Le drôle de Noël de Scrooge (aussi Un chant de Noël)

Le deuxième rendez-vous « Book Club » sur Livraddict était programmé ce mercredi 09 décembre de 18 h à minuit pour discuter ensemble du livre de Charles Dickens, Le drôle de Noël de Scrooge !

L’histoire.

Ebenezer Scrooge est un homme égoïste, avare et peu soucieux du bien être des gens qui l’entourent, que ce soit son employé Bob Cratchit et même son neveu, Frédéric.
Pourtant, la nuit de Noël, il reçoit la visite du spectre de son ancien associé, Jacob Marley, mort il y a 7 années de cela, captif de tout un tas de chaînes en fer.
Marley lui explique alors qu’il a forgé lui-même durant sa vie les chaînes qui l’emprisonnent aujourd’hui dans l’au-delà et que le même destin funeste arrivera à Scrooge s’il ne change pas sa manière de vivre… Marley l’avertit également qu’il recevra la visite de 3 fantômes durant la nuit… 3 fantômes pour changer le cours d’une vie !

Mon avis.

Je connaissais ce conte de Dickens pour avoir vu une adaptation cinématographique des Studios Disney. Pas celle en 3 D qui est sortie au cinéma au mois de novembre mais une plus vieille adaptation avec les muppets : Noël chez les Muppets !
J’aime beaucoup ce film que je prends plaisir à regarder chaque année au moment des fêtes de fin d’année.

Cependant, dès le début de ma lecture, j’ai senti que quelque chose n’allait pas et ce n’était pas dû ni à l’histoire, ni aux personnages dont j’avais déjà cerné les personnalités avant de commencer le livre.
Scrooge est le grand méchant de l’histoire, Bob Cratchit est un pauvre homme au grand cœur qui donnerait tout pour sa famille et en particulier pour son petit garçon qui n’est pas en bonne santé, Tiny Tim.
Aucune surprise à ce niveau, le désagrément venait donc d’ailleurs… et si c’était l’écriture tout simplement ?

Je vous rappelle que je ne lis pas beaucoup de classiques de la littérature, que ce soit française ou anglo-saxonne. Mes lectures récentes sont quasiment toutes contemporaines (à part Orgueil et Préjugés de Jane Austen que j’avais beaucoup aimé).
Donc, j’ai un peu de mal quand j’en reviens à un style d’écriture « plus classique ».

Pour en revenir au style, je l’ai trouvé ennuyeux…
Beaucoup de longues phrases avec trop d’adjectifs et de descriptions, vous savez bien que je déteste ça !
L’auteur passe beaucoup trop de temps à nous décrire les lieux au détriment des personnages et c’est dommage. Dès lors, on s’ennuie… alors que l’histoire a tout pour plaire !

En ce qui concerne l’histoire en elle-même, j’ai vraiment beaucoup aimé. Rien d’étonnant à ce qu’elle plaise encore à l’heure actuelle, plus d’un siècle après son écriture, la morale qu’elle dégage reste universelle.
Les 3 fantômes qui rendent visite à Scrooge pour lui montrer le passé, le présent et le futur… ce qu’il adviendra de lui et surtout ce que les gens retiendront de lui après sa mort s’il ne change pas sa manière de vivre, à tout le moins, en société !
De plus, le fait que le conte se passe la nuit de Noël la rend encore plus magique, c’est surtout cet élément qui m’a plu.
Les thèmes abordés par Dickens sont également universels : rien de neuf sous le soleil ! La pauvreté, l’avarice et le fait que le bonheur ne se trouve pas toujours là où les poches sont les plus remplies.

Niveau personnages, je trouve que les personnalités de chacun ne sont pas assez exploitées. En même temps, le conte ne fait qu’une centaine de pages !
Mais au lieu de nous abreuver des détails sur l’environnement, j’aurais préféré que Dickens approfondisse le passé de Scrooge.
Avec le fantômes des Noëls passés, Scrooge est replongé dans son enfance : on comprend que la vie de famille n’est pas idéale car il a été placé dans une sorte de pension…
Puis, on voit un épisode où Scrooge appréciait Noël et aimait le fêter avec son patron de l’époque… puis une jeune femme qui lui retourne son engagement de l’épouser car Scrooge a changé, selon elle…
Je trouve qu’il y avait là matière à approfondir l’anti-héro de l’histoire pour que le lecteur comprenne comment il est devenu un homme aussi froid et aigri.

Ceci dit, la magie fonctionne néanmoins tout au long du roman et on apprécie la remise en question du vieux bonhomme !
Ce que j’ai beaucoup aimé, c’est le passage où il se rend chez son neveu le jour de Noël avec le fantôme du Noël présent et qu’on surprend le vieux bougre à s’amuser aux petits jeux inventés par les invités ! J’imaginais un petit gamin tout sourire à la place d’un vieil homme bougon !
On se demande alors comment Scrooge peut être – ou plutôt a pu être – ce qu’il était avant la visite de Jacob Marley.

On s’attendrit également chez les Cratchit avec cette petite famille qui tourne autour de Tiny Tim, cet enfant malade mais avec un coeur tellement grand qu’il arrive à réchauffer toute une pièce quand il s’y trouve (et ça marche aussi dans la pièce dans laquelle vous lisez !).

En conclusion, je ne suis ni totalement déçue ni totalement enthousiasmée par cette première plongée dans l’univers de Charles Dickens.
J’aime certes l’histoire mais les longueurs de l’écriture rende la lecture parfois laborieuse et ennuyeuse, à se perdre dans un amas de détails qui assomment finalement le lecteur plus qu’il ne l’émerveille.

D’autres avis sur le livre en consultant le lien bibliomania du livre !

Un petit extrait :

Scrooge à l’Esprit des Noëls passés parlant de son ancien patron, Monsieur Fezziwig.

« Ce n’est pas ça, esprit. Fezziwig a le pouvoir de nous rendre heureux ou malheureux ; de faire que notre service devienne léger ou pesant, un plaisir ou une peine. Que ce pouvoir consiste en paroles et en regards, en choses si insignifiantes, si fugitives qu’il est impossible de les additionner et de les aligner en compte, eh bien ! Qu’est-ce que cela ? Le bonheur qu’il nous donne est tout aussi grand que s’il coûtait une fortune ».

Note finale : 7.6/10 (Écriture : 5/10 ; Personnages : 7.8/10 et Histoire : 10/10).

Le drôle de Noël de Scrooge (appelé précédemment Un chant de Noël) de Charles Dickens
Titre VO : A Christmas Carol (écrit en 1843)
Réédité par Le Livre de Poche Jeunesse en septembre 2009
176 pages

Commentaires

  1. Dommage que le style d'écriture ne t'ai pas plu. Mais le principal c'est que la magie a opéré. ^^ 10 décembre 2009 13:03

  2. Le style d'écriture nous a tous partagés on dirait, c'est ce que j'ai préféré moi, et le fait que ça me rappelle que Noël sera vite là :D 10 décembre 2009 14:19

  3. Ah oui, tu as préféré Doctor Who à partir de la fin de la saison 1...? Eh bien on en reparlera quand j'y serai alors ;) 10 décembre 2009 22:42

  4. Ah, mon coeur saigne quand quelqu'un n'aime pas l'écriture de Dickens!!! ;) Mais bon, au pire, je le garde pour moi!! 30 décembre 2009 17:48

Laissez un commentaire

17 décembre 2016 19:58