Karen Marie Moning (USA)
Traduction de Cécile Desthuilliers

Publié aux Editions J’ai LU
Date de publication : 15 février 2012

Chroniques des tomes précédents : Fièvre Noire (#1), Fièvre Rouge (#2), Fièvre Faë (#3) et Fièvre Fatale (#4)

Genre : Urban Fantasy

Pages : 887

Prix : 12,00 €
Commander sur amazon : Chroniques de MacKayla Lane, Tome 5 : Fièvre d’ombres

Noteheart_pink heart_pink heart_pink

Quatrième de couverture

« RIEN N’EST AU-DELA DE MES CAPACITES. JE SUIS TOUT.
Vous êtes un livre. Des pages avec une reliure. Vous n’êtes pas né. Vous ne vivez pas.
JE NE CONNAIS PAS LA PEUR. 
Que voulez-vous de moi ?
OUVRE LES YEUX. VOIS-MOI. VOIS-TOI.
Mes yeux sont ouverts. Je suis le bien. Vous êtes le mal ».

CONVERSATION AVEC LE SINSAR DUBH


Mon avis

OMG, quel tome 5, quelle apothéose pour cette saga hors du commun ! On m’avait prévenu qu’il fallait s’accrocher avec ce tome 5 et je n’ai pas été déçue ! Que du contraire ! Le tome 5 a comblé toutes les attentes et même au-delà !

** ATTENTION ! spoils aussi bien sur les tomes précédents que sur l’intégralité de ce tome 5. Comme je l’ai dit pour le tome 4, le but de cette chronique est de partager mes impressions jusqu’au bout, en particulier avec les lectrices qui ont déjà lu le tome 5. Pour vous convaincre de lire cette saga, ma chronique du tome 1 devrait suffire, de même que les 3 coeurs que j’ai attribués en note à ce tome 5 ^^**

Pourtant, en commençant ce cinquième et dernier tome, j’étais sceptique. Rappelez-vous, on quitte le tome 4 avec Mac qui tue un homme mais on ne sait pas qui. Je dois dire que je n’avais pas trop tergiversé sur la question de savoir qui était ce mystérieux inconnu qui périssait de la lance de Mac. La seule hypothèse que j’avais émise était « de toute façon, cela ne peut pas être Barrons. »
Hum… Vous imaginez donc ma surprise, mon étonnement, mon air absolument choqué quand j’ai commencé la lecture de ce cinquième et découvert que l’inconnu que Mac avait tué… était en réalité le personnage que j’avais jugé invincible et qui resterai toujours là à protéger Mac. Non, non, non, Barrons ne pouvait pas être mort, c’était juste impensable. Et pourtant…
Vous imaginez dans quel état cela m’a mis. A peine commencé, le roman me faisait déjà perdre la tête. Et pour vous dire, j’étais tellement en déni, sous le choc, que j’ai failli reposer le livre là pour ne plus jamais le réouvrir. Je ne voulais pas savoir. Un monde sans Barrons est un monde qu’il ne me plaisait pas de connaître…

Ceci étant dit,  vous imaginez que je ne pouvais quand même pas en rester là et une petite voix dans ma tête me disant « tu sais qu’il n’est pas vraiment mort. Tu sais qu’il va revenir. Allez, avoue que tu t’en doutes ? ». Oui, oui, oui, je savais tout cela mais j’ai quand même feuilleté le livre en diagonale pour en avoir la confirmation parce que je devenais simplement folle… et encore je n’étais pas au bout de mes surprises, ce cinquième tome m’a complètement fait perdre la tête !!! Alors, je sais, c’est pas bien d’aller lire la fin avant la fin, je vous jure que je n’ai lu que quelques phrases sans réellement savoir ce qu’il en était au final, mais c’était VITAL !

Suite à la mort de Barrons, s’en suit une période assez pesante pour le lecteur. En tout cas, moi je ne l’ai pas vraiment bien vécue. Mac se rend compte qu’en fait, elle est complètement marteau de Barrons et regrette de ne lui avoir pas dit, d’avoir été aussi orgueilleuse pour reconnaître qu’elle était amoureuse de lui tout simplement (ça, ça m’a plu, vous vous en doutez).
Dès lors, elle se met à cogiter et ce qu’il ressort de ses conversations intérieures avec elle-même ne m’a pas plu du tout. Je ne la reconnaissais plus tout simplement. Ma petite Mac arc-en-ciel était devenue Dark Mac, à l’instar de Willow dans la saison 6 de Buffy, The Vampire Slayer (qu’est-ce qu’elle m’a fait flipper dans cette saison, la si gentille Willow). Aveuglée par son chagrin, elle ne voit plus clair et s’imagine pouvoir refaçonner un nouveau monde qui répondrait à ses convenances, à savoir un monde dans lequel ni Alina ni Barrons ne seraient morts. Bref, avec l’aide du Sinsar Dubh, Mac est décidée à reconstruire un nouveau monde, rien que cela !!!
Et pour se faire aider, quoi de plus normal que s’allier à Darroc, le mec qui l’a fait violée à la fin du tome 3 par les Princes Unseelies et la faire devenir Pri-Ya. Seriously, il n’y a que moi que cela choque ? O_O

Je vous avoue que j’ai trouvé cette partie – qui a quand même duré 150 pages – abominablement longue… Je n’aimais pas les idées de Mac pour faire revenir Barrons, je n’aimais pas qu’elle s’associe à ce salaud de Darroc – même si c’était pour mieux l’entuber et le tuer une fois qu’elle aurait eu ce qu’elle voulait de lui -, je n’aimais pas qu’elle envisage de coucher avec lui pour qu’il lui fasse confiance et je n’aimais pas qu’elle envoie chier Dani, même pour son bien. Soyons clair, à ce moment-là de l’histoire, je n’aimais pas vraiment les décisions de Mac tout simplement.

Alors après, les choses s’arrangent : Barrons revient à la vie comme par miracle. Bon, je ne cacherai pas le fait que je trouve qu’on en sait encore peu à son sujet, on n’a pas de nom pour le nommer et un grand mystère plane encore autour de lui et ses petits copains (Ryodan et co). Barrons va se confier un peu sur son passé à Mac (n’espérez pas que cela soit de suite hein, vous imaginez bien que Barrons ne va pas lâcher tout ce qu’il nous cache depuis 4 tomes juste après avoir vu Mac embrasser Darroc dans son allée !) mais on ne sait pas vraiment pourquoi il est comme cela. On doit juste accepter que Barrons peut mourir mais qu’il revient chaque fois à la vie, point final. Et aussi qu’il se transforme en bête assez hideuse quand il est très fâché et qu’il n’hésite pas à uriner autour de Mac pour la protéger. C’est déjà pas mal, soyons honnête (en tout cas, c’est déjà plus que ce qu’on savait de lui dans les tomes précédents, c’est-à-dire RIEN !).

Le retour de Barrons signe également le retour d’une Mac beaucoup moins dark mais améliorée version 5.0, totalement concentrée sur sa mission de retrouver le Sinsar Dubh mais aussi en pleine crise identitaire. Mac ne sait plus qui elle est. Dans les autres tomes, elle a déjà du faire face au fait d’avoir été adoptée par Jack et Rainey Lane. Alors qu’elle s’habituait à l’idée de faire partie de la lignée O’Connor avec sa soeur Alina, ces suppositions vont être balayées dans ce dernier tome et la question de « qui est Mac en réalité ? » va prendre tout son sens et les révélations vont pleuvoir dans tous les sens, me laissant totalement sur les f…leurs !

Tout d’abord, Mac va imaginer être la concubine du Roi Unseelie, revenue à la vie des millénaires après sa disparition. Après tout, elle a des souvenirs de la maison blanche, elle a l’impression d’en connaître chaque recoin comme si elle avait vécu là, alors pourquoi pas ? Cette hypothèse tient parfaitement la route et en plus confortait mon idée de départ que Barrons était, quant à lui, le Roi Unseelie !
Eh bien, non ! Première erreur !

Mac serait-elle alors le Roi Unseelie ou à tout le moins une partie de lui-même ? Après tout, seules deux personnes peuvent passer par le Miroir dans le boudoir du Roi et si elle n’est pas la concubine (vu que celle-ci est en fait la Reine Seelie qui a été enfermée dans la prison Unseelie, vous me suivez toujours ?), forcément Mac est le Roi !
Là, cela a été le CHOC pour moi car c’était parfaitement logique. Je suis vraiment restée abasourdie devant cette évidence. Il m’a fallu d’ailleurs arrêter de lire pour comprendre les répercussions d’une telle affirmation. Mac est en fait un faë mâle de plusieurs millénaires… hum. Elle aime Barrons et ils vont peut-être coucher ensemble alors qu’elle est en fait, le Roi Unseelie, un homme… HUM… OK. Non, non, pas ok du tout en fait !

Et paf, le deuxième choc qui s’abat sur moi depuis le début de ma lecture ! Et là, en discutant avec ma copinaute Cess, celle-ci me dit : « attends, Jess, tu n’es pas au bout de tes surprises. » Quand elle me dit cela, j’ai envie de lui répondre « Euh, Cess, tu crois qu’il y a vraiment pire qu’apprendre que Mac est en fait le taré qui a créé les Unseelies et foutu la merde partout tout cela parce qu’il voulait avoir les mêmes pouvoirs que la reine et rendre sa chérie immortelle. T’es sérieuse, vraiment ? ». Et dire qu’à ce moment-là de l’histoire, je ne savais pas combien Cess avait raison… Oui, le pire était encore à venir !

Quelques petits extraits le temps de digérer l’information sur le Roi Unseelie ^^

Extrait (page 412) :

« – Quel Miroir, à présent, Mademoiselle Lane ? » (…)
– Le quatrième à partir de la gauche. Jéricho.
J’étais lasse de l’entendre m’appeler Mademoiselle Lane. (…)
– Vous n’avez pas le droit de m’appeler Jéricho.
– Pourquoi ? Parce que nous ne sommes pas assez intimes ? J’ai fait l’amour avec vous dans toutes les positions possibles, je vous ai assassiné, je vous ai fait boire mon sang dans l’espoir de vous ramener à la vie, j’ai mis de la chair unseelie dans votre estomac et tenté de refermer vos entrailles… ll me semble que tout cela est assez personnel. A quel degré supplémentaire de proximité devons-nous parvenir pour que vous trouviez naturel que je vous appelle Jéricho, Jéricho ? »

Extrait (page 514) :

« – J’allais venir, grommelai-je. (…)
– Dans « directement », qu’est-ce que vous ne comprenez pas ?
– La même chose que vous ne comprenez pas dans « traiter les autres correctement », ô, Grand Grincheux ! marmonnai-je.
A ma surprise, il éclata de rire. Je ne sais jamais ce qui va déclencher son hilarité. Aux moments les plus incongrus, il semble s’amuser de son mauvais caractère.
– Je serai infiniment moins grincheux si vous admettiez que vous avez envie de coucher avec moi et que nous réglions cette question.
Une vague de fièvre monta en moi. Barrons disait « coucher avec moi » et j’étais prête.
– C’est tout ce qu’il faudrait pour vous mettre de bonne humeur ?
– Cela y contribuerait grandement.
– Aurions-nous enfin une conversation, Barrons ? Etiez-vous vraiment en train d’exprimer vos sentiments ?
– Sentiments ? Si c’est votre façon de dire « érection », Mademoiselle Lane… »

Extrait (pages 604 et 605) :

« – Tes désirs sont des ordres, MacKayla, répondit-il (c’est V’lane qui parle) en souriant. Veux-tu que nous passions la journée de demain à la plage, tous les deux ?
Barrons s’approcha de moi.
– Elle a déjà des projets.
– Est-ce vrai, MacKayla ?
– Elle travaille avec moi sur des textes anciens.
V’lane m’adressa un regard compatissant.
– Ah. Les textes anciens. Un jour à marquer d’une pierre blanche à la librairie.
– Nous traduisions le Kama Sutra, expliqua Barrons. Avec une mise en application des exemples.
Je faillis m’étrangler.
– Vous n’êtes pas là, pendant la journée !
– Comment cela se fait-il ? s’enquit V’lane, tout innocent.
– Je serai là demain, promit Barrons.
– Toute la journée ? demandai-je.
– Elle sera nue sur une plage, avec moi.
– Elle n’a jamais été nue au lit avec toi. Quand elle jouit, elle rugit.
– Je sais quels sons elle fait entendre quand elle ressent du plaisir. Je lui ai donné de nombreux orgasmes rien qu’en l’embrassant.
– Et moi, en lui faisant l’amour. Pendant des mois, la fée.
– Couches-tu encore avec elle ? susurra V’lane. Je ne sens pas ton odeur sur elle. Si c’est le cas, tu ne la marques pas assez. Son parfum commence à ressembler au mien. A celui des faës.
– Incroyable, murmura Christian, derrière nous.
– Elle couche avec les deux ? demanda Drustan.
– Et ils acceptent ça ? s’étonna Dageus.
Mon regard passa de V’lane à Barrons.
– Tout ceci n’a rien à voir avec moi.
– Vous vous trompez, dit Barrons. »

Comme je vous le disais, cela ne s’arrête pas là niveau horreur. Alors que Mac est en train d’essayer d’accepter qui elle est et qu’elle et Barrons tente d’y voir clair dans leur relation compliquée, Karen Marie Moning s’apprête à porter le coup fatal. Il y en a encore eu après mais vu que je m’y attendais d’une certaine façon, pour moi, le pire c’était celui-ci : Dani a tué Alina.
Là, j’ai hurlé, je me suis dit que ce n’était pas possible que la gentille Dani, ce personnage qui apporte toute sa gaieté, sa folie d’ado dans le récit soit responsable de la mort d’Alina. Non, non, non, je ne pouvais pas commencer à haïr Dani, ce n’était pas possible. Il devait y avoir une explication. Cette révélation m’a fait l’office d’une bombe et les questions ont explosé dans ma tête : Comment la gentille Dani avait pu faire cela ? Est-ce parce qu’Alina était proche de Darroc et que Dani pensait qu’elle était passée dans le clan ennemi ? Comment Mac allait-elle pouvoir digérer une telle nouvelle ? Allait-elle se venger et tuer Dani ? Et moi, lectrice, en sachant cela, comment allais-je pouvoir apprécier ce personnage qui va prendre la place principale dans Iced sachant ce qu’elle a fait ?

Bien sûr, il y a une explication mais elle est venue plus tard (j’aurais pu la deviner toute seule, soyons honnête, mais à ce stade du récit, j’étais si choquée (encore une fois) que mon cerveau n’aurait même pas réussi à additionner 2 + 2) et une fois le pot-aux-roses dévoilé, j’ai eu un poids en moins sur la conscience. Dani avait tué Alina mais elle l’avait fait sous la compulsion mentale de Rowena. C’est cette dernière qui était la véritable meurtrière. Et dire qu’en plus, elle laisse le sale boulot et la culpabilité qui va avec à une gamine de 14 ans. Pfff. Je savais bien que j’avais toutes les raisons de détester cette bonne femme et pour cela, elle ne m’a pas déçue.

Dans le dernier tiers, tout se précipite. De nouvelles révélations, des prophéties qui restent assez obscures laissant présager le meilleur et le pire en ce qui concerne Mac. On apprend que Barrons a un fils qui a tout d’une bête sanguinaire dépourvue de conscience dans un corps d’un enfant de 10 ans et que c’est pour lui qu’il recherche le Sinsar Dubh, afin de trouver un sort d’anéantissement pour lui offrir le repos et la paix.
On apprend aussi qu’en fait, Mac n’est pas le Roi Unseelie, en fait il s’agit du Beau-Gosse (je savais qu’il était bizarre mais je n’étais pas allée jusqu’à imaginer qu’il était le Roi). Mac est en fait le second bébé de Isla O’Connor qui a juste été marqué par le Sinsar Dubh, le parfait réceptacle humain pour le Livre Noir qui essayait de s’incarner mais finissait toujours par tuer ses hôtes humains. Et en plus, il semblerait qu’elle soit immortelle !
Et on apprend enfin que V’lane n’a jamais été celui qu’il prétendait être vu qu’il s’agissait de Cruce, le dernier Prince Unseelie que tout le monde pensait mort depuis longtemps. Ce dernier point, je vous avoue que je m’y suis attendue. Je sentais que Cruce n’était pas mort et j’ai essayé de le voir en plusieurs personnes (dont Mac… hum…) et petit à petit, j’en suis venue à suspecter V’lane (bon, je vais être franche, je ne l’ai pas venu venir de loin non plus, quand V’lane a insisté pour que Mac retire les runes de sang dont elle avait imprégné le Livre pour l’immobiliser, j’ai trouvé ça plus que louche…).

Enfin bref, moi je trouve que cela fait beaucoup de revirements, beaucoup de retournements de situation pour un seul tome ! Tout se joue vraiment dans ce tome 5, l’auteur ayant réussi à mener tambours battant son intrigue pour offrir à ses lecteurs une fin exceptionnelle, explosive et digne de ses personnages !

Et puis ENFIN, ALLELUIA ! Barrons et Mac, les choses se concrétisent ! Il a fallu attendre 4 tomes et encore 700 pages de ce tome 5 pour voir Mac et Barrons au lit et se dire « tu » et surtout abandonner leur manière guindée de s’appeler « Barrons » et « Mademoiselle Lane ». J’ai beaucoup attendu mais je ne suis pas déçue car j’ai trouvé ces pages de tendresse partagée et de sexe torride complètement à la hauteur de mes espérances. Entre ces deux-là, le torchon a brûlé très longtemps, il n’y a pas de mièvreries dans les paroles échangées et chacun reste fidèle à lui-même même après que les câlins aient été bien consommés. Si j’ai aimé voir Christian ou Gideon fondre pour Anna et Eva, je dois dire que les non-dits et les actes de Barrons sont encore plus saisissants d’amour que tout ce que les deux autres ont pu faire à eux deux pour leur compagne respective.

« – (…) Je suis le roi unseelie, lui dis-je.
Il recommence à bouger. Un peu plus tard, il m’attire à lui et m’embrasse.
– Tu es Mac, dit-il. Et je suis Jéricho. Et rien d’autre ne compte. Rien d’autre ne comptera jamais. Tu existes dans un endroit qui est au-delà de toutes les règles pour moi. Est-ce que tu comprends cela ?
Oui.
Jéricho Barrons vient juste de me dire qu’il m’aime. » (page 747)

« Mon rire s’éteignit et les larmes jaillirent de mes yeux. Il était dans ma tête. Je ne voyais guère l’intérêt de lui cacher quoi que ce soit. Il n’avait qu’à regarder autour de lui pour voir la vérité de ses yeux.
– Je n’ai pas obtenu le sortilège.
Ma voix se brisa. Je l’avais trahi. Je me haïssais pour cela. Il ne m’avait jamais trahie, lui.
– Je sais.
Je levai les yeux vers son visage, abasourdie.
– Tu… savais ?
– J’ai compris que c’était un mensonge dès l’instant où tu l’as dit.
Je scrutai son regard.
– Enfin… Tu avais l’air heureux ! Tu souriais ! J’ai vu tes yeux s’éclairer !
– J’étais heureux. Je savais pourquoi tu avais menti.
Son regard sombre, millénaire, inhumain, était inhabituellement tendre. Parce que tu m’aimes. » (pages 880 – 881)

Je trouve que les deux extraits repris ci-dessus illustrent de la meilleure des manières la relation Barrons et Mac.

 
Voilà, je pourrais tellement encore en dire. J’ai vraiment vécu ce tome. 4 jours de bonheur, de stress, de tension et d’émotions fortes et intenses. J’ai vécu avec Mac et Barrons depuis 15 jours et j’ai beaucoup de mal à les quitter. Il me tarde de découvrir Iced pour découvrir d’autres facettes de l’univers, connaître plus Dani et Ryodan. Je ne sais pas si je vivrai le même tourbillon que pour Mac et Barrons mais une chose est sûre, Karen Marie Moning a un réel don pour l’écriture, pour captiver son auditoire et pour nous faire oublier les petits défauts de son histoire.

Si j’avais un bémol par rapport au tome 5, c’est le fait qu’on n’a pas de réelle explication entre Dani et Mac suite à ce qui s’est passé et au fait que Mac découvre qu’elle a tué Alina. Même avant de savoir la vérité avec Rowena, on sent bien que Mac est vraiment partagée car elle aime profondément Dani qu’elle considère comme une soeur… et entre soeurs, on se pardonne tout. Je trouve dommage qu’on finisse ce tome sans avoir eu une explication entre elles d’eux, j’ai un petit goût d’inachevé par rapport à cela.

L’auteur laisse en suspens plein de questions à la fin de ce tome 5. Comme je vous l’ai dit, on ne sait pas grand chose sur Barrons et ses hommes, sur le pourquoi du comment ils sont comme cela. On ignore aussi ce qui va arriver de Mac avec la Dame Grise ou encore le Roi Unseelie alors qu’elle a promit de leur retourner une faveur qu’ils lui ont rendue : cela m’étonnerait que l’auteur lâche de tels éléments si ce n’était pas pour les approfondir à un moment ou l’autre.
Du coup, je n’ai pas l’impression qu’on en restera là avec Mac et Barrons et il me tarde vraiment de découvrir si KMM décidera ou pas de les faire revenir sur le devant de la scène.

EN BREF, j’ai kiffé ce cinquième tome AU-DELA de tout, j’ai vraiment vécu le livre à fond, comme si j’étais moi-même possédée par l’histoire. J’ai paniqué, j’ai ri, j’ai été CHOQUEE par certaines révélations à en avoir la tête qui tourne, qui se renverse ! Je me levais, je pensais à lire Mac, la journée, je bossais tout en pensant « vivement ce soir que je lise Mac » et quand le soir arrivait enfin, je me posais confortablement dans mon lit pour savourer les pages qui se lisaient toute seule.
J’ai du parfois arrêter de lire pour digérer certaines informations assez dures à encaisser, je remercie d’ailleurs Cess d’avoir été là sur facebook pour m’avoir accompagnée dans ma lecture et de m’avoir permis ces petites pauses bien agréables de papote qui m’aidaient beaucoup à encaisser les révélations et avec qui j’ai adoré partagé mon ressenti. Alors, encore une fois, merci de tout coeur Cess !

Cette saga, je ne l’oublierai jamais et je pense que je la relirai d’ici quelques temps. Apparemment, la relire permet de mieux apprécier les indices que l’auteur a clairsemés dans chaque tome qui donnaient des indications sur le final qu’elle projetait de donner à sa saga.
Je l’ai déjà dit et je le redis encore, vivement Iced ! Et surtout, je souhaite déjà bon courage au livre que je vais choisir de lire maintenant (quand j’aurais terminé ma lecture VO de Shutdown), car passer après le tome 5 de MacKayla Lane, autant dire que c’est mission suicide !

Merci en tout cas aux copinautes qui m’ont accompagnée dans ma lecture en postant leurs petits comments sur Facebook ! 

heart

Les points + : TOUT, mais en particulier les grosses révélations qu’on ne voit pas venir du TOUT ! Je suis tombé sur le c… plusieurs fois en lisant ce tome 5 !

Les points – : juste pour dire que j’en mets un, je trouve dommage qu’on ait pas eu une explication « en live » entre Mac et Dani.

Les avis des copinautes : Mycoton, Simi, Bambi_Slaughter, Sabruhu, Cess, nane42, akasha, candyshy, choOkette, Frankie, Azariel, Chou:), everbook et d’autres encore sur la page BBM du livre sur Livraddict : 

Logo Livraddict

Commentaires

  1. OMG j'ai revécu toute ma tension et toutes mes angoisses en lisant ta chronique. Ce livre a été un telle souffrance et un tel bonheur à la fois. Je me rappelle maintenant. Ma décision est prise je ne lirais pas ICED avant d'avoir les 3 tomes sur Dani, je vais trop souffrir sinon. 14 octobre 2013 11:15

  2. Punaise, faudrait que je le relise car il y a plein de trucs dont je ne me rappelle plus, à part que je l'avais dévoré et adoré ! En tout cas, je crois que jusqu'à ce tome, on est nombreux à avoir cru que Barrons était le roi Unseelie :) Merci pour le lien. 14 octobre 2013 20:07

  3. C'est vrai qu'elles sont longues, ces 150 premières pages... je paniquais! Je trouve que ça clôt super bien la série, en fait. SPOILERS Pour Cruce, j'avais deviné depuis longtemps, en fait... il lui donne quand même un truc ayant appartenu à Cruce au début de la saga. Le truc qui m'a fait tomber de ma chaise, c'est Dani. Incredible! 15 octobre 2013 00:33

  4. J'adore cette série! MAis grosse erreur de ma part: j'ai perdu le dernier tome (sacrilège, je suis bien d'accord!) !! Et avant de l'avoir lu biens sûr...Alors j'ai attendu, avec le secret espoir de le voir réapparaître...Pour finalement le racheter il y a peu!Je vais m'y plonger bientôt! 1 novembre 2013 10:04

  5. En attendant le prochain tome des chroniques de Mackayla Lane ou de Dani (selon tes envies) KMM propose un calendrier Fever pour 2015. Un exemplaire est à gagner sur la page facebook de mon blog, si ça te dit :) 10 décembre 2014 13:13

Laissez un commentaire

5 juillet 2016 19:55