Noblesse oblige, tome 3 : Le Comte mis à nu

Titre VF : Noblesse oblige, tome 3 : Le Comte mis à nu
Titre VO : The Naked Earl

Auteur : Sally MacKenzie (USA)
Traduction de Jean-Baptiste Bernet

Publié chez Milady Romance
Collection Pemberley
Date de publication : 13 juillet 2012

Chroniques des tomes précédents : tome 1 et tome 2

Genre : Romance, Historique, Humour

Pages : 358

Prix : 7,90 €
Commander sur amazon : Noblesse Oblige, T3 : le Comte Mis a Nu

Note


Quatrième de couverture

L’habit de fait pas le comte.
Fuyant une détestable mégère qui voudrait le forcer à l’épouser, Robert Hamilton, Comte de Westbrooke, est bien content de trouver une fenêtre ouverte par laquelle se glisser. Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’il se retrouve face à la jeune soeur d’un de ses amis, la très belle lady Elizabeth, nue comme un ver et légèrement pompette.
Si quelqu’un venait à les surprendre, il lui faudrait demander la main de la jeune femme pour sauver son honneur.
Voilà une idée bien tentante. Malheureusement, la situation n’est pas simple, et les embûches sont multiples…

Mon avis

Une fois de plus, j’étais ravie de replonger dans la saga Noblesse Oblige de Sally MacKenzie, une saga romantique toujours bourrée d’humour et remplie de situations cocasses ! Ce troisième tome aura-t-il réussi à me convaincre autant que les deux premiers ? 

Le Comte de Westbroke, Robert Hamilton, ne semble pas prêt à se marier. Pourtant, bon nombre de jeunes femmes lui courent après, enfin plutôt après son titre, et une en particulier qui devient trop collante et entreprenante, Lady Felicity Brookton. Celle-ci va même jusqu’à se rendre dans la chambre de Robbie à moitié dénudée afin qu’on les surprenne. Ainsi compromise, Robbie serait obligé de l’épouser.
Sauf que ce dernier réussi à s’évader, nu, par sa fenêtre et à se réfugier dans une autre chambre, celle de lady Elizabeth Runyon, la soeur de son meilleur ami, le Duc d’Alvord, elle aussi complètement nue ! Si Elizabeth arrive à inspirer Robbie beaucoup plus que Felicity, celui-ci refuse obstinément de l’épouser en raison d’un lourd secret qui lui pourrit l’existence depuis des années…

*****

Comme je vous le disais, il me tardait vraiment de me replonger dans cette saga. Découvrir à chaque fois une nouvelle histoire d’amour, avec des personnages chaque fois différents, mais déjà connus puisque rencontrés dans les tomes précédents, ça me plaît énormément.
Et ce tome-ci avait pour moi une saveur assez particulière puisqu’il parle de l’histoire d’amour possible entre Elizabeth Runyon (la soeur du Duc d’Alvord), déjà rencontrée dans le tome 1 et qui m’avait séduit par sa fraîcheur et du Comte de Westbrook, alias Robert Hamilton (dit Robbie), le meilleur ami du Duc mais aussi le cousin de son épouse, La Duchesse d’Alvord, Sara Hamilton. 

Alors, l’histoire commence sur des chapeaux de roue vu que nous retrouvons notre Robbie nu, obligé de fuir le confort de son lit et de sa chambre pour échapper à une espèce de menthe religieuse qui en veut à son titre. Pour se cacher, il ne trouve pas mieux de se réfugier dans la chambre d’Elizabeth, complètement nue elle aussi et un peu pompette qui va lui faire du gringue de manière complètement libérée !

J’ai vraiment adoré le début de ce roman, assez drôle, qui nous met directement dans l’ambiance des tomes précédents. Dès les premières pages, je me suis sentie « chez moi » et j’ai donc pleinement profité de cette nouvelle histoire, mettant en scène deux personnages que j’avais beaucoup apprécié dans le tome 1 (et pour tout vous dire, dès le tome 1, on sent qu’entre deux, une histoire d’amour se profile étant donné que la jeune fille fantasmait déjà sur Robbie quand elle avait à peine 16 ans !).

Comme dans les autres tomes, l’intrigue se base sur le jeu du chat et de la souris entre Robbie et Elizabeth qui se cherchent l’un l’autre, même si la jeune fille semble mieux disposée que le jeune homme.
Car tout l’intérêt de ce roman réside dans le lourd secret que cache Robbie depuis des années et qui lui pourrit vraiment la vie. Et je dois dire que ce secret était très intéressant et que les réactions de Robbie en rapport avec son secret sont très justes et assez réalistes (enfin, pas que je sois spécialiste du sujet, je vous rassure, mais j’ai trouvé que la manière dont l’auteur abordait la problématique reflète assez bien la réaction de la majorité des hommes, placés dans la même situation).

J’ai beaucoup aimé la manière dont l’auteur a conduit son intrigue principale, en ne cessant de battre le chaud et le froid, ça rendait le lecteur encore plus avide de savoir la manière dont l’histoire allait se terminer. Que ce soit l’évolution de la relation entre Robbie et Elizabeth ou encore les manigances de Felicity et Andrew pour essayer de compromettre cette dernière avec Robbie afin qu’il l’épouse. C’était assez bien mené et assez drôle, il faut le dire (ah, je repense encore à cette pauvre Felicity dans le donjon ! Comprenne qui aura lu !).

Enfin, ça tenait bien la route jusqu’au 2/3 du récit car malheureusement, la fin m’a assez déçu.

Tout d’abord, je n’ai pas apprécié la manière dont Robbie a été amené à faire sa demande en mariage à Elizabeth (je rappelle que pour moi, ceci n’est pas un spoil, on est dans une romance, on sait donc comment tout cela va se terminer en commençant le roman !). Trop dur, trop brutal, trop « ça ne ressemble pas du tout au conte de fées qu’on imaginait pour une fille aussi douce et gentille qu’Elizabeth ! ».
Bien que la scène précédent la demande est très prenante, que le lecteur devient fou en voyant Robbie tergiverser, rien à faire j’estime que la miss Elizabeth méritait une VRAIE demande, faite dans les règles de l’art, le genre de demande à vous coller des papillons dans le ventre pendant toute une soirée et vous faire pousser des « oohhhhhh » avec des yeux tout humides, pour les grandes romantiques que nous sommes ! 
J’ajouterai également que les réactions suite à ce qui est arrivé à Elizabeth sont surprenantes, voire choquantes et complètement irréalistes. Comme si l’apparence, les « qu’en dira-t-on ? » ont plus de force, de pouvoir que de s’inquiéter de ce que peut ressentir la jeune fille en cet instant. La douleur, l’émotion sont complètement zappées, ce qui ne m’a pas du tout plu.
De plus, la cérémonie qui en découle n’est pas digne d’une jeune fille comme Elizabeth.

Ensuite, j’ai été très déçue de voir l’absence du Duc d’Alvord, le frère d’Elizabeth, auprès de sa soeur. La relation frère/soeur est présentée depuis le début comme une relation très forte, James veillant sur sa soeur de manière très protectrice. On aurait donc pensé voir James débarquer beaucoup plus vite et avoir des réactions virulentes par rapport à ce qui arrive à sa soeur. Là, son intervention reste très limitée. On l’oublie aussi vite qu’il est arrivé !

Comme les autres romans, l’auteur prévoit également une intrigue secondaire à la première. Dans les premiers tomes, il s’agissait avant tout d’histoires familiales ayant un rapport avec le personnage masculin principal. Ici, rien de tout cela, on suit une autre intrigue amoureuse, qui n’a rien à voir avec la première.

Souvenez-vous de Charlotte, cette demoiselle du tome 1, connue aussi sur un surnom proche de « la vierge de glace », qui devait – à la base – épouser le Duc d’Alvord. Dans ce tome 3, on apprend que Charlotte a finalement aussi épousé un Duc, âge de 80 ans qui espère toujours lui faire un héritier avant de décéder.
Lors de son séjour dans le domaine du baron de Tynweith avec d’autres convives, ce dernier va profiter de l’absence de son cher époux pour faire la cour à Charlotte. Celle-ci succombera-t-elle ?

J’ai également beaucoup apprécié cette intrigue amoureuse secondaire : non seulement elle va nous présenter Charlotte de manière plus humaine (et la pauvre, on va même finir par avoir pitié d’elle), mais aussi captiver le lecteur qui aura envie de savoir si Charlotte succombera ou pas à la cour effrénée du Baron de Tynweith.

Mais comme pour l’intrigue principale, j’ai été déçue par la manière dont l’auteur conclut l’histoire. C’est comme si elle restait inachevée. On quitte Charlotte sur un moment capital de sa vie et ensuite on n’a plus de nouvelles d’elle… Même si le dénouement nous est donné dans un dialogue entre deux personnes, j’ai été assez déçue de voir cette conclusion bâclée

Concernant les personnages, l’auteur nous présente encore un beau panel de personnalités, assez tranchées : soit les personnages présentés sont tout gentils et assez drôles, soit ils sont tout méchants et cruels, mais il leur arrive de tels mésaventures que ça reste toujours très drôle (là encore, je repense à la fameuse scène du donjon !).

J’ai beaucoup aimé le personnage d’Elizabeth. Elizabeth a 4 ans de plus que dans le tome 1, c’est aujourd’hui une jeune femme magnifique que beaucoup d’hommes cherchent à séduire. Mais voilà, depuis des années, le coeur d’Elizabeth appartient à Robbie et elle décide donc de les éconduire tous en espérant toujours que son amour de toujours lui propose le mariage.
Ce que j’ai bien aimé avec Elizabeth, c’est que même si elle ignore tout des choses de l’amour, elle est plus entreprenante que les demoiselles des tomes précédents qui étaient particulièrement naïves (même si les situations qui en découlent restent très drôles). Elizabeth a, elle aussi, un côté naïf mais elle ose, elle y va et se montre beaucoup moins effarouchée, plus libérée que Sara ou Emma.
J’ai aimé la façon dont elle prend les choses en main pour séduire Robbie, le fait qu’il suffit de lui dire une chose pour l’émoustiller, pour qu’elle essaie sans poser plus de questions. Elizabeth sait ce qu’elle veut !
Elle est assez courageuse pour affronter les épreuves qui vont se dresser sur son parcours, en gardant toujours le même objectif en tête : Robbie.

En parlant de Robbie, lui aussi est un personnage que j’ai beaucoup apprécié.  Dans le tome 1, j’avais une image de lui qui finalement se révèle être complètement fausse, une fois qu’on apprend à le connaître et qu’on sait quel secret il cache. J’ai été très attendrie par ce secret, me demandant toujours comment Robbie allait pouvoir passer au-dessus de cela pour enfin s’autoriser à être heureux. J’ai ressenti ses craintes, ses doutes et je trouve que l’auteur réussit parfaitement à nous faire passer des émotions crédibles et réalistes en ce qui le concerne.

Concernant Charlotte, je dois dire qu’au début du roman, je ne l’aimais pas plus qu’auparavant. C’était toujours la même vipère, la même femme froide qui ne ressent rien, à part vouloir se venger de ne pas avoir été choisie par le Duc d’Alvord. Limite, on peut penser que vu qu’elle voulait tant son titre de Duchesse, elle mérite ce qui lui arrive, c’est-à-dire de devoir subir les assauts sexuels d’un octogénaire qui, heureusement pour elle, n’arrive pas toujours à remplir son traditionnel devoir conjugal hebdomadaire.
Ceci dit, au fil de l’histoire, j’ai été assez peiné de voir ce qu’était sa vie et qu’elle devait « subir » et mon regard sur elle a changé.

J’ai également beaucoup aimé le personnage de Lady Béa, chaperonne d’Elizabeth, déjà rencontrée dans le tome 1. Cette femme a un toupet, une répartie inégalable qui la rend très attachante. 

Par contre, je n’ai pas du tout aimé les personnages de Felicity et Andrew, vraiment machiavéliques et sans scrupules. 

Concernant le style de l’écriture, je n’ai rien de plus à ajouter par rapport aux tomes précédents. J’ajouterai juste que j’ai beaucoup apprécié l’alternance des intrigues principale et secondaire dans le récit… Etant donné que le lecteur a envie de savoir ce qui se passe dans les deux histoires, en alternant de la sorte, l’auteur parvient à maintenir un certain suspense et à encourager le lecteur à dévorer l’histoire en moins de deux ! 

Conclusion

 Que dommage ! En commençant ce tome, en étant vraiment intriguée par les deux romances du récit, le roman était parti pour être mon préféré, tellement il m’a tenu en haleine de savoir ce qui allait se passer ! 
Quel dommage donc que l’auteur n’ait pas tenu toutes ses promesses en proposant une fin en deçà de ce qu’on pouvait en attendre : que ce soit la manière dont les choses vont se concrétiser entre Robbie et Lizzie ou encore la manière dont l’auteur conclut son intrigue secondaire, je ne suis pas convaincue…

Ceci dit, ce tome reste très agréable à lire, un chouette moment de détente et il me tarde vraiment de lire le tome 4, qui mettra en scène le personnage de Meg, la soeur d’Emma (l’épouse du Marquis de Knightsdale – tome 2). 


Les  points + :

  • Une intrigue qui démarre sur des chapeaux de roue, de manière assez drôle !
  • Des personnages principaux auxquels on s’était déjà attachés dans le tome 1 !
  • Une romance secondaire assez intéressante à suivre aussi :)
  • Un suspense maintenu par une alternance entre les deux romances qui nous pousse à lire, à lire, à lire pour connaître le dénouement.

Les points - :

  •  Le mariage entre Lizzie et Robbie, totalement à côté de la plaque : une gentille fille comme Lizzie méritait mieux que cette mascarade. Quelle déception !
  • La conclusion de la romance secondaire complètement bâclée

 

D’autres avis sont disponibles sur la page BBM du livre sur Livraddict :

Logo Livraddict

Commentaires

  1. j'ai lu aussi les 3 tome et j'ai le 4éme qui m'attend dans ma bibliothèque. J'adore cette série 2 février 2013 17:19

Laissez un commentaire

7 décembre 2014 12:53