Possession : Contrôler ou être contrôlé

Titre VF : Possession : Contrôler ou être contrôlé ?

Titre VO : Possession

Auteur : Elana Johnson (USA)

Traduction de  Sylvie Cohen

Publié aux Editions Michel Lafon

Date de publication : 13 octobre 2011

Sites Web à consulter : Site de l’éditeur, blog de l’auteur, Twitter de l’auteur, page facebook du livre, page facebook de Michel Lafon Jeunesse


Genre :  Jeunesse, Dystopie

Pages : 378

Prix : 15.95 €

Commander sur amazonPossession : Contrôler ou être contrôlé

Note
 

Quatrième de couverture.

Dans le monde de Violette, personne n’imagine transgresser les règles des Penseurs. Eux seuls décident des lois et ont le pouvoir d’influencer les esprits. Mais Violette refuse de se soumettre.

Alors qu’un soir de couvre-feu, elle rend secrètement visite à Zenn, celui qu’elle aime depuis toujours, elle est envoyée en prison. Là-bas, elle fait la connaissance de Jag, un membre actif des Rebelles. Elle va vite comprendre que ce jeune homme aussi mystérieux qu’irrésistible peut la conduire vers de nouveaux horizons affranchis de l’esprit des Penseurs.

Mais elle découvre également le prix de la liberté. Violette saura-t-elle affronter la vérité sur les siens ?


Mon avis.

Une nouvelle dystopie ! Mon coeur n’a fait qu’un tour à l’annonce de la sortie de Possession chez Michel Lafon, et ce d’autant plus qu’il faut bien avouer que la couverture est juste sublime !

J’ai donc foncé sur cette lecture sans me poser de question, la dystopie jeunesse était un genre que j’affectionne tout particulièrement.

Cependant, comme il fallait bien une exception pour confirmer la règle, malheureusement entre le roman de Elana Johnson et moi-même, ce ne fut pas la super rencontre attendue… que du contraire.

Violette ne veut pas être contrôlée, elle veut diriger sa vie et faire ce qu’elle veut et être avec qui elle veut, soit son meilleur ami Zenn dont elle est folle amoureuse.

Un soir, alors qu’elle se balade avec Zenn, elle se fait arrêter et est emmenée en prison où elle rencontre Zag, un jeune rebelle qui va bouleverser sa vie et l’emmener hors des sentiers battus pour découvrir l’envers du décor d’un monde dans lequel elle refusait déjà de se fondre. Mais ce voyage l’amènera-t-elle là où elle veut être et surtout est-elle prête à supporter le poids des révélations qui lui seront faites en cours de route ?

 Je partais optimiste à la découverte de ce nouveau monde dystopique mais j’ai vite déchanté quand je me suis aperçu que notre narratrice, Vi, partait du principe que le lecteur connaissait son monde et donc tous les termes y rattachés… Alors, forcément quand on vous explique qu’il y a des Penseurs, des Loyaux, de la Tech et Dieu sait encore quelle bizarrerie qui n’a pas cours dans votre monde à vous, ben forcément la première impression qui vient, c’est : « Au secours, je suis perdue ! ».

Au début, je reste cependant optimiste, même si je me dis que ce n’est pas normal qu’on nous balance dès la première page tous ces termes sans rien en expliquer en me disant « ça viendra »… Oui, mais voilà, ça… viendra pas ! Et la frustration monte, monte, monte !

Du coup, étant focalisée sur les éléments que je ne comprends pas et pourtant nécessaires à la compréhension de l’intrigue, j’ai l’impression d’avancer dans le noir absolu.  L’histoire avance, s’enchaîne sans que j’arrive à assembler les pièces du puzzle et j’ai même parfois l’impression qu’il manque des pièces tellement le passage d’un paragraphe au suivant me semble saugrenu, illogique et vraiment pas clair.

Pourtant, Elana Johnson a des idées et plein d’idées : un monde gouverné par des règles étranges où les Penseurs sont les seuls à pouvoir édicter les normes qui devront être suivies par tous, où d’autres manipulent le peuple en influant sur leur esprit et où on vous oblige à vous connecter à une sorte de réseau qui vous sérine une série de préceptes qu’il vous faut suivre.

On ne peut pas reprocher non plus à l’auteur son sens du rebondissement vu qu’elle m’a surprise à de nombreuses reprises en donnant un tournant à son histoire que je n’avais pas vu venir…

Il y avait donc de quoi faire un bon roman mais voilà les idées sont mal exploitées, trop abruptement comme un diamant qu’on aurait oublié de tailler et qui donc n’offre pas la beauté resplendissante à laquelle tout le monde s’attend. On a l’impression que le cerveau de l’auteur bouillonnait sous un tas d’idées intéressantes mais qu’au moment où elle a voulu les coucher sur le papier, tout s’est embrouillé. Il manque du liant entre les idées, des explications nécessaires à la compréhension du monde et sans cela, malheureusement le lecteur n’accroche pas… bien du contraire, il décroche, ne rentre pas dans l’histoire et suit de manière distante son court sans appréhender l’intrigue à sa juste valeur. 

Côté personnages, là encore je suis déçue. Aucun n’a su éveiller mon intérêt pour rehausser un peu le tout en donnant de la couleur au roman par sa personnalité de feu. 

Vi (Violette)
m’a franchement agacée tout au long du roman. Je n’ai pas aimé son côté girouette dès qu’il s’agit des garçons : un coup, elle aime Zenn, un autre Jag… ce petit cirque est vite devenu saoulant.  Du coup, entre ses hésitations perpétuelles entre les deux garçons, le fait qu’elle change d’avis dès qu’un nouveau élément est porté à sa connaissance pour encore le remettre en cause par la suite, je n’ai rien trouvé de très attachant dans ce personnage qui aurait pu me plaire par son côté anti-conformiste, rebelle et grande gueule. 

Les deux autres protagonistes de l’histoire ne m’ont pas plus séduite : Jag qui tombe amoureux comme une fleur de Violette à la première seconde où il la voit tout en affirmant tout aussi solennellement qu’il ne lui fait pas confiance, qui lui cache des choses (et donc à nous, lecteur aussi, du coup !) ne m’a pas réellement plu. Au contraire, pourtant chef des rebelles, je l’ai trouvé insipide et plutôt suiveur que meneur.

Quand à Zenn, je n’ai jamais réussi à savoir s’il faisait partie des bons ou des méchants. Le personnage est effleuré qu’à travers Vi la plupart du temps et les moments où il apparaît réellement dans l’histoire n’ont pas été assez nombreux pour me permettre de me faire une idée sur le personnage.

L’écriture d’Elana Johnson, quant à elle, est assez fluide et rythmée. Cependant,  on notera que si l’auteur est assez brouillon dans la façon d’exprimer ses idées, elle l’est également dans la façon de rédiger. Il y a des passages que j’ai du relire deux fois pour être sûre de bien suivre le déroulement des évènements… 

En conclusion,  Possession est, pour moi, une déception, l’exception qui confirme la règle par rapport à mon intérêt grandissant pour les mondes dystopiques. Si l’auteur avait pris le temps de poser son univers, le tout serait sans doute mieux passé, j’aurais sans doute pu apprécier cette lecture et mon avis serait sans doute différent aujourd’hui. Les idées sont là mais mal exprimées, c’est dommage. Il manque vraiment des pièces au puzzle de ce monde pour que je puisse comprendre toutes les finalités, les enjeux… mais voilà, certains passages, voire chapitres me sont passés complètement à côté (ex. la simulation).

Et que dire de la fin… J’ai lu sur certains blogs que certaines la trouvaient époustouflante. Ce n’est pas mon avis. Sans spoiler, je dirai juste que j’ai eu l’impression de perdre mon temps, comprendra qui l’aura lu !

Un livre compagnon est prévu. Le lirai-je ? Peut-être car on ne sait jamais, peut-être que toutes les questions qui n’ont pas trouvé écho dans Possession seront résolues ! Eh oui, je suis et resterai une éternelle optimiste.

Ce que je retiens de ma lecture :

EN + : De belles idées très intéressantes…

EN - : mais qui sont très mal exploitées. Le lecteur a l’impression d’être abandonné dans un monde qu’il ne connaît pas et qu’il n’y a personne pour venir l’aider, ne serait-ce que pour lui apprendre les bases de la langue parlée dans cette curieuse contrée.



D’autres livraddictiens l’on lu (liens « amis ») : Liliebook, FrenchDawn, karline05, Mycoton32, paikanne, Korto, fangtasia, Tsuki, Galleane et d’autres à venir sur la page BBM du livre :

Logo Livraddict

 

 

 

Commentaires

  1. On a vraiment la même opinion sur le roman ^^" 23 octobre 2011 20:31

  2. Je n'avais pas postulé pour ce livre en partenariat, car il me tentait "bof" et que je préférais attendre d'avoir des avis avant de me lancer... à la lecture de ta chronique, j'ai bien fait de passer mon tour... bonne soirée 23 octobre 2011 20:36

  3. Je l'ai gagné à un concours alors s'il me fait le même effet qu'à toi, je ne serai pas trop déçue... mais c'est dommage car le résumé était alléchant (tout comme la couverture!) Merci pour ton avis détaillé ! 23 octobre 2011 20:45

  4. Visiblement, ce livre ne trouve pas son public dans la blogosphère... Je tenterais quand même pour me forger ma propre opinion. 23 octobre 2011 20:46

  5. Visiblement on a un avis similaire sur le sujet... Moi aussi, au début, j'ai enchaîné les chapitres en me disant "ce n'est pas possible à un moment donné on va bien nous donner des explications"...et non. Il y a même un passage entier, vers la fin, que je n'ai absolument pas compris. Grosse déception aussi, donc. 24 octobre 2011 11:12

  6. J'avais vraiment envie de le lire mais je lis tellement d'avis négatifs que, finalement, je préfère passer mon chemin. Surtout que la dystopie est un genre pour lequel mon coeur balance. J'ai lu des romans qui m'ont beaucoup et d'autres moins ! 1 novembre 2011 20:10

Laissez un commentaire

29 juin 2014 01:54