Kaleb, tome 1

Titre VF/VO : Kaleb, tome 1

Auteur : Myra Eljundir (FR)

Publié aux Editions Robert Laffont
Collection R
Date de publication : 14 juin 2012

Genre : Fantastique, Jeunesse

Pages : 442

Prix : 18,00 €
Commander sur amazon : Kaleb

Note : 


Quatrième de couverture


A 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. 
Il vous connaît mieux que vous-même.
Et cela le rend irrésistible.
Terriblement dangereux.
Parce qu’on ne peut pas s’empêcher de l’aimer.
A la folie, à la mort.

Sachez que ce qu’il vous fera, il n’en sera pas désolé.
Ce don qu’il tient d’une lignée islandaise millénaire le grise. 
Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus.
Jusqu’au jour où sa propre puissance le dépasse et où tout bascule…
Mais que peut-on contre un volcan qui vient de se réveiller ?

Mon avis

Jusqu’ici je n’ai jamais vraiment appréhendé une lecture issue de la collection R. Mais avec tous les avis aussi tranchés (on aime ou on aime pas) sur ce titre, j’avoue que j’ai eu du mal à sortir le roman de ma PAL. Finalement, je me suis décidée à le lire et à me faire mon propre avis sur cette saga. Verdict ? Bilan mitigé : j’aime beaucoup l’originalité des idées de l’auteur mais je déteste Kaleb…

Kaleb Helgusson vit avec son père, en France, après avoir déménagé un nombre incalculable de fois, voyageant de pays en pays. A 19 ans, il découvre qu’il a un pouvoir particulier, l’empathie : il peut ressentir les émotions des autres et s’en servir. Kaleb va alors faire des recherches pour savoir d’où lui vient ce pouvoir. Dans le même temps, Kaleb va apprendre à maîtriser son pouvoir qui devient de plus en plus fort. Mais Kaleb est en danger. Car une association d’hommes armés l’ont dans le collimateur et sont prêts à intervenir si ce dernier vient à faire le mauvais choix…

L’intrigue

Je dois bien avouer que les idées de l’auteur sont tout simplement géniales : j’ai vraiment été surprise par l’originalité de la mythologie inventée par Myra Eljundir.
Pour moi, tout l’intérêt de la lecture du roman était là : en savoir plus sur la branche islandaise des origines de Kaleb, sur la création de SENTINELLE, cette association armée qui surveille les gosses comme Kaleb,…

Du coup, cette mythologie donne un contenu très riche au récit, surtout que l’auteur l’a agrémenté de retours dans le passé en nous parlant de deux enfants comme Kaleb (dans les années 1630), les jumeaux Amstrong. Cette histoire qui n’a rien à avoir avec celle de Kaleb explique comment certaines personnes ont commencé à se méfier de ces enfants aux capacités exceptionnelles et à vouloir les surveiller pour voir s’ils usent de leurs capacités pour faire le Bien. C’est dans cette optique qu’est née SENTINELLE.

J’ai aimé découvrir l’évolution du pouvoir de Kaleb (indépendamment de sa personnalité que je déteste vraiment), l’association SENTINELLE (que je n’apprécie pas plus que Kaleb), les jumeaux Armstrong… Bref, tout ce qui a trait à la mythologie, de près ou de loin, m’a séduit.

Cependant, malgré le fait que j’adorais l’univers créé par l’auteur et que j’avais envie de continuer l’histoire pour en apprendre encore plus, plus j’avançais dans le récit, plus j’étais déçue par son évolution. Kaleb qui tourne en rond ne sachant pas quoi faire de son pouvoir, à part toujours l’utiliser d’une manière assez choquante et cruelle, SENTINELLE qui est sensée protéger les gens d’une mauvaise utilisation des pouvoirs de ces jeunes très particuliers mais qui considèrent que tous les moyens sont bons pour y arriver (même la torture), l’histoire des jumeaux qui a pris un tournant inattendu mais qui m’a quelque peu choquée,… Bref, on ne peut pas dire que ce premier tome soit une vraie bonne découverte.

J’ai aimé les idées de l’auteur et tout ce qui tourne autour de la mythologie, mais pas l’histoire en tant que telle. Je ne saurais pas m’expliquer plus, c’est juste un ressenti, un malaise sur lequel je ne mets forcément pas de mot, mais je n’ai pas aimé la tournure de certains évènements, notamment l’évolution de Kaleb mais j’y reviendrai plus tard.
De plus, l’apparition d’un vieil homme dans les rêves de ces jeunes très spéciaux m’a rappelé un peu l’atmosphère d’un épisode de Buffy que je n’avais pas du tout aimé, pas compris non plus. Il s’agit du tout dernier épisode de la saison 4 avec la première tueuse qui rend visite au Scooby gang dans leurs rêves. Ces rêves étaient sans logique. Cet épisode m’a mis à mal à l’aise, tout comme cette histoire avec ce vieil homme dans le présent récit.

J’ai trouvé aussi qu’il ne se passait pas vraiment grand chose dans une bonne partie du récit. Kaleb découvre ses pouvoirs, veut en apprendre plus et jongle toujours entre Bien et Mal. Il ne veut pas mal finir mais prend toujours les mauvaises décisions et on tourne en rond toujours sur ce sujet au point où ça en devient lassant de le voir toujours faire les mêmes erreurs pour après s’en vouloir en se disant qu’il va changer les choses… Mais non, quelques jours après, les bonnes résolutions sont oubliées et on reprend cette éternelle routine. 

Heureusement que de gros rebondissements surgissent en fin de roman : ça bouge énormément au niveau des révélations et je dois dire que je n’ai rien vu venir du tout. J’ai poussé des grands « Ah », « Oh » de surprise et d’étonnement de voir jusqu’où l’auteur avait pensé son histoire, des liens qui se font enfin ! Et même si je suis assez mitigée sur ce premier tome, même si j’ai détesté Kaleb, j’ai envie de lire la suite juste pour voir où l’auteur va m’emmener avec ces révélations inattendues !

Les personnages

En ce qui me concerne, c’est vraiment ce point que j’ai détesté dans le roman. Je n’ai pas du tout accroché avec les personnages, surtout Kaleb.

Kaleb est un jeune homme qui se fout de tout et de tout le monde. Dès le départ, même avant qu’il ne découvre son pouvoir d’empathie, je ne l’aimais pas. Rien à faire des autres, même de son père, rien à faire de son avenir et donc des cours au lycée, Kaleb est le genre de personnages que je ne peux absolument pas supporter. Pour moi, il représente juste un petit branleur qui se croit le plus intéressant.

Une fois qu’il va découvrir son pouvoir, j’ai pourtant cru que les choses allaient changer et que Kaleb n’était pas le « je-m’en-foutiste » que je pensais… Au début, il gère très mal, absorbé par les émotions négatives des gens autour de lui. Je n’ai pas trop tenu compte de son comportement au départ car je me disais que c’était normal qu’il soit déboussolé, qu’il ne comprenne pas trop ce qui lui arrive et qu’il lui faille un certain temps pour apprendre à le gérer et le contrôler.
Puis, Kaleb montre qu’il n’est pas totalement mauvais puisqu’il éprouve des regrets et qu’il s’en veut, se promettant de ne plus recommencer.
Mais bon chasser le naturel, il revient au galop ! C’est totalement ce qui se passe avec Kaleb : plus il avance et plus il apprend à maîtriser son pouvoir, plus il l’utilise à mauvais escient, puis s’en veut mais ça ne l’empêche pas de recommencer tout de suite derrière en étant encore plus ignoble, plus horrible. Rien qu’à penser ce qu’il fait à la pauvre Lucille, j’en suis encore choquée. Il utilise les autres, ne se prise pas pour leur prendre leurs « bonnes émotions » pour lui se sentir mieux, sans se soucier de l’impact de ce « vol » sur ses victimes.
Bref, rien en ce personne ne m’attire. Je ne l’aime tout simplement pas.

Je n’ai pas plus aimé le colonel Bergsson qui appartient au groupe SENTINELLE. Il dit vouloir agir dans le bien de l’humanité, pour protéger les gens normaux d’un usage « maléfique » de ces dons particuliers par leurs possesseurs. Mais sa façon de venir au bout du problème ne me plaît pas. Il use de la torture sans éprouver le moindre regret, la moindre culpabilité. Il brise les gens pour les amener à faire ce qu’il veut. Pour moi, il est aussi dangereux de Kaleb, si pas plus. 

Par contre, j’ai beaucoup aimé l’assistante de Bergsson. Elle m’apparaît comme le personnage le plus « normal » dans cette gamme de personnages complètement dérangés (oui, oui, c’est le mot, pour moi aussi bien Kaleb que Bergsson devraient s’offrir une bonne thérapie, parce que visiblement ça tourne pas rond là-haut !). Au départ, on a l’impression qu’elle suit bêtement tout ce que le colonel lui dit de faire, mais plus on avance, plus on constate qu’elle n’est pas aussi docile que cela. J’ai adoré voir tout ce que ce personnage cache et qui ne se dévoile que petit à petit ! 

Le style de l’écriture

Je n’ai pas vraiment de remarques à faire sur le style de l’écriture.  Je l’ai trouvé assez simple, fluide et très vivant, avec beaucoup de dialogues.

Les retranscriptions des tchats ou discussions sur msn apportent énormément au niveau du rythme, de la dynamique du récit. J’ai beaucoup aimé.

J’ai aimé que le roman soit écrit à la troisième personne du singulier (pour une fois !) tout simplement car le lecteur n’est pas réduit à la seule vision de Kaleb, il peut également suivre ce qui se passe du côté de SENTINELLE. Le lecteur a donc une vision globale de la situation, permettant de comprendre les points de vue de chacun et le pourquoi de leurs agissements, même si on est parfois en total désaccord avec eux.

De plus, étant donné que je n’ai pas aimé Kaleb, j’avoue que si la narration avait été en « je » avec lui comme narrateur, je pense que je n’aurais pas pu supporté me balader au fil de l’histoire, de ses pensées, alors que je le déteste déjà comme cela.

Conclusion

En bref, le premier tome de Kaleb a su me plaire pour l’originalité de son univers et les multiples rebondissements que je n’ai pas vu venir du tout ! L’auteur a su me surprendre à plusieurs reprises ! 
Cependant, je n’ai pas accroché au développement des personnages et à certains points de l’histoire avec lesquels j’ai eu du mal à composer (ex. la fin du récit des jumeaux Armstrong).
Kaleb est un livre résolument original mais aussi très dur, certaines scènes sont vraiment difficiles à gérer, il ne convient donc de le mettre entre les mains des plus jeunes.

Cependant, malgré le fait que je suis assez mitigée, je dois dire que je lirais la suite car avec les rebondissements, les révélations de dernière minute, l’auteur a réussi à attiser ma curiosité ! Cependant, si après ce second tome, je ne suis toujours convaincue, il se peut que j’en reste là et que je ne poursuive plus l’aventure avec Kaleb.

Pour moi, ce roman n’est pas le meilleur roman de la collection R, je dirai que sur les 5 romans déjà lus, c’est celui qui m’a le moins transporté. Ceci dit, étant donné que ce roman partage les blogueurs en deux clans bien distincts, je vous laisse le soin de juger si vous désirez – ou pas – tenter l’aventure avec Kaleb.

Je m’attendais à mieux. Je suis déçue.

Les points + :

  • L’originalité des idées de l’auteur m’a surpris. Incontestablement le GROS point fort du roman, pour moi.
  • Les rebondissements inattendus en fin de récit. Les révélations sont vraiment CHOC et donnent envie de lire la suite, même avec un 1er tome mitigé.

Les points – :

  • Le personnage de Kaleb que j’ai absolument détesté. Tout en lui me dérange, il n’a aucun respect pour rien, utilise les autres sans se soucier des conséquences. Tout ce que je déteste.
  • Les autres personnages ne valent guère mieux. Le Colonel Bergsson de SENTINELLE, chargé de veiller sur une utilisation bénéfique de ce genre de pouvoirs, se sert de la torture pour briser les gens et arriver à ses fins. Faire le mal pour le Bien, désolée mais non… ça passe pas avec moi.
  • Sauf la fin, il ne se passe pas grand chose dans ce récit. Toujours les mêmes états d’âme de Kaleb reproduits à l’infini. 


Les avis des copinautes : Lanyla, Archessia, Mycoton32, ilnyak1pas, Mélo, Moody, Melisende, Mutinelle, Tessa et d’autres encore sur la page BBM du livre sur Livraddict :

Logo Livraddict

Commentaires

  1. Bon, il est dans ma PAL et je crois que je vais attendre un peu avant de le sortir ^^ 31 juillet 2012 01:19

  2. Il me reste environ 70 pages pour le terminer et je l'ai dévoré en 2 jours! Moi j'aime beaucoup mais au vu de ta chronique j’appréhende la fin... J'ai beaucoup de peine pour le père de Kaleb qui a consacré sa vie pour son fils... et j'ai "peur" des révélations dont tu parles... Comme on dit "je suis à fond dedans" et l'angoisse monte et le stress opère sur moi durant la lecture! Mais c'est tellement différent de ce qu'on peut lire habituellement que je suis absorbée. Je ne lirais pas un livre comme celui ci tous les jours mais je peux dire que j'aime beaucoup ce roman atypique! Par contre la couverture avec un visuel de peau me dérange beaucoup :-) 10 août 2012 21:20

  3. J'ai hâte de lire la suite ^^ 17 décembre 2014 17:25

Laissez un commentaire

13 novembre 2016 10:45