Birth Marked, tome 1 : Rebelle

Titre VF : Birth Marked, tome 1 : Rebelle
Titre VO : Birthmarked
Auteur : Caragh M. O’Brien (USA)
Traduction de Hélène Bury
Publié aux Éditions Mango
Date de publication : 11 février 2011
Genre : Jeunesse, dystopie
Pages : 397
Prix : 18 €
Acheter sur amazon : Birth marked T1
Source : Service presse avec les Éditions Mango. Un grand merci à Hélène !
Nombre d’étoiles :


Quatrième de couverture.

Dans le monde de Gaia, il y a les privilégiés, qui habitent derrière le mur de l’Enclave, et ceux, comme elle, qui vivent à l’extérieur. Tous les mois, la jeune fille aide sa mère, sage-femme, à donner à l’Enclave trois nouveaux-nés. Mais, un soir, les parents de Gaia sont brutalement arrêtés et conduits derrière le mur. À peine ont-ils le temps de lui confier un mystérieux ruban sur lequel est brodé un étrange code…



Mon avis.
Plus je lis de la dystopie, plus je me mets à aimer ce genre car elle me permet d’apprécier le monde dans lequel je vis et de réfléchir au futur de l’Humanité car un tel scénario reste toujours envisageable quand on voit que le monde de Gaïa s’est développé suite à l’épuisement des ressources naturelles, telles que l’eau.
Pour rappel, la dystopie — ou contre-utopie — est un récit de fiction peignant une société imaginaire, organisée de telle façon qu’elle empêche ses membres d’atteindre le bonheur, et contre l’avènement de laquelle l’auteur entend mettre en garde le lecteur. La dystopie s’oppose à l’utopie : au lieu de présenter un monde parfait, la dystopie propose le pire qui soit. (wikipedia)
Une poignée de privilégiés vivent dans une Enclave où ils ne manquent de rien. À l’extérieur de cette Enclave, il n’y a que le désert et le petit village de Warfton qui dépend complètement de l’Enclave concernant les vivres et qui est soumis à ses règles strictes.
Gaïa est une jeune fille de 16 ans qui aspire à devenir sage-femme, comme sa mère. Elle accepte les règles émises par l’Enclave et « avance » donc chaque mois 3 nouveaux-nés, en les arrachant parfois avec douleur à leurs parents biologiques vivant en dehors de l’enceinte.
Cependant, comme les personnes vivant à l’intérieur sont privilégiés et ne manquent de rien, généralement les parents sont heureux de savoir que leurs enfants avancés auront une plus belle vie qu’eux, au-delà de la douleur de la séparation.
Lorsqu’elle rentre un soir chez elle, elle trouve le sergent Léon Grey chez elle : elle apprend que ses parents ont été arrêtés. Ce dernier lui demande alors si elle aurait connaissance d’un carnet où sa mère aurait noté toutes les naissances des bébés avancés. Gaïa fait alors l’ignorante car quelques instant plutôt, la vieille Meg lui a remis un ruban brodé d’un code bizarre… et s’il s’agissait en fait du fameux carnet en question ?

J’avoue que j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire en raison de la complexité du cadre posé : L’Enclave, ses règles, le pourquoi du comment de ce monde étrange m’échappait.
Je ne comprenais pas ce besoin d’arracher des nouveaux-nés à leurs parents à l’extérieur de l’Enclave pour les placer chez des parents adoptifs à l’intérieur de l’enceinte. Ne pouvaient-ils pas faire des enfants comme tout le monde ?
Puis, petit à petit, j’ai commencé à comprendre pourquoi l’Enclave avait été dressée, les règles qui la régissent et surtout les conséquences de leur petit confinement… comme le fera Gaïa une fois qu’elle sera illégalement entrée dans l’enceinte pour venir en aide à ses parents.
Car au début, si Gaïa accepte les règles de ce monde étrange, une fois à l’intérieur du mur, elle va avoir une tout autre vision de l’Enclave : un monde froid, brutal et cruel avec des règles despotiques visant à favoriser une minorité de privilégiés.
À partir de ce moment, j’ai vraiment commencé à apprécier l’histoire et comprendre le fonctionnement de l’Enclave, leurs décisions démentielles et les problèmes liés à l’avancement des enfants nés à l’extérieur de l’Enclave.
Car si les enfants viennent de l’extérieur et placés dans des familles différentes dans savoir qui sont leurs parents biologiques, un problème de consanguinité apparaît à un moment ou un autre… d’où l’intérêt de savoir si les sages-femmes qui avancent les enfants gardent un registre avec les noms des parents biologiques des enfants !
L’histoire est bouleversante, fait réfléchir énormément aussi bien sur l’utilisation des ressources naturelles que sur la politique menée par l’Enclave.
On se fait arrêter et emprisonner pour avoir aimé quelqu’un avec qui on n’aurait jamais dû tomber amoureux, pire encore si on se marie et qu’on attend un enfant dans ces conditions, c’est la potence qui attend les contrevenants. La liberté privée n’existe quasi pas dans la mesure où il y a des caméras partout pour surveiller l’activité des gens aussi bien dans qu’à l’extérieur de l’Enclave,…
J’ai même été sidérée par le fait qu’à l’intérieur de l’Enclave, on gaspille l’eau pour avoir de beaux jardins bien verts, de belles fontaines alors que les gens à l’extérieur du mur sont obligés de faire la queue devant un robinet placé dans les rues de Warfton pour avoir de l’eau.
Le final laisse présager une suite qui s’annonce bien difficile mais que j’attends avec une certaine impatience. Je n’ai pas encore vu de date pour la sortie du second tome aux États-Unis cependant,je vous donnerai l’info dès qu’elle sera disponible !

Côté personnages, je me suis laissée séduire par le duo Gaïa – Léon. Pris chacun de leur côté, j’avoue qu’ils me laissaient totalement indifférente, enfin au début.
Au fur et à mesure de l’histoire, j’ai aimé apprendre à les connaître, voir leur avis concernant les agissements de l’Enclave changer et s’affirmer.
J’ai beaucoup aimé voir Gaïa prendre son destin en main et ne plus suivre sans se poser de questions les règles de l’Enclave comme elle le faisait au début et comme elle croyait que faisaient ses propres parents. En fait, bien qu’ils soient très proches, ses parents n’ont jamais parlé à Gaïa du « ressentiment » qu’ils avaient vis-à-vis de l’Enclave : de prime abord, ils paraissaient accepter les règles et les respecter mais se rebeller déjà à leur manière en garder ce ruban avec ce code où sont inscrits les dates de naissances et les parents biologiques des enfants avancés.
Gaïa va se montrer courageuse, forte et va croire jusqu’au bout en ses convictions pour essayer de permettre aux parents de l’extérieur de connaître leurs enfants qui ont été avancés.
Léon, quant à lui, ne m’a pas séduit dès le départ : je le trouvais assez froid et distant et totalement endoctriné dans le système de l’Enclave qu’il sert en étant dans la garde.
Puis, au fil des pages, il m’a vraiment surprise et ému par son intérêt pour Gaïa et pour sa volonté de l’aider à sortir de l’Enclave et se rebeller contre le régime mis en place par son père adoptif, le Protecteur.
D’ailleurs, en le découvrant, j’ai vu sa souffrance d’avoir vécu dans la famille du Protecteur : certes il était privilégié mais quid de  l’amour de ses parents adoptifs une fois son père remarié avec une femme qui lui a donné 3 enfants ?
De plus, on sent sa culpabilité dans le drame qui a coûté la vie de sa soeur, Fiona, et pour lequel sa famille lui en veut toujours aujourd’hui… au point que son père n’hésite pas à vouloir le faire exécuter quand il le trouve en compagnie de Gaïa.

Le style de l’écriture est assez agréable, fluide et équilibré entre dialogues et descriptions. Même si le roman n’est pas écrit à la première personne, je suis quand même parvenue à me sentir proche de Gaïa, à la comprendre et à vivre cette douloureuse aventure avec elle.

En conclusion, cette première immersion dans le monde de Birth Marked m’a vraiment séduite. Malgré des lenteurs au départ (surtout le moment où Gaïa se retrouve en prison), l’univers présenté par Caragh M. O’Brien est prenant, haletant même et fait réfléchir le lecteur sur des sujets d’actualité importants comme l’avenir de notre monde si nous ne faisons pas plus attention aux ressources naturelles. L’histoire pose également les bases d’une réflexion beaucoup plus importante sur une société qui se permettrait d’enlever des enfants à leurs vrais parents – soi-disant pour leur propre bien vu qu’ils seront élevés dans un cadre privilégié.
Un excellent premier tome, il me tarde d’avoir la suite entre les mains !
Ce que je retiens de ma lecture :
EN + : une héroïne forte, une intrigue fluide et haletante et une réflexion intéressante.
EN – : quelques lenteurs en début de roman.
D’autres livraddictiens ont donné leur avis sur ce livre : Galleane, karline05, ilnyak1pas et d’autres à venir sur la page bibliomania du livre :

Commentaires

  1. Contente que tu es finalement apprécié le livre. Le tome deux devrait sortir en septembre. 15 mars 2011 19:40

  2. Je n'avais pas entendu parler de ce livre mais ton avis me tente assez.
    J'aime aussi de plus en plus la dystopie, à voir donc ! 15 mars 2011 19:42

  3. Décidément j'ai l'avais contraire de tous sur ce roman! J'ai adoré le début, vraiment beaucoup, mais je n'ai pas aimé Léon!
    http://delivrer-des-livres.fr/rebelle-de-caragh-m-obrien-birth-marked-t-1/ 15 mars 2011 19:45

  4. Il me tente bien celui là mais je vais attendre un peu, trop de lecture en cours... 15 mars 2011 19:55

  5. Je regrette de ne pas l'avoir acheté l'autre jour à la librairie maintenant ^^ 15 mars 2011 22:37

  6. En tant que grande amateure de dytopie, il va bien entendu falloir que je lise ce bouquin ^^ 15 mars 2011 22:55

  7. Encore une critique qui donne envie ... J'espère découvrir bientôt ce genre qu'est la dystopie que je connais, au final, assez mal ! 15 mars 2011 23:56

  8. je ne connaissais pas le terme avant la chronique de Lalou , mais moi aussi c'est un genre qui m'intéresse beaucoup
    Gaia m'a beaucoup plus avec sa forte personalité 16 mars 2011 10:32

  9. A propos de Birth Marked, une petite info en passant: l'auteure vient dédicacer son livre en France vendredi après-midi prochain au salon de Paris et samedi de 15h à 16h au Virgin de Rennes!!
    Si ça vous intéresse... 16 mars 2011 16:45

  10. Bon ben voici encore un livre qui me tente bien, ma LAL ne va vriment plus s'en remettre à force. 16 mars 2011 18:40

  11. Je viens de le terminer et je rejoins ton avis. Cela dit, il m'a manqué un petit quelque chose pour en faire un coup de coeur ;)
    Hâte de connaître la suite, et de voir si cette fameuse Foret existe et qui se trouve en elle ! 30 mars 2011 12:38

  12. pas un coup de coeur, mais une bonne lecture malgré tout :) je suis curieuse de lire la suite! 29 octobre 2015 16:50

Laissez un commentaire

17 October 2018 19:19