Millenium 1 : Les Hommes qui n’aimaient pas les femmes de Stieg Larsson

Tout le monde a forcément entendu parler de la trilogie « Millenium » de Stieg Larsson au cours des derniers mois, ne serait-ce que par le fait divers qui entoure ces livres : l’auteur frappé d’une crise cardiaque peu après avoir remis les 3 tomes à son éditeur…
Il était donc temps que je prenne à mon tour connaissance du phénomène et vois par moi-même si le tapage médiatique en valait la chandelle !
Voici donc ma critique du premier tome de la saga « Millénium » : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes…

L’histoire.

Mikael Blomkvist, journaliste économique au Journal Millenium qu’il possède avec son amie, Erika Berger, s’apprête à passer une année sombre.
Victime d’un coup monté et croyant tenir le coup du siècle en dévoilant une escroquerie à haute échelle du magnat Hans-Erik Wenneström, il finit condamné pour diffamation avec une peine de 3 mois de prison à purger et une lourde amende à payer.
Forcé de prendre du recul par rapport au journal qui lui tient à coeur pour lui éviter de sombrer au vu du manque de crédibilité que son association à ce dernier apporterait au journal, il est contacté par un riche magnat de l’industrie suédoise, Henrik Vanger, pour une mission pour le moins déroutante.
Contre rémunération exorbitante, il demande à Mikael de fouiller le passé de sa famille pour savoir qui de ses membres a tué, selon lui, sa nièce préférée, Harriet Vanger, disparue depuis 1966…
Au départ d’une enquête qui lui semblait futile et une complète perte de temps, Mikael va cependant découvrir des détails troublants, relancant l’enquête sur une voie dangereuse qui risque d’exposer les plus noirs secrets de la famille Vanger.
Au cours de son enquête, Mikael va rencontrer Lisbeth Salander, une jeune hackeuse au comportement associal extrême mais étonnamment douée…
Une fois le drame démêlé, souhaitant être réhabilité dans sa crédibilité de journaliste économique, Lisbeth va l’aider à prouver à toute la communauté économique, politique et publique que ses affirmations sur Wenneström n’étaient pas aussi diffamatoires qu’elles en avaient l’air…
L’heure de la revenge a sonné pour Super Blomkvist !

Mon avis.

Voilà maintenant plusieurs mois que ce premier tome était dans ma PAL sans que je ne dédaigne m’y intéresser plus que ça : ce n’était pas une lecture prioritaire dans mon agenda !
Eh bien, quelle erreur ! Intéressée mais sans plus par le synopsis, j’étais loin d’imaginer que je tenais là un livre haletant et bourré de suspense !
Pas vraiment habituée du genre « thriller – polar », je me suis laissée convaincre par ma copine Caro qui m’a assuré que je ne le regretterais pas !
Et elle avait raison (comme d’habitude ^^).

Ce qui m’a d’abord plus à la lecture de Millenium 1, c’est la structure du récit : on pourrait, selon moi, diviser le livre en 3 parties.
La première pose toutes les bases de l’histoire : présentation des personnages et de leur situation actuelle (et passée), historique et cadre présent. Cette partie est un peu longuette et je dois dire que tous les termes économiques employés ne m’ont pas facilité la lecture. Mais, au moins, toutes les bases sont posées dès le départ, ce qui donne au lecteur les moyens d’évoluer dans l’enquête avec les personnages.
La seconde est l’enquête en elle-même, une partie qui commence doucement, ponctuée par le manque d’espoir de Mikael de trouver un élément nouveau dans l’affaire Harriet. Une fois qu’il découvre de nouveaux éléments, au départ de détails insignifiants, l’affaire prend une toute autre tournure, s’accèlère et là, vous ne pouvez plus lâcher le livre !
La troisième partie, enfin, clôture les investigations dans l’affaire « Harriet Vanger » et nous délivre les plus noirs secrets de la famille Vanger.
L’on pourrait également ajouter une quatrième partie au roman, une sorte d' »épilogue » qui met fin à l’isolement professionnel de Mikael et lui permet de retrouver sa crédibilité d’antan.
Le roman est donc très très bien constuit.

Il est évident que les deux personnages principaux du roman, Mikael et Lisbeth, jouent un rôle important au sucès du livre. Larsson a pris le soin de décrire attentivement la personnalité de chacun, ce qui apporte une crédibilité sans mesure au roman, dans la mesure où on a l’impression de les connaître intimement.
Personnellement, j’ai plus ressenti cette sorte d' »intimité » avec le personnage de Lisbeth au moment où Larsson nous entraîne dans les moments sombres de sa vie, notamment avec son nouveau tuteur, Maître Bjurman. Ce passage du livre m’a énormément choqué et je me suis profondément attachée à Lisbeth. Complètement humiliée et salie par un salaud, elle garde la tête haute et trouve le moyen de lui rendre la monnaie de sa pièce !

Enfin, pour parler de l‘histoire proprement dite, le suspens est garanti et on entre facilement dedans ! Le rythme, une fois passé la première partie, s’accèlère et ne ralentit que sur la fin quand il ne reste plus que le drame Mikael – Wenneström à démêler.
On se prend même au jeu de l’enquête, à spéculer sur l’assassion d’Harriet et à remettre de l’ordre dans les pièces du puzzle au fil que les nouveaux éléments sont découverts par les deux héroïnes.
Surprise par le résultat final (je dois bien avouer que j’étais loin de me douter des atrocités qui s’étaient déroulées et se déroulaient toujours par ailleurs à Hedeby), j’ai quand même réussi à démêler un mystère par moi-même avant que ce dernier ne soit dévoilé au grand jour ! Drôlement fière !

Seul petit bémol, j’ai trouvé l’épilogue un peu tiré en longueur, rempli de nouveau comme au début du livre par un jargon économique un peu lourd, qui ralentit le rythme considérablement par moments…
J’aurais cependant aimé une autre fin pour les deux protagonistes… Ceci dit, il est erroné de parler de « fin » car on sent bien en tournant la dernière page qu’il y a un goût d’inachevé et que l’on devra obligatoirement ouvrir le tome 2 pour connaître la suite des aventures de Lisbeth et Mikael.

Un excellent polar que je recommande fortement !

En conclusion, j’attribue un bon 9/10 au roman !

Bonne lecture !

Millenium 1 : Les Hommes qui n’aimaient pas les femmes de Stieg Larsson
aux Éditions « Actes Sud », Collections « Actes Noirs »
Publié en 2006
575 pages

Commentaires

  1. Alors là, il faut que je commente :D

    D'abord, j'ai beaucoup aimé le bouquin, comme toi. Une fois dans les mains, on a du mal à le lâcher ! L'intrigue est bien construite et les personnages hors-normes (surtout Lisbeth) mais parfaitement crédibles.

    Le suspense est omniprésent, on pourrait le comparer aux romans de Dan Brown. Par contre, ce qui les différencie, c'est la façon dont Millénium est totalement ancré dans le présent: le monde des affaires et du journalisme, l'informatique, internet, etc. Malheureusement, la technique va rapidement avoir un petit goût de dépassé, et c'est déjà un peu le cas: quand Lisbeth sort son "powerbook", on a envie de lui dire "on dit MacBook maintenant, ma grande...". Mais les références aux techniques et au monde des affaires du troisième millénaire ont vraiment enchanté la presque-geek que je suis :D

    Dans le style, deux choses m'ont dérangées. La première, c'est la façon de l'auteur de détailler sur un ton froid chacun des faits et gestes des protagonistes, même les détails pas du tout utiles pour l'histoire. Genre: "Lisbeth se prépara un sandwich au jambon et aux cornichons avant de s'installer devant son ordinateur posé près de la fenêtre". Au début ça m'énervait, puis je m'y suis habituée, et en fin de compte je trouve que ça rajoute au réalisme de l'ensemble.

    Par contre, l'autre problème de style qui continue de m'énerver, c'est la façon de l'auteur d'expliquer tout un tas de trucs sur le ton d'un professeur. Quant il nous fait tout un discours de plusieurs pages sur le système social suédois, par exemple, ça a beau être mis dans la bouche d'un des personnages, ça sent trop le cours pour éduquer le lecteur, et lorsque le cours en question n'est pas utile pour l'intrigue, ça la ralentit fortement tout en donnant l'impression que l'auteur nous prend pour des gosses. Mais heureusement, ce genre de passage disparaît dans les deux autres volumes de la trilogie.

    Pour terminer ce petit pavé, je te conseille très fortement de lire les deux autres volumes (qui à deux ne forment qu'une seule histoire). Je les ai préférés au premier tome, en partie parce que Lisbeth revient au centre de l'intrigue, et parce qu'il y a un beau procès sur la fin du dernier - tu devrais aimer :D

    Enfin je me permets aussi de te conseiller un autre roman dans le même genre, également suédois: "La Princesse des glaces", de Camilla Läckberg. Si tu as aimé "les hommes qui n'aimaient pas les femmes", tu aimeras celui-là aussi (publié également chez Actes Sud). Et puis ils ont fait un film sur "les hommes qui n'aimaient pas les femmes", il est sorti en suédois récemment, il devrait être traduit en français bientôt, j'imagine... 17 avril 2009 14:33

  2. Oh la la, je me rendais pas compte que j'avais écrit autant... Je devrais peut-être penser à ouvrir mon propre blog lecture :D 17 avril 2009 14:34

  3. Coucou Nath, ce n'est pas une mauvaise idée !
    Ce qui est possible aussi et ça, on peut toujours en parler, via les messages privés, sur Facebook est que je te donne un accès pour écrire quelques critiques sur mon blog ^^
    Si le coeur t'en dit, à plusieurs, on peut avoir un contenu varié et des confrontations intéressantes !
    Bisous 17 avril 2009 15:14

  4. Bonjour Jess,
    Tiens voila la chronique que j'attendais depuis ton annonce sur ce blog que ce roman était sur ta table de nuit. Quelques uns de mes amis m'en ayant déjà dis le plus grand bien, tu confirme en beauté cette impression assez unanime sur cette série. Voilà de quoi alourdir en beauté ma PAL. 17 avril 2009 16:35

  5. Tout comme toi, je n'ai accroché à ce roman qu'une fois la première partie passée. Au début je me demandais même pourquoi cette série avait tant de succès. ^^
    Mais après je n'ai pas pu le lâcher ! :D 18 avril 2009 09:39

  6. Bonsoir,

    Tout d'abord merci de ton passage sur mon blog qui me permet de découvrir le tien, avec grand plaisir!

    Il est vrai que nous avons à peu près le même avis sur ce livre, mais si je serais un peu plus critique sur toute la première moitié du roman. Comme je l'expliquais dans mon article, j'ai bien failli le lâcher à plusieurs reprises, tant j'ai trouvé ça long et obscur. Heureusement que la deuxième partie vient relever le niveau... un niveau vraiment excellent d'ailleurs, une intrigue bien ficelée et des peronnages particulièrement attachants, surtout Lisbeth! 19 avril 2009 22:01

  7. J'ai beaucoup aimé aussi, surtout le personnage de Lisbeth! 24 avril 2009 14:32

  8. C'est terrible pour moi les thrillers :D, peureuse comme je suis j'en fais d'horribles cauchemars, pour ça que j'évite d'en lire.
    Millénium a été pas mal, malgré le début un peu longuet, Lisbeth est fascinante. Je ne sais si j'aurais le courage de lire toute la trilogie :/... 3 janvier 2011 16:35

  9. Javais commencé a le lire entre duex cours a la bibliothèque mais le début, étrange, en "coupure de journaux" m'en avais rapidement détournée... Mais ton appréciation me donne envie de le remettre sur ma liste... Ce qui veut dire que je devrait le lire d'ici une semaine!! 6 avril 2011 01:24

  10. J'ai beaucoup aimé Millénium! Le début est assez long en effet et aurait pu être coupé de moitié sans que l'histoire en soit affectée, mais une fois que l'action commence, impossible de s'arrêter de lire. Le dénouement final m'a surprise. Une très belle découverte! 4 janvier 2012 22:06

Laissez un commentaire

21 October 2018 05:32