Le marchand de sable va passer

Titre VF : Le marchand de sable va passer

Titre VO : The killing Circle
Auteur : Andrew Pyper (Canada)
Traduction de Sebastian Danchin
Publié aux Éditions L’Archipel
Date de publication : 03 novembre 2010
Genre : Thriller
Pages : 345
Pourquoi ai-je lu ce livre ? Pour un service presse avec les Éditions L’Archipel que je remercie pour l’envoi du livre !
Nombre d’étoiles :

Quatrième de couverture.
Ancien critique littéraire, Patrick Rush, est dépressif depuis le décès de sa femme. Seul son fils de 4 ans, Sam, l’empêche de sombrer. Et l’atelier d’écriture auquel, par désoeuvrement, il vient de s’inscrire.

Quatre ans plus tard, le thriller de Patrick, Le marchand de sable va passer, est devenu un best-seller. Mais ce roman n’est pas vraiment le sien. Il s’est approprié l’histoire d’Angela, l’une des apprenties écrivain, décédée dans un accident de voiture.

À cause de ce succès, la vie de Patrick a basculé dans l’horreur. Il se sait épié. Un à un, les membres du cercle littéraire disparaissent. Sam est enlevé.. Et, aux yeux de la police de Toronto, Patrick fait figure de suspect n°1.

Pourtant, il n’essaie pas de se disculper. Le coupable, il ne le connaît que trop bien. Il s’agit du « Marchand de Sable » ! Comme si le tueur sanguinaire de son thriller s’était incarné pour lui faire payer son plagiat…

Mon avis.
Ce qui m’a attiré le plus dans la lecture de ce thriller, c’est qu’il tournait autour d’un auteur, d’un livre. C’est peut-être idiot, mais qu’importe le genre (fantasy, jeunesse, thriller,…), j’aime que le livre que je lis me parle… de livres !
Il va m’être très difficile de vous parler de mon ressenti sans évoquer l’histoire dans son ensemble mais mon but, c’est aussi de vous donner envie de le découvrir (ou pas) et pas de vous spoiler sur la fin !
L’histoire est celle de Patrick Rush, un journaliste chroniqueur dans un journal, dont le rêve est d’écrire un livre. Mais voilà, il est confronté à l’horrible page blanche et depuis des années, n’arrive pas à écrire une ligne.
Quelques années après la mort de sa femme, et après avoir passé une période de dépression et perdu son emploi, il décide de rejoindre un club littéraire. Là, il faut la connaissance de personnalités assez hétéroclites et spécialement, Angela et son histoire du marchand de sable…
Après avoir appris la mort d’Angela, il décide de reprendre son histoire et de la faire publier, le marchand de sable devient un best-seller… mais semble également s’être invité dans sa vie, bien décidé à la ruiner.
J’ai beaucoup aimé le fil conducteur de l’histoire, ce marchand de sable qui devient petit à petit réalité dans le monde de Patrick et qui menace son petit entourage. Par contre, force est de constater que j’ai préféré la première partie du récit (lorsqu’il est dans le cercle littéraire) que la seconde. Impossible de vous dire pourquoi, les éléments qui m’ont plus dans la première partie, je ne les y ai pas retrouvés.
L’intrigue est cependant bien ficelée et tient en haleine durant tout le roman. Malgré tout, il y a des moments de flottement sur certains chapitres qui ralentissent le rythme et font perdre l’intensité de l’action au lecteur.
Je dois néanmoins admettre que ce marchand de sable m’a quand même fait peur, surtout lorsqu’Angela racontait son récit. Par la suite, j’ai tenté de deviner qui se cachait derrière ce serial killer. Autant vous dire que l’auteur prend alors un malin plaisir à détromper le lecteur. Je comptais d’ailleurs dire dans ma chronique que le récit était vraiment trop prévisible, même pour moi, c’est dire… mais non, en fait, c’est une ruse ! Et rien que pour ça, je salue l’auteur qui m’a bien piégée !
Concernant les personnages, je n’ai pas du tout aimé celui de Patrick Rush. Il est le portrait même de l’anti-héros au possible.
Patrick est dépressif, veut être écrivain mais ne fait concrètement rien pour le devenir à part cracher sur les romans des autres et invectiver les évènements littéraires, ce qui lui vaut d’ailleurs d’être renvoyé.
De plus, il se noie dans l’alcool… pour oublier ses problèmes.
Le seul point positif que je lui retiens, c’est son amour incommensurable pour son fils !
Enfin bref, moi j’aime les personnages qui se battent, qui en veulent, qui sont des modèles pour les autres et celui-ci ne m’inspire rien de ces sentiments, juste de la pitié.
Je ne détaillerai pas les autres personnages qui sont juste là pour donner la réplique au premier rôle, à savoir Patrick qui doit batailler contre son marchand de sable. Les personnages qu’il va rencontrer dans le cercle littéraire ont tous des personnalités étranges, spéciales et si j’avais du faire partie de ce cercle, je pense qu’au terme de la première leçon, je ne serais plus revenue ensuite.
Enfin, l’écriture et le style. Le récit est conté à la première personne, c’est Patrick Rush notre narrateur. On pourra dire qu’il aura finalement enfin pu écrire quelque chose qui ne soit pas plagié, vu qu’il nous raconte ici son histoire… sa rencontre avec le marchand de sable jusqu’à la délivrance finale.
Le rythme est assez fluide, dynamique, la lecture du roman est vraiment très agréable.
J’ajouterai également un petit bonus pour la couverture du livre qui m’a directement accroché et donne envie de lire le livre !
En conclusion, ce livre est une belle découverte qui mêle habilement le jeu « du livre dans le livre » et qui sera, tout comme le roman de Patrick Rush dans le roman, adapté au cinéma. J’ai vraiment été emmenée dans le monde du marchand de sable, voulant à tout prix connaître son identité pour l’arrêter une bonne fois pour toutes, ce monstre qui fait peur aux petits enfants et aux plus grands. Dommage que certaines parties du récit ralentissent le rythme, ce qui a pour effet de casser la dynamique de suspense lancée.
Ce que je retiens de ma lecture :
  • Le Plus ? Un roman haletant qui surprend dès le début par une histoire macabre qui fascine le lecteur, lui rappelant ses peurs enfantines.
  • le Moins ? Un rythme pas toujours égal et un personnage principal que j’ai personnellement trouvé détestable.
Un trailer du livre est disponible :

Commentaires

  1. C'est vrai que la couverture attire l'attention. Mais je ne pense pas que j'ajouterai ce livre à ma pal. Déjà les thrillers c'est pas souvent que j'en lis, et en plus un personnage principale détestable comme tu l'as expliqué ne me tente pas trop ;)

    Merci pour cet avis très intéressant ! 20 janvier 2011 21:37

Laissez un commentaire

28 octobre 2015 09:28