La Sélection, tome 1

Titre VF : La Sélection, tome 1
Titre VO : The Selection

Auteur : Kiara Cass (USA)
Traduction de Madeleine Nasalik

Publié aux Editions Robert Laffont, collection « R »
Date de publication : 12 avril 2012

Genre : Jeunesse, Dystopie

Pages : 344

Prix : 16,90 €
Commander sur amazon : La sélection

Note


Quatrième de couverture

35 candidates.
1 couronne.
La compétition de leur vie.

Elles sont trente-cinq jeunes filles : la « Sélection » s’annonce comme l’opportunité de leur vie. L’unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L’unique occasion d’habiter dans un palais et de conquérir le coeur du prince Maxon, l’héritier du trône.
Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l’oeil des caméras.
Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu’elle avait échafaudés s’en trouvent bouleversés…


Mon avis

Ce titre m’intriguait énormément. Déjà par son synopsis, car contrairement à certains qui le trouvent niais ou simpliste ou carrément pas intéressant, moi il me donnait bien envie avec son côté strass, paillettes et télé-réalité (oui, on ne se refait pas !) et aussi parce que j’ai appris que le roman allait peut-être être adapté en série télé ! Du coup, je n’ai pas résisté, ni une ni deux, je l’ai lu et j’en ressors complètement charmée 🙂

America Singer a 16 ans. Elle est une Cinq, elle fait donc partie de la « caste » des artistes avec sa famille . Dans le royaume d’Illéa, les classes sociales jouent un rôle important et il n’est pas bon de se mélanger. Qu’importe, America est folle amoureuse de Aspen, un Six, et souhaite l’épouser.
C’est sans compter sur sa famille qui va la pousser à participer à la « Sélection », un concours où participent trente-cinq jeunes filles qui se disputeront le titre de princesse et donc futur reine de Illéa en épousant le Prince Maxon. Finalement, sous la pression des siens, America va se présenter et gagner le droit de représenter sa province. Convaincue de son amour pour Aspen et de la répulsion que lui procure le Prince Maxon, America est sûre d’elle : elle profite du jeu pour emmagasiner de l’argent pour sa famille et puis rentrera bien sagement à la maison pour épouser Aspen. Sauf qu’évidemment, le Prince Maxon n’est pas celui qu’elle croit qu’il est et que son coeur risque bien de chavirer…

L’intrigue

Vous savez tous si vous me suivez un minimum sur les réseaux sociaux que je suis une grande « fan » de télé-réalité. Je regarde tout ce qui me tombe sous la main avec Top Chef, Koh Lanta, Secret Story et compagnie. Et il y a quelques années, je regardais évidemment Le Bachelor qui était diffusé sur M6 (Plug RTL pour la Belgique). C’est plus fort que moi, malgré l’idiotie de certaines émissions (oui, je considère toujours que Top Chef est bien au-dessus du lot ^^), je regarde à chaque fois et le pire, c’est que j’arrive à me prendre la tête avec les candidats, que je les aime ou pas. Je sais que c’est pipé mais bon, rien n’y fait, c’est peut-être le côté débile de mon cerveau qui prend le dessus le temps que je déconnecte de mes responsabilités de tous les jours…

Pourquoi je vous parle de tout cela moi ? Ben forcément parce que le concept du livre, c’est un peu le thème du Bachelor repris sur fond dystopique ! Du coup, un roman qui met 35 jolies filles en compétition pour séduire un beau Prince, le pitch est pour moi forcément intéressant !

Et il faut dire que si l’idée de départ m’intéressait déjà à la base, j’avais en plus besoin d’un roman soft, genre petit bonbon acidulé placé sous la langue qui vous procure un guilty pleasure à en mettre la banane et à faire ressortir l’éternelle fleur bleue que je suis  !

Du coup, pari totalement réussi, le plaisir et la détente ont été à 100 % au rendez-vous avec ce roman.

 Je me suis plongée dans ce roman assez rapidement, dès les premières pages puisqu’on entre tout de suite dans le vif du sujet. America reçoit la fameuse lettre de la « Sélection » et se retrouve dans une position inconfortable où ses proches souhaitent qu’elle s’inscrive (un peu égoïstement, j’ai envie de dire, dans la mesure où toute la famille bénéficiera d’un avantage financier non négligeable) alors qu’elle s’y refuse vu qu’elle est amoureuse d’Aspen. Du coup, même si on sait qu’elle finira par dire oui (ben sinon y aurait pas d’histoire, hein !), on ne peut s’empêcher de se demander quel sera l’élément déclencheur pour que finalement elle change d’avis ! 
Une fois dans la compétition, là encore même si l’histoire ne casse pas trois pattes à un canard, il y a une certaine magie dans les rapports entre Maxon et America qui fait que le lecteur est là, avide de tourner la page suivante, avec une question au bout des lèvres : craquera ou craquera pas ? 

C’est donc encore une  fois à cause d’une histoire d’amour que ce roman m’a si fortement séduit , plus précisément avec ce triangle amoureux qui se dessine entre Aspen / America /Maxon que l’on en oublie tout le reste !

Parce qu’à la base, c’est quand même une dystopie ! Et c’est qu’avec toute cette histoire d’America et du Prince Maxon, on l’oublierait facilement !
J’ai trouvé qu’on ne parlait pas assez de l’univers dystopique : on sait que les citoyens sont répartis en caste et qu’il est limite interdit de se mélanger entre castes. En tout cas, il est mal vu pour une jeune fille, par exemple, de vouloir épouser un jeune homme d’une caste en-dessous de la sienne. Le peuple est affamé pendant que les plus fortunés ne manquent de rien (mouais, rien de neuf sur le soleil vous allez dire !), qu’il y a des rebelles, des méchants et des plus méchants encore mais c’est à peu près tout ce qu’on sait.  J’espère vraiment qu’on en saura plus dans le tome suivant… car si cela n’a pas été un réel handicap dans ce premier tome, ça pourrait le devenir si l’élément dystopique reste si peu exploité dans l’histoire.

De plus, ce qui est un peu dommage, c’est de ne pas avoir joué le jeu de la télé-réalité à fond. Tout le monde le sait, dans les jeux, tout est permis et quand il s’agit de 35 filles ensemble pour un seul beau garçon… ben forcément, on s’attend à coup bas, trahisons et compagnie, vous savez toutes ces joyeusetés qui font qu’on est si fier de dire qu’on est humain, civilisé et tout cela ! J’ai trouvé que sauf la garce de Céleste, les candidates étaient encore sympathiques les unes envers les autres et qu’il n’y avait pas tant de médisances ou de sales tours qui étaient joués. Tout cela reste assez gentillet, alors que bon le gros lot, c’est quand même un Prince quoi !
En plus, je me souviens que dans le Bachelor, les caméras suivaient les prétendantes et le candidat dans tous les rendez-vous qu’il avait avec chaque fille. Ne mentez pas les filles, on sait toutes que là, on entend qu’une chose, c’est de voir un baiser… Ben ici, rien du tout, les rendez-vous restent vraiment privés, sans caméras qui ne sont là que pour une émission hebdomadaire ou alors des interviews ponctuels avec les candidates ou alors dans des dîners où les candidates sont toutes ensemble.

Mais mis à part ces deux détails auxquels je n’ai pas attaché d’importance réelle durant ma lecture, il faut avouer que La Sélection a agi sur moi comme un rêve éveillé, un conte de fées des temps modernes et que j’ai été profondément charmée par les personnalités d’America et de Maxon au point de soupirer en espérant les voir ensemble.

Et que dire de la fin, à part cette énorme frustration qui s’est emparée de moi, de ne pas savoir si America va succomber à Maxon ou se raccrocher envers et contre tout à Aspen (je prie pour que ça n’arrive pas tous les jours, SVP Kiara, pas ça !!!) et si Maxon va choisir America pour devenir son épouse. J’ai déjà attendu des suites avec impatience mais celle-ci agit comme une drogue, une addiction et oui, je suis déjà en manque !

Les personnages

 Je pense que vous l’aurez compris, c’est avant tout grâce aux personnalités d’America et de Maxon et de leur relation tout particulière que j’ai vraiment accroché au récit.

America m’a séduit par sa simplicité et sa naïveté mais en même temps, il ne vaut mieux pas embêter la belle parce qu’elle tient un sacré caractère. 
Au début du roman, pourtant, j’étais plus agacée par ce côté naïf, encore trop petite fille. Je trouvais que sa relation avec Aspen ne la mettait pas à son avantage (il faut dire que c’est tout simplement parce que je suis pas fan du tout d’Aspen ^^), même si elle n’hésitait pas à pousser une petite gueulante avec lui quand il se conduisait comme un imbécile macho.
Avec Maxon, j’ai vu une autre jeune fille, sur la défensive, en réserve par rapport à certaines candidates qui extériorisent leurs sentiments pour le Prince assez rapidement mais en même temps, plus femme, plus épanouie, plus ouverte qu’avec Aspen.

Donc, comme vous l’avez compris, je suis pas Team Aspen du tout ! Déjà, le prénom… Aspen, comme la station de ski de riches aux USA alors qu’il est un Six, considéré par les autres comme un serviteur, comme une personne que l’on sous-paie quand on en a besoin.  Le contraste est donc saisissant !
Puis, Aspen, c’est l’archétype du macho à vouloir prendre soin de sa chérie, subvenir à tous ses besoins sans lui laisser une seule fois l’occasion de le faire à son tour sans monter dans les tours et s’énerver « parce que c’est pas le rôle d’une femme » et que Monsieur se sent atteint dans sa virilité… Puis, Aspen, c’est le genre de mec à laisser sa nana participer à un concours où le gros lot, c’est quand même un autre beau gosse qui est Prince quand même (faut pas l’oublier) et qui pourra sans doute lui offrir tout ce qu’il ne pourra jamais (on ne dit pas que c’est ce qu’America recherche, mais bon quand on est un macho, on y pense quand même quoi !).

La dernière image qu’il envoie à America avant son départ est très dure et à la place de la donzelle, cela aurait été suffisant pour me fair perdre toute la confiance que j’avais en lui.

La troisième figure de ce triangle amoureux est Maxon.  Alors, au début, on ne l’aime pas trop parce que comme America, le lecteur a des a priori tenaces : c’est un prince riche, donc prétentieux, inaccessible, assez froid,… Et dès la première rencontre avec America, Maxon prend de suite une autre image : celle du Prince Charmant… Pas seulement charmant mais également prévenant, tendre, gentil. je l’imagine non seulement mignon mais d’une douceur extrême, le genre de gars à vous emporter sur un nuage rien que par sa voix…

Et que dire de la relation entre America et Maxon… J’ai pas envie de vous en dire trop mais sachez juste que c’est le genre de relation qui coule de source une fois qu’on place les personnages l’un à côté de l’autre. Tout prend sens, sauf peut-être pour America qui est encore trop dans son trip « j’aime Aspen » ! J’aime leurs interactions, la manière dont elle lui parle, avec une simplicité et une franchise qui n’est pas de mise avec un Prince et lui qui ne s’en émeut pas et trouve ça même assez amusant ! Hâte de voir comment tout cela va évoluer dans le prochain tome !

On notera enfin qu’en ce qui concerne les autres filles, finalement je les ai trouvées lisses et sans personnalité, l’une ou l’autre, j’avais l’impression qu’elles étaient toutes les mêmes : gentilles, discrètes mais sans plus SAUF Céleste évidemment, la garce de service qui, comme dans toute émission de télé-réalité qui se respecte, est mise en avant… On la déteste mais on sait d’avance qu’on devra se la coltiner jusqu’au bout !

 Le style de l’écriture

L’histoire est légère, petite pause guimauve sans prise de tête, il fallait donc un style qui suive le même schéma. Et c’est exactement ça : l’écriture est simple, légère, très rythmée, vivante, sans chi-chi… En fait, le style correspond super bien à la personnalité d’America.

Par contre, s’il y a une chose qui m’a gênée, c’est cette manie qu’ont les personnages de toujours répéter le nom de la personne à qui il parle en leur parlant…

Conclusion

Alors, la Sélection, c’est peut-être pas le roman de l’année, c’est peut-être un livre qui peut paraître assez superficiel mais c’est juste un petit roman sans prétention : certes l’histoire est bateau mais les personnages sont fort attachants et nous font vibrer et vivre avec leur relation toute mignonne des grosses émotions  et qui font qu’en refermant le livre, on sourit bêtement, on rêve au Prince Charmant et on est frustrée de ne pas avoir la suite sous les mains !


Un roman qui correspondra sans doute à toutes celles qui aiment la romance et les univers qui rappellent un peu les contes de fée (en surface, car La Sélection cache un arrière fond plus sombre qu’il me tarde de découvrir !). 


Les points forts :

  • le triangle amoureux qui se profile dans ce tome. C’est peut-être cul-cul mais moi, j’suis complètement rentrée dedans.
  • Le personnage du Prince Maxon  😳 qui, je l’avoue, m’a complètement fait craquer.
  • Le style de l’écriture très vif, simple, vivant. On ne s’ennuie pas et les pages se tournent toutes seules ! 


Les points faibles :

  • La répétition constante des noms des gens quand ils se parlent. 
  • Le côté dystopique  en retrait dans ce premier tome.
  • Le côté télé-réalité qui ne reflète pas vraiment la « réalité » de ce genre d’émissions.
  • Comment je vais faire pour attendre le printemps 2013 pour savoir la suite, moi ?
  • Les autres filles sont assez effacées au niveau de leur personnalité, sauf Céleste.


Les chroniques des copines : cho0kette, ilnyak1pas, Serega, Archessia, Lanyla, bubblegirl67, Mycoton32, iwry, Galleane, Azariel87, Tessa,  Melisende et d’autres encore sur la page BBM du roman :

Logo Livraddict

 

Commentaires

  1. J'en suis a un peu plus de la moitié et pour le moment j'accroche bien. Je pense qu'il ne va pas finir le weekend. 12 mai 2012 13:56

  2. j'ai adorée cette histoire mais moi aussi j'aurais aimé voir les filles un peut plus "garces" entre elles... ;-) tout ça est bien "gentillais"! 26 juillet 2012 23:38

  3. Il me fait de l'oeil depuis sa sorti, ton avis m'a convaincu ! Il me le faut ^^ merci pour cette critique! 4 août 2012 10:47

  4. Voilà je l'ai acheter et je l'ai déjà terminé ^^ Merci pour ta chronique encore une fois Ce livre était un délice ! Hmm vivement la suite ^^ N'empèche depuis que j'ai découvert ta page mon porte monnaie me fait la tête ^^ 16 août 2012 09:33

  5. @Dow : tu m'excuseras auprès de ton porte-monnaie alors ^^ Ravie que la Sélection t'ait plu ! 16 août 2012 10:32

  6. Suite à la lecture de ta chronique je l'ai acheté,il est pour l'instant dans ma PAL car malheureusement je dois d'abord lire un livre pour les cours. Je pense toutefois qu'il ne finira pas l'été =) 4 mai 2013 18:33

Laissez un commentaire

18 March 2019 15:52