Le miroir aux vampires

Couverture Miroir aux vampires de Fabien ClavelTitre VF : Le miroir aux vampires
 
Auteur : Fabien Clavel (France)

Publié aux Éditions Baam ! (collection jeunesse de J’ai LU)
Date de publication : 01 juin 2011

Genre
: Fantastique, jeunesse

Pages
: 447

Prix
: 13,00 €
Commander sur amazon : Le miroir aux vampires

Note
:



Quatrième de couverture.

« Bérénice, Ca y est, j’ai fait ma dernière rentrée à Augustin-Thierry, en internat cette fois. Rien de changé dans ce lycée : Cerise la peste et ses sous-fifres qui font baver les garçons, un beau gosse qui se prend pour Brad Pitt et quelques nouveaux. Parmi eux, il y a Nora, avec qui je partage ma chambre. Il y a aussi Léo. Je ne l’avais pas remarqué au début mais je crois qu’en fait il me plaît bien.
Mais ce n’est pas pour ça que je t’écris… Écoute, Béré, il se passe des choses étranges dans ce bahut…On a incendié le foyer, je crois avoir une idée du responsable, mais je ne peux rien dire. Depuis, la sécurité a été renforcée et le lycée est en train de devenir une prison. Et moi, j’ai comme des apparitions, des sensations bizarres. Je t’ai parlé de Nora. Et bien, je ne sais pas pourquoi, mais quelque chose m’attire chez elle. Je me sens vraiment bien que lorsqu’elle est près de moi. Et ce n’est pas tout : il y a ce miroir dans notre chambre d’internat. Parfois, j’ai l’impression qu’il y a une connexion entre lui et moi.


Tu crois que je suis vraiment dingue? »


Mon avis.

J’avais très envie de découvrir ce roman. D’une part, parce que la couverture est magnifique et d’autre part, parce qu’un auteur français qui s’essaie aux vampires, cela reste rare !

Le récit est construit comme un journal intime.
Léa raconte sa dernière année de terminale et les évènements qui se sont produits dans son lycée. Mais comme elle trouve cul-cul de parler à un journal, elle fait comme si elle écrivait une longue lettre à sa soeur, Bérénice.
Cette longue lettre est entrecoupée d’extraits du blog de Cherry29 (la petite peste du lycée), toujours un grand moment à lire et à compter les fautes d’orthographe (!) et par des lettres qu’un certain vampire dont on ignore l’identité (même si elle se dessine au fur et à mesure du récit) écrit à son « patron », son vezér.

L’histoire est donc celle de Léa, en dernière année au lycée Augustin-Thierry, où il se passe des choses assez bizarres. Du jour au lendemain, la sécurité se renforce et l’école devient quasiment une forteresse impénétrable.
Et en plus, des drôles de marques apparaissent au coup des élèves… sans oublier les étranges rêves où Léa a l’impression de voler.
Dans sa chambre, un drôle de miroir est suspendu au mur lui procurant d’étranges sensations… et si tout était lié ?
Autant le dire tout de suite, je n’ai pas spécialement été séduite par ce roman. J’ai aimé certains aspects du récit comme la mythologie vampire revisitée mais d’autres m’ont moins plu comme l’ambiance très bizarre qui règne sur le lycée, un peu comme dans le film « The Faculty« , que j’ai détesté par ailleurs…

La mythologie présentée par Fabien Clavel est assez originale présentant des vampires, appelés Sanguisugaes, et exilés dans une autre dimension. Ces derniers tentent coûte que coûte de revenir sur Terre et de dominer la race humaine qu’ils ont du mal à comprendre (ceci dit, leur analyse de l’humanité, à travers les lettres écrites au Vezér, me semble parfaitement réaliste et véridique).

J’ai bien aimé ce côté vampire revisité par contre j’ai trouvé que les explications de cette mythologie était vraiment brouillone, mal expliquée.  J’ai eu un mal fou à m’y retrouver entre les mensonges racontés pour mettre notre héroïne sur la mauvaise piste et la vérité. Pas très clair tout ça !

Ensuite, l’évolution du récit m’est apparue de plus en plus non crédible, ça devenait trop gros, trop bizarre, on se serait cru dans une mauvaise série B.
Par contre, le récit est raconté avec une telle intensité, laissant planer une bonne dose de mystère qu’on ne peut s’empêcher de continuer, de lire pour savoir le fin mot de l’histoire.

L’auteur réussit donc, malgré un récit parfois bancal, captiver son auditoire jusqu’au bout et à ne pas relâcher l’attention du lecteur… qui au vu de la tournure des évènements, aurait pu se dire « c’est bon, j’en reste là! ». Ici, rien de cela, on va jusqu’au bout, car on veut savoir, on veut comprendre !

Côté personnages
, je n’ai pas spécialement accroché avec Léa, je ne saurais cependant vous expliquer pourquoi… c’est comme dans la vie, il y a des gens qu’on aime et d’autres pas, sans pour cela qu’on sache se justifier.
Le climat familial n’est pas bon, elle s’inquiète pour son père qui sombre dans une grosse dépression et sa mère, on a l’impression qu’elle lâche un peu ses filles, qu’elle ne s’en préoccupe pas. L’humeur de Léa s’en ressent… on la sent plus vivante quand elle est à l’internat que quand elle est chez elle…

Léa est une intello, elle cherche vraiment à mettre cette année à profit pour avoir de bons résultats et elle se fiche complètement de ce que pense les autres, en particulier le groupe de Cerise (la pimbêche du lycée) et elle n’a pas peur d’elles. Elle sait se faire respecter et quand elle n’est pas d’accord avec quelque chose, avec une politique menée par son lycée, elle le dit haut et fort et refuse de rentrer dans les rangs, ce qui fait d’elle une héroïne très forte de ses convictions et qui ne se laisse pas aisément manipuler comme ça peut être le cas à son âge.
C’est un personnage qui se cherche, surtout au niveau de ses rapports aux autres. Elle craque sur Léo, pense même à aller plus loin avec lui mais en même temps, sa relation avec co-locataire, Nora, est assez ambiguë…
Mais à côté de cela, c’est un personnage qui va énormément prendre en assurance au fur et à mesure du récit, surtout quand elle va chercher à comprendre qui sont ces vampires qui envahissent son lycée et aussi face à ses propres capacités physiques.

Le personnage de Cerise est détestable au possible, la pimbêche du lycée dignement représentée, le stéréotype type, avec son blog perso rempli de fautes d’orthographe et de commentaires plus qu’utiles 😉
Et puis, faut vraiment pas aimer sa progéniture pour l’appeler Cerise, hein !
Par contre, j’ai eu beaucoup de mal avec Nora et Léo, car je n’arrivais pas à les cerner ni l’un ni l’autre, savoir dans quel camp ils étaient…

L’auteur maintient bien le suspense sur les personnages, vu qu’il ne signait aucunement les lettres du vampire à son vezér. Toutes les spéculations restent donc ouverte pour savoir qui est le vampire infiltré, qui sont ses complices… même si au final, je dois dire que je ne me suis pas laissée berner vu que mon suspect n°1 était bien le bon !

Côté écriture et style de l’auteur
, je dois dire que juger l’écriture de Fabien Clavel sur cet ouvrage en particulier me semble un peu prématuré. Comme je vous l’ai dit, le récit est conté par Léa qui raconte l’histoire, façon journal intime, à sa soeur, à travers une longue lettre. Le style n’est donc pas recherché, on y trouve un langage assez jeune qui colle parfaitement au ton que l’auteur a voulu donné au livre.

Un style qui conviendra donc aux jeunes ados, mais qui laissera finalement les (un peu plus) âgés sur leur faim.
Par contre, j’ai bien aimé que cette longue lettre soit entrecoupé d’extraits du blog de Cerise (le blog de Cherry 29) et des lettres du vampire au vezèr. Les premiers apportent une bonne dose d’humeur au récit (et de réalisme dans la façon des jeunes de tenir leur blog, les commentaires,…), les secondes, une bonne réflexion sur le genre humain, conduite avec doigté et dérision !

En conclusion
, mi-séduite mi-déçue, ce livre laisse finalement un sentiment d’incompréhension en moi car j’ai trouvé que les explications de cette mythologie arrivaient tardivement, d’où un sentiment pour le lecteur d’avancer en terrain inconnu à longueur de temps, et que par rapport à la longueur du récit (plus de 400 pages), la fin venait trop vite… La pression monte de plus en plus, le lecteur veut savoir… mais est de plus en plus septique au fur et à mesure que le récit évolue… pour finalement retomber comme un soufflet.

Sans être une totale déception, je dois dire que j’attendais autre chose de ce livre. Par contre, pour la revisite de la mythologie vampirique, j’applaudis l’auteur car il a su mettre du renouveau dans un thème vu, revu et corrigé !

Ce que je retiens de ma lecture :

EN +
: une mythologie vampirique intelligemment revisitée
EN – : un récit qui s’enfonce dans quelque chose de complexe qui met le lecteur mal à l’aise, dans une ambiance assez glauque.

D’autres livraddictiens l’ont lu et ont donné leur avis : Karline05 et Phooka (dont les avis sont plus positifs que le mien, je pense !)

D’autres avis à venir sur la page bibliomania du livre (cliquez sur l’image Livraddict) :
 
Logo Livraddict




Un petit extrait qui m’a marqué (p211) :


Un jour, je me souviens, au collège, j’avais dit à ma meilleure copine de l’époque que je voulais être unique. Elle m’avait regardée d’un drôle d’air. Plus tard, elle s’était éloignée. Ça devait lui sembler fou à un moment où les gens passaient leur temps à vouloir entrer dans des clubs, des bandes, des groupes, des équipes.
Les autres le voient que tu es différent, que tu n’appartiens pas complètement à leur monde, que tu es ailleurs. Et ils ne te le pardonnent pas.

Commentaires

  1. Une livre qui me fait très envie. La couverture est très belle et ton avis me pousse encore plus à le lire :) 19 juin 2011 18:51

  2. Karline me l'a prêté, du coup j'ai envie de le lire pour voir de quoi il retourne :D
    Certainement début juillet! 19 juin 2011 19:11

  3. J'ai aimé cette ambiance un peu glauque qui pèse sur ce lycée. Pas un coup de coeur mais un récit qui sort de l'ordinaire 19 juin 2011 19:51

  4. Coucou,

    Je l'ai fini hier soir... J'ai été très séduite par l'ambiance (j'avais adoré the faculty ;)), par contre je me suis doutée de pas mal de petites choses.

    Niveau écriture, le temps que je m'y habitue... Et comme toi, la fin arrive bien trop vite, une montée en puissance qui m'a laissé sur ma faim :(

    Un bon roman mais... 19 juin 2011 21:21

  5. La couverture est magnifique, effectivement, mais je ne suis pas très attirée, après lecture de ton article. J'avoue que je recherche des livres où le style est un peu plus travaillé... et trouver des fautes, même volontaire, ne m'amuse plus trop.

    Biz, et merci, cela m'évitera de lorgner dessus... 20 juin 2011 08:33

  6. Arf ! Je l'attendais ton avis sur ce bouquin et j'avoue que j'attendais qu'il t'ait plu davantage. Il est dans ma PAL donc je le lirai sous peu mais j'avoue que le fait que le style qui risque de "laisser les plus âgés sur leur faim" me fait grimacer. Je verrai bien ce qu'il en est. 20 juin 2011 09:26

  7. Tu as été un peu plus dure que moi Jess, mais nos avis se rapprochent quand même car pour moi toute cette histoire de vampires n'est qu'un prétexte (et du coup de fait ce n'est des plus réussi).
    J'ai aussi aimé le côté satyrique du blog. :))
    Merci pour le lien! 20 juin 2011 10:17

  8. Bonjour Jess,
    Ca fait bien longtemps que je n'étais pas venue laisser un commentaire ici.

    Les aspects négatifs que tu reproches à ce roman auraient plutôt tendance à m'encourager. En son temps, j'ai adoré The Faculty (que j'ai même revu un certain nombre de fois -_-' ) et j'adore ce type d'ambiance même si cela manque parfois de finesse. 15 juillet 2011 15:47

Laissez un commentaire

25 février 2016 18:20