Chroniques de la fin du monde, tome 2 : L’exil

Titre VF : Chroniques de la fin du monde, tome 2 : L’exil
Titre VO : The dead and the gone

Auteur : Susan Beth Pfeffer (USA)
Traduction de Laure Mistral

Publié aux Editions Pocket Jeunesse
Date de publication : 01 septembre 2011

Genre : Jeunesse, SF
Pages : 334

Chroniques des tomes précédents : tome 1

Prix : 17,75 €
Commander sur amazon : Chroniques de la fin du monde, Tome 2 : L’exil

Note :  


Quatrième de couverture

Lorsqu’un astéroïde percute violemment la lune, semant le chaos dans le monde entier, Alex Morales se retrouve seul avec ses deux soeurs. Il n’a pas dix-huit ans et doit se débrouiller dans New York, envahie par les flots. Pour chercher ses parents disparus, trouver de quoi manger, de quoi se chauffer, et simplement pour survivre, Alex sera amené à faire des choix qui changeront son destin à jamais.

Mon avis

Malgré le fait que ces histoires apocalyptiques me font flipper à mort (surtout cette année !), j’avais envie de me replonger dans cette saga dont le tome 1 m’avait vraiment interpellée, aussi bien par la façon crédible dont l’auteur enchaîne les évènements mais aussi par la solidarité d’une famille qui lutte pour sa survie. Le tome 2 a-t-il été à la hauteur ? Voyons voir de suite…

Alex vit à New York avec sa famille. Aîné d’une fratrie de trois enfants (deux petites soeurs), il travaille pour pouvoir aider financièrement sa famille tout en poursuivant ses études dans une prestigieuse école où il est boursier.
Le jour où l’astéroïde va percuter la lune, Alex n’imagine pas encore toutes les conséquences liées à cette évènement ni la gravité de la situation. Pourtant, avec un père à Porto Rico pour l’enterrement de sa grand-mère et dont il n’a aucune nouvelle et sa mère qui ne rentre pas de son travail, Alex va devoir prendre les choses en main. Car, à même pas 18 ans, ce n’est pas seulement pour lui qu’il va devoir survivre mais aussi pour ses deux jeunes soeurs, Briana et Julie.

L’intrigue

On reprend la situation de départ avec l’astéroïde qui percute la lune, ce qui entraîne son rapprochement de la Terre avec toutes les conséquences que l’on connaît déjà avec la lecture du tome 1 : Tsunami, éruptions volcaniques multiples avec les cendres qui obstruent le ciel et empêchent donc les rayons du soleil de passer,…

MAIS on explore les conséquences avec une nouvelle famille qui habite dans une grande ville, en l’occurence NY.

Je craignais un peu que ce second tome soit un peu redondant puisque je savais qu’on allait repartir à zéro avec une nouvelle famille et je me demandais vraiment comment l’auteur allait apporter un nouvel essor à cette histoire que nous connaissions déjà pour avoir vécu la catastrophe et les mois qui ont suivi avec Miranda et sa famille dans le premier tome. 

Et au final, pas du tout, l’auteur a su faire rebondir l’intrigue alors que tous les rebondissements liés à la lune nous étaient déjà connus. Si nous avons vécu avec Miranda dans le cadre privé de sa famille uniquement, ce second tome va nous montrer comment la catastrophe est vécu à plus grande échelle, dans une grande ville où tout le monde est un anonyme pour les autres. 

Dès lors, pas de répétitions dans l’intrigue (sauf en ce qui concerne le problème de la maladie, de la survie, la famille Morales doit jongler avec les mêmes impératifs de rationnement de la nourriture,…), que du contraire, l’auteur nous montre une autre facette de la « survie » où le chacun pour soi prend réellement son importance. Pour tout vous dire, j’ai été vraiment choquée de voir la façon dont chacun se comportait pour grapiller un peu de nourriture par ci par là. 

L’intrigue prend alors un tour encore plus sombre que le premier tome. Là, où Miranda était confinée dans sa maison, vivait les choses avec sa famille uniquement, relativement isolée du reste du monde, la famille Morales doit au contraire faire face à un problème supplémentaire : survivre au milieu des autres. 

Sur le plan de l’intrigue, je dois dire que j’ai préféré ce tome au premier dans la mesure où je l’ai trouvé plus complet, plus brutal encore, plus dur que le premier tome où, comme je l’ai dit, nous vivons l’horreur protégé au sein d’un cocon familial.
Notons aussi que l’auteur va donner un tour plus tragique à la situation, m’arrachant quelques larmes au passage. Ce tome est donc bien plus adulte que le premier, qui restait malgré les évènements, assez bisounours une fois qu’on compare les deux.

L’auteur raconte toujours avec autant de réalisme la situation en imaginant très bien l’enfer vécu par des adolescents livrés à eux-même mais aussi face aux réactions/comportements que nous pourrions avoir si une telle catastrophe venait à se produire. On a beau être choqué face aux agissements des gens, on sait malheureusement que lorsqu’il est question du survie, face à la peur de la mort, on est capable de tout, et donc du pire.

Si j’avais juste un bémol, c’est peut-être par rapport au sous-titre de ce second tome, intitulé en VF, L’exil[Attention spoiler]  Surlignez le texte entre les balises pour pouvoir le lire. J’imaginais en fait qu’on allait suivre une famille qui allait décider de quitter sa ville pour aller vivre sous de meilleures auspices. Et si c’est bien le cas, j’aurais pensé que ça allait être justement l’enjeu du roman alors que non… vu que la famille s’en va mais en fin de roman.[fin alerte spoiler]

Les personnages

Si j’ai préféré l’intrigue du second tome, force est de constater que par contre, par rapport aux personnages, j’ai eu du mal à m’attacher à la famille Morales.

[Petit commentaire qui n’a rien à voir : j’ai été un peu surprise de retrouver les prénoms Alex et Briana dans la fratrie… Tout simplement parce que dans la saga Irrésistible Alchimie de Simone Elkeles, ils sont amoureux et pas frère et soeur ! OK, je sors  :oops: ]

Tout d’abord, parlons des deux soeurs d’Alex, Briana et Julie.

Julie est la cadette de la famille. Assez gâtée par ses parents, elle râle tout le temps, n’est jamais satisfaite tant qu’on ne lui a pas fait ses petits caprices. Du coup, c’est vrai qu’au départ, on se dit aïe, aïe, aïe, va falloir réussir à se la farcir, celle-là !
Et je ne vous cacherai pas qu’au début, effectivement, avec Julie, j’avais du mal parce qu’elle contestait systématiquement l’autorité de son frère, parfois pour des broutilles, piquant des crises de colère assez démesurées par rapport aux enjeux de la survie. Puis, au fur et à mesure de l’histoire, contre toute attente, c’est finalement elle que j’ai préférée des trois. Car malgré ses 12-13 ans, elle devient de plus en plus mature, et en tout cas plus que Briana. De plus, elle fait preuve d’une plus grande clairvoyance en admettant des choses douloureuses plus vite. Sans spoiler, pour reprendre une analogie facile, disons que si sa soeur et elle devaient encore croire au Père Noël, ce serait Julie qui admettrait plus vite la vérité à son sujet.

Briana joue une sorte de « tampon » dans la famille, surtout entre son frère et sa soeur cadette vu que ces deux-là ont du mal à se supporter. Alors, elle temporise, elle les calme. Elle est aussi la plus croyante de la famille, tout le monde la voit d’ailleurs prendre le chemin de l’Eglise. Au début, je pensais vraiment que c’était à elle que j’allais le plus m’attacher. Assez calme de nature, elle pense aux autres avant de penser à elle.
Puis contrairement à sa soeur, plus on avançait dans l’histoire, plus son tempérament m’a vraiment agacé. J’ai eu l’impression que contrairement à son frère et surtout à sa petite soeur, elle n’évoluait pas, refusait de voir la vérité en face et à partir d’un moment, ça devient vraiment lourd. On a envie de la secouer, de lui donner une gifle pour qu’elle se réveille enfin. 

Et pour finir, Alex, l’aîné, celui qui espère aller à l’université. Il se démène aussi bien à l’école que dans son petit boulot pour aider sa  famille tout en ayant de bonnes notes en cours. 
Il faut dire que le personnage est assez sympathique de prime abord. Alex va tout faire pour jouer le rôle de « chef de famille » et assurer la survie de ses soeurs et lui. Il ne rechigne pas à chercher de la nourriture encore et encore, s’abaissant à faire des choses qui le répugnent  pour que ses soeurs ne manquent de rien. Pour ça, c’est un frère exemplaire.
Cependant, malgré son côté frère très protecteur, son côté très macho m’a vraiment tapé sur les nerfs à plusieurs reprises. Pour lui, les rôles de l’homme et de la femme sont clairs : si c’est à lui de rapporter la nourriture à la maison, c’est à ses soeurs d’assurer le reste, entendre par là faire à manger, la vaisselle et le ménage. Ils ne les aident pas alors qu’elles sont prêtes à le suivre pour trouver de quoi manger, prétextant de « se reposer » en leur laissant gérer le reste. Typiquement macho, quoi ! Et je vous dis pas que si le mec réagit comme ça à même pas 18 ans, ce sera quoi plus tard ? 0_0

Le style de l’écriture

Ici aussi, j’ai été déçue. J’avais adoré le style « journal intime » du premier tome où Miranda nous faisait vivre personnellement au jour le jour son ressenti face aux évènements.
Ici, le récit est narré à la troisième personne du singulier. Dès lors, est-ce peut-être aussi pour cette raison que je n’ai pas réussi à m’attacher aux trois personnages du récit, vu qu’avec ce type de narration, on reste toujours extérieur à ce qu’ils pensent, à ce qu’ils ressentent.
Surtout que vu qu’ils sont trois, cela aurait pu être sympa de passer de l’un à l’autre, un roman à plusieurs voix, comme on en trouve de plus en plus dans les romans Young Adults.

Par contre, la structure du roman reste identique au premier tome : on suit l’évolution de jour en jour, à travers de passages de quelques pages par jour qui permettent au lecteur d’être vraiment immergé dans l’horreur de cette situation et de la vivre au quotidien.

Le style de l’écriture reste assez simple, peut-être un peu moins que dans le premier tome où aux premières pages, je redoutais un style trop enfantin. Ici, je n’ai pas eu cette impression. 
L’écriture est directe, franche, sans fioritures. Bref, sans bla-bla inutile, ce qui donne encore plus de rythme, de tension au récit qui n’en manquait déjà pas !

Conclusion

En bref, j’ai retrouvé vraiment la même ambiance oppressante, dure et disons-le flippante du tome 1, en pire même ! Pour le volet intrigue, j’ai préféré ce nouvel opus au premier. Dommage cependant que les personnages n’aient pas le charisme, le potentiel attachement de la famille de Miranda… et que le roman ne soit pas écrit sous forme de journal comme le précédent (l’auteur a peut-être eu peur que justement en reprenant ce format, ce soit redondant ?), c’est sans doute pour cette raison que je suis restée étrangère aux personnages, n’ayant pas eu la chance de véritablement vivre la catastrophe de manière intime avec eux comme ce fut le cas précédemment.

En attendant, le tome 3 qui est sorti ce mois-ci m’attend dans ma PAL où il ne devrait pas faire long feu… Avec la promesse de retrouvailles avec Miranda mais aussi avec Alex, comment résister, surtout que je meurs envie de savoir comment l’auteur va réussir à réunir ces deux personnages qui ne se connaissent pas et n’ont a priori aucun point commun !



Les points forts :

  • Encore une intrigue forte, plus sombre que la première qui montre une autre facette de la catastrophe, vécue par les gens d’une grande ville.
  • Une atmosphère vraiment oppressante, l’auteur arrive vraiment à nous faire vivre la catastrophe comme si on y était, avec beaucoup de réalisme et de crédibilité.


Les points faibles :

  • Des personnages principaux peu charismatiques, assez agaçants... En tout cas bien moins attachants que Miranda et sa famille.
  • J’aurais préféré le même style d’écriture que dans le premier tome, façon journal intime.


Les avis des amis : FrenchDawn, Heclea, Liliebook, Simi et bien d’autres sur la page BBM du livre sur Livraddict :

Logo Livraddict

 

Commentaires

  1. Salut Jess, petite parenthèse, en fait dans Irresistible Alchimie c'est Brittany, pas Briana. Par contre les frères Fuentes se nomment Carlos et Alex, comme les frères Morales :) Et le 3ème frère Fuentes c'est Luis, qui est le prénom du papa Morales ;) 29 mai 2012 16:44

  2. @Marion JB : ah lol, je me suis plantée de nom pour la fille ^^ Ah la mémoire :) Sinon, c vrai pour Carlos et Alex, j'avais pas remarqué ! Bises :) 29 mai 2012 17:45

  3. Cette histoire m'intrigue... Et je suis passionnée par la fin du monde, bien que 2012 et compagnie, je n'y crois pas. Je pense que je vais me procurer le premier tome et le lire bientôt! :) 17 juin 2012 09:48

Laissez un commentaire

26 janvier 2015 21:59