Delirium (tome 1)

Titre VF : Delirium (tome 1)
Titre VO : Delirium
 
Auteur : Lauren Oliver (USA)
Traduction de Alice Delarbre
 
Publié aux Éditions Hachette Jeunesse (Black Moon)
Date de publication : 02 février 2011
 
Genre : Jeunesse, dystopie
 
Pages : 452
 
Source : Service presse pour les Éditions Hachette Jeunesse. Un grand Merci à Cécile !

Nombre d’étoiles :
 
Quatrième de couverture.
 
Et si rien n’était plus dangereux que l’amour ?
 
Mon avis.
 
Voici peut-être LE livre que j’attendais le plus en ce début de l’année 2011… Avec autant de « great expectations » de ma part, le fait d’être déçue était encore plus grand. Pourtant, Lauren Oliver a tenu toutes ses promesse avec Delirium… et je dirais même plus : elle les a amplement dépassées !
 
Delirium, c’est l’histoire d’un monde dans lequel la plupart d’entre nous refuserait de vivre. Un monde où l’amour a été érigé en fléau, le pire que l’humanité ait connu (l’amor deliria nevrosia). Le peuple américain vit dans la peur d’attraper cette maladie mortelle.
C’est pour cela qu’un 18 ans, vous êtes invité à passer sur le billard (pas avant car le risque que l’opération échoue est élevé) pour subir le Protocole.
Après cette opération, vous devenez Invulnérable, hermétique à l’amour, vivant une vie sans émotions, sans désir… Bref, une vie peu enviable, en fait.
Pourtant, à 3 mois de subir son Protocole, Lena est excitée et décompte les jours qui la rapprochent du salut. En attendant, elle réussit parfaitement son évaluation qui déterminera une liste de 4 garçons avec laquelle elle est compatible. Sur ces 4 garçons, elle devra s’apparier avec l’un d’eux, l’épouser et faire des enfants.
Cependant, 2 mois avant son opération, elle va rencontrer Alex, un Invalide (quelqu’un qui vit dans la Nature – c’est-à-dire hors des Frontières et n’a pas subi l’opération), dont elle va tomber follement amoureuse. Petit à petit, elle va ouvrir les yeux sur l’amour, sur le monde dans lequel elle vit… Et si la vie, c’était autre chose que ce qu’on a voulu lui faire croire ?
 
J’ai vraiment tout aimé dans ce premier tome : tout d’abord l’histoire, qui bien que manquant d’action, retient l’attention du lecteur grâce à une intrigue passionnante et un univers unique en son genre.
Certains pourront me rétorquer que le fait de devoir subir une opération a déjà été évoqué dans d’autres sagas (on m’a parlé de la saga Uglies de Scott Westerfeld mais je ne l’ai pas lu, donc je ne peux pas comparer ! Je sais juste que Uglies parle d’un monde où la Beauté est la norme, alors qu’ici, le sujet est tout autre), et alors ? Les vampires le sont tout le temps – parfois de manière originale, souvent de manière classique, est-ce pour ça qu’on arrête de lire les nouvelles sagas ? Non !
Perso, ça m’a fait du bien de totalement sortir d’un univers fantastique traditionnel pour retrouver une thématique assez choquante. Car voilà, le grand bonus de ce récit, c’est qu’il faut réfléchir le lecteur sur des valeurs essentielles : l’amour, la liberté, l’espoir,…
 
Bien que l’univers soit sombre, que le Portland dans lequel évolue Lena mette mal à l’aise le lecteur, le message véhiculé à travers le roman est l’espoir : l’espoir de voir des gens se battre contre un système qui se trompe, qui endoctrine les citoyens dans un spirale de peur pour les maintenir sous leur contrôle. Car il s’agit bien de cela : on dit que l’amour mène à la mort, que le taux de divorce a baissé depuis que le Protocole a été mis en place, que les hommes ne souffrent plus, que les hommes vivent en paix, qu’il n’y a plus de guerre… Oui, vu comme cela, ça semble idyllique mais…
Qui voudrait d’une vie sans désir, d’une vie sans ressentir les émotions haut et fort, sans la souffrance qui est essentielle pour avancer, pour grandir, mûrir et devenir plus fort, sans elle qui nous fait nous sentir vivant de même que le bonheur dans lequel nous plongeons quand nous rencontrons la personne faite pour nous ?
Si pour vivre dans un monde en paix, il faille renoncer à l’amour, à la liberté d’aimer qui on choisit d’aimer… alors je refuse de vivre dans ce monde-là.
 
Je dois aussi dire que la dernière phrase du roman, je l’ai trouvé très forte, pleine de sens et c’est avec émotion que j’y repense à chaque fois. J’ai d’ailleurs fini verser ma petite larme.
 
Niveau personnages, seuls les personnages qui n’ont pas encore subi le Protocole sont intéressants et plein de vie, à avoir Lena, Alex, sa meilleure amie, Hana et sa petite cousine, Grace.
Tous les autres sont lisses, identiques et n’ont aucune personnalité. Ils sont endoctrinés, acceptent le monde dans lequel ils vivent et ses règles absurdes.
Lena est le personnage qui évolue le plus dans le roman. Au début, elle semble accepter le Protocole, elle a même hâte d’y être et d’être guérie une bonne fois pour toute. Ceci dit, on sent qu’elle se pose déjà pas mal de questions (d’ailleurs, elle a failli manquer son évaluation si quelque chose n’était pas venu la perturber…) et qu’elle est, en fait, effrayée, vu le passé de la famille, très touchée par l’amor deliria nevrosa.
Alex est un jeune garçon libre qui se fond dans la masse sans pour autant en faire partie. Il est extrêmement attaché à Lena et le lui prouvera à plusieurs reprises.
J’ai beaucoup aimé le personnage de Hana, la rebelle, qui contrairement à Lena, a des idées bien trempées dès le départ – même si elle ne les montre pas trop en public – et n’hésite pas à écouter de la musique interdite via Internet et se rend à des soirées non autorisées. Elle profite tant qu’il en est encore temps, car après ce sera trop tard… J’ai aimé sa loyauté envers Lena qu’elle soutiendra jusqu’au bout.
Enfin, un personnage m’a particulièrement émue, c’est Grace, la petite cousine de Lena qui est murée dans le silence depuis que sa maman est morte. La seule personne à qui elle parle – et encore très rarement, c’est à Lena. Elle se rebelle contre ce monde à sa manière. Je l’ai trouvé très touchante et mignonne. Mon petit coup de coeur dans cette saga !
 
Et l’écriture et le style de Lauren, alors ? Alors, j’applaudis de tout mon coeur ! Le style est purement divin, poétique, merveilleux. Il n’y a pas de mot pour décrire la sensation que les mots de Lauren procurent au lecteur. J’ai adoré la façon dont elle parlait d’amour, de souffrance, de liberté,… J’ai aimé ces petits messages simples transmis avec force.
 
En conclusion, est-ce la peine de mentionnée qu’il s’agit d’un coup de coeur sans que vous l’avez déjà compris ?
J’ai tout aimé dans ce premier tome et je n’ai rien à ajouter en négatif. Le seul petit truc qui m’embête, c’est qu’il va falloir attendre 2012 pour lire le tome 2 et 2013 pour lire la fin de la trilogie.
À lire d’urgence !
 
 
 

Ce que je retiens de ma lecture :
 
En + : les valeurs mises en avant par le récit, une écriture poétique comme j’aimerais en voir plus en littérature jeunesse.
En – : …
 
Les avis des autres livraddictiens : fangtasia, ilnyak1pas, LaureduMiroir, Mlle_Lily et d’autres à venir sur la page bibliomania du livre :
 

Commentaires

  1. Salut Jess, j'ai prévu de lire ce roman très bientôt et ton avis me confirme un peu mon choix à la base.

    J'ai hâte également de suivre ta vidéo pour le bilan :) 8 février 2011 15:06

  2. Merci pour cette chronique ! Je ne connaissais pas du tout ce livre, et c'est vrai que cela me fait penser à la saga de Scott Westerfeld dont j'ai adoré le premier tome. Le thème de celui ci m'intéresse beaucoup, je pense l'inclure dans ma Wish-List :) 8 février 2011 15:13

  3. C'est une très belle chronique ! Le livre ne m'intéressait pas beaucoup mais, depuis que je viens de lire ta chronique, j'y pense sérieusement. 8 février 2011 15:57

  4. Si cet avis ne décide pas les derniers hésitants à s'y mettre...
    Tu me ferais presque confirmer mon panier amazon dans lequel il attend bien au chaud ! (mais non, ce n'est pas raisonnable, là..) 8 février 2011 20:02

  5. A la base, le résumé ne m'attirait pas plus que ça. Mais les extraits lus et surtout ton avis, en font une de mes tops priorités de ma wish'. Dès que j'ai un peu d'argent de côté, je le commande. 11 février 2011 15:31

  6. Hum, comme 100choses, le résumé me laissait assez indifférente ! mais ton article coup de coeur me fait regarder d'un peu plus près ce bouquin...

    Biz 15 février 2011 12:36

  7. Ca ressemble un peu à Uglies, des jeunes qui se rebellent contre une doctrine absurde : pour "Delirium" l'Amour pour "Uglies" la Beauté. Intéressant, je le note :). 28 février 2011 12:53

  8. j'ai lu ce livre et je l'ai trouvé captivant. ce monde est très particulier et j'adore l'imagination de l'auteur qui a réussi a me surprendre avec son monde. cependant la fin m'as un peu déçus j'ai hâte de lire le tome deux pour découvrir la suite des aventure de lena 23 mai 2011 10:55

  9. Ce livre a été un coup de coeur pour moi également, j'ai été happé de plein fouet par les émotions! Un roman coup de poing! 12 juillet 2011 21:07

  10. Voilà encore un autre roman que j'ajoute sans hésiter dans ma liste "dystopique" à l'attention de mes élèves. Merci Jess pour ces avis si avisés si la littérature jeunesse, ton blog est décidément une véritable mine pour trouver des idées lectures pour mes élèves! ^^ cajou 22 juillet 2011 22:21

  11. Je l'ai lu il n'y a pas très longtemps dans l'optique de m'ouvrir à des choses différentes de ce que je lis habituellement. J'ai cependant été très déçue par cet ouvrage. En effet, tu parles dans ta chronique d'un univers "unique en son genre" mais c'est véritablement tout le contraire! Tous les thèmes les plus typiques de la dystopie sont repris (amour interdit, répression massive et violente, existence supposée d'un "monde autre" (ici la Nature), opération visant à aliéner l'individu...etc je ne cite pas tout). En effet, on retrouve ces thèmes dans pratiquement toutes les dystopies notamment les classiques du genre 1984 d'Orwell, Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, etc. Sans parler du fait que j'ai personnellement trouvé que certaines scènes sont plaquées de scènes romanesques déjà existantes. Par exemple, dans Globalia de Jean-Claude Rufin, un couple s'échappe du monde dystopique vers un no man's land où ils espèrent trouver une autre vie. Dans cette scène on a le couple, le plan, la frontière électrifiée... tout y est! Avec Délirium et l’échappée de Lena et d'Alex dans la Nature j'ai vraiment eu la désagréable impression de lire un copier-coller de cette scène là (en bien moins stressant et réussi)... Bref, pour moi Délirium tome 1 représente un amas de clichés dystopiques plus ou moins organisé et je trouve ça vraiment dommage. Ce que l'auteur essaie de dire a donc été dit bien plus tôt et de façon bien plus efficace et touchante à mon sens. 15 mai 2012 18:26

  12. @Joyce : ce que tu oublies, c que ma chronique date de la sortie du roman en février l'année passée (j'ai reposté sur LA suite à un problème) et que c'était l'une des premières dystopies que j'ai lues... je n'ai lu aucun des romans que tu cites, je n'ai donc aucun de ces points de répère. 15 mai 2012 22:18

  13. Salut Jess ! Je viens de découvrir ton site et je trouve qu'il est vraiment très très bien fait !! (je voulais voir ce que les lecteurs pensaient des chroniques de la fin du monde tome 2 car je l'ai commencé et je n'arrive pas trop à accrocher.) J'ai mis ton site dans mes favoris et je t'envoi un petit message pour te remercier, de nous faire découvrir des livres, de nous en parler sans trop spoiler... C'est chouette ! Maintenant, j'ai choisi délirium pour mettre mon message car c'est vraiment mon coup de coeur du moment (il n'y a pas si longtemps c'était encore la déclaration de gemma Malley) !! J'ai lu le 1 il y a quelques jours, je ne pouvais plus m'arrêter de lire ! Et j'ai vite acheté le deuxième que j'ai commencer rapidement après une lecture intermédiaire (chronique de la fin du monde). Dans ton résumé, j'ai vu que tu n'avais pas lu la saga Uglies, je pense que tu devrais vraiment le faire si ce n'est pas encore le cas ... Bonne lecture 1 octobre 2012 15:29

  14. Merci Céline pour ton commentaire ! ça me fait super plaisir ! Effectivement, je n'ai pas lu Uglies. Le premier tome est dans ma PAL, il attend bien sagement que je l'en sorte :) Bisous à toi <3 1 octobre 2012 16:42

Laissez un commentaire

21 September 2018 10:03