La couleur de l’âme des anges

Titre VF : La couleur de l’âme des anges

Auteur : Sophie Audoin-Mamikonian (FR)

Publié aux Editions Robert Laffont – Collection « R » 

Date de publication : 05 janvier 2012

Sites Web à consulter : la page du roman sur facebook – N’hésitez pas à « liker » ! 

Genre : Jeunesse, Fantastique

Pages : 444

Prix : 17,90 €

Commander sur amazonLa couleur de l’âme des anges

Note

 


Quatrième de couverture

Sauvagement assassiné à 23 ans, Jeremy devient un Ange… et réalise avec effroi que l’on peut mourir aussi dans l’au-delà.
Pour ne pas disparaître, en effet, tout Ange doit se nourrir des sentiments humains et même… les provoquer !

Invisible et immatériel, Jeremy décide d’enquêter sur sa mort et tombe rapidement amoureux de la ravissante Allison, une vivante de 20 ans, témoin de son meurtre. Or l’assassin de Jeremy traque la jeune fille…

Jeremy parviendra-t-il à sauver Allison ? Sera-t-il capable de sacrifier ses sentiments et de vivre à jamais séparé d’elle ?


Mon avis

Encore une nouvelle saga de Sophie Audoin-Mamikonian à laquelle je succombe ! Cette auteure française a le don de m’emmener avec elle peu importe le monde dans lequel elle emporte son lecteur ! Après avoir ensorcelé des milliers d’ados avec la Sortcelière Tara Duncan, les avoir conquis avec le monde lycanthropique d’Indiana Teller, elle revient nous subjuguer avec des anges dans une mythologie tout à fait unique et revisitée

Jeremy se fait assassiner à l’âge de 23 ans, alors qu’il est à l’aube d’une carrière vertigineuse dans le monde des finances. Il devient alors un ange de couleur bleue et doit s’adapter à une nouvelle vie qui s’ouvre devant lui où les émotions humaines sont la base de tout : les anges s’en nourrissent mais s’en servent également pour se confectionner meubles et vêtements.

Avant de jouir de toutes les nouvelles possibilités que lui offre sa nouvelle condition, il tient avant tout à élucider le mystère de son assassinat. Cette enquête va le mener jusqu’à Allison, une jeune et belle fille dont il va tomber rapidement amoureux, qui va se retrouver menacée de mort par son tueur… Tiens donc, et si en fait Jeremy avait juste été au mauvais endroit au mauvais moment ?  

Il va m’être dur de trouver un seul défaut à ce roman tout simplement parce que j’ai A-D-O-R-E ! Sophie Audoin-Mamikonian s’impose encore avec La couleur de l’âme des anges comme une auteure incontournable de la littérature jeunesse francophone mais également comme une auteure de talent capable de surfer sur n’importe quelle vague et de réinventer un nouveau mythe de manière totalement unique et originale ! 
 

A. L’intrigue.

Dès le début du roman, je suis entrée assez facilement dans ce nouvel univers angélique revisité par Sophie Audoin-Mamikonian.  L’auteur pose les bases tout de suite, explique au lecteur, débarqué comme Jeremy dans cet inconnu, afin qu’il puisse trouver ses repères facilement et ainsi progresser dans l’intrigue sans se poser des questions sur l’univers qui l’entoure.

Ainsi, on apprend les différentes entre les anges bleus et les anges rouges, qu’ils doivent se nourrir des émotions humaines pour continuer à « vivre » dans le monde des anges, sous peine de disparaître, qu’ils peuvent façonner leur quotidien avec la « Brume » (= les émotions humaines) – fabrication de meubles, de vêtements,… et qu’ils peuvent même provoquer lesdites émotions afin d’interférer d’une façon ou d’une autre sur le monde des humains.

J’ai particulièrement apprécié la découverte de cette nouvelle mythologie angélique que j’ai trouvé très originale. J’ai pris plaisir à la voir évoluer. Au départ, les différences entre les anges bleus et rouges semblent tenues, on pourrait penser qu’il s’agit juste d’une préférence « alimentaire », que certains préfèrent se nourrir d’émotions négatives qui sont plus addictives que les émotions positives. Mais au fil du roman, un autre combat se profile peu à peu et j’ai aimé voir ce basculement s’opérer entre le Bien et le Mal et voir les conséquences des décisions angéliques sur l’Humanité. 

Ce livre m’a particulièrement séduit par son approche de la mort. En restant une fiction et rien de plus, j’ai néanmoins apprécié sa conception de la vie après la mort. Rien n’est simple, ce n’est pas plus facile que sur Terre, on retrouve toujours les mêmes difficultés à surmonter, les mêmes émotions avec lesquelles batailler : l’amour, la haine, la vengeance, le pouvoir,… 

Pour tout vous dire, jusqu’ici, il n’y avait qu’un seul roman relatif au sujet de la vie après la mort qui avait trouvé un écho assez significatif en moi, qui avait réussi à calmer cette peur tabou que nous connaissons tous mais dont nous ne parlons pas, à savoir la mort. Avec ce roman de Sophie Audoin-Mamikonian, j’ai retrouvé le même sentiment qui m’a envahi à la lecture des Thanatonautes de Bernard Werber, un livre qui m’avait donc énormément marqué à l’époque. La couleur de l’âme des anges, bien qu’adressé à un public plus jeune et n’abordant pas la mort de la même façon, m’a tout aussi marquée avec cette mythologie angélique qui nous permet d’envisager une nouvelle vie tout aussi endiablée que la première ! Et oui, l’enfer et le paradis, c’est toujours sur Terre qu’on le vit, dans cette dimension ou dans une autre 😀 !

Au niveau de l’intrigue à proprement parler, j’ai trouvé que celle-ci était assez rythmée, prenait le lecteur dans une telle frénésie, telle envie de savoir ce qu’il en retournait exactement qu’il était difficile de lâcher le roman. 

Il faut vraiment reconnaître à l’auteur une maîtrise parfaite du suspense car Sophie Audoin-Mamikonian arrive parfaitement à vous donner les détails nécessaires pour comprendre que quelque chose cloche avec tel personnage sans que le lecteur ne parvienne à mettre le doigt dessus. Certains aspects du livre restent prévisibles, mais d’autres non et les rebondissements surprennent le lecteur  plus d’une fois ! 

Bref, ce premier tome est pour moi une réussite au niveau de l’intrigue. Parfaitement menée d’un bout à l’autre, Sophie arrive à conclure ce premier opus de manière à laisser le lecteur penser que l’intrigue a été résolue et qu’une suite n’est pas nécessaire mais en même temps insuffle dans son récit des éléments suffisants pour attiser l’envie du lecteur de voir l’intrigue se poursuivre dans un second tome… 
 

B. Les personnages.

Encore un point que j’ai aimé dans ce roman, surtout le personnage de Jeremy et cela n’a rien à voir avec le fait que mon chéri/fiancé soit un Jérémy aussi :D. 

Jeremy était, de son vivant, un génie de la finance qui ne vivait sa vie qu’à travers son travail. Il n’avait pas le temps pour autre chose, en particulier pour l’amour. Et au début du roman, ce côté très bosseur se ressent énormément car on sent Jeremy assez désœuvré. Il se demande vraiment ce qu’il va faire de sa vie Mort maintenant qu’il ne doit plus penser à aller bosser tous les jours !

Sa première impulsion est de comprendre ce qu’il lui est arrivé. Ce n’est en effet pas commun de se faire décapiter en pleine rue dans NY avec un sabre ! Pour ce faire, il se rend auprès de sa famille car il est persuadé que c’est son beau-père qui a voulu l’éliminer. Mais en approchant cette famille qu’il ne voyait plus, il va se rendre compte qu’il est passé à côté de sa demi-soeur, Angela… Cette demi-soeur avec qui il a mis intentionnellement de la distance mais qui malgré tout aime son grand frère d’un amour inconditionnel. 

Cette relation « manquée » du vivant de Jeremy m’a beaucoup séduit, m’a touchée. La prise de conscience de son amour pour elle et la peine, la tristesse d’Angela suite au décès de son frère sont vraiment des moments bien retranscrits sur le papier et très touchants.

Ensuite, en suivant son meurtrier, Jeremy va faire la connaissance de Allison, une jeune femme qui va chambouler toute son existence. Il va se rendre compte grâce à elle à quel point il est passé à côté de l’essentiel dans sa vie.  En observant la jeune femme, il va vite tomber amoureux d’elle, un vrai coup de foudre.

Si d’habitude je ne suis pas amatrice des coups de foudre, des feux de paille qui prennent en deux secondes dans les relations amoureuses qui se mettent en place dans les romans, ici j’ai bien aimé voir Jeremy s’éprendre de cette fille dont il « espionne » les moindres gestes et surtout de comprendre ce qu’il a perdu à toujours courir après la réussite professionnelle. 

Sinon, on sent rapidement à quel point Jeremy a un rôle important à jouer dans cet univers angélique, le fait qu’il s’adapte plus facilement à sa nouvelle condition que les autres anges n’y étant pas pour rien. Ceci dit, on n’arrive cependant pas à mettre le doigt sur ce rôle important avant de passer la seconde moitié du roman… Sophie arrive à garder le suspense jusqu’au bout, ne lâchant qu’un détail de ci de là laissant penser au lecteur que Jeremy n’est pas un ange comme les autre.

Le personnage d’Allison est, je trouve, moins bien fouillé que celui de Jeremy. Elle est beaucoup moins réfléchie que lui, fonce dans le tas sans penser aux conséquences de ses actes. 

Bien qu’animée par une envie de bien faire et d’aider les humains à combattre ce satané fléau qu’est le cancer, elle est aveuglée par la vengeance. Ses réactions sont donc très agaçantes. On en arrive d’ailleurs à se demander comment quelqu’un d’aussi calme et réfléchi que Jeremy arrive à la supporter et à l’aimer autant.

Les personnages secondaires qui accompagnent nos deux héros à travers l’histoire sont tout aussi importants.  

Ce qui est amusant quand on joue avec un univers angélique, c’est de donner à un illustre personnage une nouvelle personnalité ! C’est ainsi que Sophie redonne un « petit coup de jeune » à Albert Einstein dans ce premier tome. Albert qui s’avère être un ange tout aussi intelligent que dans sa vie, toujours animé par cette envie de comprendre le monde qui l’entoure. De plus, le personnage s’avère assez attachant, assez drôle et aide énormément Jeremy à prendre ses marques dans ce nouvel univers.

Les deux personnages qui m’ont le plus dérangés sont évidemment Flint et Lili, ces deux vieux anges qui sont particulièrement gentils avec Jeremy. Trop gentils pour être honnêtes, voilà la pensée qui me revenait sans cesse dès qu’il s’agissait d’eux dans le roman. Ceci dit, comme je l’ai déjà précisé plus haut, si cette sensation de malaise grossissait à chacune de leur apparition, je n’arrivais pas à mettre le doigt sur ce qui me faisait dire que ces deux personnages n’étaient pas ceux qu’ils voulaient faire croire. Ce n’est qu’à la fin que j’ai compris, j’ai même anticipé la vérité sur l’un d’eux. L’intrigue que mène Sophie autour de ces deux personnages est rondement menée. Sophie fait fort, très fort même !

C. Le style de l’écriture.

L’écriture de Sophie Audoin-Mamikonian est toujours aussi agréable, aussi fluide.  Les descriptions sont justes bien dosées, ni trop longues ni trop courtes, parfaites pour nous faire ressentir l’atmosphère de roman. Une fois pris dans le tourbillon de sensations procurés par le roman, il se lit assez vite en raison d’une écriture très rythmée et dynamique.

On saluera également le soin apporté au titre des chapitres qui rappellent constamment au lecteur  le leitmotiv du roman, à savoir les sentiments humains.  Les chapitres ni m’ont parus ni trop long ni trop courts, bien équilibrés comme le tout.

D. Conclusion.

Encore une réussite pour cette auteure jeunesse de talent. Qu’elle nous emmène dans un monde magique avec Tara Duncan, dans les batailles lycanthropiques avec Indiana Teller ou dans le monde aussi mystérieux que dangereux des anges, Sophie Audoin-Mamikonian arrive à nous embarquer avec elle dans son imaginaire débordant dont on ressort toujours conquis. 

Pour moi, La couleur de l’âme des anges est la série de l’auteur la plus aboutie que j’ai lu jusqu’ici. J’aime toujours autant Tara et Indiana mais avec ce roman, elle me touche encore plus particulièrement et sur un terrain où ses deux autres sagas ne peuvent rivaliser (celui de la réflexion sur la vie après la mort, un sujet qui me tient tout particulièrement à coeur).

Un coup de coeur indéniable pour un univers hors du commun, original, sur une façon de parler des sentiments humains et de les transposer dans un monde qui nous échappe totalement. Chapeau bas l’artiste !  

 

Les points positifs :

  • Une mythologie angélique assez novatrice, originale et unique en son genre.
  • Une conception de la vie après la mort qui m’a séduite, a trouvé un écho en moi comme B. Werber l’avait fait il y a une dizaine d’année avec Les Thanatonautes.
  • Une intrigue assez rythmée qui tient le lecteur en haleine pendant tout le roman, avec ses non-dits qui se devinent mais ne se dévoilent qu’au moment opportun.
  • Un style rythmé et fluide qui apporte une dynamique rapide dans la lecteur : on tourne les pages sans s’en rendre compte !
  • Une nouvelle collection « R » qui débarque avec un titre fort ! ça promet pour la suite 🙂

Les points négatifs :

  • Le personnage de Allison qui par ses réactions irréfléchies commandées par la vengeance est assez agaçante !
  • Une attente trop longue pour le second tome qui sortira en janvier 2013… en espérant que le monde tourne toujours d’ici là ! 😀

 

D’autres avis sur Livraddict : Mycoton32, ilnyak1pas, karline05, Phooka, Galleane, Archessia, Bubblegirl, Lanyla  et encore plus sur la page BBM du livre :

Logo Livraddict 

 

Commentaires

  1. Qu'est-ce qu'il me tente celui-là ! La chronique de Mycoton avait déjà retenu mon attention, la tienne confirme cette première impression. Je pense qu'il va très vite rejoindre ma PAL ! 20 janvier 2012 21:10

  2. J'ai moi aussi adoré et comme toi Allison m'a un peu agacée bien que je puisse comprendre certaines de ses réactions! L'attente va être longue .... 21 janvier 2012 20:46

  3. J'ai tout à fait retrouver mon ressenti dans ton analyse, j'ai beaucoup aimé cette histoire et j'ai lu ce roman pratiquement d'une traite. L'univers est vraiment riche et prometteur, les personnages sont attachants mêmes si Allison est horripilante par moment et l'intrigue est vraiment prenante. 22 janvier 2012 14:44

  4. Ce livre me tente bien. Ma mère m'a ramené l'extrait gratuit l'autre jour et j'ai plutôt apprécié! 22 janvier 2012 15:32

  5. Pour ma part je ne suis moins enthousiaste ! Bien qu'il soit sympa à lire j'ai trouver dès le départ l'idée tirer par les cheveux, presque grotesque et seul la fin m'as vraiment charmer, plus de rythme, plus de tous en faite ! Mais je lirais le deuxième puisque je ne vais pas le renier, j'ai quand même bien appréciait ! 1 février 2012 20:28

  6. Bonjour Jess, je te "connaissais" en tant que membre de la team Livraddict, je découvre aujourd'hui ton blog avec beaucoup de plaisir :) Concernant ce livre, les quelques chroniques que j'ai pu lire m'ont vraiment donné très envie de le lire, j'aime bien l'idée d'une réflexion inédite sur la vie après la mort, et ce serait l'occasion de découvrir l'auteur. 7 février 2012 21:22

  7. Très belle chronique, moi aussi j'ai beaucoup aimé ! PS : je viens de découvrir ton blog via facebook et il est vraiment très accueillant et j'adore son design bravo à toi =) 15 février 2012 14:26

Laissez un commentaire

22 October 2018 06:12