Kate Daniels, tome 1 : Morsure magique

Titre VF : Kate Daniels, tome 1 : Morsure magique
Titre VO : Magic bites
Auteur : Ilona Andrews

Traduction de Sara Doke

Publié aux Editions Milady

Date de publication : 1ère éd. : janvier 2009 – 2ème éd. : 18 novembre 2011


Sites Web à consulter
: Milady, blog de Milady, page FB Milady, Twitter Milady, Site de l’auteur, page FB de l’auteur

Genre : Bit-Lit
Pages : 338

Prix : 7 €

Commander sur amazonKate Daniels, Tome 1 : Morsure magique

Note

Quatrième de couverture.

À Atlanta deux réalités s’opposent : celle de la technologie et celle de la magie.

Pendant une vague magique, les mages sauvages lancent leurs sorts et des monstres apparaissent, les armes à feu refusent de fonctionner et les voitures ne démarrent plus. Puis la vague se retire aussi vite qu’elle est venue en laissant derrière elle toutes sortes de problèmes paranormaux. Nous vivons une époque dangereuse. Mais dans le cas contraire, je serais au chômage. Quand les gens ont des ennuis qui relèvent de l’occulte et que la police ne veut ou ne peut pas régler, on fait appel aux mercenaires de la magie comme moi. Mais quand un nécromancien anéantit la seule famille qui me reste, je n’attends plus les ordres et je dégaine mon sabre.


Mon avis.


 Cela faisait un moment que cette saga me faisait de l’oeil, j’ai profité de la ré-édition des tomes au mois de novembre 2011 pour me laisser tenter et découvrir peut-être une nouvelle copine bit-lit. Première impression ? Kate a un caractère bien trempé et est assez têtue, pour un début, je trouve ça plutôt pas mal :)

Kate vit à Atlanta où deux réalités se mêlent : la première « technologique » qui est à peu près semblable à notre monde et l’autre « magique » dans laquelle la magie supplante tout (plus d’électricité, les voitures ne roulent plus,…) et durant laquelle les créatures qui tirent leur pouvoir de son essence sont toutes puissantes.
Dans ce paysage terrifiant, Kate est une humaine dont le boulot est  de régler les ennuis survenus au cours de ces fameuses vagues magique. Kate est, ce que l’on appelle, une mercenaire de la magie.

Son petit monde va soudain s’écrouler lorsqu’une créature magique va assassiner son mentor, Le Protecteur Divin, Greg Feldman. Kate n’a alors plus qu’un idée en tête : armée de Slayer, son épée magique, elle veut retrouver l’assassin et venger la mort de la personne qui constituait sa seule famille.

Autant vous le dire tout de suite, j’ai mis du temps à entrer dans l’histoire et à apprécier l’univers – pourtant très riche – de Ilona Andrews. La raison ? Après avoir souffert avec Mortilège, j’aspirais à un livre léger et sans prise de tête, qui se lit facilement et j’ai pensé qu’un roman bit-lit répondrait parfaitement à cette attente…

Cependant, force est de constater que la saga Kate Daniels représente un petit électron libre dans l’univers bit-lit que j’ai l’habitude de côtoyer. Jusqu’ici, j’ai découvert des sagas très faciles à lire, où les univers étaient relativement bien expliqués dans le départ (par exemple, la Confrérie de la Dague Noire, avec son lexique et malgré ses 500 – 600 pages qui se lisent très vite !). Ce ne fut malheureusement pas le cas ici – c’est peut-être le seul gros reproche que j’ai à faire à cette saga -, où Kate met énormément de temps à nous expliquer dans quel monde elle vit.

Du coup, j’ai eu de nouveau l’impression de me retrouver complètement perdue dans un monde qui n’est pas le mien, sans guide pour l’appréhender et rendre ainsi le voyage plus agréable. C’est toujours plus facile quand on sait à l’avance dans quel foutoir univers on met les pieds. 😀

Surtout qu’il convient de reconnaître que la mythologie présentée par l’auteure est vraiment unique et très spéciale.  Les vampires, s’ils mordent toujours pour leur survie, sont avant tout des « marionnettes » dirigées par les nécromanciens, les Changeformes sont des créatures dangeureuses regroupées sous l’autorité d’un Seigneur des Bêtes, peu importe qu’ils soient rats, loups, chats,…


Cette plongée dans un monde inconnu qui s’est d’abord révélée hasardeuse au vu du peu d’informations lâchées par Kate s’est finalement ouvert à moi dans toute sa splendeur au gré de ma lecture. Contrairement à ma précédente lecture où l’absence d’explications m’a fortement gênée, voire bloquée, ici je me suis laissée portée par la découverte, prenant chaque petit détail lâché par Kate au fil des pages pour les attacher avec les autres déjà recueillis, j’ai pu ainsi assemblé le puzzle de ce monde qui m’est alors apparu comme très original, riche et dense.


Il faut s’accrocher certes au début pour comprendre les organisations en place, savoir qui est qui (j’ai mis du temps à comprendre que le « Peuple » faisait référence à la communauté vampire), mais une fois qu’on a pris le rythme et que tout se met en place, c’est un régal, un moment de pur bonheur à lire !

Ce que j’ai particulièrement aimé également, c’est le fait que la relation amoureuse que l’on devine entre les deux personnages principaux prend son temps pour son construire, mais surtout à aucun moment celle-ci ne prend le dessus sur l’intrigue principale, sur l’enquête que mène Kate à propos du meurtre de Greg. On sent que Kate reste toujours focalisée sur son objectif principal, même si elle n’oublie pas qu’elle reste une femme.  


D’ailleurs, la relation amoureuse dont je parle en est à ses balbutiements, Kate et Curran ne se rendant encore même pas compte qu’ils sont vraiment attirés l’un par l’autre… Et c’est ça que j’aime dans la romance, quand elle prend son temps, quand les deux personnages se cherchent, se titillent sans pourtant se fondre l’un dans l’autre dès les premières pages !

L‘enquête est – quant à elle – assez intéressante et j’ai pris énormément de plaisir à suivre les réflexions de Kate qui l’amèneront à découvrir le coupable. Pour une fois, je ne reprocherai pas un défaut de prévisibilité au récit car je n’ai rien vu venir pourtant c’était gros comme une maison ! Mais l’auteur arrive à noyer le poisson, de sorte qu’on en vient à suspecter tout le monde !

Côté personnages, j’ai été vraiment séduite par les personnalités mises en avant par le récit.

Tour d’abord, Kate, notre héroïne, notre narratrice. Malgré quelques vulgarités pas très jolies sorties de la bouche d’une femme, j’ai trouvé que Kate était le genre d’héroïne à laquelle je pouvais aisément m’attacher et considérer comme une bonne copine.

Même si elle est aux antipodes de mon trio de copines bit-lit préférées (à savoir Sarah Dearly, Betsy et Georgina), Kate ne se soucie pas vraiment de ses vêtements, des chaussures, du shopping en général ou d’autres frivolités – qui sont aussi chères à Sarah et Betsy qu’à Becky, l’accro du shopping – ni des hommes comme notre succube préférée Georgina sans se laisser aller pour autant dans une vie de célibataire endurcie !

Non, Kate est plus terre à terre, elle est mercenaire de la magie et qu’on le sache, il n’est pas bon de vouloir se frotter à elle, car on n’est pas sûre d’en réchapper indemne ! J’ai beaucoup aimé son côté très indépendant, de femme qui s’assume complètement seule et ne se laisse pas embarquer dans n’importe quel travail si elle sent qu’il n’est pas fait pour elle. Elle a un problème avec l’autorité mais en est consciente, préférant travailler de son côté en acceptant des contrats « freelance » de la Guilde des mercenaires.

De plus, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, fait preuve d’une répartie à toute épreuve et ce, peu importe qui se trouve devant elle, réalisant parfois un peu tard qu’elle aurait mieux fait de se taire ! J’aime beaucoup sont côté rentre dedans, Kate n’a pas peur de se mouiller et de se lancer dans la bataille en pensant qu’elle pourrait abîmer une paire de chaussures (les siennes se nettoient parfaitement à l’eau de javel !) ou encore à se casser un ongle. Elle prend des risques, elle connaît parfaitement le monde magique et les créatures qui le peuplent et n’hésite pas à utiliser les codes spécifiques de ces créatures pour gagner leur confiance.

C’est une héroïne qui a beaucoup de caractère, assez têtue mais responsable. Sa vie ne tourne pas autour des hommes, elle a d’autres priorités même si elle ne dit pas non à une histoire de temps à autre. J’espère d’ailleurs que ce côté sera plus mis en avant dans les prochains tomes sans pour autant qu’il dénature sa personnalité qui fait d’elle une femme d’exception.


Par contre, comme je suis une effroyable curieuse, je n’ai pas trop aimé qu’on laisse planer le doute de cette façon sur la nature de Kate. On sait qu’elle est humaine mais pas que… Et c’est ce petit « mais pas que » que j’aimerais bien découvrir. Cela m’a tenu durant toute la lecture du premier tome et j’espèrais que l’affaire serait déballée en fin de tome mais que nenni ! Ilona Andrews a décidé de tenir le suspense jusqu’au prochain tome (en espérant que… mais toujours pas sûre qu’on aura la réponse ^^).

J’ai également aimé Curran, le Seigneur des Bêtes. Voilà le genre de mâle qui me fait fantasmer. Beau comme un Dieu, une poigne de fer, un charisme énorme, une répartie tout aussi frappante que Kate… Bref, un mâle quoi ! Et un mâle comme on les aime :)

Au début, il m’est apparu comme quelqu’un de très prétentieux, imbu de sa personne mais au fil de la lecture, il s’adoucit pour montrer un côté plus doux, plus humain où on sent vraiment qu’il tient aux personnes dont il est responsable via son statut de Seigneur des Bêtes mais également à Kate.

Leur relation n’en est pas encore une : ils se cherchent l’un l’autre, se titillant, n’arrêtant pas de répéter combien l’autre l’agace…  J’espère voir cette relation évoluer positivement au fil des tomes. J’aime en tout cas l’approche de l’auteur qui laisse le temps à ses personnages de s’appréhender sans se brusquer. 

Au niveau du style de l’écriture, j’ai trouvé que l’auteur prenait plus le temps de poser le cadre, ce qui en résulte donc un côté plus descriptif que dans d’autres sagas bit-lit. Mais globalement, les descriptions sont fluides et ne ralentissent pas le rythme de la lecture ni la fluidité du texte, donc elles ne m’ont pas particulièrement gênée. La mythologie est plus complexe qu’ailleurs, plus sombre aussi et il convenait d’avoir un style qui s’adapte à cet état, et non quelque chose de trop léger qui n’aurait cadré ni avec l’héroïne ni avec l’univers.

On regrettera cependant quelques vulgarités (dans la traduction uniquement ?) de la bouche de Kate qui m’ont gênées. Je n’ai rien contre une héroïne qui jure (avec merde ou putain, je suis malheureusement habituée de prononcer ces mots spontanément quand quelque chose m’énerve)  – d’ailleurs, je n’ai pas le souvenir que Kate jure dans le texte – mais je déteste voir une femme dire « baiser » par exemple.  Mais heureusement, ces passages vulgaires restent assez rares dans le roman.

En conclusion, ma plongée dans l’univers de Kate Daniels s’est finalement bien passée, pourtant c’était pas gagné… au vu de ma lecture précédente (rappel : Mortilège) et vu que l’univers me paraissait assez brouillon et de nouveau mal expliqué, j’ai failli lâcher le roman pour commencer quelque chose de plus léger. 

Je ne regrette cependant pas d’avoir continué et persisté dans cette lecture car au final, je suis conquise par cet univers assez original, cette héroïne au caractère bien trempé et cette relation naissante qui se laisse découvrir sans pour autant prendre toute la place par rapport à une intrigue intéressante et bien menée.

Je vous invite donc à découvrir Kate au plus vite, vous ne le regretterez pas !



Ce que je retiens de ma lecture :

EN + : Une mythologie assez innovante, originale et riche, un personnage principal auquel on s’attache, une relation naissante entre Kate et Curran très bien amenée, qui ne prend pas le dessus sur l’action mais qu’on a envie de voir évoluer dans les prochains tomes.

EN – : Un univers de prime abord assez brouillon où tout n’est pas correctement expliqué dès le départ.

D’autres livraddictiens l’ont lu et ont donné leur avis (liens amis uniquement ) : Heclea, deliregirl1, Bambi_slaughter, Ch0u:), Azariel87, petit-lips,  Thalia, Karline, Mycoton et d’autres à venir sur la page BBM du livre :

Logo Livraddict

Commentaires

  1. Ravie que tu ai aimé ce premier tome ! :D Le tome 2 est tout aussi bon, voir meilleur ! Tu me donnes envie de m'attaquer au tome 3 maintenant :O. 29 décembre 2011 19:31

  2. Ce qui m'avait énervé dans ce premier tome c'est le découpage des chapitres, complétement raté selon moi :S Mais bon, j'adore Kate, j'adore Curran et le T4 a été un coup de cœur !! 29 décembre 2011 20:51

  3. @My : tu as parfaitement raison pour les chapitres, j'ai oublié d'en parler mais ils sont vraiment trop longs. 29 décembre 2011 21:11

  4. Vivement que je me lance dedans, j'en est encore plus envie en ayant lu ton avis. 29 décembre 2011 21:53

  5. Kate Daniels fait partie de mes héroïnes bit-lit préférée. Je suis ravie qu'elle t'ait plu. J'adore ce personnage, Curran et leur univers. Comme le fait remarquer My, le tome 1 est vraiment mal découpé heureusement que ça s'arrange dans les autres tomes qui sont encore mieux ! 3 janvier 2012 19:22

  6. Je ne connais pas du tout ce roman de bit-lit mais ta chronique me donne envie, surtout si les légers défauts du premier tome disparaissent dans les suivants ! 28 février 2012 21:23

  7. Wouhw aussi bien ? je cherche le tome 1 à prix raisonnable ! 24 septembre 2013 02:53

Laissez un commentaire

31 juillet 2016 04:40