Fais un voeu, tome 2 : Trois chances de tout changer

Titre VF : Fais un voeu, tome 2 : Trois chances de tout changer
Titre VO :  Wishfull Thinking

Auteur : Alexandra Bullen (USA)
Traduction de Florence Mantran

Publié aux Editions Michel Lafon
Date de publication : 14 juin 2012

Chroniques des tomes précédents : Tome 1

Genre : Jeunesse, Fantastique

Pages : 252

Prix : 14,95 €
Commander sur amazon : Fais un voeu tome 2 trois chances pour tout changer

Note

Quatrième de couverture 

Hazel est sur le point de réaliser son rêve le plus cher : faire enfin connaissance de sa mère biologique. Elle projette de l’approcher lors d’un dîner de charité, vêtue d’une robe magique qui doit lui permettre d’exaucer trois voeux…
Mais la jeune fille est alors confrontée à la plus terrible des nouvelles, sa mère vient de disparaître. Effondrée, elle formule le souhait de pouvoir rencontrer cette femme…
Immédiatement transportée quelques années plus tôt, Hazel peut enfin mener l’enquête sur ses origines. Cependant, tout ne se passe pas comme elle l’aurait imaginé. Est-elle prête à affronter des vérités insoupçonnées ? L’énigmatique Luke serait-il un amour interdit ? Et surtout, la magie peut-elle panser toutes les blessures ?

Mon avis

 Souvenez-vous l’année passée, la lecture du tome 1 avait été pour moi un coup de coeur. J’avais adoré le côté magie, un peu de conte de fées, avec des robes qui réalisent des souhaits ! Ce tome 2 suivra-t-il le même sort que le 1er, c’est ce que nous allons voir tout de suite !

Hazel vit avec son beau-père, Roy, quand celui-ci ne l’abandonne pas dans des familles d’accueil, le temps d’une cure de désintoxication. Car Hazel a été adoptée à la naissance par Wendy, mais Wendy est morte quelques semaines après… Dès lors, Hazel manque de repères, elle ne sait pas qui elle est, vu qu’elle ne sait rien de ses origines.
Pour ses 18 ans, Roy lui remet une lettre avec son certificat de naissance et le nom de sa mère biologique : Rosanna Scott. Elle décide donc de la rechercher via Internet et apprend que cette dernière va bientôt donner un bal de charité pas loin de chez elle. Ni une ni deux, Hazel décide de s’y rendre en mettant la robe qu’elle a trouvée dans une boutique seconde main et de la faire repriser vu qu’une couture a lâché. Elle se rend donc à la Boutique Mariposa de la Mission où Posey, la couturière, s’apprête une nouvelle fois à changer le destin de cette jeune fille en lui offrant 3 robes ayant le pouvoir chacune d’exaucer l’un de ses souhaits.
Apprenant le soir même que Rosanna est décédée, elle fera le premier voeu d’apprendre à la connaître… Dès lors, Hazel va remonter 18 années en arrière pour faire la connaissance de celle qui va lui donner naissance.

L’intrigue

Comme c’était le cas dans le premier opus pour Olivia (perte de sa jumelle, Violette), Hazel éprouve un terrible manque dans sa vie, une grande douleur : elle a été adoptée et ne rien savoir de ses origines fait qu’elle ignore vraiment qui elle est.
Dès lors, il est facile de s’attacher à l’héroïne vu que son histoire est déjà assez lourde, assez difficile. 

Et je dois dire que l’intrigue de ce second tome m’a vraiment séduit, tenu en haleine jusqu’au bout – même si par certains côtés, elle était trop prévisible – parce que j’avais vraiment envie de savoir comment l’histoire d’Hazel et de sa maman biologique allait se terminer. En effet, revenue dans le passé, quelques mois avant sa naissance, Hazel va avoir l’idée (et qui ne l’aurait pas, à sa place) de changer son destin en utilisant ses voeux pour faire en sorte que sa mère ne décide plus de l’abandonner…

L’histoire a son lot de rebondissements MAIS ces derniers sont trop prévisibles : dès le retour de Hazel dans le passé, après quelques pages dans ce nouvel environnement, je pouvais déjà voir que quelque chose ne collait pas et imaginer la suite du récit… du coup, forcément, pas de surprise, juste un sourire en coin à la révélation avec comme petite réflexion personnelle : « je le savais ! »

Malgré ce défaut, j’ai beaucoup aimé la construction du récit, et les petits rappels de la fin sur des petits détails du début que je n’avais pas du tout vu venir pour le coup. L’auteur boucle merveilleusement l’histoire d’Hazel et de son voeu le plus cher, même si ce n’est pas du tout la fin que j’attendais.

L’histoire est vraiment touchante, émouvante lorsque l’on revit avec Hazel les moments qui ont précédé sa naissance, de l’incompréhension, à la colère de certains échanges, Hazel va finalement se montrer assez mature face à la situation de sa mère.

Il y a aussi une petite histoire d’amour qui se met en place dans le roman, mais j’ai trouvé qu’elle n’apportait pas grand chose, en tout cas par rapport à l’intrigue principale. [attention spoiler, passez avec la souris sur le texte entre les alertes pour lire] Perso, dès le moment où j’ai commencé à entrevoir les rebondissements du roman, je me suis dit que Luke, le garçon avec qui Hazel va sortir dans le passé (et donc vu qu’elle a 18 ans et qu’on revient 18 ans en arrière, eh ben ça nous fait donc qu’elle sort en réalité avec un homme de 36 ans ^^), devait jouer un rôle très important dans l’histoire mère/fille au point où je me suis fait de sacrés films dans ma tête ! Et finalement, rien du tout… l’histoire avec Luke est juste là, mignonne mais pas fondamentalement importante pour le récit [fin spoiler].

Difficile pour moi de vous parler plus en profondeur de l’histoire sans spoiler, sachez juste que j’ai vraiment beaucoup aimé, que l’histoire me portait littéralement car j’avais envie de savoir les choix que ferait Hazel pour ses voeux mais également savoir si elle allait réussir à changer son passé. Tout cela est très prenant et la conclusion de ce roman est très positive, assez adulte pour un roman  YA.

Les personnages

J’ai beaucoup apprécié le personnage de Hazel, je trouve qu’il était assez bien construit, même si je dois dire qu’elle et moi, on ne se ressemble pas beaucoup quant à la manière de voir les choses… 
J’ai été assez sidérée de voir qu’à la base, elle n’éprouvait pas de colère vis-à-vis de cette mère qui l’a abandonnée à la naissance. Après tout, c’est en raison de cet abandon et de la vie qu’elle a eu ensuite avec son beau-père qu’elle ne se sent pas bien dans sa peau, hésite beaucoup sur son avenir et surtout n’a aucune confiance en elle. Perso, si cela avait été moi, je n’aurais pu m’empêcher de ressentir de la colère au fond de moi, je n’aurai cessé de m’interroger sur les raisons de cet abandon… 

Une fois qu’elle va retourner dans le passé et s’intégrer à l’entourage de sa mère, là c’est une autre facette d’Hazel que j’ai découvert, la naïveté, la crédulité… Hazel a toutes les cartes en main pour comprendre ce qui se passe (tout comme le lecteur qui va voir venir les choses gros comme un camion) et elle ne voit rien. De même, lorsqu’elle va désirer connaître son père biologique, là aussi j’ai eu du mal à comprendre comment elle n’a pas senti venir les choses, parce que c’était tellement logique et réaliste… Enfin bref, j’ai eu du mal à accepter ce côté très naïf de sa part.

Puis, dans la dernière partie du roman, encore une fois Hazel a montré une autre facette d’elle-même. Après avoir (enfin !) exprimé son ressenti par rapport à cet abandon, Hazel va faire preuve d’une grande maturité, d’une clairvoyance assez rare pour son jeune âge et du coup, le final n’en est que plus émouvant.

Bref, Hazel est une héroïne à laquelle je me suis beaucoup attachée, car je trouve qu’au vu de la situation, elle gère… et elle gère plutôt bien !

J’ai beaucoup aimé le personnage de Julia également, la fille avec qui elle partage la chambre dans le manoir de Rosanna. Avec son caractère assez brut de décoffrage, assez sèche avec Hazel quand elle débarque chez les Scott. Julia est une fille qui, sous ses airs de petite pimbêche, a beaucoup de coeur et qui se protège en quelque sorte en étant désagréable avec les autres pour ne pas montrer sa fragilité. Et ce que j’adore avec elle, c’est qu’entre le moment où on la découvre et où on a envie de la baffer et la fin du roman, on change vraiment d’opinion sur elle, et ça se fait en douceur, petit à petit sans que le lecteur s’en rende compte. Elle va nouer une véritable amitié avec Hazel, alors que c’était pas du tout gagné au départ !

Luke, le personnage masculin, qui va faire chavirer notre petite Hazel est un parfait gentleman. Doux, gentil, patient, il est tout ce qu’une fille attend du mec parfait. Mais, ça n’a pas suffit avec moi, j’attends plus d’un personnage masculin : Luke est resté trop lisse, trop… trop en quelque sorte. C’est peut-être pour cette raison que je n’ai trouvé qu’un intérêt moyen à sa relation avec Hazel.

Enfin, en ce qui concerne Rosanna Scott, la femme dont le nom figure sur le certificat de naissance d’Hazel, je ne vous dirai rien… à vous de juger et de vous faire votre propre avis !

Le style de l’écriture

Je n’ai pas spécialement de remarque à faire sur l’écriture de l’auteur en elle-même : l’écriture est simple, fluide, avec certes beaucoup de bla-bla, mais ça va ! Il n’y a pas de longueur dans le texte, il se lit très bien et très rapidement.

Petite remarque : J’aurais préféré avoir une narration en « je » avec Hazel comme narratrice et non pas une narration à la troisième personne.
J’avoue que je ne comprends pas toujours ce choix de la part des auteurs quand en plus on reste focalisé sur l’héroïne tout le temps… Pour moi, une narration à la troisième personne, qui est donc plus impersonnelle, se justifie quand on veut se balader entre plusieurs personnages et exprimer leur ressenti sans qu’il ne soit raconté par une personne en particulier, pour rester plus objectif.
Du coup, ici vu qu’on reste avec Hazel tout le temps, et qu’en plus l’héroïne est fort bien sympathique, et qu’en plus son passé/son histoire était quand même assez importante, je trouve qu’une narration en « je » aurait permis encore plus une intimité avec elle, un « huit clos » et notre attachement n’aurait été que plus important encore.

Conclusion

En bref, ce second tome n’a pas été le coup de coeur du premier, bien qu’on en était pas loin vu que l’histoire d’Hazel était aussi forte en émotions que celle d’Olivia et de sa défunte soeur, Violette. 
Alors qu’est-ce qui m’a manqué ? Eh bien, même si je ne m’attendais pas à ce final, très mature, assez adulte dans la réflexion d’Hazel, je dois dire que le roman était pour moi trop prévisible. Le fait qu’on devienne le gros rebondissement bien à l’avance et de voir qu’Hazel, une fille pourtant très réfléchie, ne se pose pas directement les bonnes questions, ça m’a profondément agacé tellement c’était évident.
Bien sûr, le roman m’a surpris sur quelques petits détails à la fin, et bien que le roman se termine sur une note résolument positive, perso j’ai ressenti un gros pincement au coeur pour notre héroïne, comme s’il manquait un petit quelque chose qui aurait conclu le roman en apothéose. 

Malgré ce petit bémol, j’ai passé un excellent moment avec ce second tome, à rêver de ces robes magnifiques qui exaucent les souhaits chers à votre coeur, ça fait rêver… même quand on a 30 ans !

Alexandra Bullen a ce petit quelque chose, dans son écriture, dans l’histoire qu’elle vous raconte vous fait voir la vie en rose… alors que celles de ses héroïnes sont assez difficiles voire très abîmées. Pour moi, c’est ça qui est magique !

Un roman pour filles, assez conte de fées !

Les points + :

  • Une histoire très émouvante, très bien construite
  • Des personnages très sympathiques, avec du caractère, auxquels on s’attache très vite 
  • L’ambiance/le ton résolument positif donné au récit

Les points - :

  • La narration à la troisième personne : j’aurais préféré qu’Hazel soit notre narratrice, toujours pour la même raison : l’intimité que cela créé entre le narrateur et le lecteur.
  • Un récit assez prévisible, j’avais vu arriver avec de gros sabots le gros rebondissement du roman !
  • Une héroïne, par moments, un peu trop crédule, naïve. J’ai trouvé assez gros qu’elle ne comprenne pas les choses plus vite.


Retrouvez d’autres avis sur la page BBM du livre sur Livraddict :

Logo Livraddict

Commentaires

  1. Je trouve la couverture vraiment attirante ! Elle est efficace car je me suis intéressée à ce titre grâce à elle...^^ Ton avis me conforte dans mon envie de découvrir ces deux romans =) 11 juin 2012 17:37

  2. Trop jolie couverture! =) 13 juin 2012 12:47

Laissez un commentaire

7 décembre 2014 12:52