Le Cercle Littéraire des amateurs d’épluchures de patates

« Je me demande comment cet ouvrage est arrivé à Guernesey. Peut-être les livres possèdent-ils un instinct de préservation secret qui les guide jusqu’à leur lecteur idéal. Comme il serait délicieux que ce soit le cas. »

L’histoire.

1946. Fin de la seconde guerre mondiale. À Londres, une jeune écrivaine, Juliet Ashton fait fureur avec son livre « Izzy Bickerstaff s’en va-t-en guerre« , un livre reprenant ses chroniques humoristiques hebdomadaires pour le Journal le Spectator.
Juliet cherche une idée pour son nouveau roman, mais l’inspiration lui manque en ses temps difficiles jusqu’au jour où… elle reçoit une lettre d’un certain Dawsey Adams, habitant de l’île de Guernesey qui lui parle de son admiration pour l’écrivain Charles Lamb mais aussi de l’occupation allemande et du Cercle Littéraire qui a été créé pour tromper l’ennemi.
Petit à petit, une amitié se lie entre Juliet et les habitants de cette île qu’elle ne connaît pas mais qui lui fournissent néanmoins un sujet pour son prochain livre. Pour l’écrire, il apparaît indéniable que Juliet devra se rendre sur l’île… La question est : en reviendra-t-elle ?

Mon avis.

« Le Cercle Littéraire des amateurs d’épluchures de papates » est un roman écrit sous forme épistolaire. Très facile à lire, il reprend la correspondance de Juliet et ses correspondants (à Guernesey et à Londres) entre janvier et septembre 1946.
J’ai accroché dès le début aux différentes correspondances de Juliet et petit à petit, je me suis non seulement attachée à elle mais aussi en quelque sorte identifiée à elle.
Juliet est une jeune femme de 32 ans, pas à la pointe de la mode, simple et sympathique. Elle ne se prend pas la tête, sauf peut-être sur son état de célibataire mais au final relativise un peu tout ça en se disant que c’est simplement qu’elle n’a pas encore trouvé LE bon, l’homme qui fera chavirer son coeur.
En plus d’être écrivain, elle est passionnée par la lecture… Elle pourrait en effet faire partie de la LCA : les lecteurs compulsifs anonymes ! J’avoue que je me suis retrouvée dans son amour des livres et surtout dans cette petite anecdote avec Rob Dartry, l’homme qu’elle devait épouser en 1942 ! J’ai beaucoup ri et j’aurais sans doute fait comme elle ! Mon chéri, prends garde, pas touche à mes livres 😉

Les personnages avec qui Juliet correspond sont tous touchants à leur façon et l’idée de partir en Guernesey les rejoindre s’est profilé plusieurs fois dans mon esprit au cours de ma lecture. J’ai adoré Isola, l’excentique ; Dawsey, le taciturne, Amelia, la « sage » et Kit, la petite fille d’Elizabeth si attachante. Et Elizabeth aussi, ce personnage qui malgré son absence prend de l’importance dans le roman au travers des personnes qui l’ont connues et appréciées. Même si elle reste une étrangère inconnue, comme pour Juliet, on ne peut s’empêcher de se sentir proche de cette femme qui jusqu’au bout aura tout donner pour sauver des gens, même qu’elle ne connaît pas, de la cruauté humaine. Jusqu’à la lettre fatidique de Remy, j’ai gardé l’espoir – comme les habitants de l’île – qu’Elizabeth reviendrait parmi eux… même si au fond de moi, je savais. Ce moment, ce passage du livre est vraiment déchirant et il faut vraiment être costaud pour ne pas verser une petite larme…

Ce roman est vraiment une « perle rare » : il tient en haleine tout au long de la lecture sans qu’il y ait de réel suspense, de réelle action… juste par des lettres. À chaque fois que l’on tourne une page, peu importe l’heure, on ne peut dire qu’une chose : « encore une… et puis j’arrête ! ».

J’ai apprécié le ton donné au livre : tantôt humoristique, tantôt un ton plus grave et sérieux avec ces récits de l’occupation allemande sur l’île de Guernesey. Je ne me suis jamais particulièrement intéressée aux récits de la guerre, je n’ai jamais lu de livres à ce sujet, mais en lisant ces pages, on ne peut que se sentir concerné, c’est comme si on le vivait et qu’on pouvait ressentir le calvaire de ces gens, la cruauté de l’occupant allemand.

Impossible pour moi de vous dire ce qui m’a le plus plu dans la lecture de ce livre : les personnages, le ton des lettres, le côté « historique » ou les paysages décrits de l’île de Guernesey. Je pense que c’est un tout. Ce livre est purement et simplement parfait du début jusqu’à la fin.

L’écriture est magnifique et fluide… qui rend aussi bien le caractère de qui écrit la lettre que la véracité des propos concernant l’occupation. Le roman est très facile à lire et finalement, les 391 pages qui le composent se lisent très rapidement. On en redemande même à la fin !
C’est donc avec une grande tristesse que j’ai tourné la dernière page et dit « au revoir » à tout ce petit monde… Je dis bien « au revoir » car sans conteste, c’est un livre que je relirai dès sa sortie en poche !

En bref, je donnerai la note de 10/10 au livre, rien à redire, c’est un livre 100% pur plaisir, 100 % parfait !
Encore un coup de coeur de cette année 2009, peut-être même LE coup de coeur de l’année ! Un livre a laissé entre toutes les mains, à insérer même dans les cursus scolaires !
Une lecture qui se veut à la fois drôle et touchante, où se mêle joie, amour, amitié et tristesse…
« Un moment de pure délice de lecture à dévorer sans attendre ! »

« Le Cercle Littéraire des amateurs d’épluchures de patates » de Mary Anne Shaffer et Annie Barrows.
Aux Éditions NiL, 2009
391 pages

Lecture lue dans le cadre du Book Club du site Livraddict ! Ce soir, la discussion fur très animée et il en a résulté que soit on a aimé, soit on a pas aimé… Des avis très tranchés dans un sens ou dans l’autre ! Je vous invite à découvrir nos débats en cliquant ici !

Si l’aventure vous en dit, n’hésitez pas à nous rejoindre pour la prochaine lecture commune (Le drôle de Noël de Scrooge de Charles Dickens) 😉 !

Commentaires

  1. Vraiment sublime comme livre. Je le recommande aussi à tout le monde. Surtout qu'il traite le sujet de la guerre de manière différente des autres livres sur le thème de la guerre. Puisqu'ici on est dans l'après qui témoigne même pas un an après donc les blessures sont vraiment ouvertes.

    Maintenant, un autre livre touchant sur la guerre et écrit avec des yeux d'enfants c'est un sac de billes de Joseph Joffo, il l'a écrit plus vieux mais il l'a écrit avec son âme d'enfant. Ca raconte que pendant la guerre mais le regard est encore plus touchant. 5 novembre 2009 00:34

  2. Merci pour cette lecture commune Jess. Si tu as d'autres idées comme celle ci surtout n'hésite pas ;o) 5 novembre 2009 00:59

  3. ah, ça rassure :D 5 novembre 2009 15:31

  4. Bonjour, c'est un roman merveilleux qui fait du bien au moral et qui donne envie toutes affaires cessantes d'aller rencontrer les gens de Guernesey. Bonne après-midi. 24 février 2010 17:56

  5. Bonjour, je confirme que c'est une lecture agréable et la bonne nouvelle est qu'il vient de paraître en poche. Un achat sympa à faire. Bonne soirée. 7 janvier 2011 17:50

  6. Je tiens beaucoup à ce livre, en plus Guernesey n'est pas très loin de chez moi. Les personnages sont touchants et l'époque émouvante. On ne peut qu'avoir envie de rester avec ce groupe. 4 février 2011 23:27

  7. Je ne vois que des avis positifs :D
    Je vais devoir le lire en anglais pour l'année prochaine ! J'ai hâte ! :D 4 juin 2011 10:09

Laissez un commentaire

10 December 2019 02:38