Les aventures d’Aliette Renoir, tome 1 : La secte d’Abaddon

Titre VF : Les aventures de Aliette Renoir, tome 1 : La secte d’Abbadon

Auteur : Cécilia Corréia (VF)

Publié aux Editions Rebelle (Collection Lune de Sang)
Date de publication : 10 septembre 2012
La fiche du livre sur le site des Editions Rebelle ICI 

Genre : Bit-lit, Fantastique, Humour

Pages : 304

Prix : 18 €
Commander sur le site Rebelle en cliquant ICI

Note


Quatrième de couverture

En arrivant à Paname, les Allemands s’étaient rendu compte qu’une menace plus dangereuse qu’eux sévissait déjà. Alors, en accord avec leurs autorités, ils laissèrent ma famille, les Renoir, continuer leurs petites affaires. Je vais vous dire : cela aurait été plus simple si j’avais dû zigouiller des rongeurs et encore… j’en avais horreur. Bon, je ne vais pas vous mentir plus longtemps, je déteste toutes les bestioles, qu’importe l’espèce animale. Sauf que la plus terrible de toutes, celle que je traquais chaque nuit demeurait mon pire cauchemar. Mais voilà, l’honneur de la famille restait ma priorité. Si bien que même si j’avais le trouillomètre à zéro, je devais quand même braver mes peurs en affrontant mon ennemi juré : le vampire.

Mon avis

Après avoir aimé – adoré même – La Guilde de Nod du même auteur, j’avais bien envie de tester cette nouvelle saga qui s’annonçait beaucoup plus légère et drôle que la précédente ! Si Aliette est plus vivante et moins ennuyante que ne le sera jamais le vampire Guillaume, son histoire m’a-t-elle passionnée tout autant ? Telle est la question !

 Aliette Renoir est chasseuse de vampires, la plus grande même depuis qu’elle a réussi à en tuer deux en même temps. Enfin, ça c’est ce que tout le monde croit, car la vérité, c’est qu’Aliette est une grande froussarde qui a peur des vampires mais essaie néanmoins de les tuer par obligation familiale ! 
Mais tout va basculer lors d’une course poursuite avec un vampire, Aliette va voir sa vie changer… Pour le meilleur ou pour le pire, ce sera à vous d’en juger !

*****

J’attendais cette sortie avec beaucoup d’impatience étant donné tout le bien que je pense de l’auteur Cécilia Corréia depuis que j’ai lu son premier roman, La Guilde de Nod, dont j’attends ardemment la suite !

Savoir que l’auteur s’essaye dans un registre totalement différent, plus léger et plus drôle, me donnait vraiment envie de découvrir une nouvelle facette de son talent d’auteur !

Et pour tout vous dire, dès les premières pages, j’ai senti que l’écriture était vraiment, mais alors vraiment différente de La Guilde de Nod (Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas comparer les deux sagas de l’auteur dans ce billet, je tiens juste à montrer que la différente entre les deux titres m’a un peu déstabilisée au départ).

Aliette est une jeune femme qui n’a pas sa langue dans sa poche et utilise beaucoup d’expressions familières ou ergotiques avec lesquelles j’ai eu beaucoup de mal à me familiariser au début. Et du coup, il m’a fallu vraiment attendre une bonne centaine de pages pour m’habituer à ce style et pouvoir prendre du plaisir à le lire.

En ce qui concerne l’intrigue,  il s’agit vraiment – et cela se ressent – d’un premier tomel’auteur pose vraiment le cadre de son histoire et nous présente ses personnages.

Il m’est vraiment très difficile de vous parler de l’histoire sans évoquer ce qui s’y passe mais j’ai été surprise dès les premières pages et les évènements du début conditionnent évidemment toute l’histoire ! J’aimerais donc vous laisser le plaisir de découvrir ce que cache cette magnifique couverture sans trop vous en dévoiler !

Sachez juste que notre Aliette va avoir le chic pour s’attirer des ennuis, de manière totalement involontaire. Elle se retrouve mêler à une histoire qui la dépasse complètement et dans laquelle elle va vouloir néanmoins s’impliquer pour des raisons personnelles par rapport à son passé mais aussi pour aider une personne dont on ignore encore quels sentiments elle nourrit à son égard.

L’intrigue est assez intéressante, même si elle ne casse pas trois pattes à un canard. On reste dans un registre vampire assez classique, bien que Cécilia Corréia l’a arrangé « à sa sauce » en nous présentant deux sortes de vampires, les vampires de premier ordre, fils de Satan et les vampires du deuxième ordre, qui sont des humains transformés en vampires et sont donc moins puissants que les premiers à qui ils doivent obéissance.

Sachez également que j’ai été complètement retournée, surprise, étonnée, époustouflée par l’apparition d’un personnage complètement improbable dans l’histoire ! Au début quand j’ai vu le nom de ce personnage, j’étais un peu fâchée sur l’auteur en me disant qu’elle aurait pu faire preuve d’originalité en donnant un autre nom à son personnage, puis en passant encore quelques lignes mon petit énervement soudain est vite retombé et j’ai souri en comprenant ce qu’il en était ! 
Bien entendu, cette allusion ne pourra pas être comprise par tous mais vous serez, je pense, très nombreuses à apprécier le clin d’oeil !

Je regrette cependant que le tout reste globalement assez superficiel sur le développement de l’histoire. On sent bien que c’est Aliette, le centre de l’histoire, le noeud de tout. Cécilia Corréia a mis beaucoup dans ce personnage qui prend vraiment toute la place : On ne voit qu’Aliette, on « n’entend » qu’elle… ce qui est assez paradoxal dans la mesure où Aliette est toute petite (mais s’il vous plaît, évitez de lui répéter que j’ai dit qu’elle était petite, elle risquerait de m’en vouloir et de me faire passer un sale quart d’heure !) !

Finalement, le côté supeficiel n’a pas été très dérangeant dans la mesure où l’héroïne comble parfaitement ce manque mais j’espère néanmoins avoir plus de consistance sur l’histoire en elle-même dans les prochains tomes !

Les personnages sont plutôt bien fouillés, en tout cas plus que l’intrigue. Et précision importante, tout dépend du personnage, certains sont mieux développés que d’autres.

L’auteur s’attache à nous présenter un panel de personnages qui ont plus au moins d’importance dans le récit et ils seraient trop longs de tous les évoquer ici. Je vais donc faire le tour de ceux qui ont le plus retenu mon attention (en bien ou en mal) et m’attacher à vous parler d’un petit brin de femme coup de coeur, Aliette !

Comme je vous l’ai dit plus haut, j’ai eu du mal à m’habituer au langage assez ergotique et familier d’Aliette. Bien sûr, l’auteur a tout fait pour que le langage colle parfaitement à l’époque dans laquelle se déroule l’histoire (dans les années 40, pendant la seconde guerre mondiale) mais voilà, certaines expressions ne m’étaient pas connues et ça m’a un peu agacée au début de devoir faire les aller-retour sur mon ordinateur pour demander à mon ami Google ce que certains mots signifiaient (bon, c’est possible aussi que ça vienne de moi, n’oubliez pas que je viens de Belgique et que notre langage familier à nous, c’est le wallon, langage dont je maîtrise à peine quelques mots ^^).

Mais bon ce n’est pas cela qui m’a empêché de m’attacher fortement à l’héroïne, Aliette !
Parce que bon Dieu, ce petit bout de femme est simplement incroyable ! Je dis souvent que j’aime beaucoup les héroïnes avec une forte personnalité (parfois limite un peu casse-bonbon) et qui ont une répartie d’enfer ! Je pense qu’Aliette, au niveau de la répartie et de vous envoyer la phrase qui tue (à n’importe quel moment), est la reine, tout simplement !

 « Il avança ses lèvres un peu trop près des miennes. Je sentis son souffle s’engouffrer dans mes narines. Mais qu’est-ce qu’il croyait, celui-là ? Que j’allais lui ouvrir l’écluse ? Dans ses rêves ! Et vlan ! Je lui refilai un bon coup de pied dans le tibia. Ça lui apprendra à vivre !« 

 Au-delà de cette répartie incroyable, Aliette est juste un petit bon de femme pleine de peps, pétillante, pleine de vie. On n’a l’impression qu’elle garde le moral peu importe la situation, qu’elle ne se laisse pas parasiter par des énergies négatives. 
Elle prend tout avec une certaine philosophie. Même quand la situation la touche personnellement, elle reste assez positive. Je n’ai absolument pas le souvenir de la voir abattue par quelque chose. Et même quand la situation lui semble désespérée, qu’elle est morte de trouille, son petit trait d’humour est là pour donner le change !
Ce que j’aime aussi chez ce personnage, c’est que quand elle est pas contente, elle le dit, elle le crie même haut et fort ! Mais ces coups de gueule qu’elle pousse assez régulièrement ne durent pas très longtemps ! Aliette monte au quart de tour mais redescend tout aussi vite !

Deux charmants personnages vont graviter autour d’elle, très vite séduits par le dynamisme, la verve de notre héroïne.  Il s’agit de l’américain (dit « l’andouille »), Lawrence et de Sytry.

Ma position face à ces deux charmants garçons est assez paradoxale et je ne peux me l’expliquer. J’ai préféré Lawrence alors que c’est le personnage le moins fouillé des deux, le moins charismatique ! Est-ce le fait qu’il soit américain ? (si, si , ça joue, j’aime beaucoup les américains, ils me font craquer avec leur super accent quand ils parlent en français  😳 ) Est-ce le fait qu’il appelle Aliette chipie ? (oui, oui, je m’attache à des détails ridicules ^^) ou qu’il soit simplement le premier que l’on rencontre dans l’histoire ? (parfois, faut bien des avantages à être preum’s, non ?)… Bref, je ne me l’explique pas mais j’aime beaucoup Lawrence tout simplement !
Par contre, j’ai pas trop aimé qu’on retrouve « Damn it ! » assez régulièrement dans le texte, surtout que Lawrence parle très bien français. C’est un peu comme pour la saga « Rouge Rubis » de Kerstin Gier où dans le texte français, Gwen appelle toujours sa mère « Mum ». C’est assez énervant de voir toujours le même et ce seul terme non traduit, surtout qu’il est répété  trop souvent.
 
Pourtant, dans son genre, Sytry est pas mal non plus et a de quoi séduire… C’est peut-être cette réputation de coureurs de jupons, de Dom Juan, rien à faire mais je me méfie… Difficile en effet de savoir si son attirance pour Aliette cache quelque chose de plus profond que simplement une nouvelle conquête à ajouter à son tableau de chasse.
[Total hors sujet]Pour une comparaison dans l’air du moment avec Secret Story (oui, je vais loin dans les comparaisons ^^), Sytry, c’est un peu le beau Thomas avec Nadège. Beau avec ses yeux bleus dans lesquels on se noierait facilement (je parle des yeux de Thomas, j’ai déjà oublié la couleur de ceux de Sytry… eh oui, mais Thomas, je le vois tous les jours à la télé, et toc !), un sourire ravageur, un côté beau parleur indéniable mais… mais quand on voit son comportement avec les filles (d’abord Ginie, puis Capucine, puis Nadège…), on se demande si on peut réellement avec confiance en lui et si on n’est pas qu’une parmi tant d’autres ![Fin du hors sujet]

Le personnage de Sytry est assez charismatique et arrivé au 2/3 du roman, j’ai vraiment découvert une sensibilité en lui qui fait que je risque sans doute de changer d’avis à son sujet dans les prochains tomes. Mais voilà, je préfère rester sur mes gardes un petit moment et voir ce que l’avenir nous réserve avec ce personnage avant de succomber à son petit charme ^^.

Concernant les relations d’Aliette avec ces deux personnages, je vous laisse découvrir tout cela par vous-même. Sachez juste que jusqu’ici, ce n’est pas vraiment un aspect du récit qui m’a séduit, car je trouve que notre héroïne est bien trop indécise quant à ce qu’elle pense de l’un et de l’autre… et le fait de la voir penser blanc une seconde pour noir la seconde d’après m’a de plus en plus agacée plus on avançait dans le récit ! Nous aurons sans doute l’occasion d’en rediscuter après la lecture du tome 2 ! 

 Quant au style de l’écriture, je l’ai dit et je me répète il faut savoir au langage assez familier et ergotique de la narration. Sinon, le peps et le caractère assez exubérant d’Aliette se retrouve dans l’écriture qui est assez rythmée, fluide et très très vivante ! Moi qui reprochait à Cécilia Corréia d’être trop descriptive dans son premier roman, ce côté a totalement disparu du récit ! Et heureusement d’ailleurs, car je ne pense pas que cela aurait collé avec le tempo assez rapide imposé par Aliette !

Conclusion

En bref, un premier tome plein d’humour qui est porté d’un bout à l’autre par le personnage d’Aliette.
On sent vraiment que l’auteur a voulu la mettre à l’honneur dans ce premier opus, délaissant l’intrigue qui est restée assez superfielle. Mais on s’en fout un peu finalement car découvrir ce petit bout de femme est déjà une grosse aventure en soi !
Espérons cependant que l’intrigue prenne plus d’ampleur pour la suite sans perdre ce grain de folie qui est distillé à travers Aliette !

Aliette Renoir, la lire une fois dans sa vie, c’est l’adopter pour toujours !


Les points + :

  • Une héroïne inoubliable, petite certes, mais qui prend de suite énormément de place dans le coeur du lecteur !
  • Un récit assez léger et drôle, un moment de détente garanti !
  • Un style d’écriture parfaitement adapté à l’héroïne, plein de peps, très rythmé et dépourvu de descriptions plombantes !
  • Un clin d’oeil super bien placé que beaucoup de demoiselles sauront apprécier dans la mesure où il ouvre plein de perspectives intéressantes !

Les points – :

  • Une intrigue très superficielle, pas assez développée ;
  • L’héroïne qui jongle entre les deux hommes qui l’accompagnent dans ses aventures. Elle ne sait pas trop quoi penser des deux et son comportement envers eux est souvent en contradiction avec ce qu’elle pense.

D’autres avis bientôt sur ma page BBM du livre sur Livraddict : 

Logo Livraddict

Commentaires

  1. Ca semble vraiment tentant (la couverture est splendide) mais j'hésite entre commencé par celui-ci ou lire La guilde de Nod, avant, afin de découvrir l'auteur. Tu me conseilles quoi ? 13 septembre 2012 09:28

  2. @Malorie : les deux titres sont très différents. Aliette Renoir, c'est tout dans l'humour, tandis que la Guilde, c'est une histoire fantastique beaucoup plus sombre. Je te recommande les deux, car je les ai adorés, mais à toi de voir ce qui te plaira le plus ! 13 septembre 2012 10:21

  3. La couverture magnifique m'a tout de suite attiré mais IMPOSSIBLE à trouver en librairie ! JESS VIENT A MON SECOURS STP !!!! OU L'AS TU TROUVER ???????!!!! 2 novembre 2012 21:35

  4. @Merlicoquette : faut demander à ton libraire de le commander ou l'acheter via le lien mis sur mon article sur la boutique Rebelle. Les frais de port sont gratuits pour la France, il me semble. Bises 3 novembre 2012 12:15

  5. Merciiii bcp ^^ 3 novembre 2012 14:00

  6. Coucou! sais-tu quand sort les tomes suivants? 22 février 2013 17:51

  7. Désolée LilieC mais je n'ai aucune information à ce sujet. Google est ton ami pour ce genre de questions ! Bises 22 février 2013 17:57

  8. Salut,J'ai lu le tome 1 et 2 et je les ai trouver vraiment géniaux et très original...Alors, les filles je n'ai qu'un mot à vous dire: achetez-le sans hésitation....Cris 14 janvier 2014 14:17

  9. Salut la miss,j'espère que tu vas bien?Moi, ça je suis allée sur ta page facebook, j'aimerais lire angela de Julia m Tean car je n'arrive pas accéder à ta chronique...J'ai essayer julia m tean,angéla mortel secret et à chaque fois ces le néant...Merci de me dire ce que je dois taper...Les filles ainsi que Jess vous pouvez venir sur mon blog: crisfagnoni@hotmail.fr et laissais moi pleins de commentaires...A bientôt Cris 20 janvier 2014 16:33

  10. @Cris : coucou ! ça va bien, merci et toi ? Il n'y a pas de chronique de Angela, je n'avais pas eu le temps à l'époque. Je vais donc relire le livre pour en faire une mais pas de suite. Pour le lien, c une adresse mail, pas un blog. Bises 21 janvier 2014 18:31

  11. Hello, Je me retrouve dans ta critique. J'ai bien aimé le personnage d'Aliette mais j'ai trouvé l'intrigue très légère et je regrette que la thématique de la guerre ne soit pas plus présente. J'espère que ça évoluera dans le tome 2 :-) 2 novembre 2015 18:15

Laissez un commentaire

30 août 2016 02:16