Titanic 2012

Titre VF : Titanic 2012

Auteur : Christophe Lambert (France)

Publié initialement en 1999 aux Editions Hachette Jeunesse

Réédité aux Editions Gründ
Date de publication : 02 mars 2012

Genre : Jeunesse, Thriller

Pages : 265

 Prix :14,95 €
Commander sur amazonTitanic 2012

Note :  


Quatrième de couverture


 Atlantique Nord, 14 avril 2012.
Cent ans jour pour jour après le naufrage du Titanic, on inaugure un complexe sous-marin autour de l’épave restaurée du paquebot, à 3.800 mètres de fond. Budget énorme, technologies de pointe, sécurité maximale, contrôles tatillons, tout va bien se passer. Pourtant un doute subsiste : va-t-on réussir à conjurer la malédiction du Titanic ? 

Mon avis

Depuis le film de James Cameron sorti en 1999 avec Leonardo DiCaprio et Kate Winslet dans les rôles principaux, je suis fascinée par tout ce qui touche au célèbre paquebot, le Titanic. Je me souviens qu’à l’époque, j’achetais tout livre qui parlait du naufrage et je regardais tous les reportages qui passaient à la télévision.
Le 14 avril 2012, nous « fêtions » le centième anniversaire du naufrage. Pour cette occasion, j’ai eu l’envie de me plonger dans un récit qui me ramenait au coeur du Titanic. Pour ce faire, j’ai choisi Titanic 2012, le roman de Christophe Lambert qui, même s’il ne se passe pas en 1912, nous rappelle que l’orgueil de l’homme peut toujours nous mener aujourd’hui à revivre une catastrophe similaire…

A quelques jours des festivités du centième anniversaire du naufrage du Titanic qui va voir l’inauguration d’un complexe hôtelier sur le lieu même où repose l’épave à 3.800 mètres de pronfondeur, le conseiller en assurance, Paul Lomat, est contacté par une scientifique faisait partie du projet de la société Deep Blue Dream, Katherine Wells, qui lui fait part de ses doutes quant à la sécurité mise en oeuvre autour du projet hôtelier. Selon elle, les dômes protecteurs recouvrant le complexe et la proue du paquebot (totalement restaurée à l’identique) pourraient lâcher si la température de l’eau venant à atteindre les 3°. Si cela semble impossible que les eaux de l’Atlantique Nord aient une telle température à une telle profondeur, rien n’est moins sûr si une « cheminée thermique » venait à se constituer au-dessus des fameux dômes…

A.L’intrigue

A lire le pitch en quatrième de couverture, j’avais vraiment envie de me plonger dans ce récit. L’idée de base est vraiment intéressante : construire un mémorium sur les lieux même du naufrage où les gens auraient la possibilité de visiter la proue du paquebot complètement rénovée (pas l’arrière vu que la poupe a été complètement détruite). Ceci dit, il faut être courageux pour vouloir descendre à 3.800 mètres de profondeur, pour ma part je n’aurais jamais osé !

Dès lors que l’idée me plaisait et était finalement assez réaliste (et vu la mégalomanie de certaines hommes riches, je me dis que si c’était possible, il y en aurait bien un pour le faire), je suis entrée très facilement dans le récit.

Même s’il faut le temps pour que les choses se mettent en place, j’ai trouvé que l’auteur posait bien son cadre, permettant ainsi au lecteur de comprendre en quoi le projet n’était pas viable et très dangereux au niveau de la sécurité mais aussi de découvrir le fameux complexe (et même si on sait que c’est malsain de faire de l’argent sur une catastrophe qui a coûté la vie à des milliers de personnes, on ne peut s’empêcher d’être émerveillé…).

Puis, les choses se précipitent assez rapidement et là, on revit un nouveau drame, le Titanic va être une nouvelle fois le théâtre d’une catastrophe humaine où beaucoup de monde va périr.

J’ai adoré l’histoire, l’originalité du concept – qui étant donné l’orgueil et le culot des Hommes pourrait très bien se transformer en réalité ! – et également le suspense que l’auteur a su distiller dans son roman au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire. 

Cependant, même si l’histoire m’a beaucoup plus par son côté dynamique et rythmé, je ne suis pas non plus totalement convaincue.
J’ai trouvé que tout allait trop vite ! Là où James Cameron nous fait revivre le Titanic à 200 % dans son film, pendant une heure et demi avant le drame à travers l’histoire d’amour de Jack et Rose, ici,l’auteur initie aussi une romance mais celle-ci n’est pas du tout exploitée. Du coup, j’ai eu l’impression que tout se succédait à une vitesse éclair et à la joie de redécouvrir le Titanic rénové s’est vite substitué l’horreur d’une situation qui se répète pile un siècle après le premier drame. 

Le livre est peut-être un peu trop jeunesse pour moi. En tout cas, j’ai trouvé qu’il n’était pas assez fouillé et qu’on restait vraiment trop en surface. 

B. Les personnages

Malheureusement, aucun des personnages ne m’a fait frémir. Pour tout vous dire, on n’a pas vraiment le temps de s’y attacher, on ne sait rien de leur vie que ce qu’ils ressentent par rapport au Titanic et à l’ouverture prochaine du mémorium. Ils sont là pour vivre cette catastrophe tout simplement. 

Même si ce n’est pas le but, je ne peux m’empêcher de comparer le film de James Cameron au roman. James Cameron aurait pu faire un film où l’important serait la catastrophe en tant que telle mais non… Il nous a raconté une histoire dans l’histoire d Titanic, avec une histoire d’amour qui va porter le film, le rendre culte pour ce qui me concerne.

Je ne dis pas que j’attendais la même chose du roman de Christophe Lambert mais il montre bien les limites que l’on atteint rapidement quand on omet la dimension humaine de l’histoire en ne proposant pas au lecteur des relations plus approfondies et des personnages à qui on a le temps de s’attacher et qu’on ne veut absolument pas voir mourir…

Ici, l’auteur nous parle de plusieurs personnages que l’on va suivre : Paul Lomat, Kathetine Wells mais aussi Stirling Silliphant, le vieil homme rescapé du naufrage en 1912, la journaliste Vonda McCaffery ou encore le PDG de Deep Blue Dream, M. Hamilton et son fils Nathan.

L’auteur nous parle de tous ces personnages, amorcent des débuts de relation ou des relation conflictuelles, mais ne les exploitent pas jusqu’au bout. Personnellement, je trouve ça dommage car avec toutes les histoires qu’il entame dans ce récit en les survolant pour aller à une conclusion trop rapide, trop facile, le lecteur n’a pas le temps de s’attacher aux personnages et finalement se fiche complètement de ceux-ci quand malheureusement certains d’entre eux ne survivent pas au drame. On se demande même pour certains l’intérêt de les avoir intégrés au récit.

C. Le style de l’écriture

Le style de l’écriture est très dynamique, très rythmé et correspond bien au tempo du roman, avec des chapitres courts qui donnent envie de continuer, de lire un chapitre de plus pour ne pas pouvoir s’arrêter, avec le suspense qui monte et l’envie de savoir ce qui va se passer.

Il y a beaucoup de dialogues, ce qui rend le récit bien vivant, ce qui correspond évidemment à la narration, très rapide.

J’ai également aimé les annexes du roman, très à-propos, très pertinentes sur les dangers que nous courrons à penser que nous sommes à l’abri de tout, nous cacher derrière une technologie de pointe qui cependant ne restent pas sans faille. Il est dangereux pour l’Homme de croire qu’il peut dompter les forces de la Nature alors que celles-ci resteront toujours les plus fortes et trouveront toujours une faille pour nous rappeler que nous ne sommes que des grains de sable de passage sur cette Terre.

D. Conclusion

En bref, je dirai que ce petit roman de Christophe Lambert reste un très bon moment de lecture, agrémente de suspense, de stress et d’une pointe de nostalgie qui me donne envie de revoir le film de James Cameron encore une fois (et pourtant, je viens de le revoir, il y a 3 jours… Titanic, Oh Titanic, tu resteras mon film préféré à jamais !)

Même si je reste mitigée et que je suis assez déçue sur le développement des personnages car l’auteur avait matière à faire beaucoup mieux avec le panel de personnages qu’il nous présente, j’ai été séduite par l’originalité de l’histoire. L’auteur anticipe un projet qui pourrait être celui de n’importe quel mégalo, le fait avec brio, y met ce qu’il faut d’adrénaline pour faire battre notre coeur à toute vitesse en nous mettant bien évidemment face au danger et à la folie qu’un tel projet pourrait amener s’il était pour de vrai mis en chantier.

Un roman jeunesse, un peu trop jeunesse pour moi ceci dit, mais que j’ai pris plaisir à lire ! Je le recommande à toutes les personnes qui – comme moi – sont touchées par le drame du Titanic.



Les points forts :

  • Une intrigue originale, assez prenante et haletante.
  • Un style rythmé et dynamique, avec des chapitres assez courts, qui rendent bien le climat stressant de l’action.
  • Les annexes au roman, très intéressantes à lire et qui feront sans aucun doute réfléchir les jeunes sur les dangers de croire que notre technologie (peu importe l’époque) nous met à l’abri de tout.


Les points faibles :

  • Des personnages sans relief.
  • Le récit reste assez superficiel. On reste vraiment en surface (alors que bon, on est quand même censés être à 3800 mètres de profondeur !)


D’autres avis sur la page BBM du livre sur Livraddict : 

Logo Livraddict


Commentaires

  1. Moi qui adore les histoires qui tournent autour du Titanic, qu'elles soient romancées ou pas (et même si je trouve le film bof), et même si c'est un livre fort jeunesse, il me tente bien :) Merci de la découverte :) (si tu en as d'autres "en stock" à me conseiller de valables sur ce thème, je suis preneuse :D) Bonne journée 18 avril 2012 07:49

  2. Je me souviens avoir adoré le film, et ça a tendance à ma fasciner aussi , mais je n'ai jamais rien lu dessus , faudra que je tente ! 18 avril 2012 11:51

  3. Je suis comme toi, depuis que j'ai vu le film, je lis tout ce qui traite du sujet Titanic! Ta chronique est très bien faite et très intéressante, je sens que ce livre rejoindra bientôt ma PAL! ^^ Bon après-midi. 18 avril 2012 14:41

Laissez un commentaire

7 décembre 2014 12:53