Au sortir de l’ombre

Titre VF : Au Sortir de l’Ombre

Auteur : Syven (France)

Publié aux Editions du Riez dans la Collection Brumes Etranges

Date de publication : 11 janvier 2011


Sites Web à consulter : Site de l’éditeur, Blog de l’auteur,

Genre : Fantastique

Pages : 413

Prix : 22,90 €

Commander sur amazon : Au sortir de l’ombre

Note



Quatrième de couverture.


Londres, 1889. La guilde d’Ae protège les aethrynes depuis des siècles pour qu’elles se consacrent à leur tâche : garder piégés dans leur ombre de sinistres monstres avides de massacre, les gothans. Lorsque la secte des némésis s’attaque à ces prêtresses, l’organisation est ébranlée par la traîtrise de plusieurs agents d’importance. Les traqueurs William, Christopher et Heinrich, qui sont chargés de la protection de lady Eileen pour une nuit, n’imaginent pas les enjeux de la chasse dont ils feront bientôt l’objet. Mais dans l’ombre d’Eileen, attentif, « Il » sait ce qui est sur le point de se jouer.

Mon avis.

Voilà un livre que j’avais peur de commencer… Cette crainte provenait avant tout du fait que je trouvais l’histoire assez mystérieuse, assez compliquée vu ce qui est présenté en quatrième de couverture. Après moultes hésitations, je me suis jetée à l’eau et au final, même si quelques petites choses m’ont déplu, je garde un bon souvenir de cette lecture et en tout cas, je lève mon chapeau bas à l’auteur qui signe ici un premier roman de qualité !

 Londres, 1889. Les Aethrynes, des jeunes femmes formées à une mission à laquelle elle consacreront leur vie, gardent en leur ombre des monstres assoiffés de sang, les Gothans, désirant plus que tout être libérés pour accomplir des massacres pour rassasier.  Elles sont secondées par des agents de la Guilde d’Ae qui veillent, entre autres, à leur sécurité…

En ces temps troubles, la situation se complique lorsque plusieurs agents de la Guilde retournent leur veste pour s’allier à une secte, les Némésis, auxquels on promet éternité et pouvoirs. Entre la Guilde et les Némésis, la guerre est déclarée. Que veut cette secte ? Quel but défend-elle ? Qui remportera au final cette bataille décisive ?

Je dois bien avouer qu’au début, j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire que je voyais très complexe, peu expliquée.  Je ne comprenais pas la mythologie fantastique que je trouvais, pour le coup, pas claire du tout. Impossible de déterminer les méchants des gentils et de comprendre le mécanisme complexe par lequel les Gothans arrivaient à sortir de l’Ombre et se repaître des humains lors des fameux massacres.

Puis les choses se sont mises en place  au gré des révélations de l’auteur, qui a su disséminer ci et là quelques détails venant étoffer cette mythologie et permettant surtout au lecteur de mettre les pièces dans le bon ordre. J’ai apprécié ces explications qui ont permis à toutes les questions de trouver réponses… par contre, je trouve que certaines sont arrivées bien trop tard.

Dès lors, avec tous ces questionnements, tout ce brouillard sur la mythologie, je dois dire que je suis entrée assez tardivement dans le récit et j’ai peiné à le lire (j’ai mis une semaine pour lire un peu plus de 400 pages). C’est dommage car finalement, suite à mon analyse de cette lecture quelques jours après l’avoir terminé, je m’aperçois que la mythologie est vraiment riche et le monde décrit par l’auteur très innovant.

J’ai particulièrement apprécié l’ambiance décrite par l’auteur dans le roman. Ce Londres fin 19ème siècle est vraiment sombre, noir, il faut même très peur, avec ces créatures de l’ombre qui sont prêtes à déchirer le voile qui les sépare de nous pour venir faire leur massacre : tuer, tuer et encore tuer…

Mais le Gothan ne fait pas peur qu’une fois sorti de l’ombre… Il aime jouer avec les peurs des hommes le soir et il ne faut pas bon de se retrouver sous le même toit que son Aethryne.

J’ai vraiment aimé cette ambiance dark à souhait qui nous plonge vraiment ailleurs, dans un autre monde, une autre époque…

Même avec mon petit souci du départ avec la compréhension de la mythologie, j’ai trouvé que le rythme se tenait assez bien, on avance assez facilement – évidemment plus facilement encore une fois que tout est clair ! – dans l’intrigue, se demandant toujours quelle sera la prochaine étape, la prochaine intervention des Némésis et surtout qu’elle est leur rôle, pourquoi kidnappent-ils les Aethrynes ?


Côté personnages, malheureusement je n’ai été séduite par aucun d’eux, sauf peut-être Dex, le chien de William, toujours fidèle au rendez-vous, qui comprend très bien ce qu’on attend de lui et ne faillit à sa mission sous aucun prétexte.

Ceci dit, je n’en tiens nullement responsable l’auteur car il ne s’agit pas d’un manque de profondeur qui fait défaut ici. Les personnages sont justement bien approfondis avec leurs particularités. Alors, qu’est-ce qui n’a pas marché entre eux et moi ?

D’une part, c’est à cause du contexte de l’histoire que je n’ai pas réussi à m’attacher à eux. Que ce soient les agents de la Guilde d’Ae ou l’Aethryne Eileen, ils ont tous une responsabilité pesante, comme s’ils portaient tous le monde sur leurs épaules (en particulier et surtout Eileen, vu qu’elle doit contenir et maintenir son Gothan dans son Ombre). Dès lors, étant toujours proches de ces créatures maléfiques qui insinuent de mauvaises pensées dans leur esprit qu’ils soient éveillés ou endormis, ils me sont tous apparus antipathiques, froids et distants.  Comment peut-il en être autrement du fait de leurs responsabilités, de ce qu’on attend d’eux ? Mais voilà, je ne peux nier ce fait, je n’ai vraiment réussi à m’attacher à aucun. Pour tout vous dire, Eileen me faisait même peur. Il y avait tellement de froideur dans la façon dont l’auteur nous parle d’elle (maintien, regard aux autres,…) et dans ses paroles, qu’elle me glaçait littéralement le sang. Ceci dit, je reconnais le courage, la volonté et le sacrifice de chacun. Ces personnages sont peut-être antipathiques, mais ils ne manquent ni de charisme ni  de détermination, ce qui fait finalement qu’ils sont hyper crédibles chacun dans leur rôle.


D’autre part, j’ai eu beaucoup de mal à identifier qui était qui et qui avait quoi comme particularité. Ce problème est surtout survenu pour les 3 agents de la Guilde chargés de veiller sur lady Eileen. Je n’arrivais pas à me souvenir des particularités de chacun, ce qui fait qu’au début, je faisais de nombreux aller et retour dans l’histoire pour m’y retrouver !

Je dois quand même admettre que j’aimais bien les 3 agents car chacun montrait une image de lui qui me plaisait : William pour son don avec les animaux ; Christopher pour être celui qui le plus stressé des trois, le plus fragile mais qui, au moment où on a besoin de lui, répond toujours présent et Heinrich car c’est une sorte d’électron libre par rapport aux deux autres, un peu moins carré mais aussi efficace quand il s’agit de sa mission.

Par contre, j’ai pas du tout adhéré à cette secte des Némésis. Déjà, j’ai eu beaucoup de mal à comprendre leur but, ce qu’il cherchait, pour ou contre les Gothans ? En plus, j’ai pas du tout adhéré à leur croyance, leur Dieu, leur Créateur qu’ils veulent voir revenir sur Terre. Perso, on m’a toujours dit que Dieu n’était que pardon, alors pourquoi est-il noir de colère au point de vouloir se venger ? Pourquoi exige-t-il des sacrifices humains pour revenir vers nous ? Perso, un Dieu comme ça, je n’en veux pas. Les références à ce créateur m’ont vraiment mises très mal à l’aise.

Enfin, parlons du style de l’écriture de Syven. En un mot : MAGNIFIQUE ! INCROYABLE ! Un premier roman bien écrit, avec un ton juste, adapté à l’univers sombre détaillé. J’ai été soufflée par le talent de l’auteur à de nombreuses reprises, par le fait qu’elle ait su raconter à la troisième personne une histoire aussi sombre avec le ton juste parfait, adéquat pour faire ressentir au lecteur tout le malaise que la présente d’un Gothan pouvait insuffler.

Seul bémol : J’ai pas trop aimé que le livre ne soit pas subdivisé en chapitres avec des séparations bien nettes, ce qui permet de faire des mini pauses avant de replonger dans le récit. Ici, la séparation est marquée par jour avec des paragraphes bien délimités, des séparations quand on change de personnage mais pas de réel temps mort dans la narration, le tout restant très collé. Le texte manquait s’aération.

En conclusion, je dois en surprendre plus d’un qui ont regardé ma vidéo du lundi où je disais que mon avis était plus que mitigé ! Eh bien voilà pourquoi je prends quelques jours avant de rédiger ma chronique. En ayant analysé calmement le roman, en ayant discuté avec l’éditeur et avec une autre blogueuse (Dae), je me suis rendue compte qu’il y avait finalement plus de positif que de négatif et qu’il fallait reconnaître objectivement que j’avais entre les mains un roman de qualité. J’ai aimé l’intrigue, même si elle est très compliquée, j’ai aimé cette ambiance angoissante et j’ai adoré la plume de l’auteur ! C’est descriptif, mais c’est passé comme une lettre à la poste. 

Résultat, aujourd’hui, je suis plutôt enthousiaste et j’ai hâte de voir ce que la suite me réservera… J’avoue que j’ai été refroidie par les nouvelles questions suscitées en fin de roman, mais savoir qu’il y aura une suite me conforte dans l’idée qu’un jour, toutes mes questions trouveront réponse ! Et puis un livre qui pose questionnement, qui remue les méninges est, selon moi, un bon livre ! Alors, un conseil, LISEZ-LE ! Syven vous ensorcelera dans son monde sombre, très noir et ô combien mystérieux !

Ce que je retiens de la lecture :

EN + : Une intrigue innovante, avec une mythologie assez bien développée et fouillée – bien que complexe – et un premier roman rédigée d’une main de maître.

EN – : Une mythologie un peu trop complexe qui met du temps à s’éclaircir et qui pourrait en rebuter plus d’un impatient ! Je regrette aussi que le roman ne soit pas séparé en chapitres plus clairement, le texte manque d’aération.

D’autres livraddictiens l’ont lu et ont donné leur avis : louve, akasha, Dae, Endorphinage, nanet et d’autres à venir sur la page bibliomania du livre :

Logo Livraddict 

Commentaires

  1. Voilà un livre fait pour moi ! Merci pour cette superbe chronique^^ 25 août 2011 12:45

  2. Vraiment pas un livre qui m'inspire, je passe mon tour ! 25 août 2011 22:44

  3. C'est exactement ce que j'ai pensé! Sauf que j'en garde un avis plus pessimiste^^' 20 septembre 2011 11:44

Laissez un commentaire

18 January 2018 12:02