Glitch, tome 1

glitch #1Titre VO/VF : Glitch

Auteur : Heather Anastasiu (USA)
Traduction par Madeleine Nasalik

Publié aux Editions Robert Laffont (Collection R)
Date de publication : 06 septembre 2012

Genre : Dystopie, YA

Pages : 366

Prix : 16,90 €
Commander sur amazon : Glitch

Notestar-5


Quatrième de couverture 

L’amour est une arme.
Zoe vit dans un monde où les mots douleur et guerre n’existent plus. Comme à l’ensemble des membres de la Communauté, on lui a implanté une puce qui la protège de toutes les émotions qui ont mené l’Ancien Monde à sa perte. Jusqu’à ce que cette puce se mette à… glitcher.
La jeune fille est bientôt submergée par d’étranges pensées et sentiments : les siens. Rien de plus dangereux dans une société où le moindre dysfonctionnement est passible de mort ! Mais Zoe possède un autre secret qu’elle doit doit cacher à tout prix : ses glitches ont fait naître en elle un incontrôlable pouvoir de télékinésie.
Tandis qu’elle lutte pour apprivoiser ce don dévastateur, Zoe rencontre d’autres glitcheurs. Ensemble, ils vont planifier leur fuite. Mais plus Zoe s’éveille à la beauté, à la joie, et surtout à l’amour, plus elle aura à perdre en cas d’échec…


Mon avis

Il y a déjà un moment que je n’avais pas lu de dystopie et je dois dire que cela m’a fait du bien de revenir vers ce genre en lisant un titre comme Glitch. Cela faisait déjà un moment qu’il était dans ma PAL et que je n’arrivais pas à l’en sortir vu que les premiers avis sur le roman étaient assez mitigés. Du coup, comme à mon habitude lorsqu’un livre n’est pas plus apprécié (ou alors l’est de trop), je le laisse un peu poireauter dans ma PAL jusqu’à ce que cette influence extérieure de la blogo se dissipe et pouvoir me faire mon propre avis.
Et pour ma part, la rencontre avec Glitch a été totale, j’ai accroché assez rapidement à l’univers, aux personnages, à la romance, bref à tout !

Dans l’univers de Glitch, les gens vivent sous terre, on leur a apposé une puce à la base de leur amygdale afin qu’ils ne ressentent plus rien comme émotions (à part la douleur car c’est quand même pratique de ressentir quand on a mal…) et s’intègrent dans la Communauté pour ne vivre que pour et à travers la Communauté. Ils sont tous reliés au Lien à longueur de journée, de manière qu’ils ne pensent plus du tout par eux-mêmes et se contentent de suivre les ordres.
On suit donc Zoe (ou Zoel de manière plus officielle), une jeune fille normale qui commence à glitcher, c’est-à-dire que pendant des périodes qui deviennent de plus en plus longues au fil du temps, Zoe est déconnectée du Lien et de sa puce et peut donc penser par elle-même. Elle va alors découvrir les émotions les plus variées : la tristesse, la colère, la joie, la beauté, l’amour…  Et chose encore plus déconcertante qui lui fait peur : elle se rend compte qu’elle est capable de déplacer des objets par sa seule pensée !
Mais Zoe doit se montrer prudente car afficher un comportement déviant dans la Communauté, c’est signer son arrêt pour la « désactivation ». Zoe va alors s’apercevoir qu’il y a d’autres glitchers comme elle, comme son ami Maximin (dit aussi Max et on comprend aisément pourquoi ^^) ainsi qur’Adrien qui ne la laisse pas indifférente, que du contraire !
Leur projet commun : aider les glitchers à échapper à l’emprise de la Communauté et à rejoindre la Résistance.

*****

Cela faisait en effet quelques mois que je n’avais pas lu de dystopie. Après en avoir lu beaucoup ces deux dernières années, j’avais fait une pause dans ce genre et je dois dire qu’y revenir m’a fait du bien car j’ai encore plus apprécié ma lecture de Glitch.

A chaque fois que je commence un nouveau monde dystopique, ma crainte est de ne pas réussir à entrer dans l’univers de l’auteur et d’attendre longtemps avant que celui-ci nous soit expliqué. Ce qu’il y a de bien avec Glitch, c’est que je n’ai pas du attendre avant que l’auteur m’explique son univers puisqu’elle le fait d’entrée ! Dès les premiers chapitres, le lecteur est confronté aux puces, au Lien, à la Communauté et aux grandes règles définissent la société dans laquelle vit Zoe.
De fait, je suis rapidement entrée dans l’histoire vu que je savais à quoi m’attendre. Je connaissais la situation de départ (un monde fait de « zombies » qui ne vivent que pour la Communauté), je savais ce qui c’était passé avant et qui avait amené les dirigeants à repenser le monde autrement  et je savais vers quoi j’allais avec Zoe qui commençait à glitcher, à ne plus être comme les autres et qui comprend assez rapidement qu’on lui a quand même volé une partie de sa vie.

L’univers est plutôt bien pensé dans son ensemble bien que pas très original vu que ce n’est pas la première fois que je rencontre en dystopie YA le sujet de supprimer des émotions quelles qu’elles soient chez les gens pour mieux les manipuler. La saga Delirium de Lauren Oliver traite du fait que l’on supprime la partie du cerveau responsable des sentiments amoureux, car selon les dirigeants, c’est l’amour qui est responsable de guerres dans le monde. 
Dans Glitch, on pousse encore les choses plus loin en disant que toutes les émotions sont proscrites. Les gens sont vus comme des machines, comme des esclaves humains qui disposent de port USB (c’est cet élément qui m’a le plus choquée) à qui on impose tout, de la carrière professionnelle jusqu’au choix du compagnon. Les bébés sont faits en laboratoire et non plus par la voie naturelle. On peut effacer des souvenirs, en implanter d’autres. 

Ce que j’ai particulièrement aimé, c’est le fait que l’auteur jongle vraiment avec les émotions et leur importance. Zoe va apprendre ce que c’est d’éprouver des émotions, de se laisser aller aux positives mais de se rendre compte que le prix à payer est assez cher car les émotions négatives sont également aussi fortes. Elle se pose vraiment beaucoup de questions en se demandant si finalement ce n’est pas mieux d’avoir une vie dénuée de sentiments pour ne pas ressentir la douleur, quand par exemple quelqu’un à qui l’ont tient nous blesse. Et au fur et à mesure de l’histoire, Zoé tire un enseignement essentiel : même s’il est difficile de surmonter certaines émotions, au final ressentir quelque chose, même si c’est négatif, est mieux que de ne rien ressentir du tout. La liberté de chacun avant tout !

La romance joue une grande place dans ce tome 1 vu qu’un triangle amoureux se met vite en place. J’ai vu que beaucoup de lecteurs avaient été gênés par le fait que la romance prenait plus de place dans le roman que la dystopie. Personnellement, je ne suis pas de cet avis. Au contraire, je pense que l’auteur réussit un bon équilibre entre les deux : elle met en avant la mythologie au début du roman pour permettre au lecteur de savoir dans quoi il s’embarque et ensuite, elle laisse le temps à son personnage de se découvrir, avec ses émotions et de parvenir à mettre des mots sur chacune d’entre elle. La romance avec triangle amoureux joue donc un rôle important dans l’ « apprentissage » de Zoé puisqu’il lui permet de faire la différence entre l’amour et la simple amitié, mais aussi d’expérimenter la douleur d’aimer, parce qu’on aime pas sans souffrir, les deux sont nécessaires.

L’intrigue est donc, pour moi, parfaitement dosée et tient vraiment le lecteur en haleine jusqu’au bout. Certains diront qu’il n’y a finalement pas beaucoup d’action. Ceci dit, c’est un premier tome et l’auteur a pris vraiment bien le temps de poser son univers mais également de permettre à Zoé de prendre ses marques dans le monde qu’elle a toujours connu mais qu’elle voit différemment depuis qu’elle a glitché et qu’elle comprend qu’on lui a toujours menti. Si l’auteur avait lancé trop d’action dans ce tome-ci, je n’aurais pas trouvé cela très crédible dans la mesure où il fait vraiment permettre à l’héroïne de faire le point. C’est vraiment nécessaire dans cette histoire si l’on veut que cela semble réel.

Ceci dit, l’auteur nous réserve aussi son lot de rebondissements. Perso, j’imaginais bien des petites choses assez louches mais je n’ai pas vu venir du tout le gros pot au rose. L’auteur m’a vraiment prise au dépourvu avec cette fin. 
Et ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est que dès le début du roman, l’auteur nous apprend d’une certaine façon « le rôle de Zoé », ce qui nous semble complètement ahurissant dans un premier temps. Cependant, au vu de la manière dont les choses changent et l’évolution personnelle de Zoé, on se dit que finalement, ce n’est pas si bête que cela de l’imaginer dans un tel rôle.

****

Côté personnages, il faut dire qu’ils sont assez crédibles dans leur rôle, sauf Max que je n’ai pas du tout apprécié et qui est vraiment grotesque.

Tout d’abord, le personnage de Zoé. C’est un personnage que j’ai beaucoup apprécié parce que malgré ses craintes et le fait qu’elle ait été conditionnée toute sa vie, elle va finalement accepter la vérité comme elle est : à savoir que jusqu’ici, sa vie était un mensonge. Pour moi, son évolution est assez logique. Zoé découvre quand même, à l’âge de 17 ans, les émotions et à penser par elle-même pour la première fois de sa vie. Alors, forcément ça demande un temps d’ajustement et je trouve qu’elle ne se débrouille pas trop mal. Pour elle, tout est nouveau alors dire qu’elle fait les mauvais choix et qu’elle est assez gourde, je trouve que c’est un peu fort… parce que bon, à sa place, vous auriez réagi comment ? 
Zoé cherche à mettre des mots sur ce qu’elle ressent, elle pose beaucoup de questions pour comprendre ce qui l’entoure et c’est vrai qu’elle ne voit pas toujours les autres pour ce qu’ils sont, elle voit tout avec des gens de bisounours… Enfin, ça s’est au début, car plus on avance, plus elle comprend le monde qui l’entoure et peut donc mieux l’appréhender.
Zoé va se souvenir de son passé, de ce qu’on lui a caché – ou plutôt fait oublier – et elle va avoir du mal à gérer les émotions qui vont vite la submerger. Elle comprend plus vite que les émotions négatives que positives mais va néanmoins trouver la force de se battre contre ce système qu’elle vient à haïr.
Zoé est une idéaliste qui espère bien pouvoir sauver tout le monde.

Zoé est épaulée par deux jeunes hommes qui cherchent tous deux à attirer son attention. Tout d’abord, Max, un personnage que j’ai trouvé imbuvable dès le départ par son comportement totalement immature et pas crédible du tout. Max a décidé que Zoé serait sa copine et il lui impose en quelque sorte cette relation qu’elle n’arrive pas à comprendre. De plus, son comportement n’inspire pas à la confiance, il semble prêt à dépasser les limites à tout instant. Il représente vraiment l’ado qui découvre sa sexualité et qui veut la mettre en pratique tout de suite !

Quant à Adrien, il est plus posé et ne veut en rien forcer Zoé. Il la laisse faire ses propres choix et comprendre par elle-même ce qu’elle ressent pour lui, pour Max. Adrien est convaincu par la cause pour laquelle il se bat et son objectif est d’aider le plus de glitchers possibles.

*****

Au niveau du style de l’écriture, c’est vrai que l’écriture reste assez simple et n’est pas très recherchée mais au moins il faut reconnaître que c’est efficace. L’auteur est claire et précise dans ses explications sur son univers et met le lecteur à l’aise dès le début. Du coup, l’envie de s’immerger est bien présente et ensuite, les pages se tournent avec rapidité.

 

***** Conclusion *****

EN BREF, je n’ai pas grand chose de négatif à dire sur ce premier tome que j’ai vraiment apprécié ! L’auteur expose très clairement son univers dès le départ, elle plante le décor assez rapidement permettant ainsi au lecteur de prendre ses marques très rapidement.
Une fois les marques prises dans l’univers, l’auteur nous invite à découvrir Zoé, une jeune fille qui se met à glitcher et qui voit tout son univers parfait et rangé s’effondrer d’un coup. Ce premier tome lui permet de découvrir les émotions et à les appréhender petit à petit.
Le schéma narratif me semble donc parfaitement cohérent pour ce tome 1 qui a réussit à atteindre ses objectifs. Je n’attendais pas forcément d’action à ce stade, je ne suis donc pas déçue qu’il n’y en ait pas eu beaucoup. Par contre, je m’attends à ce que cela bouge plus dans les deux tomes restant de la trilogie qu’il me tarde d’ailleurs de lire !

Une dystopie pas très originale sur le papier mais assez cohérente et qui tient la route sur la longueur. Ajoutez une bonne dose de romance et je suis comblée ! :)

victory
Les points + :

  • Une dystopie assez cohérente et prometteuse, même si ce n’est pas si original vu que le sujet a déjà été traité autement en YA ;
  • Un premier tome qui sert d’introduction et met parfaitement en place l’univers mais aussi le changement qui s’opère en Zoé alors qu’elle découvre qu’on lui a menti toute sa vie et qu’elle apprend à contrôler ses émotions ;
  • La place de la romance ;
  • Le fait qu’il y aussi une petite touche fantastique avec les pouvoirs spéciaux développés par les glitchers ;
  • Les rebondissements  que je n’avais pas vu venir (sauf un qui est assez gros comme une maison   ** SPOILER Le fait que Max soit de mèche avec la Chancelière, je l’ai compris directement ** FIN DE SPOILER **) ;
  • Un style d’écriture certes simple mais fluide et efficace ;


Les points – :

  • Le personnage de Max que j’ai vraiment détesté (ce n’est pas vraiment un défaut mais je ne trouvais rien d’autre ^^) ;

 

 

Les avis des copinautes : Galleane, Mycoton, Priline, CeReS, Koré,et Azariel. D’autres avis sur la page BBM du livre sur Livraddict :

Logo Livraddict 

 

Commentaires

  1. Ho ouiiii, comme j'ai adoré ce 1er tome moi aussi ! Je trouve que c'est exactement ça, l'auteur arrive tellement bien à nous étonner, à nous surprendre avec des tonnes de révélations qu'on ne voyait pas venir... Et comme toi je déteste Max aussi pffff :P Et les choses ne s'arrangent pas dans le tome 2 lol 6 août 2013 18:59

  2. Je l'ai lu il n'y a pas très longtemps. J'ai bien aimé ce premier tome, les personnages (sauf Max, lui il est horrible !), l'histoire de puces, etc. Un bon premier tome qui me donne envie de lire la suite ! PS : ton blog est magnifique ! Vraiment :) Je ne comprends pas comment j'ai fait pour ne jamais tomber dessus ^^ 20 février 2014 11:58

  3. @Mallou : Merci beaucoup ! Ravie que le blog te plaise ! 20 février 2014 19:55

  4. AAAAH mais qu'est-ce que tu me tentes ! J'avais déjà entendu parler de ce livre mais là... J'ai encore plus envie de me lancer. D'autant plus que j'adore la dystopie et la thématique me plait bien ! :) 6 mars 2014 21:27

Laissez un commentaire

4 juillet 2016 05:27