Sirellia, tome 1

Titre VF/VO : Sirellia (tome 1)

Auteur : Alissandre (France)

Publié aux Editions Sortilèges
Date de publication : 02 mai 2012

Pour connaître la nouvelle maison d’édition Sortilèges : Site, Facebook

Genre : Fantasy contemporaine, Jeunesse (à partir de 12 ans)

Pages : 270

Prix : 15,50 €
Commander sur le site des éditions Sortilège en cliquant ICI

Note


Quatrième de couverture

Les feuilles virevoltaient dans les airs, légères comme des plumes. J’entendais au loin, cette douce mélopée qui résonnait dans mon corps et accompagnait le souffle du vent. Puis cette voix m’appelant, « J’ai besoin de toi Clément ».
Lorsque j’ai fait ce rêve, je n’imaginais pas combien les songes pouvaient être réels. Ni ce que cela impliquait pour mon avenir. Un soir d’automne, mes doigts ont frôlé une inscription magique qui s’est envolée dans un halo bleuté sous mes yeux incrédules, ce n’était que le commencement. J’ai la chance d’avoir rencontré un peuple doté de capacités surnaturelles, vivant en secret au cœur de l’immense forêt millénaire. Mais ce privilège a un prix, suis-je prêt à risquer ma vie pour les protéger ?

Mon avis 

J’adore voir de nouvelles maisons d’édition voir le jour ! Toujours plus de nouveaux horizons, de nouvelles découvertes, de nouveaux auteurs…  
Pour ce premier ouvrage des Editions Sortilège que j’ai lu, j’avoue avoir eu un peu peur au départ car je n’étais pas trop fan de la couverture. Mais comme on dit, la couverture ne fait pas le moine ! Alors, je me suis plongée avec curiosité dans ce roman sans a priori et  j’en ressors « enchantée »…

Alors qu’il vit un peu dans sa bulle, avec ses livres fantastiques, Clément est sur le point de voir sa vie changer. Tout d’abord, l’arrivée d’une nouvelle voisine, Ambre, qui va le sortir de la solitude dans laquelle il s’est enfermée. En plus, Ambre est plutôt jolie et sympa 🙂 ! Le pompon, c’est aussi la visite saugrenue de Elvin Fan Ligor, un étrange professeur qui lui pose des questions bizarres pour ensuite s’éclipser comme ça ! Et suite à cette rencontre, Clément va apprendre que s’ouvre devant lui un avenir qu’il a rêvé tant de fois sans jamais y croire… 

A. L’intrigue

Je dois dire qu’en commençant le roman, je ne m’attendais pas à tomber sur un monde aussi enchanteur que celui présenté dans ce roman. 

Certes, le roman est destiné à la jeunesse (à partir de 12 ans) mais j’ai aimé cette petite pause dans un monde qui fait rêver, rempli de créatures fantastiques qui vivent leur petite vie, n’interférant pas avec le monde des humains et cherchant juste à accomplir leur devoir, entretenir la Nature.

Il est vrai qu’au début, j’ai trouvé que tout mettait longtemps à se mettre en place. On chipote un peu et on tourne autour du pot, laissant le lecteur languir avec ses questionnements sur ce qu’est Clément et le rôle qu’il sera amené à jouer (j’ai eu un peu la même chose avec Starcrossed où j’ai trouvé que c’était long au niveau des révélations). En même temps, ça nous pousse à lire pour savoir ce qu’il est en ^^ mais j’ai trouvé que c’était un peu long.

Mais une fois que l’univers est bien planté, que la mythologie est expliquée (et elle l’est très clairement), je dois dire que je me suis laissée emporter dans ce petit monde agréable, sans prétention, comme dans un conte de fées.

L’action est également présente, même si on regrettera que nos héros se sortent bien trop facilement des situations dans lesquelles ils se retrouvent empêtrés. C’est trop facile, trop rapide, trop convenu…

Les révélations qui sont faites sont également trop faciles, facilement devinables et au final, on regrettera que suite à ces révélations, les personnages ne soient pas plus fouillés car il y avait matière à faire un récit avec une tout autre ampleur… avec non seulement une intrigue qui nous fait rêver, avec des rebondissements intéressants mais des personnages qui répondent à ses rebondissements avec plus de profondeur, qu’avec plus de maturité…

La fin du roman est évidemment un « happy end » qui pourrait clore l’histoire, même s’il laisse la porte ouverte à une nouvelle histoire, un nouveau danger qui menace la forêt de Sirellia et ses habitants.


B. Les personnages

C’est le point faible du roman, selon moi. D’accord, nous sommes  dans un roman avant tout jeunesse, d’accord il ne faut que 270 pages et qu’avec si peu de pages pour un roman classé « fantasy », il est difficile de s’attacher à raconter une histoire qui tienne la route jusqu’au bout et de travailler les personnages en profondeur…

L’auteur a donc choisi de porter l’intrigue, de la développer  (et encore, si la mythologie est bien expliquée, on constate au final que l’action se passe trop rapidement, parfois manque de crédibilité) au détriment des personnalités de Clément et Ambre, mais également des autres personnages qui peuplent Sirellia.

Les personnages sont donc sympathiques, sans conteste mais de là à vous dire si je les ai appréciés pour ce qu’ils font, ce qu’ils sont et la manière dont ils vivent le changement qui s’impose en eux, difficile à dire…

On apprend sommairement la vie de Clément. Jeune garçon vivant avec sa mère, père absent, très solitaire et qui aime se fermer dans une bulle avec ses livres fantastiques. Il est très assidu à l’école, n’aime pas trop la compagnie des autres adolescents de son âge et voue à sa mère un amour sans bornes, prêt à l’aider pour tout. Il rêve d’une autre vie qui va s’ouvrir à lui petit à petit…

Personnellement, j’ai beau aimé les créatures fantastiques, rêver d’un monde enchanteur, si on venait à m’ouvrir les yeux sur un nouveau monde peuplé de petites fées, les féerines (j’adore ce mot !!),  je me dis que quand même j’y entrerai à reculons… un peu inquiète, stressée,… de découvrir un nouveau monde dont je ne connais rien et  d’autant plus, si on me dit que j’ai un rôle important à y jouer.

Pour Clément et pour Ambre aussi, c’est assez facile, trop facile même. On leur présente le monde, on leur dit « voilà, c comme ça, ça et ça… » et eux, ils répondent « ok, tout va bien ! » 
Il me semble que quand on est ados et que nos repères connus sont bouleversés à ce point, il doit y avoir une contestation, une rébellion et non pas une acceptation sans cris ni pleurs. 
Ici, non seulement ils acceptent sans protester ce qui leur arrive (surtout Ambre qui doit renoncer à plus que Clément) MAIS tous les deux ont des qualités, des dons qu’on avait jamais vus chez les féerines et s’en servent avec une telle facilité qu’ils arrivent à s’en sortir presque sans dommage alors que l’ennemi en face trimbale au moins  17 années d’expérience avec elle… 
Personnellement, j’ai trouvé que c’était peu crédible.

Par contre, j’ai été séduite par la relation qui se noue entre Clément et Ambre depuis le début. Même si là encore c’est un chouïa rapide au niveau des sentiments, j’ai aimé la manière dont chacun tente d’approcher l’autre, restant discret et timide, avançant doucement, n’osant pas dire les choses qui paraissent évidentes au lecteur. Cette relation est toute douce, tendre et très rafraîchissante.

C. Le style de l’écriture

Sans être très recherché, j’ai aimé le style d’écriture de l’auteur, assez simple et fluide.
A aucun moment, je ne me suis ennuyée, perdue dans des descriptions longues et inutiles. Oui, il y a du bla-bla, mais étant donné que nous sommes dans un roman jeunesse et dans un format de 270 pages, l’auteur s’est contentée du minimum, de l’essentiel à la compréhension de la mythologie, de l’univers et du cadre de vie des féerines à Sirellia.

J’ai aimé les descriptions, j’ai facilement imaginé la forêt et ses habitants ainsi que l’arbre-vie Ialon, que j’imaginais grandiose et sublime. Les descriptions m’ont fait rêver, m’ont totalement portée dans cet univers féérique.

Je noterai enfin que la mise en page du roman est très réussie, avec une police agréable à lire, un roman assez aéré, espacé, ce qui m’a vraiment surpris, vu que j’avais l’habitude jusqu’ici de voir pour des petites maisons d’édition naissances, des polices assez petites ainsi que peu d’espace au niveau des marges.

Je mettrai cependant un gros bémol sur la couverture que je ne trouve pas spécialement attirante. Pourquoi ? Des couleurs ternes et les personnages qui prennent trop de place… Pour cet univers, j’aurais préféré quelque chose qui mette plus en avant la magie, la féérie qui se dégage de Sirellia plutôt que la tête des personnages…

D. Conclusion

En bref, je dois dire que j’ai été très agréablement surprise par ce récit. Je n’ai pas spécialement l’habitude de lire des romans plus tournés vers la jeunesse en dehors des romans YA, j’avais donc peur que le récit soit très superficiel. Alors certes, à bien des égards, oui le roman reste superficiel (manque de développement des personnages et action trop rapide, nos héros qui s’en sortent trop facilement), mais j’ai été séduite par l’originalité de l’histoire, par la mythologie inventée par l’auteur, par ces féerines qui m’ont fait rêver à chanter sous la lune pour Ialon.

Sirellia est un très beau roman de fantasy contemporaine (je ne dirai pas urbaine car pour moi, l’action se passe vraiment dans une forêt, que le « rôle » du centre urbain est réduit, tout comme celui des humains). J’ai pris un grand plaisir à tourner ses pages et me suis laissée emportée dans un monde merveilleux dans lequel l’évasion est totale !
Un grand bravo à Alissandre, j’attends donc la suite avec impatience !


Les points forts :

  • La mise en page du roman est très soignée et vraiment très agréable.
  • La mythologie mise en place est assez intéressante et rafraîchissante.
  • Un premier tome assez abouti pour un premier roman d’auteur et un roman fantasy destiné à la jeunesse
  • Un style d’écriture léger, agréable à lire, sans les lourdeurs que je reproche souvent au genre fantasy.

 

Les points faibles :

  • La couverture pas très jolie, je trouve les couleurs assez ternes.
  • Les personnages ne sont pas assez fouillés
  • l’intrigue au niveau de l’action manque de crédibilité dans la mesure où nos deux héros se tirent toujours trop facilement des mauvais pas qui se dressent devant eux.



D’autres avis sur Livraddict : Lady K et d’autres à venir sur la page BBM du livre :

Logo Livraddict

 

Commentaires

  1. Au vu de la couverture, j'avais d'abord cru que c'était un manga... La bourde ! Et ton avis ne me convainc pas assez pour que je le tente. Je passe donc :) 3 mai 2012 12:49

Laissez un commentaire

17 June 2019 06:40