Version Beta, tome 1

version bêtaTitre VF : Version Beta #1
Titre VOBeta

Auteur : Rachel Cohn (USA)
Traduction de Alice Delarbre

Publié aux Editions Robert Laffont – Collection R
Date de publication : 29 novembre 2012

Genre : Young Adult, Dystopie

Pages :424

Prix : 18,50 €
Commander sur amazon : Version BETA, Tome 1  

Note : star-4-5



Quatrième de couverture

Née à seize ans, Elysia a été créée en laboratoire. Elle est une version BETA, un sublime modèle expérimental de clone adolescent, une parfaite coquille vide dépourvue d’âme.
La mission d’Elysia : servir les habitants de Demesne, une île paradisiaque réservée aux plus grandes fortunes de la planète. Les paysages enchanteurs y ont été entièrement façonnés pour atteindre la perfection tropicale. L’air même y agit tel un euphorisant, contre lequel seuls les serviteurs de l’île sont immunisés.
Mais lorsqu’elle est achetée par un couple, Elysia découvre bientôt que ce petit monde sans contraintes a corrompu les milliardaires. Et quand elle devient objet de désir, elle soupçonne que les versions BETA ne sont pas si parfaites : conçue pour être insensible, Elysia commence en effet à éprouver des émotions violentes. Colère, solitude, terreur… amour.
Si quelqu’un s’aperçoit de son défaut, elle risque pire que la mort : l’oubli de sa passion naissante pour un jeune officier…

Mon avis

Voilà un roman qui m’a séduit d’abord et avant tout par sa couverture ! Elle est vraiment sublime. Et en plus, la contenu est parfaitement à la hauteur de la cover ! J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir le 1er tome de Version Beta que je vous conseille vivement !

***** L’intrigue *****

Une dystopie ! Cela faisait longtemps que je n’en avais pas lu une ! Pourtant, c’est un genre qui me plaît énormément car il nous fait réfléchir sur les possibles de l’humanité et les conséquences de nos choix de vie. Et autant dire que si d’un premier abord la situation semble toujours parfaite, les failles se montrent vite au grand jour !

Ici, il est question de clones au service de riches milliardaires sur l’île de Denesme où tout a été artificiellement modifié dans la nature pour offrir un cadre idyllique à ses occupants : la couleur de la mer, la qualité de l’air, tout a été pensé pour que les milliardaires atteignent « le nirvana ». Les humains ont vite compris qu’ils ne pouvaient pas compter sur leurs semblables pour assurer le travail qui doit être effectué sur l’île car tous les employés se sentaient si bien qu’ils en venaient au farniente. Du coup, la solution fut d’inventer des clones dépourvus d’âme pour pouvoir assurer le travail de tous les jours.

On fait donc la connaissance d’Elysia, un clone version BETA, une des premières clones adolescente. Elle est achetée par la famille Bratton afin qu’elle « remplace » l’aînée des enfants de la famille, Astrid, partie sur le continent pour poursuivre ses études. Au début, tout va bien dans le meilleur des mondes : Elysia aide Yvan, le fils Bratton, à s’entraîner pour pouvoir entrer dans l’armée comme le désire son père, le Gouverneur de l’île, elle passe aussi son temps avec Mme Bratton qui s’ennuie de ses journées et s’occupe de la petite dernière, Liesel.
Mais rapidement Elysia, le clone qui est censée ne rien ressentir du tout, va s’apercevoir qu’elle prend goût à certains aliments, notamment le chocolat et qu’elle ressent des choses, en particulier pour Tahir, un ami d’Yvan. Elle sait que c’est mal et décide de le cacher car elle ne sait que trop bien ce qui arrive aux clones défaillants. Mais plus les semaines passent et plus Elysia a du mal à cacher à son entourage qui elle est vraiment…

Le pitch donne envie et sincèrement on en a pour son argent à la lecture du roman, je n’ai pas été déçue une seconde.

Dès le début, j’ai été captivée par l’histoire d’Elysia. Il faut bien admettre que l’auteur sait parfaitement retenir l’intérêt de son lecteur tout au long du roman, en parsemant son intrigue de petits rebondissements. Et il faut dire que si je n’ai pas été surprise par certains rebondissements, d’autres m’ont laissé sur les fesses, si je peux m’exprimer ainsi !

L’auteur crée un monde dystopique, il est vrai, assez paradisiaque. Personnellement, j’ai trouvé que le cadre de l’île de Denesme était assez bien décrit, l’auteur donne des détails, pas trop au point que le style devienne lourd, mais juste assez pour nous donner envie de prendre quelques vacances !

Le monde dystopique est parfaitement bien expliqué, en tout cas concernant le pourquoi de la création des clones et comment les humains procèdent pour en créer, même si l’auteur ne donne qu’une idée globale de ce second point sans entrer dans les détails.

Par contre, l’auteur nous parle des temps qui ont précédé la création de l’île de Denesme et l’organisation du monde actuel en se référant aux « Guerres de l’eau ». Mon plus grand regret dans ce premier tome est que l’auteur n’explique pas ce qui s’est passé dans ces fameuses guerres et donc les problèmes qui étaient à l’origine de la nouvelle organisation du monde. 
Je trouve que c’est dommage car étant vraiment curieuse, j’aurais aimé que l’univers développé par l’auteur soit complet sur tous les points : le présent mais aussi le passé. 

L’intrigue n’en reste pas moins palpitante, avec de nombreux rebondissements. Comme je le disais, alors que les uns sont attendus, d’autres sont assez choquants et d’autres encore sont vraiment surprenants ! Je ne peux en effet pas évoquer le roman sans parler du cliffhanger de la fin qui m’a vraiment surpris au point où j’ai eu envie de hurler un énorme « OH NON ! POURQUOI TU NOUS FAIS CA !! » vu que je n’avais pas la suite pour enchaîner directement. Cette fin remet tous les acquis du tome 1 en question et du coup, je comprends mieux pourquoi l’auteur n’a pas pris la peine d’expliquer certaines choses plus en profondeur ! En tout cas, pas de doute, ça donne envie de lire la suite !

Je noterai enfin que concernant les enseignements de ce monde dystopique et donc des leçons à tirer de l’univers qui nous est présenté – qui peut donc être un possible de l’humanité – , la réflexion est poussée autour de deux axes :

D’une part, les dérives de la science, la réflexion la plus importante, qui nous montre encore une fois que l’homme est prêt à inventer tout et n’importe quoi sans penser réellement aux conséquences. Ici, il s’agit de créer des clones humains, qui sont donc en tout point identiques à nous mais qui n’ont pas d’âme et ne sont pas capables d’éprouver des émotions, ce qui permet donc d’en faire des êtres malléables à souhait et d’en faire des esclaves. Mais quid si ces êtres venaient à éprouver des émotions et se comporter comme tout un chacun ? Quels droits serions-nous prêts à leur concéder ? 

D’autre part, l’environnement, encore et toujours, un thème « très à la mode » en dystopie. Si l’on se doute que dans le passé, il y a eu des problèmes écologiques assez importants, l’auteur évoque notamment des villes inondées, de nouvelles villes construites dans les déserts et les fameuses « guerres de l’eau », elle en dit cependant assez peu pour que l’on puisse pousser la réflexion plus loin, à ce stade, concernant cette problématique.

***** Les personnages *****

J’ai beaucoup aimé le personnage de Elysia, un personnage qui attire tout de suite la sympathie du lecteur. Elysia, le clone, Elysia qui n’a pas d’âme, Elysia qui n’ose pas trop parler de ce qu’elle ressent car elle se rend de plus en plus compte qu’entre la théorie du clone bon serviteur qui est censé ne rien ressentir et la réalité, il y a un monde.
J’ai aimé l’évolution du personnage : d’une jeune fille docile qui n’ose pas trop exprimer ce qu’elle est en réalité, on passe à une demoiselle qui parle de plus en plus et va finir par être complètement révoltée par la situation. L’évolution du personnage se fait en douceur, il n’y a pas de cassure et j’ai donc trouvé ça très cohérent.

 A part cela, Elysia est une jeune fille très sympathique et gentille. Sous des airs de bonne poire qui dit toujours oui, elle cache cependant une personnalité qui s’affirme de plus en plus. Ceci dit, je ne suis pas non plus d’accord avec tous ses choix, il y a certaines situations où je me disais qu’elle agissait vraiment n’importe comment, sans réfléchir aux conséquences si jamais son idée venait à capoter.

Enfin, si on devait choisir un adage qui la résume bien, je choisirai « méfiez-vous de l’eau qui dort » !

Mise à part Elysia, je dois dire que je n’ai pas vraiment apprécié les autres personnages, sauf peut-être Alex mais qui apparaît bien tard dans l’histoire pour se faire une vraie idée sur sa personnalité. Disons qu’à la première impression, il m’a plu et ça n’a rien à voir avec le fait qu’il soit réputé être un des plus beaux hommes sur Terre !

Je n’ai pas aimé la famille Bratton, sauf la petite Liesel qui est encore trop petite pour pouvoir être mauvaise ! Le père est détestable et complètement pervers, la mère est suffisante au possible, on a l’impression d’avoir une ado pourrie gâtée qui râle à la moindre contrariété. Et que dire du fils, qui semble bien sympathique au premier abord, mais qui finalement se trouve être le plus fourbe de tous !
Finalement à part Liesel, il n’y a qu’Astrid que l’on peut considérer comme sympathique dans la famille dans la mesure où celle-ci, sûrement dégoûtée par la mentalité de sa tribu, s’est exilée sur le continent sans leur donner de nouvelles… comme on la comprend !

Je n’ai pas non plus aimé Tariq, quelque chose dans sa personnalité me dérange sans vraiment pouvoir pointer le doigt dessus. De plus, même si j’ai apprécié ses parents qui à première vue apparaissent comme des personnages assez sympathiques qui n’ont pas eu de chance dans leur vie, j’ai malheureusement ressenti un grand malaise avec eux. Comme ils sont riches, ils s’autorisent des choses que je trouve particulièrement malsaines.

***** Conclusion *****

EN BREF, j’ai vraiment beaucoup aimé ce premier tome qui met en place un univers très intéressant et original. Si l’idée de base est excellente et pousse à se poser les bonnes questions, on regrette cependant que l’auteur ne développe pas plus les évènements antérieurs à l’histoire car moi, je suis curieuse et j’aurais aimé en avoir plus ! L’histoire est assez bien menée, le lecteur est vite pris dedans, l’auteur arrive à nous surprendre, même si ce n’est pas à tous les coups ! On note enfin que la fin est assez explosive dans le sens où elle remet tout en question ! Vivement la suite, j’ai hâte !

Un roman surprenant et original, les fans de dystopie sauront l’apprécier !

victory
Les points + :

  • Un univers riche et cohérent ;
  • De nombreux rebondissements comme on les aime ;
  • Un roman qui donne au lecteur une bonne base de réflexion sur l’avenir, aussi bien au niveau de l’écologie que des dérives de la science ;
  • Un final explosif totalement inattendu !
  • Un personnage principal très attachant et assez bien construit ;

Les points – :

  • J’aurais aimé en savoir plus sur les évènements qui ont précédé le monde mis en place par l’auteur, notamment en ce qui concerne les fameuses Guerres de l’eau.

L’avis des copinautes : Galleane, Mycoton, Tessa, Azariel, Mélo et encore plein d’autres sur la page BBM du livre sur Livraddict :

 Logo Livraddict

Commentaires

  1. Mhhmmmm... cette cover m'attire l'oeil depuis sa sortie, d'ailleurs il trône au milieu de ma mise en place "Dystopie". Ton avis en plus, j'ai bien envie d'en savoir plus ^^ 20 avril 2013 15:50

  2. Ca me rassure, c'est mon prochain achat avec "La sélection" :-) ! (et je trouve la couverture vraiment jolie !) Bonne soirée Jess, grosses bises ! 24 avril 2013 20:13

  3. Je ne me souviens pas de tout, mais de la fin oui, elle m'avait quand même bien choquée dans le bon sens du terme. en tout cas j'ai très envie de lire la suite. 15 juin 2013 22:07

Laissez un commentaire

16 August 2018 04:18