L’Ombre du Vent

« Un jour, j’ai entendu un habitué de la librairie de mon père dire que rien ne marque autant un lecteur que le premier livre qui s’ouvre vraiment un chemin vers son coeur. Ces premières pages, l’écho de ces premiers mots que nous croyons avoir laissés derrière nous, nous accompagnent toute notre vie et sculptent dans notre mémoire un palais auquel, tôt ou tard – et peu importe le nombre de livres que nous lisons, combien d’univers nous découvrons -, nous reviendrons un jour. Pour moi, ces pages ensorcelées seront toujours celles que j’ai rencontrées dans les galeries du Cimetière des Livres Oubliés. » (page 16)

L’histoire.

Daniel Sempere a 10 ans quand son père, libraire, l’emmène au Cimetière des Livres Oubliés, ce lieu où finissent les livres que personne ne lit et qui sont tombés dans l’oubli. Daniel est invité à choisir un livre parmi des centaines de milliers qui s’offrent à lui. Il choisit l’Ombre du Vent, un livre écrit par un auteur méconnu, Julian Carax.
En rentrant chez lui, il dévore le livre en une nuit et commence alors une douce obsession pour le jeune homme de découvrir qui se cache derrière Julian Carax.
Au détour des amitiés qu’il va nouer, des rencontres qui vont tout bouleverser, de la quête pour découvrir le personnage derrière l’écrivain, Daniel, en grandissant, va s’apercevoir que sa vie ressemble de plus en plus à cet écrivain qu’il admire tant… et qu’il risque peut-être de tout perdre…

Mon avis. !!! Attention, SPOILERS Inside !!!

Dès le moment où vous commencez à lire ce livre, vous ne pouvez faire qu’une chose : succomber à la magie des mots, à la symphonie des phrases qui se succèdent l’une après l’autre.
L’Ombre du Vent est un magnifique roman d’amour, d’amitié, d’espoir et aussi de souffrances.

J’avoue qu’au début du roman, j’étais assez étonnée car à la lecture de la quatrième de couverture, je m’imaginais l’histoire beaucoup plus tournée sur le roman de Julian Carax et non pas sur la quête de son auteur. Finalement, je suis bien loin d’être déçue tellement j’ai été subjuguée par le roman, aspirée dans un tourbillon d’émotions qui ne pouvait me faire lâcher le livre.

L’histoire, tout d’abord.
Qu’en dire… Simplement magnifique et poignante ! On retrace à travers Daniel la vie de Julian Carax, cet auteur au don unique de subjuguer ses lecteurs dès qu’il tourne la première page de l’un de ses romans.
Au fur et à mesure des pages, on découvre son histoire… l’histoire d’une vie qui s’annonçait briller sous les meilleurs auspices puis qui a disparu dans l’obscurité de l’absence de l’être aimé.
Les choses se compliquent ensuite lorsqu’on sent les similitudes de la vie de Daniel avec celle de Julian… surtout lorsque se découvre le premier amour de l’un et l’autre.
On peut dire qu’à la lecture de l’Ombre du Vent, on passe par un arc en ciel d’émotions, ce qui rend la lecture très intense, puissante car on la vit jusque dans ses tripes.
L’humour est omniprésent grâce au personnage de Fermin, un personnage haut en couleurs, très drôle, fiable, dévoué et très attachant.
L’amour est omniprésent avec la relation difficile de Daniel et de Béa, la soeur de son meilleur ami, qui est promise à un autre… Le chagrin d’amour n’est pas loin et vient même en premier… Daniel apprend, à l’âge de 14 ans, que l’amour est vache et que lorsqu’il n’est donné que dans un sens, il peut être cruel.
L’amitié est également au rendez-vous… Une amitié qui se noue, une autre qui se dénoue. Daniel apprend en grandissant qui sont ses vrais amis.
La relation père/fils est importante dans le livre, on vit son évolution de l’enfance à l’âge adulte, en passant par l’épreuve difficile de l’adolescence.

Ce qui m’a le plus ému dans le livre, c’est le récit de Nuria, cette femme déchirée entre deux hommes, un amant dont elle était folle d’amour et un mari qu’elle aurait tant aimé aimer (pages 475 à 587). En ses pages, Nuria raconte son histoire, sa rencontre avec Julian Carax qui a bouleversé sa vie… qui a précipité sa fin également.
À la fin de son récit, j’avais la larme à l’oeil et j’ai été obligée d’arrêter ma lecture pendant quelques minutes, le temps d’assimiler les révélations de Nuria qui sont en bien des points choquantes et surprenantes. Ce récit est très poignant émotionnellement parlant.

Au niveau des personnages, ceux-ci sont des êtres assez torturés qui n’ont pas eu une vie simple et belle.
Pour certains, la vie n’a été qu’une suite d’échecs et de malheurs comme pour Miquel, Nuria et Julian ou encore la pauvre Pénélope.
Pour d’autres, ils sont sur une pente dangereuse qui les mènera à leur fin s’ils ne prennent pas les bonnes décisions. Daniel fait partie de ces gens-là.
Pour d’autres, après avoir touché le fond, ils revivent doucement, tels que Bernarda ou encore Fermin.
Et enfin, les derniers sont cruels et ne connaissant que la haine dans leur coeur, tel que Fumero.
Pas question de retrouver ici des personnages superficiels et stéréotypés, que du contraire ! Les personnages sont bien développés et profonds. Ce n’est pas pour rien que l’on vit l’histoire à travers les yeux de Daniel, comme si l’on y était !
Zafon multiplie les personnages et peu importe qu’ils soient principals ou secondaires, chacun a droit à son « quart d’heure de célébrité » !
Telle une enquête policière, Daniel et Fermin interrogent tous les gens qui ont approché de près ou de loin Julian Carax, ce qui laisse à chaque personnage secondaire le soin de raconter son histoire dans les détails.

Quant à l’écriture, rien à dire ! Le roman est merveilleusement bien écrit. On se laisse facilement porté par la mélodie des mots qui s’enchaînent sans accrocs et nous portent au cœur même de la Barcelone d’après guerre.
L’auteur mêle différents genres à son roman, passant du roman historique (avec en arrière fond la guerre civile qu’à connu l’Espagne dans les années 30), roman d’amour, polar et roman fantastique.
Le tout est dirigé avec des mains de maître qui savent doser exactement les proportions à fournir au roman pour ne pas qu’il déborde dans tous les sens.
Ainsi, aucun de ces genres ne prend rééllement le pouvoir, ils s’allient parfaitement pour former une histoire cohérente en tout point.

Vous l’aurez donc compris, ce livre est pour moi, un véritable coup de coeur !
J’ai tout aimé, l’histoire, les personnages et surtout les émotions qui ont agrémenté ma lecture.
Je suis vraiment passée par toutes les couleurs : j’ai ri avec Fermin, j’ai eu peur aussi dans la maison des Carax avec Daniel à deux reprises (la première avec Béa et la seconde lors de la confrontation Carax/Fumero), j’ai été choquée par certaines révélations et j’ai pleuré en lisant le récit de Nuria et en tournant les dernières pages. Je n’ai jamais été aussi touchée par une histoire que celle-ci !
Ce roman mérite largement un 9.5/10 (Profondeur des personnages : 9/10 ; qualité du récit et de l’intrigue : 10/10 et Écriture : 9.5/10) !

J’ai vraiment hâte de découvrir le prochain livre de Zafon, Le Jeu de l’Ange, un livre qui m’a été proposé dans le cadre d’un partenariat entre le site Blog’O’Book et les Éditions Robert Laffont. Ma critique dans le mois à venir 😉 !

En attendant, bonne lecture 😉

ET VENEZ DISCUTER DE VOS IMPRESSIONS SUR CE ROMAN SUR LE FORUM NOS LECTURES ET NOUS !

L’Ombre du Vent de Carlos Ruiz Zafon.
Éditions Grasset & Fasquelle, 2004.
637 pages.

Commentaires

  1. Pour moi aussi ça a été un méga coup de coeur!!! J'ai bien hâte de lire le nouveau Zafon très bientôt! 29 août 2009 00:45

  2. @Karine : Je le lis dès que j'ai terminé la Consolante. Je l'aurais bien lu de suite mais vu que je dois rendre l'autre à la bibliothèque... Il attendra encore quelques jours ! 29 août 2009 00:51

  3. Tu me tentes tellement, Jess, que j'ai arrêté la lecture de ta critique à l'avertissement "spoilers inside". Je vais le lire dès que je pourrai, et je veux garder la surprise ! ;) 29 août 2009 08:35

  4. Il est dans ma PAL depuis cet été ! Je voulais le lire mais j'ai été prise par le temps ! Mais c'est clair qu'il fait partie de mes priorités ! :D 29 août 2009 09:05

  5. C'est également mon coup de coeur de l'année tellement ce livre m'a emporté ! rien à redire, dès le début on se met dans la peau de Daniel, rêvant nous aussi de visiter ce fameux cimetière des livres oubliés, et puis sans avoir trop compris commment on se retrouve dans une intrigue à n'en plus pouvoir arrêter la lecture !!
    Vraiment un très bon livre !!! 1 septembre 2009 00:17

  6. J'ai profité de mes 10 jours de congés pour le lire pour une lecture commune et comme toi j'ai beaucoup aimé. Il va falloir que je digère ma lecture avant de pouvoir en faire une critique mais j'ai été emportée par l'histoire au fil des pages, grâce à la magnifique écriture de l'auteur et à l'émotion qui se dégage des personnages. 27 mai 2012 17:23

  7. L'auteur prend le temps de poser l'histoire et l'on découvre au compte goutte le passé de cet écrivain talentueux. J'ai eu l'impression d'être dans la peau de Daniel Sempere plus d'une fois. Cette lecture a été presque un coup de coeur pour moi. 11 juin 2016 18:05

Laissez un commentaire

13 septembre 2016 23:52