Y’en a marre !

Aujourd’hui, j’ai décidé de pousser un coup de gueule sur mon blog. Même si le sujet n’est pas littéraire, j’avoue que j’en ai tellement marre de la situation politique de mon pays que j’ai décidé de me lâcher sur mon espace personnel.

Vous le savez sans doute, l’année dernière, au mois de juin exactement, les Belges se sont rendus aux urnes, contraints et forcés, pour élire de nouveaux représentants au Parlement fédéral (actuellement composé de 2 Chambres, le Parlement en lui-même et le Sénat) car le VLD (le parti libéral flamand) a décidé de quitter le gouvernement en raison de l’absence d’accord sur la scission de Bruxelles-Hal-Vilvoorde. 

Résultat : le gouvernement est obligé de démissionner auprès du Roi et les Chambres sont dissoutes. Hop, le peuple belge est appelé aux urnes (et moi, je suis de revue pour dépouiller comme d’habitude !).

Au sortir des élections, deux grands gagnants : le PS au Sud avec à la tête du parti, Elio Di Rupo et au Nord, le grand Bart De Wever, le président de la NVA, le parti séparatiste flamand par excellence…
Autant vous dire qu’avec Monsieur De Wever dans l’affaire, on n’était sûrs que les choses n’allaient pas s’arranger au niveau des négociations et on a eu raison… car plus de 6 mois plus tard, la Belgique se retrouve encore la risée de toute l’Europe avec un gouvernement en affaires courantes qui ne peut quasiment rien faire, et surtout pas s’occuper des préoccupations des Belges, notamment en matière de politique de l’emploi. Sans compter qu’à l’heure actuelle, le budget de l’année n’est toujours pas voté… admettez quand même le risible de la situation…
Alors, qu’est-ce qui coince ? Je dirais tout ! C’est simple, Bart de Wever revendique l’indépendance de la Flandre qui en a marre de se trimbaler le boulet de Wallonie, avec tous ses chômeurs qui coûtent de l’argent aux Flamants… Mais voilà, si vous l’écoutez, il vous dira que non, qu’il cherche aussi une solution et que bien sûr c’est de la faute aux francophones qui refusent toutes ses revendications… En même temps, quand on propose des choses qui sont, de part adverse, inacceptables, pas étonnant que les négociations n’avancent pas.
Depuis juin dernier, nous avons donc eu un informateur en la personne de Monsieur De Wever qui a rapporté finalement au Roi qu’il était encore trop tôt pour procéder à la formation d’un gouvernement. Alors, le Roi a désigné Elio Di Rupo en qualité de pré-formateur pour faire avancer les négociations.
Après des semaines et des semaines de négociations, Di Rupo retourne chez le Roi pour lui annoncer l’échec de sa mission. Ensuite, Bart de Wever a été désigné pour établir un rapport qui bien sûr n’a pas plu aux francophones et Monsieur De Wever, de s’en offusquer  par dessus le marché !
Le Roi a finalement désigné Yoan Vande Lanotte comme conciliateur pour déminer le terrain et prendre la température des 7 partis concernés (les libéraux flamants et wallons étant mis sur le carreau).
Début de l’année 2011, nouveau clash lors de la remise du rapport : les francophones sont d’accord de revenir à la table de négociations en précisant que certains points de la note restent à discuter. Du côté flamand, la NVA et le CDNV refusent de revenir à la table tant que des points n’ont pas été amendés…
Le Roi (décidément, il a beaucoup de travail depuis juin !) décide alors de garder le conciliateur Vande Lanotte mais de lui adjoindre deux compagnons de réflexion : nos amis, Bart et Elio ! Les Trois Mousquetaires à la belge, ça promet.
Mais à quoi bon finalement ? Quand on connaît les véritables motivations de la NVA, je pense qu’il reste peut d’espoir pour aboutir à un accord.

Les discordes entre Francophones et Néerlandophones ne sont pas nouvelles en Belgique. Depuis les années 1970, on connaît de plus en plus de revendications flamandes qui ont amené le pays à devenir un État Fédéral, à la créations de Communautés (au nombre de 3 : française, germanophone et flamande) et 3 Régions (flamande, wallonne et Bruxelles-Capitale) et à un transfert de compétences du fédéral vers le fédéré de plus en plus importantes.

Et c’est bien sûr vers plus de compétences vers les entités fédérées que les flamands aspirent, bien que je considère que certaines matières doivent rester impérativement fédérales si on ne veut pas aboutir à des discriminations entre Belges, un droit garanti par ailleurs par la Constitution belge en son article 11.
Premièrement, les flamands veulent régionaliser la matière des impôts aux personnes physiques. Et alors quoi ? Cela signifierait concrètement qu’en serait plus ou moins taxés selon qu’on vive au Nord ou au Sud du pays ? DISCRIMINATION !! L’égalité fiscale est garantie aussi par la Constitution (article 172).
Déjà qu’à l’heure actuelle, une discrimination existe déjà au niveau de la taxe radio tv redevance (en gros, on paie une taxe pour avoir une télé chez soi, 100 €/ an quand même !) vu que les flamands ne la paient plus depuis plusieurs années !
Ensuite, les flamands veulent régionaliser la matière de la sécurité sociale (ben oui, vu qu’il y a plus de chômeurs en Wallonnie qu’en Flandre…), ce que je trouve inadmissible dans la mesure où la sécurité sociale est fondamentalement liée à l’individu et à des garanties qui lui sont fournies en matière de pension, de maladie invalidité ou encore de chômage. Ce serait une nouvelle fois une belle DISCRIMINATION d’avoir notamment des taux d’allocation différents au Nord ou au Sud du pays.
À côté de cela, le problème majeur reste évidemment Bruxelles. Bruxelles, capitale du pays, capitale de la Flandre mais région à part entière. 
2 problèmes surviennent avec Bruxelles : le financement de la région et la scission de l’arondissement Bruxelles-Hal-Vilvoorde. Ce dernier problème était déjà à l’ordre du jour lors des élections de 2007.
Le problème vient du fait que cet arrondissement est le seul à être bilingue alors qu’il se situe en Flandre… oui mais, la majorité de la population de cet arrondissement est francophone ! En scindant l’arrondissement, les francophones de Hal-Vilvoorde perdraient donc leurs avantages linguistiques et se verraient également obligés de voter uniquement pour des partis néerlandophones (pour plus d’informations sur BHV).
Enfin bref, vous voyez, on n’est pas sortis de l’auberge. ET aujoud’hui, après plus de 6 mois de crise, j’en ai ras-le-bol ! Ras-le-bol d’entendre toujours les mêmes discours, de voir des négociations qui n’aboutissement pas, de me dire que mon pays est encore la risée de ces copains européens avec la crise politique actuelle (et encore si on ajoute à cela qu’on doit être le pays avec le plus de ministres par habitant et avec au total 9 parlements (fédéral, flamand, wallon, de la communauté française, germanophone, de la Région Bruxelles-Capitale, de la COCOF, de la COCON et de la COCOM) pour seulement 10 millions d’habitants, sérieusement, il y a de quoi rire !!!). BREF, je pense sincèrement que le belge lambda n’en a rien à foutre de Hal Vilvoorde, du financement de Bruxelles ou Dieu sait encore quelle connerie du genre et qu’il aimerait que les politiques s’intéressent un peu aux VRAIS PROBLEMES : l’emploi, la crise financière, la reprise de l’activité,…
Si vous aussi vous en avez marre, venez symboliquement marquer votre désaccord et votre ras-le-bol sur le site camping 16 et comme des centaines de milliers de belges venez aussi camper devant le 16, rue de la Loi.
En attendant, je me pose beaucoup de questions. J’aime mon pays, je suis BELGE avant tout et j’aimerais le rester toute ma vie si c’est possible mais… si c’est pour vivre la même situation à chaque fois que de nouvelles élections sont organisées, si c’est voir des élections anticipées à chaque fois qu’un désaccord apparaît, si c’est pour attendre plus de 6 mois pour désigner une dizaine de gugus à la tête du pays, sérieusement je me demande vraiment s’il ne veut mieux pas être seul que mal accompagné… 

Commentaires

  1. Je partage totalement ton ras le bol. Van de Lanotte a passé deux mois à faire une note qui convienne à tous et franchement, il avait réussi. C'était un compromis où chaque parti devait faire peu d'efforts. Et voilà que le CD&V et la NVA disent non tout simplement parce qu'il va falloir faire un peu de concessions.

    Je pense aller manifester dimanche à Bruxelles. Je ne sais pas si ça servira à grand chose mais au moins, j'aurais essayé, d'un peu, changer ce pays... 17 janvier 2011 16:44

  2. C'est assez complexe... Et c'est vrai que la situation n'a que trop duré.
    Tu as vu l'initiative de Benoît Poelvoorde? http://www.rtl.fr/actualites/culture-loisirs/article/et-si-la-barbe-de-poelvoorde-sauvait-la-belgique-7650285123 17 janvier 2011 16:45

  3. Merci pour cette explication Jess, pour nous qui voyons ca de loin, assez incredule. J'espere vraiment que la situation va bouger! 17 janvier 2011 17:35

  4. Entièrement d'accord ! Et marre de payer les impôts les plus élevés d'Europe pour payer une kyrielle de ministres, même pas capable de faire leur boulot ! 17 janvier 2011 18:02

  5. Lu par des "anciens belges".
    Cela fait bon nombre d'années que cette situation existe.Si un français veut aller à Brugge,il a intérêt à apprendre le flamand,sinon il restera bloqué là bas,les plaques de signalisation ne lui seront d'aucune utilité (Lille = Rijsel).
    Bon voyage... 17 janvier 2011 18:26

  6. Je suis belge et veux le rester!
    Je suis d'accord, ils font vraiment ch**$$.
    Je trouve qu'on aurait dû suspendre leur salaire, tant qu'il n'y avait pas de gouvernement... je pense que la crise aurait duré moins longtemps!!! (Et ce n'est pas encore fini). 17 janvier 2011 21:31

  7. Bonjour,
    Je suis une voisine de la Belgique, je suis née à 20 km de la frontière. J'ai toujours aimé ce pays, où les gens sont beaucoup plus sympathiques qu'en France.
    Je suis de loin ce qu'il s'y passe, n'en saisissant pas toute la portée, merci pour cet éclairage.
    Par contre je précise, et ce n'est que mon avis personnel, je ne trouve pas risible cette situation. Je sais qu'on en est pas là et que c'est surement utopique, mais je serais très contente d'accueillir les wallons en France ;) 19 janvier 2011 13:33

  8. Je comprends le ras-le-bol, mais je trouve ça trop facile de mettre tous les hommes politiques dans le même bac.

    J'irais "camper" rue de la loi seulement si c'était pour prostester contre les séparatistes flamands, car c'est eux qui bloquent systématiquement les négociations. Je crois que beaucoup d'hommes et femmes politiques voudraient bien plus se pencher sur des autres problèmes que BHV, tous ne sont pas des pourris qui essayent de tout bloquer.

    Et moi, même si j'aimais ma Belgique, je ne crois plus en son unité, la Flandre est déjà un pays étranger pour moi. Je suis d'avis qu'on peut pas rester unis si la majorité de l'autre moitié vote pour des séparatistes.

    La Belgique que beaucoup veulent garder n'existe déjà plus. 20 janvier 2011 10:33

  9. Comme beaucoup, je suis entièrement d'accord avec toi. La situation belge n'a que trop duré ... A quand une solution ?
    Nous, simples belges que nous sommes, nous désirons juste un gouvernement qui fera juste ce qui faut pour permettre à la Belgique de continuer à tourner !
    La question que je me pose, à force d'entendre les débats politiques sur RTL et La Une, c'est si on a de vrais hommes politiques en Belgique ... J'en suis pas sûr. 27 janvier 2011 00:46

Laissez un commentaire

14 August 2020 19:04