La fabuleuse histoire des Lunes de Pandor, tome 2 : Le Sceau de Cyané

Retour sur l’île d’Abracadagascar avec ce deuxième tome de la Fabuleuse histoire des Lunes de Pandor !
Suivez-moi !

Quatrième de couverture.

A mi-chemin de son initiation sur l’île fabuleuse d’Abracadagascar, où créatures réelle et magiques coexistent dans une nature luxuriante, Épiphane va aborder les terres sauvages du Sud. Mais après les arbres-pieuvres, les gargouilles des sables et même un genka, redoutable dragon noir, l’attend une bien plus terrible menace. Partout sur la planète, d’étranges mutations se produisent. Pour trouver la partie manquante du sceau de Cyane, le puissant talisman transmis par Gaïa, sa mère, Epiphane saura-t-il assumer son rôle d’Élu ?

Mon avis.

Déjà conquise par le premier tome, celui-ci n’a fait que confirmer mon ressenti. Je dirais même que j’ai encore plus apprécié ce second opus !

Tout d’abord, j’aimerais dire un mot à propos de la couverture du livre que je trouve somptueuse et bien dessinée. Idem pour la quatrième de couverture que j’ai aussi trouvé très réussie. Très facile de s’immerger dans le monde d’Abracadagascar avec des couleurs aussi jolies et des images qui font si bien ressortir les temps forts du livre.

L’histoire est donc toujours aussi intéressante et devient même de plus en plus palpitante. Cette fois, ça y est, l’auteur a pris ses distances avec Harry Potter, difficile de pouvoir encore faire des rapprochements entre les deux tellement les chemins de Harry et Épiphane se sont éloignés.
Bien sûr, chacun est l' »Élu » en quelque sorte et devra combattre le méchant de l’histoire mais on sent que pour Épiphane les choses se préciseront plus vite et plus fort que pour Harry… vu que dans ce deuxième tome, il a déjà frôlé la mort !
On retrouve également une atmosphère beaucoup plus sombre dès ce tome alors que pour Potter, les 4 premiers tomes sont encore franchement enfantins, les choses ne prenant vraiment une couleur plus « noire » qu’à partir de la fin du tome 4…
L’intrigue est très intéressante, passionnante et empreinte d’un certain suspense quand on voit les choses évoluer, on sent qu’ici ce ne sont pas les gentils qui vont obligatoirement avoir la chance d’arriver les premiers au bon endroit.
Cependant, j’ai trouvé certains passages assez ennuyeux comme le chapitre 8 sur l’itinérarium où je faillis m’endormir tellement je trouvais ce chapitre long… pourtant toute son utilité apparaît quelques chapitres plus tard quand nos jeunes amis sont envoyés en mission !
Le cadre environnemental déployé par Ménéas Marphil est simplement prodigieux et laisse rêveur… On a vraiment envie de prendre des vacances sur Abracadagascar en le lisant !

La mythologie est vraiment bien travaillée, j’aime beaucoup l’univers de l’auteur qui, même avec la complexité qui le compose, laisse rêveur d’un monde magique qu’on a hâte de connaître en profondeur (un peu comme lorsque j’ai découvert Harry Potter la première fois).

J’ai aussi été séduite par le préambule et l’entracte en début et fin de roman qui met bien les choses en place, avec un Ménéas Marphil, conteur exceptionnel de Pandor (appelé « archonte » :Dans la plupart des cités grecques, dont Athènes, les archontes sont les titulaires des charges les plus élevées, qui avaient d’importantes fonctions judiciaires et politiques (wikipédia)), qui rappelle judicieusement ce qui s’est passé précédemment sur Abracadagascar avant d’enchaîner, ce qui permet au lecteur de se remettre vite dans le bain de l’histoire ! Le petit lexique en fin de roman est très utile également pour vite se rafraîchir la mémoire !

Niveau personnages, on s’attache de plus en plus à Épiphane bien sûr, à Salomon et au petit groupe qui l’accompagne dans sa mission.
Les relations entre les personnages ressortent beaucoup de la lecture (surtout l’amitié Épiphane/Salomon) ainsi que les traits des personnages (par ex., j’ai adoré l’humour de P’t Floriot).
La dualité Épiphane/Kymian est également bien explorée dans un premier affrontement entre les deux. J’ai hâte de voir cette relation évoluer. Bien qu’il soit odieux, j’éprouve encore beaucoup de mal à détester Kymian et j’espère toujours que les héros trouveront la solution pour le sortir de Yggdrasil ou qu’il subsiste un petit quelque chose en lui qui le fera revenir vers Épiphane.

Niveau écriture, là encore je n’ai pas grand chose à ajouter qui n’a été dit pour le premier tome : elle est parfaite. Une plume enchanteresse qui vous invite au voyage. J’ai juste moins aimé les longues descriptions dans le fameux chapitre 8 mais vu le contexte particulier, c’est normal qu’il n’y ait pas de dialogues !

En conclusion, ce tome 2 confirme et conforte mes impressions sur la saga des lunes de Pandor ! Il va falloir attendre un peu avant de découvrir le tome 3 (quelques lectures urgentes) mais j’ai hâte de m’y replonger pour partirvers de nouvelles aventures avec Épiphane !

Note finale : 9.3/10

  • Trame/Histoire : 9/10 (j’ai adoré même si le chapitre 8 m’a un peu endormi)
  • Écriture : 10/10 (parfait !)
  • Personnages : 8.9/10 (j’attends beaucoup de la relation Épiphane/Kymian dans le troisième tome)
Pour d’autres avis sur ce second tome : Bibliomania

Je remercie encore les Éditions Au Diable Vauvert de m’avoir permis cette découverte dans le cadre d’un partenariat avec Livraddict.

La fabuleuse histoire des Lunes de Pandor, tome 2 : Le Sceau de Cyané de Ménéas Marphil
Aux Éditions Au Diable Vauvert, 2009
398 pages

Commentaires

  1. Cette saga me tente beaucoup, comme Cœur d'Encre en fait, mais les livres sont encore un peu chers, je croise les doigts pour les trouver d'occasion, au pire il y a l'occasion via Amazon, pour le premier opus, ça vaut le coup, pas encore pour les autres ... 3 février 2010 18:21

  2. j'ai aussi très envie de découvrir cette saga, mais j'ai déjà fait des folies livresques aujourd'hui, alors pour le moment j'attends:) 3 février 2010 18:40

Laissez un commentaire

18 November 2018 01:26