Le secret des Damnés, tome 1 : Possession

Titre VF/VO : Le Secret des Damnés #1 : Possession
Auteur : Audrey Burggraf (BEL)

Roman auto-édité 
Date de publication :  La version kindle est disponible depuis le 12 décembre 2012.
Page Facebook  dédiée à la saga

Genre : Bit-lit, érotique, romance

Pages : 100

Lu en ebook

Prix : 17,40 € (roman papier Fnac BE) et 5,57 € en version Kindle
Commander sur amazon (Kindle) :  Le Secret des Damnés Possession

Note

 

Quatrième de couverture  (résumé Livraddict, fiche créée par l’auteur elle-même)

Cristalle, une étudiante de 19 ans, est kidnappée. Elle découvre alors qu’elle fait partie de la mystérieuse secte des Damnés, des créatures ressemblant aux humains mais dotés de pouvoirs magiques.
Damnée de force, Cristalle essaye tant bien que mal de s’adapter à sa nouvelle vie et d’apprendre la magie et le combat. Aidée par ses protectrices et amies, les cinq Chevalières, la jeune fille doit faire face aux Damnés maléfiques, des rebelles qui veulent la tuer afin de prendre ses pouvoirs.
Malgré son destin et les menaces qui pèsent sur elle, Cristalle cherche surtout à séduire le beau Falada, le Chevalier dont elle est follement amoureuse mais qui lui résiste. Très vite pourtant la peur la rattrape lorsqu’elle est traquée sans relâche par le Prince Dimitri, le plus terrifiant de tous les Damnés maléfiques. Entre Cristalle et Dimitri commence un jeu trouble, dangereux et sensuel…

Mon avis

Voilà un roman que je tenais vraiment à découvrir ! Non seulement il rentre parfaitement dans mes goûts actuels, très portés sur la romance érotique mais en plus, le livre est écrit par une auteure belge ! Cependant, même si je reconnais que j’ai très envie de lire la suite de la saga des Damnés, force est de constater que le roman présente beaucoup trop de défauts à mon goût…

Christalle vit à Bruxelles où elle fait des études de droit. Alors qu’elle rentre chez elle en plein milieu de la nuit, elle se fait agresser par d’étranges personnes qui cherchent à la tuer. Sauvée in extremis par deux femmes dont elle ignore tout, elle apprend qu’elle fait partie de la Secte des Damnés dont son père est le Tout Puissant qu’elle sera amenée à remplacer un jour, père qui ne l’aurait pas simplement abandonnée comme elle l’a toujours cru. Ramenée de force sur l’île de son père, son père la transforme en Damnée (en gros, un Damné n’est pas un vampire, c’est un être avec des capacités surnaturelles) sans lui demander son avis ! Cristalle a du mal à se faire à sa nouvelle condition. Elle apprend également que sa vie est en danger, car le Prince Dimitri, le chef d’une faction des rebelles, est prêt à tout pour usurper le pouvoir légitime de son père et prendre le pouvoir. Il souhaite donc voir la digne héritière morte le plus rapidement possible.
Pourtant entre eux, au fil de leurs rencontres, l’attirance se fait de plus en plus pressante…

 

*****

Comme je vous l’annonçais, j’avais très envie de découvrir cette saga écrite par une auteure belge ! De plus, vu que le résumé correspond à mes envies actuelles de romance et d’érotisme, je me suis vraiment jetée dessus directement !

Cependant, force est de constater que j’ai vite été déçue par la manière dont l’auteur racontait l’histoire, tout était trop rapide, trop précipité et trop brouillon.

L’ouverture du roman commence par une scène de sexe… et allez savoir pourquoi alors que j’adoooore ce genre de scènes dans les romans (ça, je pense que vous l’avez compris), voir le roman commencer directement là-dessus m’a déjà pris par surprise, et pas dans le bon sens. Sans trop savoir expliquer comment, je n’ai pas vraiment apprécié voir débuter le roman de cette manière, et surtout faire connaissance avec l’héroïne alors qu’elle était à califourchon sur un mec lambda. Disons que ce n’est pas forcément la meilleure approche pour apprécier quelqu’un que de le surprendre directement dans une position aussi intime et surtout complètement nue. On comprend que ça puisse mettre mal à l’aise, en tout cas ce fut mon cas.

Puis, les choses se sont accélérées encore trop vite. L’héroïne va se faire attaquer par des hommes qui cherchent visiblement à la tuer pour Dieu sait quelle raison et elle va être sauvée in extremis par deux femmes très fortes qui vont réussir à faire décamper ses assaillants. Jusque là, rien d’inhabituel, sauf que juste après, sans laisser le temps à l’héroïne – ou au lecteur –  de reprendre ses esprits, les deux « Wonder Women » décident de déballer à Christalle en un seul paragraphe ce qu’elle est en faisant un gros résumé de toute la mythologie par la même occasion !
Là encore, je n’ai pas adhéré à cette façon de faire, c’est trop d’éléments dévoilés d’un coup, ne laissant pas au lecteur le temps d’assimiler l’univers. Puis, comme je vous l’ai dit, je trouve que ce n’est pas une façon de présenter un roman. Si je n’aime pas quand ça traîne de trop, je n’aime pas la précipitation non plus, il faut un juste équilibre. J’ai trouvé que l’univers était dévoilé trop brutalement, trop rapidement, et c’est bien dommage… Et ce d’autant plus que l’auteur n’alimentera plus sa mythologie par après. On sait tout dès le départ et puis plus rien !

Je n’ai pas non plus vraiment apprécié que l’auteur utilise des raccourcis trop faciles pour avancer dans l’histoire plus rapidement. Je m’explique. Dans les trois premiers chapitres, on découvre donc Christalle et ce qu’elle est en réalité, à savoir une Damnée. Elle n’est pas contente, elle veut avoir une vie normale et surtout ne veut rien à voir à faire avec ce père qui pour elle reste celui qui l’a abandonnée quand elle était bébé, peu importe ce que ce dernier peut lui raconter pour se justifier. Il la transforme de force en Damnée. Et puis après…. on arrive 3 ans plus tard !
On zappe complètement trois années entières de la vie de l’héroïne, en plus trois années super intéressantes et importantes qui sont quand même son apprentissage en tant que Damnée. Encore une fois, quel dommage !

Malgré ce début assez décevant, j’ai néanmoins poursuivi ma lecture afin de savoir comment l’intrigue autour des Damnés allait être traitée mais surtout pour découvrir cette romance entre l’héroïne et le grand méchant de l’histoire…

Là encore, l’histoire d’amour ne m’a pas spécialement plu. C’était assez convenu. On passait d’un stade « on se déteste royalement et bravo à celui qui tue l’autre le premier » à « tu es toute ma vie, je ne pourrais jamais te tuer ». Hum…
Les scènes de sexe n’avaient pas non plus cet effet grisant qu’elles ont sur moi quand je les lis dans d’autres romans. Je suis assez déçue des termes utilisés en fait. Vous allez me trouver vraiment difficile ou bizarre ou carrément folle, mais il y a des termes que je ne trouve pas affriolant en littérature érotique et qui me font assez l’effet d’une douche froide. Si je peux gérer un « baiser » de temps à autre, par contre il y en a où c’est rédhibitoire dès leur première utilisation comme « bite » ou »queue ». C’est vraiment très moche, même si c’est largement employé, je préfère pour ma part qu’on parle de « membre » ou de « sexe tendu » par exemple.

Pourtant, malgré tous ces défauts, plus j’avançais dans l’histoire, plus j’avais envie de savoir ce qui allait se passer. Ceci dit, si j’avais déjà deviné les plus gros rebondissements de l’intrigue (et là il faut quand même avouer que c’est prévisible dès les premiers chapitres), il y a des choses qui m’ont surpris à la fin et j’ai vraiment hâte de savoir comment l’intrigue va évoluer dans le tome 2. On évoque notamment un secret (forcément vu le titre) et je suis curieuse de savoir ce qu’il en est ^^ !
Donc, tout n’est pas vraiment négatif non plus, si l’auteur a réussi à me passionner sur l’évolution de l’intrigue, malgré tous les défauts relevés, cela signifie que l’histoire  n’est pas mauvaise en soi. Je dirai juste qu’en l’état, elle manque d’approfondissement et qu’elle devrait être plus travaillée, plus aboutie.

En ce qui concerne les personnages, autant le dire de suite, je n’ai accroché avec aucun d’entre eux. Ils ne sont pas approfondis du tout.

Parlons d’abord de Cristalle. Sincèrement, je pense qu’elle est l’héroïne qui m’a le plus tapé sur les nerfs en 2012. Elle m’a vraiment énervée à bien des égards. 

  • Tout d’abord, parce qu’elle ne comprend rien alors qu’elle a tous les éléments de réponse sous les yeux. Comme je le disais auparavant, certains éléments sont archi prévisibles depuis le départ et quand la miss commence à avoir des indices pour comprendre ce qui se passe… hé bien c’est le désert complet dans son cerveau ! Et ça, c’est le genre de trucs qui m’agacent au plus haut point, j’avais envie de la baffer ou de lui hurler à l’oreille de faire fonctionner ses neurones un peu plus rapidement !
  • Ensuite, parce que ses crises de bébé avec son papounet, ça va 5 minutes mais que ça devient vite très lassant et très gamin.
  • Et enfin parce qu’elle pourrait s’appeler aussi Girouette pour changer d’avis à propos de tout en 5 secondes chrono. Non, je n’aime pas papa mais s’il tombe malade, OMG je suis trop inquiète…  Oui, j’ai envie de toi Dimitri MAIS non parce que tu n’es pas gentil avec papa… Oui, j’ai des sentiments pour toi Dimitri MAIS NON aussi parce que j’en aime un autre… OMG qu’elle m’a saoulée !

Au moins, Dimitri campe sur son rôle de méchant quand il s’agit de ses plans machiavéliques et ses stratégies pour prendre le pouvoir. Ceci dit, s’il pouvait prendre le pouvoir et la fille, ça lui va tout aussi bien. Je ne l’ai pas spécialement trouvé charismatique. En fait, je n’ai pas grand chose à dire sur lui à ce stade, sauf que son changement d’attitude vias-à-vis de Christalle m’a aussi semblé un brin rapide. Du coup, ben on y croit pas des masses à leur histoire.

Les autres personnages ne m’ont pas spécialement plu. L’auteur ne s’attarde pas vraiment sur le passé des personnages, ou alors très peu et malheureusement pas assez à mon goût. 

Au niveau du style de l’écriture, il n’y a pas à dire, ça se laisse lire tout seul. Les chapitres sont courts, il y a beaucoup de dialogues MAIS (et là je vais vous surprendre) j’ai trouvé que ça manquait de descriptions pour poser les décors, l’univers, les personnages… bref, pour tout. Au début, l’histoire se passe à Bruxelles (j’étais contente pour une fois de retrouver une ville de mon pays) puis à Paris mais sincèrement on pourrait se trouver partout ailleurs qu’on ne verrait aucune différence. Heureusement que l’auteur précise la ville au début de chaque chapitre, sinon aucune identification n’est faite aux lieux connus de l’endroit où on est censé se trouver.

L’écriture manque de finesse par moments. L’auteur emploie un langage certes familier et utilisé tous les jours mais que je n’aime pas vraiment retrouver dans des romans. Outre les termes sexuels relevés plus haut, on note également des mots comme « dégueuler » ou encore « gerber » qui sont franchement très moches.

Et enfin, j’ai trouvé aussi l’écriture assez maladroite du fait de l’utilisation d’expression très inappropriées ou encore en faisant preuve d’humour sur des sujets que je ne trouve absolument pas drôles. Je vous mets les extraits ici et vous laisse juger par vous même (difficile de vous mettre la pagination, vu que j’ai lu le roman sur ebook).

« Le Chevalier, allongé sur le corps de sa maîtresse, ralentit ses mouvements. Elle enroula ses jambes minces et galbées autour de sa taille pour qu’il la pénètre plus puissamment. Falada fit sensuellement glisser sa queue dure et parfaite dans le sexe aussi lisse que celui d’une petite fille de sa compagne. »

Je trouve la référence au « sexe d’une petite fille » absolument scandaleuse. Jamais je n’aurais cru pouvoir lire cela dans une romance érotique. Pour moi, c’est très choquant de voir l’allusion à une petite fille en pleine scène de sexe. Même si je comprends ce que l’auteur a voulu dire par là, la façon de le dire ne me plaît pas absolument pas. Pour tout vous dire, j’ai failli abandonné ma lecture après lecture de ce passage tellement j’étais choquée.

« – Trop dommage, répliqué Cornélia, mais tu vois; depuis que XXXX(pour éviter les spoils) est morte, Cristalle et moi, on s’essaye à l’anorexie pour honorer sa mémoire, se moqua-t-elle ouvertement en attrapant la jeune fille par le bras pour la tirer dans le couloir. Celle-ci pouffa et finit par se plier en deux, prise d’une incoercible crise de fou rire, en entendant son amie en rajouter une couche. »

Depuis quand l’anorexie est source de plaisanterie ou de mots d’humour dans un récit ? Je n’ai pas du tout trouvé ça drôle et encore une fois, j’ai été assez choquée.

Conclusion

 En bref, comme vous pouvez le constater, j’ai été déçue de cette lecture vu les nombreux points négatifs relevés. MAIS je ne sais expliquer pourquoi, malgré que j’ai levé les yeux au ciel tellement j’étais exaspérée à de nombreuses reprises, je suis néanmoins entrée dans l’histoire et je suis vraiment curieuse de voir l’évolution de la saga dans les tomes à venir.
Dès lors, c’est pour cela que je note le roman en lui donnant la moitié, ni plus, ni moins. Ceci dit, si le second tome reste dans la même veine et que je constate que les mêmes reproches sont toujours présents, je pense m’arrêter là. J’ai juste envie de pousser la curiosité vu les petits rebondissements de la fin et voir si l’univers évolue ou pas.

Je ne vous recommande donc pas spécialement cette lecture. Ceci dit, l’auteur a de bons retours, notamment sur amazon et booknode, donc ne vous fiez pas à mon seul avis pour décider de lire ou non le roman.


Les points + :

  • Une intrigue qui a su éveiller mon intérêt malgré les défauts qui lui sont reprochés ;

Les points –

  •  Une héroïne qu’on a envie de frapper, vraiment énervante en tous points ;
  • Des personnages qui laissent indifférents, ils ne sont pas assez fouillés pour qu’on puisse les apprécier ;
  • Une intrigue qui manque de profondeur, on passe trop vite sur certaines choses ;
  • Un univers qui est dévoilé trop rapidement, trop brutalement : on en sait trop d’un coup et trop tôt et puis plus rien. C’est pas assez travaillé malheureusement ;
  • Une intrigue bien trop prévisible ;
  • Un style d’écriture parfois maladroit : certains termes utilisés me déplaisent au plus haut point tellement je les trouve vulgaires et grossiers et des expressions qui m’ont vraiment choquée. 

D’autres avis bientôt disponibles sur la page BBM du livre sur Livraddict. D’ailleurs si vous êtes intéressé, sachez que le roman sera proposé en partenariat vendredi prochain sur LA.

Logo Livraddict

Commentaires

  1. Je passerai mon tour pour celui-là... en tout cas, j'ai bien ri en lisant tes commentaires sur le choix du vocabulaire dans les scènes de sexe, et moins ri avec le passage limite pédophile aussi... Quoiqu'il en soit, tu risques d'avoir beaucoup de visites sur ton site vu les mots utilisés dans ta chronique... Les moteur de recherche vont s'emballer ^^ 4 janvier 2013 00:00

  2. Ton avis me fait un peu penser à ce que j'ai ressenti en lisant les premiers tomes de Tout ce qu'il voudra :/ Je pense passer mon tour pour ce titre également du coup ^^ 4 janvier 2013 15:22

  3. Je ne suis absolument pas tentée! 4 janvier 2013 20:08

  4. Bon, je n'ai pas encore tenté la littérature de ce genre, mais une chose est sure, ce n'est pas avec ce titre que je commencerais !! ^^ 5 janvier 2013 00:20

  5. Eh ben ... Par contre je me pose une question. C'est de l'auto-édition ? Parce qu'impossible de trouver la maison qui édite. J'avoue que tout ce que t'en dis me donne juste envie de passer mon chemin. 11 janvier 2013 11:36

  6. Oui Pomme, elle est auto-éditée. 11 janvier 2013 12:01

Laissez un commentaire

1 February 2023 07:24